Restauration : comment les professionnels comptent se réinventer pour tirer leur épingle du jeu en 2021    Vaccins anti-Covid-19 : La fièvre des «vaxxies» va bientôt atteindre le Maroc    Fonction publique : 400 postes dédiés aux personnes en situation de handicap    TPME : L'Observatoire et le Ministère de l'Industrie renforcent leur partenariat    Soutien aux TPME : AWB conforte sa position de premier contributeur    Défense aérienne : Le Maroc acquiert le fameux système de défense aérienne "Patriot"    USA: Majoritaires au Congrès, les démocrates pressés de mettre en œuvre l'agenda de Biden    L'inflation augmente de 0,7% en 2020    Hassan Baraka, le premier marocain à nager 1.600 mètres dans une eau à moins de 5 degrés    Maroc-Rwanda à 17h : qualification et confirmation en ligne de mire    Le Rallye Aïcha des Gazelles reporte sa 30eme édition    UM6P/EPFL : Vers la promotion de l'éducation digitale en Afrique    Se déplacer rapidement dans l'espace : Bientôt ce sera possible    Meknès : 6 ans de prison pour le violeur d'un enfant de 7 ans    Al Aroui : Vol d'un coffre-fort renfermant une arme à feu et de l'argent    Vaccins anti-Covid-19 : L'Afrique oubliée ? (vidéo)    Groupe C : Maroc-Rwanda / La qualification au prochain tour en ligne de mire    L'homme aux chaussettes rouges quitte DFC    Le vaccin indien arrive. El Othmani toujours dans le brouillard    La RAM achemine le vaccin anti-covid à Casablanca (photo)    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    CRI : Crise sanitaire ? Connais pas !    L'humanisme, unique héritage indestructible    BMCE Capital Asset Management certifiée ISO 9001 Version 2015    L'Inde donne son feu vert pour l'exportation du vaccin vers le Maroc    Joe Biden marque la rupture avec Trump à son arrivée à la Maison Blanche    La forte participation à la conférence de soutien à l'initiative d' autonomie confirme le réalisme de la vision marocaine    L'appui US au plan d' autonomie s 'inscrit dans une logique de rupture par rapport au statu quo qui entretenait la tension dans la région    Le Maroc plaide pour une stratégie africaine de l'éducation    Le Maroc et Israël signent un accord pour des vols directs entre les deux pays    SM le Roi reçoit le ministre émirati des affaires étrangères et de la coopération internationale    Rallye Aïcha des Gazelles : la 30ème édition de nouveau reportée    Belhanda, buteur et passeur avec Galatasaray    Botola Pro D2: Le RAC et le TAS se neutralisent    "Le secret de la lettre " , nouveau roman de Mohammed Ennaji    Le premier club de tolérance et de coexistence voit le jour à Essaouira    L'Opinion : Distorsions espagnoles    Lutte contre la corruption : des experts internationaux plaident pour une approche solide et coordonnée    SM le Roi félicite M. Faustin-Archange Touadéra    Radios privées, une «mue» bienfaitrice!    L'ONU condamne le meurtre de deux Casques bleus, dont un Marocain, en République centrafricaine    Casablanca: mise en échec d'une tentative d'exportation illicite de pièces géologiques    «Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions»    «Livre de chevet : les effets positif de la pandémie»    A la découverte de l'univers fantastique de Yassine Balbzioui à Rabat    Rencontre-débat avec Zainab Fasiki à l'IF de Fès    Mise au point : Les "attaques injustifiées" et les "assertions diffamatoires" de RSF ne passent pas    Activité portuaire : une croissance honorable malgré la crise    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Haro sur l'irrégularité urbanistique dans le Souss!
Publié dans Albayane le 21 - 01 - 2019

Lors d'une précédente chronique, nous avons soulevé le phénomène quasi fréquent de l'occupation du domaine public, dans nombre de lieux côtiers au nord d'Agadir, notamment à Tamaouanza, relevant de la commune rurale d'Aourir.
Parmi des exemples pléthoriques de l'agression en termes d'urbanisme qui ne cesse de sévir au sein de ces patelins jouissant de sites naturels d'une beauté rarissime, on avait soulevé le cas d'une bâtisse située sur le promontoire qui surplombe la mer. On reviendra sur ce qui se passe d'hallucinant dans ce bout de terre maculé de transgressions de toutes parts. Cette affaire remonte à plus de deux ans, sans une quelconque intervention des responsables pour réparer les anomalies saillantes qui subsistent à nos jours.
Le dossier en question devient tellement connu dans tous les coins de la région et les couloirs des administrations que ce n'est plus la peine de localiser le lieu. On s'accorde à dire, en fait, qu'en dépit de toutes les infractions qui nuisent à cette zone et en particulier à son résident, on continue à fermer les yeux. En effet, ce dernier ne s'arrêtait pas, depuis des lustres, de s'époumoner haut et fort face au scandale immobilier dont il est l'objet, en vain.
Tout d'abord, il est victime d'une flagrante spoliation de la part d'un riverain, au point de lui obstruer complètement l'une de ses trois façades pour lesquelles il avait fait le choix du terrain, selon le plan cadastral imparti. Pour ce premier grief, les autorités ont même reconnu la violation urbanistique dudit voisin et en ont fait état à l'Ordre des architectes, à travers des rappels à l'ordre à cet égard pour réparation. Depuis, malgré toutes les requêtes incessantes du plaignant, rien ne fut fait dans ce sens.
Ensuite, le plaideur n'en est pas au bout de ses malheurs, depuis qu'il débarque sur le site. Un autre mitoyen s'est payé le luxe de cumuler une multitude de hics fonciers, sans aucune vergogne. Après avoir acquis un domicile adjacent sans coordonnées Lambert, il rajoute au lot initial plus de 39 m2 et empiète sur la voie du domaine public de neuf mètres, la réduisant à seulement 70 centimètres et la condamnant en totalité sans le moindre scrupule. Pis encore, il s'est permis d'ériger un rez- de-chaussée de 5,5 de hauteur, alors qu'il s'est adjugé on ne sait par quelle myopie assassine, l'autorisation de 4 mètres, en dérogation frappante des lois en vigueur, puisque l'on ne peut dépasser les 3 mètres pour une habitation et non un commerce.
Le comble dans cette affaire qui ne cesse de sentir le roussi, c'est que le Caïd d'Aourir s'y serait mêlé, en partie prenante, à l'encontre de la légalité, en refusant de faire acte de réception d'une plainte de la part, tenez-vous bien, d'un huissier de justice ! De la défiance à l'extrême d'un représentant de l'Etat dont la conduite se passe de tout commentaire.
Il importe également de noter que le malheureux ressortissant, qui s'est fait entourer de prédateurs du foncier, est détenteur de tous les documents plaidant sa cause légitime, y compris l'expertise judiciaire qui fait ressortir, dans la clarté absolue, les entorses urbanistiques des contrevenants. Qui va donc mettre fin à ces manquements dont la responsabilité incombe aussi bien aux autorités locales qui les cautionnent qu'aux administrations ad hoc et certains architectes défaillants qui enfreignent les dispositions urbanistiques mises en circulation dans un Etat de droit ? Tous les feux d'éclairage se devront d'être braqués sur cette affaire qui ne fait que souiller l'image de marque du pays, en diligentant des services d'enquête sur ce cas précis comme d'autres cas puants qui empestent toujours dans ces patelins qui grouillent d'irrégularités!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.