Négociations post-Brexit: Barnier met en garde contre une rupture brutale    Virus chinois: Le nombre de cas pourrait être supérieur à 40.000, selon des chercheurs    Trump reçoit Netanyahu avec un plan de paix « déjà mort »    Bolton Claim Set to Scramble Impeachment Proceedings    « Mondafrique » revient sur les grandes avancées diplomatiques du Maroc pour régler la question du Sahara    Comme son père, pionnier et visionnaire    Marathon international de Marrakech : Hicham Laqouahi pulvérise le record    Evolution structurelle de l'économie nationale    Scène culturelle: la guerre des communiqués…    Mahi Binebine: «On donne de nous un triste spectacle !»    Soirée caritative au profit des enfants atteints d'un cancer    Ligue des Champions d'Afrique : Le Wydad et le Raja accèdent aux quarts de finale    Huawei: Londres s'apprête à trancher sous la pression de Washington    Le marché de tabac a rapporté 11,34 MMDH au Trésor en 2019    NBA Superstar Kobe Bryant Dies in Helicopter Crash    NBA: Kobe Bryant en chiffres    Soutien, assistance, financement… La FM6CS dresse le bilan de ses 9 ans d'action au profit des champions sportifs    «La confiance de Sefrioui dans Addoha est un signal positif»    Le PPS perd un de ces doyens    Banque d'affaires: Les russes de Renaissance Capital tâtent le terrain    Algérie : après un an, la contestation populaire unit ses forces vives    Les jeunes et le discours religieux contemporain    L'initiative «100 jours, 100 villes» du RNI fait escale à Asilah    Les litiges relèvent désormais de la compétence des TPI    Point de vue : Dire pour construire et non dire pour détruire    Le groupe Addoha intensifie ses investissements au Ghana    Mission multi-sectorielle sur les mines et industries extractives à Nouakchott    Les nageurs meknassis se positionnent sur le podium du Championnat d'hiver de Meknès    CAN Futsal 2020 : L'Île Maurice a déja réussi sa CAN    CGEM-DGI : CGEM-DGI Une rencontre de communication sur les dispositions de la loi de Finances 2020    Produits impropres à la consommation : Près de 18.000 tonnes détruites en 2019    Nous sommes tous Nour    Chute d'obus de mortier sur l'Est de Tripoli : Un Marocain tué    Une baisse du marché sans impact sur les recettes fiscales    Le sud-africain Aspen Pharmacare veut se développer au Maroc    La HACA à l'édition 2020 du Salon de la radio et de l'audio-digital à Paris    L'épidémie de coronavirus est partie d'un marché à Wuhan en Chine    Abdelaziz Barrada rejoint les Lusitanos Saint-Maur    Edito : Triste déballage    Voici le temps qu'il fera ce lundi    Harvey Weinstein avait une "liste rouge" des femmes susceptibles de le dénoncer    Noureddine Saïl à Dakar : "Il faut multiplier les productions cinématographiques nationales afin de promouvoir le cinéma africain"    Le Roi félicite le Gouverneur général d'Australie à l'occasion de la fête nationale de son pays    Russie: Le nouveau gouvernement a du pain sur la planche…    L'ambassade du Maroc à Pékin rassure    Coronavirus : Voici les pays touchés    Capitales africaines de la culture : Rabat supplée Marrakech à la hâte    Piers Faccini, le maître de la complainte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FMI alerte sur la guerre commerciale
Publié dans Albayane le 18 - 07 - 2018

L'escalade des tensions commerciales constitue la menace la plus sérieuse à court terme pour la croissance mondiale. C'est ce qui ressort des dernières perspectives économiques publiées par le Fonds monétaire international (FMI).
