Conférence internationale sur la justice: Le texte intégral de la lettre royale    Les fantaisies d'un président!    Le gouvernement table sur une enveloppe de 198 milliards de DH en 2020    Dette du Trésor : Un encours d'environ 739 milliards de dirhams au 1er semestre 2019    «L'écriture réhabilite la mémoire, efface la souffrance et interroge l'Histoire»    Journées musicales de Carthage. Un festival courageux !    Azrou promeut la culture coréenne    Diva Châbiaa à la voix sur le cœur    Nabil Benabdallah: «Il faut redonner un sens à l'action politique»    Label'Vie. "Une valeur de croissance au profil résilient"    Le Maroc rejoint le Réseau des Autorités de prévention de la corruption    Recherche scientifique. Un nano-satellite universitaire envoyé pour deux ans dans l'espace    Une belle leçon des joueurs botolistes    Dernier tour qualificatif pour le CHAN-2020 : Le Maroc se qualifie haut la main    Météo : Fortes pluies dans plusieurs régions du Maroc    Akhannouch appelle à favoriser l'emploi des jeunes    Gouvernement. El Ouafi lâche la migration    Jouahri primé à Washington pour la troisième année consécutive    Liban : Les manifestants ne décolèrent pas    Agadir célèbre la tolérance en musique    Solid'Action : Faisons des enfants des douars nos enfants !    Rabat : Arrestation d'un malade mental pour agression contre un muezzin    Production alimentaire : Le Maroc a atteint «un bon niveau» de couverture de ses besoins    Chambre des représentants. Comment réformer la séance des questions orales ?    Accès à l'information. Le parquet général secoue les tribunaux    Top Performer RSE 2019. Attijariwafa bank distingué    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Météo: le temps qu'il fera ce lundi    Le Onze national décroche haut la main sa qualification au CHAN 2020    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    Météo : De fortes pluies prévues dans certaines régions    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    Le Maroc, un marché émergent alternatif pour les entreprises espagnoles face au Brexit    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    L'ONMT veut développer le tourisme golfique au Maroc    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Manifestations au Liban: L'ambassade du Maroc met une ligne téléphonique à disposition des Marocains    «N'assassinez pas le rêve» des étudiants de Boulemane    Les Botolistes proches de la qualification    CAN 2020 : Les joueurs locaux corrigent l'Algérie    Couverture alimentaire : Le Maroc a atteint « un bon niveau », selon Sadiki    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    Les glaciers suisses ont diminué de 10% en 5 ans    Insolite : Conférence record    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Al Boraq» … sur les rails de la modernité!
Publié dans Albayane le 22 - 11 - 2018

DNES à Tanger: Mohamed Nait Youssef
Il est 9h00. Un soleil timide se profile derrière les nuées, en ce vendredi 16 novembre, au lendemain de l'inauguration du Train à Grande Vitesse «Al Boraq» par le Roi Mohammed VI et le Président de la République française, Emmanuel Macron. Un événement important voire historique ! A la gare de Rabat Agdal, dans la ligne consacrée au TGV, une poignée de journalistes marocains et étrangers accrédités au Maroc attendent avec beaucoup d'enthousiasme l'arrivée d'«Al Boraq» qui a fait son départ depuis la gare de Casa-Voyageurs. Les caméras et les regards sont fixés sur cette nouvelle locomotive qui reliera les villes de Tanger, Kénitra, Rabat et Casablanca en deux heures environ. Le temps est précieux dans l'ère actuelle et Al Boraq, qui symbolise ce nouveau visage du Maroc qui se modernise au fils des projets, mettra le pays sur les rails de la vitesse.
