ANP: Un chiffre d'affaires en hausse de 4,1% en 2019    Pour que Aid-Al Adha ne se transforme pas en catastrophe    Le Laboratoire de l'info : Spécial paix au Proche-Orient (Vidéo)    Etat d'urgence sanitaire : L'intérieur procédera à la fermeture des quartiers à risque    Maroc/Covid-19: 191 nouveaux cas, 5 autres décès ces dernières 24h    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Abdeladim Chennaoui    Coronavirus : le ministère de la Santé appelle à la vigilance    Mauvaises langues    TPME: la Confédération veut intégrer le conseil d'administration de la nouvelle CCG    Le gouverneur de Casablanca-Anfa relevé de ses fonctions    Mehdi Benbachir, nouveau DGA chez Société Générale Maroc et membre du Comex    Le détournement des aides humanitaires destinées aux camps de Tindouf se poursuit    Le frère de Serge Aurier tué dans une fusillade    UFC : le nigérian Kamaru Usman conserve son titre!    «L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières»    Elections 2021: Quelle approche faut-il adopter?    Serie A: Sofyan Amrabat confirme contre la Fiorentina    Des restaurants fermés pour non-respect des mesures de distanciation    Bulgarie: Le président réclame la démission du gouvernement «mafieux»    Coronavirus: l'urgence d'une relance économique plus verte    Vols spéciaux : la RAM étend la commercialisation aux agences de voyages [Communiqué]    Le roi Mohammed VI a écrit au président du Monténégro    La relance du tourisme au menu du Conseil de gouvernement    Coronavirus : Le point sur les vaccins anti Covid-19 et sur ce que dit l'OMS    Coronavirus : Tanger en total lockdown    Essaouira reprend son souffle    Manchester City: le TAS annule la sanction de l'UEFA    Driouch: une virée à la plage tourne au drame    Les Frères Naciri réalisent et produisent «Malheur Malheur» de Maître Gims    Aides aux ménages du secteur informel : le 3ème versement à partir de ce samedi    La RAM est-elle moins stratégique que Air France-KLM?    Lekjaâ veut un contrat programme entre la FRMF et la DTN    Un artiste charismatique s'en va    Données personnelles : Trois programmes Data-Tika lancés par la CNDP    UNFPA : La santé des femmes à l'heure de la Covid-19 mise en lumière    Chelsea doute, City qualifié pour la prochaine C1    Sainte Sophie. Erdogan veut mettre la main sur l'Islam    Accès au territoire national : Les précisions du ministère des Affaires étrangères    Le dialogue social reprend ses droits    Retour béni    Messi toujours muet, le Barça souffre mais gagne    La CAF prise de court par le Cameroun    La mue écologique du 7ème art    "Migration féminine à Casablanca, entre autonomie et précarité", nouvel ouvrage de la Collection Tiwizi    "Away", la série spatiale de Netflix dévoile son premier trailer    Abdeladim Chennaoui n'est plus    Turquie: l'ancienne basilique Sainte-Sophie redevient mosquée    Le roi Mohammed VI a envoyé un message au roi Salmane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Al Boraq» … sur les rails de la modernité!
Publié dans Albayane le 22 - 11 - 2018

DNES à Tanger: Mohamed Nait Youssef
Il est 9h00. Un soleil timide se profile derrière les nuées, en ce vendredi 16 novembre, au lendemain de l'inauguration du Train à Grande Vitesse «Al Boraq» par le Roi Mohammed VI et le Président de la République française, Emmanuel Macron. Un événement important voire historique ! A la gare de Rabat Agdal, dans la ligne consacrée au TGV, une poignée de journalistes marocains et étrangers accrédités au Maroc attendent avec beaucoup d'enthousiasme l'arrivée d'«Al Boraq» qui a fait son départ depuis la gare de Casa-Voyageurs. Les caméras et les regards sont fixés sur cette nouvelle locomotive qui reliera les villes de Tanger, Kénitra, Rabat et Casablanca en deux heures environ. Le temps est précieux dans l'ère actuelle et Al Boraq, qui symbolise ce nouveau visage du Maroc qui se modernise au fils des projets, mettra le pays sur les rails de la vitesse.