En effet, selon le fonds, la croissance mondiale devrait atteindre 3,9% en 2018 et 2019. Toutefois, la croissance du PIB pourrait rapidement accuser le coup si les menaces sur le commerce mondial se concrétisent. «Nous continuons de prévoir une croissance mondiale voisine de 3,9% seulement tant pour cette année que pour l'année prochaine, mais nous estimons que le risque d'une révision à la baisse a augmenté, même à court terme», déclarent les économistes du fonds. Et d'ajouter : «Une escalade des tensions commerciales pourrait miner la confiance des entreprises et des marchés financiers, ce qui nuirait à l'investissement et au commerce. Au-delà de son impact immédiat sur l'état d'esprit des marchés, la prolifération de mesures commerciales pourrait accroître l'incertitude entourant la portée potentielle des mesures commerciales».
Dans ce contexte, le volume du commerce mondial de biens et services pourrait baisser de rythme, passant d'une croissance exceptionnelle de 5,1% en 2017 à 4,8% en 2018 et 4,5% en 2019.En outre, le FMI prévient que le PIB mondial pourrait subir une diminution de 0,5 point d'ici à 2020, par rapport à ses perspectives actuelles, si les menaces de hausses de droit de douanes de l'administration Trump et des autres pays en représailles se concrétisaient. Et les Etats-Unis, dans l'œil du cyclone, en seraient les premiers affectés.
Dans le détail, l'institution monétaire estime désormais que la croissance des pays avancés devrait s'établir à 2,4% (-0,1 point) avec les Etats-Unis faisant la course en tête (+2,9%) sous l'effet de la réforme fiscale adoptée fin 2017 qui s'est traduite par une baisse d'impôts pour les ménages et les entreprises.Le Fonds a abaissé encore davantage sa prévision pour la zone euro (-0,2 point à 2,2%) avec des estimations moins optimistes pour l'Allemagne (-0,3 point à 2,2%), la France (-0,3 point à 1,8%) et l'Italie (-0,3 point à 1,2%), en raison du ralentissement de l'activité économique plus marqué que prévu au premier trimestre pour les deux premiers et des incertitudes politiques qui ont pesé sur le troisième.
Le Japon, dont la croissance devrait s'établir à 1% (-0,2 point), a lui enregistré une consommation et des investissements atones au premier trimestre, qui devraient toutefois retrouver de la vigueur le reste de l'année S'agissant du Royaume-Uni (-0,2 point à 1,4%), les termes du «Brexit» demeurent confus en dépit de mois de discussions. Pour les pays émergents et les pays en développement dans leur ensemble, le FMI prévoit une croissance de 4,9% en 2018 et de 5,1% en 2019. Cependant, ces chiffres agrégés masquent des variations diverses d'un pays à l'autre.
Par ailleurs, la croissance globale en Afrique subsaharienne dépassera celle de la population au cours des deux prochaines années : le revenu par habitant augmente ainsi dans de nombreux pays, mais, en dépit d'un rebond des prix des produits de base, la croissance restera inférieure aux niveaux observés pendant l'envolée de ces prix au cours de la première décennie des années 2000. Des développements défavorables en Afrique (conflits civils ou chocs climatiques, par exemple) pourraient intensifier les pressions migratoires, notamment vers l'Europe.
Face à cette situation, le FMI recommande aux autorités d'accorder davantage d'attention à l'équité économique entre les citoyens et en particulier à la protection des populations les plus pauvres. Le malaise politique généralisé qui est à l'origine de bon nombre de risques actuels, y compris sur le front commercial, trouve ses racines dans le caractère non inclusif de la croissance et la transformation structurelle dans certains pays, auxquels s'ajoutent la crise financière de 2007-2009 et les difficultés qui ont suivi. «Il est urgent de s'attaquer aux tendances de fond au moyen de mesures propices à l'équité et à la croissance, tout en veillant à disposer d'outils macroéconomiques pour combattre le prochain ralentissement économique. Sinon, l'avenir politique ne fera que s'assombrir», précisent les économistes du fonds.Aussi, pour l'institution monétaire, les pays doivent s'abstenir de se replier sur eux-mêmes et se rappeler que, pour toute une série de problèmes d'intérêt commun, la coopération multilatérale est cruciale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.