Cinq matchs à huis clos et 85.000 DH d'amende pour le MCO    Halieutis. Le Maroc récolte les fruits d'une stratégie audacieuse    Casablanca : Deux sociétés délégataires s'occuperont de la gestion des déchets    HCP : Seulement 4,2% des travailleurs indépendants ont un diplôme de niveau supérieur    2è Eco-Trail Lalla Takerkoust : Sport, nature et… solidarité    La Tribune de Nas : Une vieille dame kidnappée en Uruguay    Un Marocain signe un record de traversée en dériveur dans le golfe de Thaïlande    Casablanca : Une domestique de 13 ans torturée, la DGSN réagit    Le pape veut « du concret » lors d'un sommet sur les abus sexuels du clergé    Théâtre : «Bourass» en tournée nationale et internationale    Lacage Urban Music Awards : Remise des trophées le 23 février    Fouad Laroui présente son ouvrage «Lumières marocaines»    Infrastructures : Fquih Ben Saleh se dote d'une nouvelle salle couverte omnisports    France : La grippe hivernale fait 2.800 morts    Daesh : Une Britannique apatride après avoir été déchue de sa nationalité    Tanger-Med : Saisie d'importantes sommes d'argent en devise et d'appareils électroniques    L'ENCG ouvre ses portes à Meknès à la prochaine rentrée universitaire    Près de 3485 morts sur les routes marocaines en 2018    «Ceinture bleue»: soutien africain et européen à l'initiative du Maroc    Partenariat GBM et le Maroc 2019-2024    L'Atlético de Madrid fait perdre à la Juventus plus de 9 % en bourse    « WA DRARI » : Le documentaire qui plonge au coeur du phénomène SHAYFEEN    Trump menace les militaires qui soutiennent Maduro…    Crédits garantis. La CCG affiche ses performances    Un groupe de travail rattaché à l'ONU recardé pour s'être mêlé à l'affaire Bouachrine    Zakia Driouich : «Halieutis constitue aujourd'hui une vitrine du développement du secteur de la pêche»    "Apatride" de Narjiss Nejjar enfin en salles    4e Forum parlementaire sur la justice sociale : Bouayach appelle à nouer avec la logique des droits    Marrakech : Quelque 25 agences de voyages autorisées à organiser le Hajj 1440    Sécurité routière. L'incivisme a la peau dure    Munich – Un parfum de campagne électorale    Grève générale !    Grève. Les fonctionnaires toujours mobilisés    Edito : Rattraper le retard    1,2,3, où va l'Algérie ?    Coopération CNDP-AUSIM : Un pas de plus vers la diffusion de la culture de la protection des données à caractère personnel    Insolite : Bagarre au Parlement    Affaire Benalla : "Dysfonctionnements majeurs" à l'Elysée    Haj Larbi Benbarek mis à l'honneur à l'IMA    Le tatouage sur le visage, autrefois une rareté, aujourd'hui une mode    Divers sportifs    Victoire de Keltoum Bouaâssria et Mustapha Hedadi au championnat national de cross-country    News    Luis Planas : La visite de S.M Felipe VI témoigne de l'amitié maroco-espagnole    Le satisfecit des syndicats : Grève réussie    Les infos insolites des stars : Le père de Sean Penn    Oggitani Quintet s'offre à nouveau la sympathie du public casablancais    "Le Ciel sous nos pas" de Leïla Bahsaïn, une lutte pour l'émancipation des femmes ici et ailleurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Achoura: Taroudant vibre au rythme de la Dakka
Publié dans Albayane le 24 - 09 - 2018

Pour les passionnés de folklore et d'art de fraja (spectacle de rue) à Taroudant, la nuit de Achoura a un caractère typique et particulier. Hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, artisans et commerçants, issus de catégories sociales différentes, se préparent à cette soirée dans un esprit de communion qui confère au moment une ambiance à la fois spirituelle, festive et chaleureuse.
Telle est la nuit du neuf Moharram dite « nuit de Achoura », ou encore « la nuit de la bénédiction » pour certains, que les habitants de Taroudant perpétuent des décennies durant avec une série de rituels dont la cérémonie de « la Dakka Roudania » qui constitue l'un des genres musicaux authentiques de cette ville enracinée dans l'histoire.
Cette date qui a coïncidé, cette année, avec le 19 septembre, a constitué un moment idoine pour les amoureux de Dakka et ses praticiens (dqaiqiyas), de converger à la Maâsra (moulin à huile d'olive) Ait Naâma à l'occasion de la première édition de la « Rencontre du patrimoine ».
L'assistance a été gratifiée d'une soirée de Samaâ animée par l'Association Al-Ichrak qui a puisé dans le registre des chants mystiques et des louanges au prophète Sidna Mohammed outre ds morceaux de Malhoun et de l'art de Griha.
Dans cet endroit où les tentes ont été dressées et le sol couvert de tapis, les foules d'invités se succèdent pour savourer un moment artistique unique qui ne se répète qu'une fois par an, alliant les sentiments de célébration avec ses manifestations de chants, de joie et de spiritualité, les louanges au prophète et la fumée odoriférante qui se dégage de l'encens.
A l'approche de minuit, les dqaiqiyas, artisans qui forment le groupe, dans leur habits traditionnels, progressent vers le centre de la tente pour dessiner un large cercle avec au centre le M'kadem Baba Ali Naâma, véritable maestro depuis des décennies, qui donnent ses ordres, avec une douceur mêlée à un sourire spontané. Il trace, selon des critères spécifiques, une forme géométrique aux membres de son groupe dans une maîtrise parfaite de leurs performances.
Au côté du M'kadem, deux autres membres de la troupe veillent à la maîtrise du rythme et du spectacle basé sur diverses percussions (Tambourins et crotales) dans un rythme précis.
La soirée commence par une première dite «El'aït» (appel) qui consiste en une poésie chantée sur un rythme lent et des percussions sommaires. Emmenés par le chef percussionniste, les membres de la troupe commencent à accélérer progressivement la machine rythmique en prélude à la modification du rythme attendu lors de la troisième et dernière phase de la dakka appelée qfal ou qfal Afûs.
C'est par le geste d'une frappe surajoutée que le Mkaddam annonce le changement du rythme. Si «l'entrée» est réussie c'est l'enchantement total, dans le cas contraire, c'est le honte et l'humiliation.
Cette phase finale requiert en effet une grande attention et perspicacité de la part du groupe. D'ailleurs la réussite d'un spectacle de deqqa en dépend et toute non harmonisation entre les dqaiqiyas implique automatiquement un échec, d'après le Mkaddam Baba Na'ma.
Le spectacle célébrant la nuit de Achoura se poursuit avec plusieurs autres séquences rythmées jusqu'à e que le Mkaddam, avec virtuosité, décide que le moment est venu pour donner le clap de fin.
Partie intégrante de l'héritage culturel marocain, la Dakka est une tradition musicale qui puise son origine du patrimoine oral. Les spectacles organisés le temps de cette fête religieuse de Achoura et des manifestations culturelles contribuent aux efforts visant à la mettre en valeur, préserver et pérenniser.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.