Amical : Pas de Messi à Tanger    Ouverture la 20e réunion du MCR-Afrique à Marrakech    Le Maroc envoie une aide humanitaire d'urgence aux victimes du cyclone Idai    Ali Bongo quitte le Maroc au terme d'un séjour médical    Tunis: 2è édition du Festival International d'Improvisation Théâtrale    La région de Casablanca-Settat prend 20% du capital de CFC    Ingérence présumée de la Russie dans la présidentielle US de 2016 : Bientôt la fin du suspense    C'est parti pour la 18e édition du FICAM    Casablanca: Grand meeting des élus du Maroc et de France sur les bonnes pratiques territoriales    Sahara marocain – Bourita : « Le Maroc ne veut pas un processus où les réunions deviennent une fin en soi »    Le nouveau service de «Dotation touristique supplémentaire» en quelques clics    Mobile, ADSL, FTTH … Le parc Internet continue sa progression    700 millions de dollars de la Banque mondiale pour la transformation numérique au Maroc    Special Olympics 2019 : belle moisson pour le Maroc    500 Kg de chira saisis au large de Tanger    Inertie    Modèle de développement: L'université de Casablanca présente son mémorandum    Modèle de développement: L'université de Casablanca pointe du doigt le partage inégal des richesses    Un Monde Fou    Venezuela: L'ONU durcit le ton face aux sanctions américaines    Expo: L'Afrique entre mélancolie et espoir    Tourisme culturel: Dubaï veut confirmer sa nouvelle réputation    La gastronomie marocaine à l'honneur en Ukraine    Clap de fin pour la 2e table ronde sur la question du Sahara marocain    Mohamed Benabdelkader : La Charte de la déconcentration administrative, une étape décisive dans la consécration de la régionalisation avancée    Euro 2020: La Croatie s'en tire à bon compte    "Football Leaks": Le hacker Rui Pinto extradé au Portugal    En attendant le verdict de la CAF, les U23 jouent leur va-tout devant la RDC    Eliminatoires CAN-2019 : Déjà qualifiés, les Lions font match nul au Malawi    Driss Lachguar : Ce qui importe pour nous, c'est que le futur Premier secrétaire serve au mieux le projet sociétal moderniste du parti    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec l'ambassadeur du Liban à Rabat    Divers Economie    Beckham admet avoir utilisé son téléphone en conduisant    La césarienne cinquante fois plus mortelle pour les femmes africaines    Ces célébrités ont touché le fond : Britney Spears    Nota Bene    Aujjar : Le mariage des mineures demeure une réalité qui interpelle tout le monde    Michel Temer, le survivant rattrapé par le scandale Lavage Express    L'hommage de Céline Dion aux victimes de Christchurch    Winston Peters : Les musulmans de Nouvelle-Zélande seront en sécurité    Combien gagne Nagui    La ZLECA, une avancée en matière de commerce et d'investissement transfrontalier    Janet Jackson grillée par ses fans en pleine crise d'ego    La décision radicale des enfants de Michael Jackson    Björk réédite tous ses albums en cassettes colorées    Naufrage à Mossoul: Le bilan s'élève à 100 morts    Le WAC retrouve le Horoya Conakry en quarts    Sahara marocain-Genève II : Kohler garde espoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hossain Bouzineb, premier Marocain à intégrer l'Académie royale espagnole
Publié dans Albayane le 17 - 02 - 2019

En recevant jeudi une attestation de membre correspondant de l'Académie royale espagnole, Hossain Bouzineb est devenu le premier Marocain et arabe à intégrer cette prestigieuse institution dédiée aux questions de la langue espagnole. M. Bouzineb a reçu l'attestation de membre correspondant de l'Académie royale espagnole des mains du directeur de cette institution Santiago Muñoz Machado, à l'occasion d'une rencontre, à Rabat, entre Sa Majesté le Roi Don Felipe VI et la Reine Doña Letizia d'Espagne avec des écrivains marocains ainsi que des spécialistes en études hispaniques.
