L'ONU aurait besoin de 5 milliards de dollars pour le Yémen    Raja-Al Ismaily en 16è de finale retour de la Coupe arabe des clubs champions : Un match sous haute pression    Démantèlement d'une cellule terroriste composée de trois individus partisans de Daech    Bourse. Les transactions en baisse au cours du troisième trimestre    Conférence intergouvernementale sur la migration à Marrakech    Administration publique. Une étude pour améliorer la qualité de service    Trêve commerciale entre la Chine et l'Allemagne    Merkel, Pedro Sanchez, Tsipras… à Marrakech    Maroc-Sénégal. La régulation de l'audiovisuel à l'ordre du jour    La NASA dévoile l'existence d'une «usine chimique» dans l'espace    Gilets jaunes, Les mesures prises par Macron    Belgique: Charles Michel à la tête d'un gouvernement minoritaire    Raja: apaiser la tension du staff technique    Le Wyadad et le Hassania en tête    Zones montagneuses. La commission interministérielle se dote d'un nouveau décret    Salé : Arrestation d'un individu impliqué dans un accident de circulation mortel sous l'effet de l'alcool    Décès à Marrakech de l'icône de la chanson populaire marocaine Hamid Zahir    «Sabah wa Massa» ou l'amour entre vérité et mensonge    Qui est Murad Rais, le pirate marocain qui a pillé l'Islande ?    Transport maritime : L'Apram souffle sa 20ème bougie    10 ans de prison pour les vendeurs de la viande de chiens    Edito : Défenseur de migrants    PLF 2019 : Benchaaboun fait le point sur les amendements    Remise à Casablanca des prix aux lauréats de l'African Entrepreneurship Award 2018    Hamieddine rattrapé par son passé, le PJD en situation difficile    CAN-2019 : le pays organisateur connu le « 9 janvier »    Le secteur financier africain doit aller vers plus de convergence    Le droit d'asile et Alger : Ça fait deux    River triomphe de Boca : Finale aseptisée à Madrid    Pour une Coupe du monde des clubs élargie    Le WAC et le HUSA prennent les commandes de l'exercice Pro 1    Semaine décisive pour Theresa May et l'accord de Brexit    Amnesty réclame une enquête formelle sur les atrocités liées à Boko Haram    Le geste inspiré de l'Hôpital 20 Août 1953    News    Fléchissement des prix des produits alimentaires à travers le monde    China Trade Week de retour à Casablanca    Le bond du Maroc dans le classement Doing Business, un signal "fort" et "positif"    Olbia, une histoire engloutie vieille de 2.000 ans    Testament d'un livre    Botola Maroc Telecom : Une reprise difficile pour le Raja    Lutte contre le diabète : La Fondation Mohammed VI lance une campagne de dépistage    Le chanteur Hamid Zahir n'est plus !    Fès : Arrestation de deux individus en possession de 5.330 comprimés d'ecstasy    «Regarde-moi», l'autisme autrement    Festival international du Film de Marrakech : L'Etoile d'Or revient au film autrichien Joy de la réalisatrice Sudabeh Mortezai    BCIJ: Saisie d'environ 1 tonne de cocaïne et arrestation de 7 personnes    Trafic international de drogue et de psychotropes : Arrestation à Casablanca d'une Brésilienne en possession de 610 grammes de cocaïne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Achoura: Taroudant vibre au rythme de la Dakka
Publié dans Albayane le 24 - 09 - 2018

Pour les passionnés de folklore et d'art de fraja (spectacle de rue) à Taroudant, la nuit de Achoura a un caractère typique et particulier. Hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, artisans et commerçants, issus de catégories sociales différentes, se préparent à cette soirée dans un esprit de communion qui confère au moment une ambiance à la fois spirituelle, festive et chaleureuse.
Telle est la nuit du neuf Moharram dite « nuit de Achoura », ou encore « la nuit de la bénédiction » pour certains, que les habitants de Taroudant perpétuent des décennies durant avec une série de rituels dont la cérémonie de « la Dakka Roudania » qui constitue l'un des genres musicaux authentiques de cette ville enracinée dans l'histoire.
Cette date qui a coïncidé, cette année, avec le 19 septembre, a constitué un moment idoine pour les amoureux de Dakka et ses praticiens (dqaiqiyas), de converger à la Maâsra (moulin à huile d'olive) Ait Naâma à l'occasion de la première édition de la « Rencontre du patrimoine ».
L'assistance a été gratifiée d'une soirée de Samaâ animée par l'Association Al-Ichrak qui a puisé dans le registre des chants mystiques et des louanges au prophète Sidna Mohammed outre ds morceaux de Malhoun et de l'art de Griha.
Dans cet endroit où les tentes ont été dressées et le sol couvert de tapis, les foules d'invités se succèdent pour savourer un moment artistique unique qui ne se répète qu'une fois par an, alliant les sentiments de célébration avec ses manifestations de chants, de joie et de spiritualité, les louanges au prophète et la fumée odoriférante qui se dégage de l'encens.
A l'approche de minuit, les dqaiqiyas, artisans qui forment le groupe, dans leur habits traditionnels, progressent vers le centre de la tente pour dessiner un large cercle avec au centre le M'kadem Baba Ali Naâma, véritable maestro depuis des décennies, qui donnent ses ordres, avec une douceur mêlée à un sourire spontané. Il trace, selon des critères spécifiques, une forme géométrique aux membres de son groupe dans une maîtrise parfaite de leurs performances.
Au côté du M'kadem, deux autres membres de la troupe veillent à la maîtrise du rythme et du spectacle basé sur diverses percussions (Tambourins et crotales) dans un rythme précis.
La soirée commence par une première dite «El'aït» (appel) qui consiste en une poésie chantée sur un rythme lent et des percussions sommaires. Emmenés par le chef percussionniste, les membres de la troupe commencent à accélérer progressivement la machine rythmique en prélude à la modification du rythme attendu lors de la troisième et dernière phase de la dakka appelée qfal ou qfal Afûs.
C'est par le geste d'une frappe surajoutée que le Mkaddam annonce le changement du rythme. Si «l'entrée» est réussie c'est l'enchantement total, dans le cas contraire, c'est le honte et l'humiliation.
Cette phase finale requiert en effet une grande attention et perspicacité de la part du groupe. D'ailleurs la réussite d'un spectacle de deqqa en dépend et toute non harmonisation entre les dqaiqiyas implique automatiquement un échec, d'après le Mkaddam Baba Na'ma.
Le spectacle célébrant la nuit de Achoura se poursuit avec plusieurs autres séquences rythmées jusqu'à e que le Mkaddam, avec virtuosité, décide que le moment est venu pour donner le clap de fin.
Partie intégrante de l'héritage culturel marocain, la Dakka est une tradition musicale qui puise son origine du patrimoine oral. Les spectacles organisés le temps de cette fête religieuse de Achoura et des manifestations culturelles contribuent aux efforts visant à la mettre en valeur, préserver et pérenniser.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.