Amical : Pas de Messi à Tanger    Ouverture la 20e réunion du MCR-Afrique à Marrakech    Le Maroc envoie une aide humanitaire d'urgence aux victimes du cyclone Idai    Ali Bongo quitte le Maroc au terme d'un séjour médical    Tunis: 2è édition du Festival International d'Improvisation Théâtrale    La région de Casablanca-Settat prend 20% du capital de CFC    Ingérence présumée de la Russie dans la présidentielle US de 2016 : Bientôt la fin du suspense    C'est parti pour la 18e édition du FICAM    Casablanca: Grand meeting des élus du Maroc et de France sur les bonnes pratiques territoriales    Sahara marocain – Bourita : « Le Maroc ne veut pas un processus où les réunions deviennent une fin en soi »    Le nouveau service de «Dotation touristique supplémentaire» en quelques clics    Mobile, ADSL, FTTH … Le parc Internet continue sa progression    700 millions de dollars de la Banque mondiale pour la transformation numérique au Maroc    Special Olympics 2019 : belle moisson pour le Maroc    500 Kg de chira saisis au large de Tanger    Inertie    Modèle de développement: L'université de Casablanca présente son mémorandum    Modèle de développement: L'université de Casablanca pointe du doigt le partage inégal des richesses    Un Monde Fou    Venezuela: L'ONU durcit le ton face aux sanctions américaines    Expo: L'Afrique entre mélancolie et espoir    Tourisme culturel: Dubaï veut confirmer sa nouvelle réputation    La gastronomie marocaine à l'honneur en Ukraine    Clap de fin pour la 2e table ronde sur la question du Sahara marocain    Mohamed Benabdelkader : La Charte de la déconcentration administrative, une étape décisive dans la consécration de la régionalisation avancée    Euro 2020: La Croatie s'en tire à bon compte    "Football Leaks": Le hacker Rui Pinto extradé au Portugal    En attendant le verdict de la CAF, les U23 jouent leur va-tout devant la RDC    Eliminatoires CAN-2019 : Déjà qualifiés, les Lions font match nul au Malawi    Driss Lachguar : Ce qui importe pour nous, c'est que le futur Premier secrétaire serve au mieux le projet sociétal moderniste du parti    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec l'ambassadeur du Liban à Rabat    Divers Economie    Beckham admet avoir utilisé son téléphone en conduisant    La césarienne cinquante fois plus mortelle pour les femmes africaines    Ces célébrités ont touché le fond : Britney Spears    Nota Bene    Aujjar : Le mariage des mineures demeure une réalité qui interpelle tout le monde    Michel Temer, le survivant rattrapé par le scandale Lavage Express    L'hommage de Céline Dion aux victimes de Christchurch    Winston Peters : Les musulmans de Nouvelle-Zélande seront en sécurité    Combien gagne Nagui    La ZLECA, une avancée en matière de commerce et d'investissement transfrontalier    Janet Jackson grillée par ses fans en pleine crise d'ego    La décision radicale des enfants de Michael Jackson    Björk réédite tous ses albums en cassettes colorées    Naufrage à Mossoul: Le bilan s'élève à 100 morts    Le WAC retrouve le Horoya Conakry en quarts    Sahara marocain-Genève II : Kohler garde espoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La C.I.J. juge recevable la demande de l'Iran
Publié dans Albayane le 17 - 02 - 2019

Ce mercredi, la Cour Internationale de Justice (C.I.J.) a jugé recevable la demande de l'Iran de récupérer quelques deux milliards de dollars d'avoirs gelés par Washington alors que cette dernière estime que, d'une part, ces sommes doivent revenir aux «victimes d'attaques» attribuées à la République islamique qui a «les mains sales» du fait de ses liens présumés avec le terrorisme et que, d'autre part, l'instance judiciaire internationale sise à La Haye ne serait pas «compétente en cette affaire».
Mais si, au terme de la lecture de son arrêt le juge-président Abdulqawi Ahmed Yusuf a déclaré que c'est à l'unanimité que la C.I.J. a rejeté «la première exception préliminaire d'incompétence soulevée par les Etats-Unis d'Amérique», force est de reconnaitre, toutefois, que bien que la décision prise par le principal organe judiciaire de l'Organisation des Nations-Unies soit contraignante et ne peut faire l'objet d'aucune procédure d'appel, la C.I.J. ne dispose d'aucun moyen de coercition pour la faire appliquer.
Ainsi, même si la date des audiences au cours desquelles sera examinée la question de savoir si Téhéran peut récupérer ses avoirs gelés par Washington n'a toujours pas été fixée, la «recevabilité» même de ce dossier, par la Cour Internationale de Justice, ne peut qu'envenimer davantage les rapports déjà tendus entre Washington et Téhéran lesquels n'entretiennent plus de relations diplomatiques depuis 1980.
Il convient de préciser, également, que ce n'est pas la première fois que la Cour Internationale de Justice réfute les arguments des Etats-Unis puisqu'en Octobre dernier l'administration américaine avait déjà été sommée, en application des dispositions du traité d'amitié signé entre les deux pays en 1955, de mettre fin aux sanctions contre Téhéran visant des biens «à des fins humanitaires» à la suite du retrait unilatéral de Washington de l'accord de Vienne sur le nucléaire iranien.
Considérant donc que c'est en se basant sur ce même traité que l'Iran cherche à «récupérer» lesdits avoirs, Mike Pompeo, le secrétaire américain aux Affaires étrangères avait, immédiatement, annoncé que les Etats-Unis mettaient fin au dit accord et dénoncé, lors des audiences tenues à la C.I.J. au titre du «déblocage des avoirs iraniens», «la mauvaise foi» de la République islamique d'Iran qui «a les mains sales» du fait de son «soutien» à des «activités terroristes».
Aussi, du point de vue du chef de la diplomatie américaine, les sommes réclamées par l'Iran devraient servir au dédommagement des victimes et des familles de victimes tombés au cours d'attentats fomentés ou soutenus par l'Iran parmi lesquels les proches des 241 soldats américains tués lors des deux attentats-suicide qui, le 23 Octobre 1983, avaient frappé, à Beyrouth, le contingent américain de la Force multinationale de sécurité.
S'adressant au juges de la C.I.J., Richard Visek, le conseiller juridique du Département d'Etat, estime qu'en invoquant le traité de 1955, l'Iran fait preuve d'un «abus de droit» dans la mesure où les relations d'amitié qui prévalaient au moment de sa signature «n'existent plus» et qu'elles n'ont jamais pu être restaurées principalement à cause «du comportement malveillant» et «des actes violents» commis contre les USA par l'Iran qui est «de mauvaise foi» et qui a «les mains sales».
La position ferme et sans équivoque adoptée par Washington dans ce dossier laisse entendre que le dégel des avoirs iraniens n'est pas pour demain mais attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.