Arkane Afrika revient pour une 4ème édition    Elysée : La marocaine Safaa Nmila et l'AMSAT à l'honneur    Engrais : OCP projette de construire une usine au Ghana    La Russie renforce la défense antiaérienne syrienne au risque de fâcher Israël    Migrants : L'Aquarius « en route vers Marseille », demande l'autorisation de débarquer    De retour à l'ONU, Trump évoque sa prochaine rencontre avec Kim    Le Beach Trail Sidi Rahal Eco pour ce week-end    10è Congrès National de la Route à Al Hoceima    Casablanca, quand nos taxis font preuve de générosité    Une délégation marocaine aux Rencontres Africa 2018 à Paris    Marrakech : Arrestation d'un policier impliqué dans une affaire de vol qualifié    CIH Bank. «Avis favorable sur le titre»    Tanjazz 2018. Vive le jazz !    Corruption : Arrestation de deux gendarmes et deux agents d'autorité    El Jadida : 8 ans de prison pour avoir kidnappé, séquestré et violé une jeune fille    Fès : Une juge enceinte met fin à sa vie    Maroc-Mauritanie: des relations au beau fixe    Déjeuner Express/60 minutes au Kenzi Tower Hotel    «Sofia» de Meryem Benm'Barek dresse les contrastes de la société marocaine    «Le Maroc d'ombre et de lumière», exposition de Daoud Aoulad Syad à Fès    Ligue des Champions: Le WAC domine et s'éclipse    La marine royale avorte une opération d'émigration clandestine à Martil    Bamako: Le Président malien reçoit Saâd Eddine El Othmani    Le derby du Nord sans vainqueur ni vaincu    Coupe de la CAF : Le Raja au dernier carré, après sa victoire face au CARA Brazzaville    Le prince Moulay El Hassan préside la cérémonie de remise du Grand Prix Mohammed VI de saut d'obstacles    Le Haras Royal de Bouznika domine le Championnat national des chevaux Pur-sang arabe    La 2ème édition des journées portes ouvertes de la DGSN, du 26 au 30 septembre à Marrakech    Une commission du Parlement européen recommande l'approbation du nouvel accord agricole Maroc-UE    Plus de 4.000 jeunes à la 2ème Université des jeunes indépendants : Le RNI ne pratique pas le double langage    Achoura: Taroudant vibre au rythme de la Dakka    France : L'Appel des 88, Non aux violences conjugales !    Le CESE publie son rapport sur le Maroc    Une campagne de consultations gratuites pour les réfugiés subsahariens    Agroalimentaire : Le salon CFIA revient pour une 6eme édition    Le médecins du privé en ont ras-le-bol    Un Fajr de Haute volée    La coopération judiciaire sino-marocaine examinée à Rabat    L'article 70 ou l'article épouvantail    Attentat d'Ahvaz: l'Iran remonté contre les Occidentaux et les Saoudiens    Le gouvernement libyen reconnu appelle l'ONU à agir face aux troubles    Theresa May humiliée à Salzbourg    Succès concluant de la journée d'étude de l'USFP "Régionalisation et déconcentration"    La poésie arabe en fête à Marrakech    Les sages de la Ligue des écrivaines du Maroc en conclave à Marrakech    Le chapeau d'Indiana Jones adjugé près de 450.000 euros aux enchères    Arrestation de l'ancien Premier ministre de Malaisie    Message de condoléances de SM le Roi aux membres de la famille de feu Mohammed Karim Lamrani    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ali Yata ou la fidélité à un grand fidèle à la patrie et au peuple
Publié dans Albayane le 16 - 08 - 2018

Fidèles à une tradition ancrée depuis belle lurette, la direction du Parti du progrès et du socialisme (PPS) et les militants du Parti ont rendu un hommage du souvenir au leader historique Ali Yata, à l'occasion du 21e anniversaire de son décès.
Des membres du Bureau politique, du Comité central et de militants du PPS ont tenu à se recueillir, lundi dernier après la prière d'Al Asr, sur la tombe d'Ali Yata qui repose au cimetière des chouhadas (Martyrs) à Casablanca.