A 9h40, le TGV arrive à la gare de Rabat Agdal. Quelques minutes après, il entame son périple inédit, avec à bord quelques privilégiés. Des journalistes notamment, invités à découvrir ce nouveau joyau du Maroc du 21e siècle. On traverse le fameux pont de Bouregreg, puis la ville jumelle de la capitale, Salé, avant qu'à «Al Boraq» n'arrive à Kénitra pour prendre sa nouvelle ligne et sa vitesse maximale. En prenant sa ligne moderne, la vitesse augmente petit à petit. Et l'œil, à travers les grandes vitres, se noie dans les fabuleux paysages de la côte atlantique. Le confort est assuré. Le voyageur pourra suivre l'itinéraire de son voyage à travers deux écrans installés dans chaque compartiment. Toutes les informations y sont affichées : la vitesse, l'horaire et la température. Entre la ville blanche et Kénitra, la vitesse moyenne du TGV est de 180 km/h. il faudra 320 km/h pour qu'«Al Boraq» relie Kénitra et Tanger. Le temps de prendre un café, feuilleté un livre ou déclencher une discussion ou encore contempler le beau paysage…. Le TGV arrive en un clin d'œil dans la ville du détroit. Al Boraq arrive dans la nouvelle gare de Tanger à 11H. Le vent clément du Détroit enveloppe chaleureusement les invités.
Saïd Al Bassi, chef de centre conduite et de formation grande vitesse à Casablanca, qui fait partie de la première équipe de conduite qui a initié les essais après une formation en France et au Maroc, n'a pas caché sa joie lors du lancement de ce projet. «Je ne peux qu'être fier de ce projet parce que j'ai vécu un condensé d'émotions sur le plan humain et professionnel. J'ai vécu des moments très intenses, des moments de joie, des moments de difficultés… C'est une expérience personnelle extraordinaire à tous les niveaux. Je ne peux qu'être fier de faire partie de la première équipe qui a lancé le TGV au Maroc et en Afrique », confie-t-il dans une déclaration à Al Bayane, juste après l'arrivée d'Al Boraq à Tanger.
Saïd est l'un des membres de la première équipe à avoir conduit le TGV. «J'ai participé à toute la campagne des essais. On a fait tous les essais depuis la ligne classique, sur la LGV, la montée de la vitesse…. on a fait le record de l'Afrique de la vitesse pour atteindre les 357 km/h», a-t-il déclaré. Saïd figure parmi les quatre cadres qui ont contribué à la formation des conducteurs. Au total, ce sont 40 conducteurs marocains dont 6 qui ont été formés en France et au Maroc. Concernant la conduite, a-t-il fait savoir, tous les essais ont été faits par des conducteurs marocains.
Reghay Issam, 35 ans, 13 ans d'expérience dans le domaine, a assuré le voyage des journalistes de la Métropole à la ville du Détroit. De 2009 à 2014, il était conducteur de ligne classique avant de se lancer dans la nouvelle expérience professionnelle de la LGV. «Je suis conducteur de train depuis 2005, c'est-à-dire que c'est une chose qui me semble un peu normale. Pour ce qui est d'Al Boraq, je fais partie des 6 conducteurs qui ont fait des essais en France. C'est un honneur d'appartenir à cette équipe», s'est-il réjoui.
Une conférence de presse a été prévue pour présenter les chiffres et dévoiler les grandes lignes de ce projet. Dans la salle, le conducteur qui a assuré le voyage inaugural, Khalid Bougen, 35 ans. Le chauffeur était au volant du train royal à une vitesse de 320Km/l'heure. «C'est un honneur d'être le chauffeur qui a assuré ce voyage qui a relié Tanger et Rabat en présence de sa Majesté le Roi Mohammed VI et du Président de la République française, Emmanuel Macron», a-t-il déclaré. «Ma formation initiale des trains classiques a été faite au Maroc. J'ai commencé ma carrière à l'ONCF en 2006. J'ai fait un parcours de trois ans entre formations et d'autres fonctions pour arriver au stade de conducteur de trains classiques. C'est après 5 ans d'expérience dans la conduite que j'ai été sélectionné pour conduire le TGV», a-t-il ajouté. Le conducteur du TGV, explique-t-il, profite davantage du confort, du parcours qui se réduit avec la vitesse et la nouvelle technologie. Le TGV est plus qu'un train, c'est un acquis parmi tant d'autres qui mettra le Maroc sur les rails de la modernité. Tentez le voyage, vivez l'aventure, le TGV vaut le détour!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.