Lancement de la plateforme de suivi de mise en œuvre des recommandations émises par la Cour des comptes    Procès du 13 Novembre: de deux ans d'emprisonnement à la perpétuité pour les vingt accusés    Sondage du CESE: 85% des interrogés insatisfaits de l'état d'aménagement et d'urbanisation du littoral    Forsa : La SMIT dément les fausses informations concernant les appels d'offres n°100 et n°103    African Lion 2022 : les tirs d'armes retentissent à Cap Draa lors des exercices interarmées    Ministère des Habous: voici la date de l'Aïd Al Adha    Football : le Wydad sacré champion du Maroc pour la 22e fois de son histoire    Football: Palmarès des champions depuis la saison 1956-1957    Tragédie à Casablanca : l'effondrement du fronton d'un café cause trois morts    Casablanca : Trois morts et deux blessés dans l'effondrement d'une partie du fronton d'un café    Météo Maroc: temps assez chaud et rafales de vents assez fortes ce jeudi 30 juin    Drame à Casablanca: l'effondrement de la façade métallique d'un café fait trois morts    Grand prix de Tunis de para-athlétisme : Le Maroc totalise 11 médailles, dont 6 en or    France : Borne entretient le suspense    Agadir : évaluation de la réactivité de l'Unité de Secours et Sauvetage des FAR    Maroc : La mise en œuvre des recommandations la Cour des comptes suivie grâce à une plateforme    Quel avenir pour le Made in Morocco    « Art à Porter » à la galerie Marsam    «Sahran Lil» en collaboration avec Universal Music MENA    Le Festival de Fès de la Culture Soufie de retour en présentiel    Bonne gouvernance et gestion locale : la nouvelle méthode Laftit    Mohamed Benchaâboun : « Le Maroc restera engagé pour la réalisation des objectifs conjoints de la TICAD »    Covid-19 au Maroc: le bilan de ce mercredi 29 juin    Anfa Park / Casablanca : Le programme du Jazzablanca Festival dévoilé    Détresse lors d'une veillée pour les migrants retrouvés morts dans un camion au Texas    Nouvelle vague de Covid-19: Les Marocains appelés à renforcer leur immunité collective (Tayeb Himdi)    Drame de Melilla : L'AMDH réclame des autopsies    Immigration illégale. Pedro Sanchez appelle au soutien du Maroc    Migration illégale: Pedro Sanchez appelle à aider le Maroc à faire face aux mafias    Variole du singe : plus de 3.400 cas confirmés dans le monde (OMS)    Les précisions de Chakib Benmoussa    Prix à la pompe : La barre des 16 dh pour le diesel et 18 dh l'essence bientôt franchie    Finance durable : l'AMMC et l'IFC signent un nouvel accord    Le sommet de Madrid organisé par l'Otan confirme une position unique antirusse    Futsal : La sélection nationale marocaine intègre le Top 10 mondial    Quand Kenza Hamoumi allie le végétal à la féminité dans ses toiles    Renault express fête sa 1ère année de commercialisation avec plus de 10 000 unités vendues au Maroc    La chanteuse égyptienne Sherine est-elle en froid avec Saad Lamjarred ? (PHOTO)    Conseil de gouvernement: Positif au Covid-19, Baitas n'animera pas le point de presse    Mustapha Hadji poursuit Vahid Halilhodzic pour diffamation    UE : Les 27 actent la fin du moteur thermique en 2035    Europa Press : Assaut de Melilla, « Sánchez confirme des décès dans la police marocaine »    Coopération sécuritaire : Pourquoi le Maroc est de plus en plus sollicité ?    JM Oran 2022 : Elliot Benchetrit file en quarts de finale    Ecriture et infini : La mystique en littérature pour l'amour de soi et de l'autre    Correspondances : Jalil Bennani et Roland Gori font le pari du Sud    Ouahbi: Le gouvernement engagé à parachever les importants chantiers issus de la réforme constitutionnelle    Football U18 : Le Maroc bat l'Algérie aux Jeux méditerranéens    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le «Bachelor» accessible dès 2020 dans les universités publiques
Publié dans Albayane le 28 - 02 - 2019

Appliquant le système Licence Master Doctorat (LMD) depuis plusieurs années, le Maroc devrait s'ouvrir officiellement dès 2020 sur le système anglo-saxon de formations Bachelor. C'est l'annonce qu'a faite le ministère de l'éducation nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, lundi dernier dans un communiqué.