Malgré la période estivale et la canicule ambiante, la fidélité était au rendez_vous, 21 années après la disparition tragique de celui qui fut des plus fidèles au Parti qu'il avait créé, au socialisme, aux combats patriotiques et populaires, à l'internationalisme ouvrier et à la solidarité internationale...
C'est Khalid Naciri, membre du Bureau politique du PPS et néanmoins compagnon du regretté disparu pendant au moins trois décennies, qui a eu la lourde charge de prononcer l'hommage du Parti.
Il rappellera les nombreuses qualités du défunt qui fut d'abord militant puis premier dirigeant marocain du Parti communiste Marocain, un défenseur intraitable de l'indépendance de la Patrie lors de la sinistre histoire du Protectorat, puis vaillant défenseur de la légalité du Parti, dès l'aube de l'indépendance pour assurer la poursuite de ses combats et de son action légale, pour les idéaux de démocratie, de justice sociale et de progrès de la Nation.
Ali Yata fut aussi un véritable homme du consensus et c'est, entre autres, grâce à lui que le compromis historique intervenu entre la monarchie marocaine et le mouvement national, sous le règne de feu Sa Majesté Hassan II, a pu se concrétiser quelques mois après le décès de ce leader de la Koutla démocratique (composée de l'USFP, du PI, du PPS et de l'OADP).
Mais l'acte ne relève pas de la seule fidélité aux idéaux communs et de la reconnaissance à la vie militante d'un grand dirigeant politique. Car une bonne partie de son combat demeure d'une actualité brûlante.
La fidélité à l'Ecole d'Ali Yata
La fidélité de l'homme reste légendaire, lui qui fut fondateur du Parti auquel il est resté attaché jusqu'à la mort, soit plus d'un demi siècle fait de combats, de privations de liberté, d'abnégation et de sacrifices.
Khalid Naciri a notamment réaffirmé cette fidélité «des militantes et des militants du PPS à l'apport de feu Si Ali».
Il a également exprimé « la fierté du Parti et des militants du legs laissé par l'Ecole d'Ali Yata et de l'appartenance au Parti qu'il a créé, depuis le Parti communiste Marocain (PCM) au Parti du progrès et du socialisme (PPS), en passant par le Parti de la libération et du socialisme (PLS) et auquel il est resté fidèle toute sa vie». Il a longuement détaillé le parcours patriotique et militant du défunt, qui avait épousé «les grandes causes nationales, les grandes causes populaires et les grandes causes sociales» du Maroc.
«Nous avons appris, à l'Ecole d'Ali Yata, le sens de l'appartenance à un ensemble et à une communauté de valeurs, de constantes et de principes fondamentaux», a pousuivi Naciri, rappelant, comme le disait le défunt, que «le PPS est le parti de la fidélité à la Patrie et au peuple», tout en liant cet anniversaire à celui de la récupération de Oued Eddahab par la mère patrie.
Le Parti d'Ali Yata, ajoute encore l'orateur, est « celui qui ne craint pas d'avoir des positions audacieuses que d'aucuns ne comprennent pas sur le champ. C'est le parti qui prend les positions justes avant les autres. Ce qui fait naitre, parfois, des divergences mais que la suite des événements et des développements démontre, souvent, que le Parti d'Ali Yata et ses analyses étaient justes avant que les autres n'y parviennent et ne s'y rendent compte».
Il a également rappelé que le parti « reste engagé dans cette voie pour construire la justice sociale et édifier la démocratie politique, de sorte à bâtir la prospérité économique ».
Khalid Naciri a conclu en indiquant que «le Maroc est fier d'appartenir à Ali Yata et Ali Yata est fier de son appartenance au Maroc» pour dire toute la grandeur d'âme du regretté défunt.
Enfin, il a fait observer l'absence de deux grands camarades et compagnons fidèles à ce recueillement : Si Mohamed Benseddik et Abdallah Gharbi, qui ont été de tous les 13 août et ce depuis 21 ans... mais aujourd'hui, absents physiquement, ont regagné le défunt Ali Yata...
Qu'ils reposent, tous ainsi que tous les martyrs du parti, en paix.
C'est peu dire de ce grand homme qui avait marqué le Maroc d'avant comme d'après l'indépendance, par son patriotisme hors pair, sa lutte inébranlable pour l'indépendance et son combat inlassable pour la démocratie et la justice sociale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.