RAM digitalise son fret aérien avec Portnet    La MDJS aux meilleurs standards internationaux en matière de Sécurité et d'intégrité    Casablanca en quête d'un air plus frais    Au G20, duel en vue entre Chine et USA, l'Iran en toile de fond    Sénégal : Salif Sané forfait pour le reste du premier tour    L'hégémonie    Lancement au siège de l'OCDE à Paris du 2e Programme Pays-Maroc    La liste des nouveaux ambassadeurs reçus par le roi    Conférence à Bahreïn: Un plan économique pour les Palestiniens, qui le rejettent    Brésil: la Cour Suprême va réexaminer le dossier «Lula»    Le mal de maire!    CAN 2019 : Le programme des rencontres de ce mercredi    L'Europe étouffe sous la canicule, qui va s'intensifier    Facultés de médecine. Une moyenne de 14,4 exigée pour la présélection    De la parole poétique mêlée avec les rythmées électriques    Maroc-Côte d'Ivoire. Déterminés, les Lions d'Atlas croient à la victoire    Nissan prêt à revoir avec Renault la structure d'une alliance en danger    Renault rénove un établissement scolaire dans la région d'Essaouira    Nucléaire, Golfe : l'Iran semble jouer l'apaisement    BMW transporteur officiel du Festival Mawazine    Déconcentration administrative. El Otmani épinglé par la majorité et l'opposition    Les Comores expriment leur "soutien sans réserve" à l'initiative marocaine d'autonomie    Un policier à Casablanca accusé de chantage, vol et adultère    Tanger-Med : Avortement d'une tentative de trafic de 270 kg de chira    MRE, loin des clichés    Chambre des représentants : Adoption de trois conventions relatives à la ZLECAF et à l'accord de pêche durable Maroc-UE    El Jadida : OCP organise dimanche la finale de son championnat de beach soccer    31ème édition du festival du théâtre universitaire à Casablanca    Le Cameroun réussit son entrée, le Ghana chancelle    Soulaliyates, Laftit veille au grain…    Youssef Amrani, nommé à Prétoria, « ready to work »…    Mawazine 2019 : Elissa embrase Nahda    Royal Air Maroc en représentation au Caire, en marge de la CAN    Régionalisation avancée et mise en œuvre d'une stratégie visant la préservation de l'identité des MRE    S'énerver plus pour vivre plus    YouTube pressé de mieux protéger les enfants    Divers    Sommet des deux rives : Engagements pour une nouvelle ambition en Méditerranée    Deuxième réunion de l'Observatoire des délais de paiement    El Hadji Diouf Jouer la CAN en Egypte est une chance !    Jordan Ayew, la stagnation du prodige    La Côte d'Ivoire réussit son entrée en matière    Très attendu par ses fans, Reda Taliani cartonne à Salé    Chellah à l'heure de la musique tzigane    "Toy Story 4" en tête du box-office    Le Maroc présent à la conférence de Manama    Mauritanie: Ghazouani proclamé vainqueur dès le premier tour    Démantèlement d'une cellule liée à Daesh composée de 4 personnes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Agadir/Infractions à la pelle : Une fin de semaine cauchemardesque
Publié dans Albayane le 17 - 01 - 2012

La zone de Tamaouanza, Aourir et Tamraght auront vécu, depuis jeudi dernier, des moments de haute tension. Les incidents de cette région mouvementée ont tout d'abord débuté, comme on l'a précédemment signalé, par la démolition à l'aube, d'une multitude de locaux de commerce et d'entrepôts, appartenant à des conseillers communaux, jouxtant le cimetière de Tamraght, à quelques kilomètres de la fameuse plage de Taghazout.
A priori, cette opération exécutée de pied ferme par les forces de l'ordre avait suscité un soulèvement massif des citoyens, estimant que les gendarmes s'évertuaient à porter préjudice aux âmes sacrées des tombes.
Les accrochages ont généré des blessés de part et d'autre et causé une grosse émeute parmi les manifestants qui lancèrent à bout portant divers projectiles, incendièrent les pneus et obstruèrent la route nationale menant à Essaouira.
Dans le même sillage, les destructions se rabattirent, ensuite, sur les domaines maritimes occupés, du côté de l'embouchure de l'oued d'Aourir où des notables et des commis de l'Etat s'y sont impliqués, notamment un commandant de la protection civile, une architecte très connue dans les parages ainsi que le président de la commune rurale d'Aourir.
