ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Banque privée : Les principaux requis de succès    Festival Gnaoua et Musiques du Monde : 22 ans déjà !    Vidéo – WAC-ESS : Les supporters enflamment les gradins du complexe Moulay-Abdallah    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Messi remporte le sixième Soulier d'or de sa carrière    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Ligue des Champions d'Afrique : Le Wydad évite le pire    Vidéo – Le WAC arrache le nul à 10 et ne se fait pas aider par la VAR (1-1)    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF    Mammifères    Un nouveau festival dédié à la «cuisine de rue»    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    Evénements d'Al Hoceima : Le CNDH accueille des mères et membres de familles de détenus    Al Barid Bank: 16% des transactions réalisées via le canal mobile au T1-2019    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Santé. Plus de 3,8 millions de rendez-vous en ligne    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hossain Bouzineb, premier Marocain à intégrer l'Académie royale espagnole
Publié dans Albayane le 17 - 02 - 2019

En recevant jeudi une attestation de membre correspondant de l'Académie royale espagnole, Hossain Bouzineb est devenu le premier Marocain et arabe à intégrer cette prestigieuse institution dédiée aux questions de la langue espagnole. M. Bouzineb a reçu l'attestation de membre correspondant de l'Académie royale espagnole des mains du directeur de cette institution Santiago Muñoz Machado, à l'occasion d'une rencontre, à Rabat, entre Sa Majesté le Roi Don Felipe VI et la Reine Doña Letizia d'Espagne avec des écrivains marocains ainsi que des spécialistes en études hispaniques.
La nomination de M. Bouzineb en tant que membre de cet organe chargé de la normalisation de la langue espagnole est une reconnaissance de sa contribution en tant que chercheur en langue espagnole notamment en philologie.
A cette occasion, ce professeur en linguistique qui a intégré en 1980 la faculté de lettres et des sciences humaines de l'Université Mohammed V à Rabat, s'est dit fier de cet « honneur », d'autant plus que cette institution ne comptait aucun chercheur marocain ou arabe.
« Je ne m'attendais pas à cette nomination », a-t-il déclaré à la MAP.
S'agissant de ses liens avec la langue espagnole, le professeur universitaire, né à Al Hoceima en 1948, où il a commencé ses études, a indiqué qu'il appartient à la génération qui a étudié l'espagnol depuis le primaire, précisant qu'à l'époque les cours étaient dispensés en arabe et espagnol.
Il a en outre relevé que l'environnement dans lequel il a grandi, d'abord à Al Hoceima puis à M'Diq, où il a passé une partie de son enfance, lui avait permis d'être en contact permanent avec la langue de Cervantes en raison de la présence espagnole dans le nord du Maroc jusqu'après l'indépendance. Par la suite, M. Bouzineb s'est installé à Tétouan pour terminer ses études secondaires au lycée Al Qadi.
Titulaire d'un doctorat en philologie espagnole de l'Université autonome de Madrid, le nouveau membre de l'Académie royale espagnole a indiqué que sa spécialisation en Aljamiado concerne l'étude des textes anciens.
Le chercheur marocain a également mis l'accent sur la relation intense du Maroc avec l'espagnol, comme langue de formation, particulièrement au nord du Royaume durant la période coloniale et après l'indépendance, puis en tant que langue étrangère.
« L'histoire du Maroc est écrite en grande partie en langue espagnole", a-t-il dit, en ajoutant que ce fait est bien connu des historiens et que les fonds d'archives espagnols regorgent de documents sur l'histoire du Maroc datant d'avant le début du XVe siècle, en particulier à l'époque saadienne. « Ces documents sont indispensables pour les historiens marocains », a poursuivi le professeur universitaire.
Revenant sur son expérience en tant que traducteur, M. Bouzineb a relevé que la traduction est un lien entre deux cultures qui exige « une crédibilité scientifique et une connaissance de la langue cible et celle d'origine ».
Il a souligné, dans ce sens, la nécessité de lire les textes fondamentaux dans la langue d'origine, en relevant à titre d'exemple que la « littérature andalouse » requiert une parfaite maîtrise de la langue espagnole de la part du chercheur, faute de quoi sa formation « ne sera que partielle ».
Le professeur Bouzineb est chercheur en Aljamiado (le procédé qui consiste à écrire, au moyen de l'alphabet arabe, la langue romane des habitants de l'Espagne et du Portugal durant l'époque tardive d'Al-Andalus), en histoire mauresque, en archives concernant le Maroc et en traduction de l'arabe vers l'espagnol et à partir du français.
Actuellement membre du comité de rédaction de la revue « Histoire arabe », Bouzineb a contribué à la revue « Langues et littératures » et a été membre du Comité Averroès.
Parmi les oeuvres les plus connues du chercheur figurent « Recopilacio n de refranes andalusi es de Alonso del Castillo » (Université de Cordoue, 1994), « La Alcazaba del Buregreg : hornacheros, andaluces y medio siglo de designios espan oles frustrados » (Editions ministère de la culture, 2006), ainsi que plusieurs articles scientifiques publiés dans des revues marocaines, espagnoles et françaises.
L'Académie royale espagnole avait approuvé la nomination de M. Bouzineb en tant que membre correspondant lors de son assemblée générale du 7 février 2019.
Le statut de membre correspondant permet de participer aux réunions des assemblées générales de l'Académie, durant lesquelles sont traitées des questions de littérature et de langue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.