La nomination de M. Bouzineb en tant que membre de cet organe chargé de la normalisation de la langue espagnole est une reconnaissance de sa contribution en tant que chercheur en langue espagnole notamment en philologie.
A cette occasion, ce professeur en linguistique qui a intégré en 1980 la faculté de lettres et des sciences humaines de l'Université Mohammed V à Rabat, s'est dit fier de cet « honneur », d'autant plus que cette institution ne comptait aucun chercheur marocain ou arabe.
« Je ne m'attendais pas à cette nomination », a-t-il déclaré à la MAP.
S'agissant de ses liens avec la langue espagnole, le professeur universitaire, né à Al Hoceima en 1948, où il a commencé ses études, a indiqué qu'il appartient à la génération qui a étudié l'espagnol depuis le primaire, précisant qu'à l'époque les cours étaient dispensés en arabe et espagnol.
Il a en outre relevé que l'environnement dans lequel il a grandi, d'abord à Al Hoceima puis à M'Diq, où il a passé une partie de son enfance, lui avait permis d'être en contact permanent avec la langue de Cervantes en raison de la présence espagnole dans le nord du Maroc jusqu'après l'indépendance. Par la suite, M. Bouzineb s'est installé à Tétouan pour terminer ses études secondaires au lycée Al Qadi.
Titulaire d'un doctorat en philologie espagnole de l'Université autonome de Madrid, le nouveau membre de l'Académie royale espagnole a indiqué que sa spécialisation en Aljamiado concerne l'étude des textes anciens.
Le chercheur marocain a également mis l'accent sur la relation intense du Maroc avec l'espagnol, comme langue de formation, particulièrement au nord du Royaume durant la période coloniale et après l'indépendance, puis en tant que langue étrangère.
« L'histoire du Maroc est écrite en grande partie en langue espagnole", a-t-il dit, en ajoutant que ce fait est bien connu des historiens et que les fonds d'archives espagnols regorgent de documents sur l'histoire du Maroc datant d'avant le début du XVe siècle, en particulier à l'époque saadienne. « Ces documents sont indispensables pour les historiens marocains », a poursuivi le professeur universitaire.
Revenant sur son expérience en tant que traducteur, M. Bouzineb a relevé que la traduction est un lien entre deux cultures qui exige « une crédibilité scientifique et une connaissance de la langue cible et celle d'origine ».
Il a souligné, dans ce sens, la nécessité de lire les textes fondamentaux dans la langue d'origine, en relevant à titre d'exemple que la « littérature andalouse » requiert une parfaite maîtrise de la langue espagnole de la part du chercheur, faute de quoi sa formation « ne sera que partielle ».
Le professeur Bouzineb est chercheur en Aljamiado (le procédé qui consiste à écrire, au moyen de l'alphabet arabe, la langue romane des habitants de l'Espagne et du Portugal durant l'époque tardive d'Al-Andalus), en histoire mauresque, en archives concernant le Maroc et en traduction de l'arabe vers l'espagnol et à partir du français.
Actuellement membre du comité de rédaction de la revue « Histoire arabe », Bouzineb a contribué à la revue « Langues et littératures » et a été membre du Comité Averroès.
Parmi les oeuvres les plus connues du chercheur figurent « Recopilacio n de refranes andalusi es de Alonso del Castillo » (Université de Cordoue, 1994), « La Alcazaba del Buregreg : hornacheros, andaluces y medio siglo de designios espan oles frustrados » (Editions ministère de la culture, 2006), ainsi que plusieurs articles scientifiques publiés dans des revues marocaines, espagnoles et françaises.
L'Académie royale espagnole avait approuvé la nomination de M. Bouzineb en tant que membre correspondant lors de son assemblée générale du 7 février 2019.
Le statut de membre correspondant permet de participer aux réunions des assemblées générales de l'Académie, durant lesquelles sont traitées des questions de littérature et de langue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.