Les inscriptions à ce système seront ouvertes à partir de juillet 2020. Sa date d'entrée en vigueur a été fixée lors de la Conférence des présidents d'universités tenue récemment à Mohammedia. D'ailleurs, le ministre de l'Education nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Saïd Amzazi, avait indiqué lors du Forum mondial de l'éducation tenu en janvier dernier au Royaume Uni, que l'école marocaine avait pour ambition de s'ouvrir sur le modèle anglais dans la perspective de diversifier l'offre nationale en matière d'éducation. Selon Amzazi, il s'agit d'un clivage vers une nouvelle orientation du système marocain, et non pas d'un changement du modèle francophone vers le modèle anglo-saxon.
Dans la perspective de l'entrée en vigueur du Bachelor dès l'année prochaine, un planning pour garantir une large participation et un engagement efficace dans la conception du nouveau système a été fixé lors de ce conclave, présidé par le ministre de tutelle, en présence du secrétaire d'Etat chargé de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Khalid Samadi.
Ainsi, une rencontre nationale est prévue pour le 23 avril prochain afin d'examiner et d'approuver les documents liés au système de formation Bachelor. Le dépôt des documents devant la commission nationale de coordination de l'enseignement supérieur aura lieu pour sa part le 26 avril de l'année courante et le lancement d'appels d'offres relatifs aux formations Bachelor, le 29 avril. L'élaboration de nouvelles filières du Bachelor par les universités se fera en mai et décembre et les tests de classement linguistique destinés aux étudiants en mai, juin et juillet 2019.
Une plateforme d'information et d'orientation sera lancée en outre en octobre 2019, avec l'évaluation de l'Agence nationale d'évaluation et d'assurance qualité de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique (ANEAQ) pour les projets de licence (janvier-mars 2020).
Bachelor versus Licence
Dans les pays de tradition universitaire anglo-saxonne, le Bachelor est le grade sanctionnant le premier cycle universitaire après trois ou quatre années d'études. Il s'agit d'un diplôme de niveau bac+3 d'après le système Licence Master Doctorat (LMD). Il se distingue de la licence universitaire par une approche plus orientée vers l'international ainsi que par son programme pédagogique dominé par le concret et les matières transversales tournées de manière à servir la professionnalisation. Les longs mois de stage, l'alternance et les immersions professionnelles fréquentes viennent par ailleurs appuyer cette orientation. S'il permet également de poursuivre des études vers un Master 1, le Bachelor est avant tout pensé pour favoriser la prise de fonction des étudiants dès la sortie de l'école dans des secteurs aussi variés que le commerce, la communication, l'informatique ou les métiers de l'art, de la mode, du tourisme et autres.
Les entreprises, souvent en quête de profils immédiatement opérationnels, s'intéressent plus aux profils ayant effectué leurs études en un système Bachelor. Ce dernier permet une intégration plus facile dans le monde professionnel, alors que le diplôme de Licence est destiné plutôt aux étudiants souhaitant préparer une carrière académique. Les périodes de stage en entreprise et les séjours à l'étranger proposés dans le cadre d'un cursus Bachelor sont une réelle opportunité pour définir un projet de carrière adapté à ses ambitions et se forger une solide expérience avant même d'entrer dans la vie active.
L'adoption du système Bachelor au Maroc, s'il est appliqué comme dans les pays anglo-saxons, permettra ainsi de résoudre le défi de l'inadéquation entre les formations, les profils diplômés et les besoins des employeurs, tant décriée par les entreprises marocaines. Un rapport récent de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) publié en novembre dernier faisait état d'un grand nombre de profils professionnels non pourvus, en raison du manque de candidats adéquats. Ce même rapport du patronat regrettait d'ailleurs que sur 400 000 jeunes Marocains qui débarquent annuellement sur le marché du travail, seulement 100 000 arrivent à s'insérer; 300 000 sont pour leur part disqualifiés.
En plus de rendre les étudiants opérationnels, ce système bénéficiera aux étudiants marocains désirant poursuivre leurs études dans des écoles britanniques. Il permettra certainement d'encourager les échanges universitaires entre le Maroc et le Royaume-Uni. Les deux pays ont d'ailleurs élaboré plusieurs projets dans le domaine éducatif lors du dernier forum de l'éducation, dont une visite des présidents d'universités marocaines au Royaume-Uni pour s'imprégner du système éducatif du pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.