A 9h40, le TGV arrive à la gare de Rabat Agdal. Quelques minutes après, il entame son périple inédit, avec à bord quelques privilégiés. Des journalistes notamment, invités à découvrir ce nouveau joyau du Maroc du 21e siècle. On traverse le fameux pont de Bouregreg, puis la ville jumelle de la capitale, Salé, avant qu'à «Al Boraq» n'arrive à Kénitra pour prendre sa nouvelle ligne et sa vitesse maximale. En prenant sa ligne moderne, la vitesse augmente petit à petit. Et l'œil, à travers les grandes vitres, se noie dans les fabuleux paysages de la côte atlantique. Le confort est assuré. Le voyageur pourra suivre l'itinéraire de son voyage à travers deux écrans installés dans chaque compartiment. Toutes les informations y sont affichées : la vitesse, l'horaire et la température. Entre la ville blanche et Kénitra, la vitesse moyenne du TGV est de 180 km/h. il faudra 320 km/h pour qu'«Al Boraq» relie Kénitra et Tanger. Le temps de prendre un café, feuilleté un livre ou déclencher une discussion ou encore contempler le beau paysage…. Le TGV arrive en un clin d'œil dans la ville du détroit. Al Boraq arrive dans la nouvelle gare de Tanger à 11H. Le vent clément du Détroit enveloppe chaleureusement les invités.
Saïd Al Bassi, chef de centre conduite et de formation grande vitesse à Casablanca, qui fait partie de la première équipe de conduite qui a initié les essais après une formation en France et au Maroc, n'a pas caché sa joie lors du lancement de ce projet. «Je ne peux qu'être fier de ce projet parce que j'ai vécu un condensé d'émotions sur le plan humain et professionnel. J'ai vécu des moments très intenses, des moments de joie, des moments de difficultés… C'est une expérience personnelle extraordinaire à tous les niveaux. Je ne peux qu'être fier de faire partie de la première équipe qui a lancé le TGV au Maroc et en Afrique », confie-t-il dans une déclaration à Al Bayane, juste après l'arrivée d'Al Boraq à Tanger.
Saïd est l'un des membres de la première équipe à avoir conduit le TGV. «J'ai participé à toute la campagne des essais. On a fait tous les essais depuis la ligne classique, sur la LGV, la montée de la vitesse…. on a fait le record de l'Afrique de la vitesse pour atteindre les 357 km/h», a-t-il déclaré. Saïd figure parmi les quatre cadres qui ont contribué à la formation des conducteurs. Au total, ce sont 40 conducteurs marocains dont 6 qui ont été formés en France et au Maroc. Concernant la conduite, a-t-il fait savoir, tous les essais ont été faits par des conducteurs marocains.
Reghay Issam, 35 ans, 13 ans d'expérience dans le domaine, a assuré le voyage des journalistes de la Métropole à la ville du Détroit. De 2009 à 2014, il était conducteur de ligne classique avant de se lancer dans la nouvelle expérience professionnelle de la LGV. «Je suis conducteur de train depuis 2005, c'est-à-dire que c'est une chose qui me semble un peu normale. Pour ce qui est d'Al Boraq, je fais partie des 6 conducteurs qui ont fait des essais en France. C'est un honneur d'appartenir à cette équipe», s'est-il réjoui.
Une conférence de presse a été prévue pour présenter les chiffres et dévoiler les grandes lignes de ce projet. Dans la salle, le conducteur qui a assuré le voyage inaugural, Khalid Bougen, 35 ans. Le chauffeur était au volant du train royal à une vitesse de 320Km/l'heure. «C'est un honneur d'être le chauffeur qui a assuré ce voyage qui a relié Tanger et Rabat en présence de sa Majesté le Roi Mohammed VI et du Président de la République française, Emmanuel Macron», a-t-il déclaré. «Ma formation initiale des trains classiques a été faite au Maroc. J'ai commencé ma carrière à l'ONCF en 2006. J'ai fait un parcours de trois ans entre formations et d'autres fonctions pour arriver au stade de conducteur de trains classiques. C'est après 5 ans d'expérience dans la conduite que j'ai été sélectionné pour conduire le TGV», a-t-il ajouté. Le conducteur du TGV, explique-t-il, profite davantage du confort, du parcours qui se réduit avec la vitesse et la nouvelle technologie. Le TGV est plus qu'un train, c'est un acquis parmi tant d'autres qui mettra le Maroc sur les rails de la modernité. Tentez le voyage, vivez l'aventure, le TGV vaut le détour!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.