Les démolitions se poursuivirent à brides abattues, en présence du Wali de la région Souss Massa Drâa qui supervisait de près les développements de ces mesures rédhibitoires. Une cinquantaine de maisons et d'immeubles a donc été réduite en décombres dont l'une a coûté malheureusement la vie d'un machiniste de l'engin enseveli sous les affaissements des détritus en gros volume. Les accrocs entre les services d'ordre et les populations déchainées ont occasionné, outre les blessés graves transportés à l'hôpital, des arrestations dont pas moins de 26 agresseurs devraient comparaitre, hier lundi, devant le procureur à la cour de première instance à Agadir.
Par ailleurs, on croit bien savoir que le Caid d'Aourir a été promu et affecté au siège de la wilaya avec une nouvelle fonction.
Le responsable promu fut remplacé ipso facto par le Caid de l'arrondissement de la SONABA. Le processus rocambolesque de la commune d'Aourir poursuivra, sans aucun doute, son chemin à terme, car il semble que les autorités sont bien engagées à frapper fort, d'autant plus que les infractions urbanistiques fusent de toutes parts, assénant à cette zone à caractère « touristique » des coups préjudiciables.
L'image du lycée qualifiant Aourir, le seul dans la commune, qui se retrouve bien cerné par les constructions de toutes parts, au point de bloquer pratiquement tous les accès.
uanza, Aourir et Tamraght auront vécu, depuis jeudi dernier, des moments de haute tension. Les incidents de cette région mouvementée ont tout d'abord débuté, comme on l'a précédemment signalé, par la démolition à l'aube, d'une multitude de locaux de commerce et d'entrepôts, appartenant à des conseillers communaux, jouxtant le cimetière de Tamraght, à quelques kilomètres de la fameuse plage de Taghazout.
A priori, cette opération exécutée de pied ferme par les forces de l'ordre avait suscité un soulèvement massif des citoyens, estimant que les gendarmes s'évertuaient à porter préjudice aux âmes sacrées des tombes.
Les accrochages ont généré des blessés de part et d'autre et causé une grosse émeute parmi les manifestants qui lancèrent à bout portant divers projectiles, incendièrent les pneus et obstruèrent la route nationale menant à Essaouira.
Dans le même sillage, les destructions se rabattirent, ensuite, sur les domaines maritimes occupés, du côté de l'embouchure de l'oued d'Aourir où des notables et des commis de l'Etat s'y sont impliqués, notamment un commandant de la protection civile, une architecte très connue dans les parages ainsi que le président de la commune rurale d'Aourir.
Les démolitions se poursuivirent à brides abattues, en présence du Wali de la région Souss Massa Drâa qui supervisait de près les développements de ces mesures rédhibitoires. Une cinquantaine de maisons et d'immeubles a donc été réduite en décombres dont l'une a coûté malheureusement la vie d'un machiniste de l'engin enseveli sous les affaissements des détritus en gros volume. Les accrocs entre les services d'ordre et les populations déchainées ont occasionné, outre les blessés graves transportés à l'hôpital, des arrestations dont pas moins de 26 agresseurs devraient comparaitre, hier lundi, devant le procureur à la cour de première instance à Agadir.
Par ailleurs, on croit bien savoir que le Caid d'Aourir a été promu et affecté au siège de la wilaya avec une nouvelle fonction.
Le responsable promu fut remplacé ipso facto par le Caid de l'arrondissement de la SONABA. Le processus rocambolesque de la commune d'Aourir poursuivra, sans aucun doute, son chemin à terme, car il semble que les autorités sont bien engagées à frapper fort, d'autant plus que les infractions urbanistiques fusent de toutes parts, assénant à cette zone à caractère « touristique » des coups préjudiciables.
L'image du lycée qualifiant Aourir, le seul dans la commune, qui se retrouve bien cerné par les constructions de toutes parts, au point de bloquer pratiquement tous les accès.
Pour parvenir à cet établissement scolaire, il faudrait endurer toutes les peines du monde à cause des constructions illégales hybrides et enchevêtrées, en plus des marécages issus des évacuations ménagères en l'absence des conduites d'assainissement, de dallages dans les ruelles et de la pénombre qui y règne par manque d'éclairage public. Il est donc bien évident que les Autorités s'assument non sans dégâts, puisque les responsables de la commune, en particulier, le président, versent dans la complaisance et l'incivisme. Pis encore, les conseillers communaux dont l'un d'eux est toujours en fuite depuis ces dernières détentions, sont les premiers à transgresser les lois en vigueur et à mettre la main sur le domaine public et maritime. La besogne n'est pas de tout repos car l'imposition du respect des normes urbanistiques sera confrontée, à chaque fois, aux lobbys du foncier dont les instigateurs sont des personnes influentes de la haute sphère de l'Etat. Les sites balnéaires convoités de Tamraght, Tamaouanza et Aourir sont trop attractifs pour s'en passer très facilement. Ils sont tellement beaux qu'ils tentent tous les malfrats véreux qui se lancent dans les constructions illicites et non autorisées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.