Rabat : Le Conseil de la ville toujours en mode "Stand-by"    Retour du droit à l'importation de 30% sur le blé tendre à partir de 2019    Une nouvelle tragédie sur l'autoroute de Casablanca    Espace : Une expédition scientifique en route vers Mercure    ESCA invite les professionnels de la comptabilité à un workshop gratuit    Une levée de fonds de 500M$ pour Careem    Le Maroc et la Tunisie peinent toujours à dynamiser leurs échanges    Assassinat de Khashoggi : L'aveu complet du Riyad    Les réformes de la justice au Maroc saluées par une commission européenne    Le Roi Mohammed VI charge Akhannouch d'élaborer une stratégie de développement agricole    Affaire Khashoggi : L'Arabie saoudite plaide coupable    La Russie se félicite de son bilan d'intervention    4ème Commission de l'ONU : Une victoire diplomatique certaine pour le Maroc    L'ONCF dément les rumeurs de piratage    Comment sortir de la malédiction de l'Oukaimeden!    Un Monde Fou    Théâtre: Quand les femmes font comme les hommes    Les Lionnes de l'Atlas l'emportent face à l'Algérie    Prix Katara du roman arabe 2018 : deux critiques marocains distingués    Filière équine : Le Plan décennal 2011-2020 de la Sorec tient ses promesses    L'Organisation des Etats de la Caraïbe orientale se dote d'une ambassade à Rabat    Désillisions    Le Maroc refuse de jouer au gendarme de l'Europe    Liga : Barça et Real guettés par la crise    Arrestation d'une femme soupçonnée de port illégal d'un uniforme de police    Premier League : Une manche show    Bundesliga : Le Bayern en opération sauvetage    Hicham El Mansour ou "la vue fauviste la plus parfaite jamais réalisée pour Tanger"    Le Salon maghrébin du livre à Oujda, une ambitieuse contribution à la consécration de la coopération culturelle    Faiçal Ben primé au Festival international du film de Delhi    Bouillon de culture    Fouad Laroui présente à Paris son nouveau livre «Dieu, les mathématiques, la folie»    Ouverture mercredi du pont géant reliant Hong Kong à la Chine continentale    Brexit : La question irlandaise peut faire échouer l'accord, souligne Michel Barnier    Khashoggi : Des employés du consulat témoignent, une crise en vue entre Ryad et ses alliés    La réforme des soins de santé primaires va bon train    Man City-Messi. "La pulga" fidèle au FCB à tout prix    Mobilisation des terres collectives. La mise en œuvre pour 2019    Arrestation de deux individus impliqués dans une affaire de viol ayant entraîné la mort, détails !    Les députés du PPS demandent une réunion d'urgence    Sahara marocain: Le processus politique conforté sur la voie onusienne    Le PIB agricole a grimpé de 60% en 10 ans    JOJ de Buenos Aires: le Maroc rafle sept médailles    Plus de 15 millions de cartes bancaires en circulation    L'Institut français d'Oujda déménage    Divers    Au moins 18 morts dans une fusillade en Crimée    Mieux vaut pousser tôt au premier accouchement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Achoura: Taroudant vibre au rythme de la Dakka
Publié dans Albayane le 24 - 09 - 2018

Pour les passionnés de folklore et d'art de fraja (spectacle de rue) à Taroudant, la nuit de Achoura a un caractère typique et particulier. Hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, artisans et commerçants, issus de catégories sociales différentes, se préparent à cette soirée dans un esprit de communion qui confère au moment une ambiance à la fois spirituelle, festive et chaleureuse.
Telle est la nuit du neuf Moharram dite « nuit de Achoura », ou encore « la nuit de la bénédiction » pour certains, que les habitants de Taroudant perpétuent des décennies durant avec une série de rituels dont la cérémonie de « la Dakka Roudania » qui constitue l'un des genres musicaux authentiques de cette ville enracinée dans l'histoire.
Cette date qui a coïncidé, cette année, avec le 19 septembre, a constitué un moment idoine pour les amoureux de Dakka et ses praticiens (dqaiqiyas), de converger à la Maâsra (moulin à huile d'olive) Ait Naâma à l'occasion de la première édition de la « Rencontre du patrimoine ».
L'assistance a été gratifiée d'une soirée de Samaâ animée par l'Association Al-Ichrak qui a puisé dans le registre des chants mystiques et des louanges au prophète Sidna Mohammed outre ds morceaux de Malhoun et de l'art de Griha.
Dans cet endroit où les tentes ont été dressées et le sol couvert de tapis, les foules d'invités se succèdent pour savourer un moment artistique unique qui ne se répète qu'une fois par an, alliant les sentiments de célébration avec ses manifestations de chants, de joie et de spiritualité, les louanges au prophète et la fumée odoriférante qui se dégage de l'encens.
A l'approche de minuit, les dqaiqiyas, artisans qui forment le groupe, dans leur habits traditionnels, progressent vers le centre de la tente pour dessiner un large cercle avec au centre le M'kadem Baba Ali Naâma, véritable maestro depuis des décennies, qui donnent ses ordres, avec une douceur mêlée à un sourire spontané. Il trace, selon des critères spécifiques, une forme géométrique aux membres de son groupe dans une maîtrise parfaite de leurs performances.
Au côté du M'kadem, deux autres membres de la troupe veillent à la maîtrise du rythme et du spectacle basé sur diverses percussions (Tambourins et crotales) dans un rythme précis.
La soirée commence par une première dite «El'aït» (appel) qui consiste en une poésie chantée sur un rythme lent et des percussions sommaires. Emmenés par le chef percussionniste, les membres de la troupe commencent à accélérer progressivement la machine rythmique en prélude à la modification du rythme attendu lors de la troisième et dernière phase de la dakka appelée qfal ou qfal Afûs.
C'est par le geste d'une frappe surajoutée que le Mkaddam annonce le changement du rythme. Si «l'entrée» est réussie c'est l'enchantement total, dans le cas contraire, c'est le honte et l'humiliation.
Cette phase finale requiert en effet une grande attention et perspicacité de la part du groupe. D'ailleurs la réussite d'un spectacle de deqqa en dépend et toute non harmonisation entre les dqaiqiyas implique automatiquement un échec, d'après le Mkaddam Baba Na'ma.
Le spectacle célébrant la nuit de Achoura se poursuit avec plusieurs autres séquences rythmées jusqu'à e que le Mkaddam, avec virtuosité, décide que le moment est venu pour donner le clap de fin.
Partie intégrante de l'héritage culturel marocain, la Dakka est une tradition musicale qui puise son origine du patrimoine oral. Les spectacles organisés le temps de cette fête religieuse de Achoura et des manifestations culturelles contribuent aux efforts visant à la mettre en valeur, préserver et pérenniser.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.