Maroc Telecom enregistre près de 63 millions de clients    Le secteur bancaire confirme sa résilience en 2018    Alerte Météo : Il va pleuvoir dans plusieurs villes au Maroc    Lekjâa convoque la famille du football marocain à Skhirat    Comicom introduit la marque indienne Mahindra au Maroc    L'Europe se prépare à une nouvelle canicule, Paris en alerte    Faits divers    Loi-cadre sur l'enseignement    La Jordanie réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    El Otmani en visite à Dakhla-Oued Eddahab    Tenue du gala international de boxe professionnelle à El Jadida    Des centaines d'Algériens sont bloqués au Caire    Victoire de la sélection algérienne en finale de la CAN 2019    Artisanat à Fès. 42 MDH pour le développement des compétences    Actes de sabotage et de vandalisme à Lâayoune    Point de vue : Hanane, Reda… et tant d'autres !    Le Maroc présent à la Foire internationale du livre de Lima    Dar El Bacha accueille l'exposition « Etoffe des sens, résonnances, Serge Lutens, Yves Saint Laurent »    Festival international Jawhara : Le retour de Cheb Bilal    CNDH: Au nom du principe de la pluralité    Israël démolit des maisons palestiniennes près de Jérusalem    Proscrire la violence!    Festival des huîtres de Qualidia    Avortement d'une tentative de trafic de 345 kg de chira à Bab Sebta    Hervé Renard refuse la sélection des Pharaons    Ukraine: Vers une majorité absolue au Parlement du parti du président Zelensky    La colère gronde à Hong Kong après les agressions brutales de manifestants    Laâyoune : Ouverture d'une enquête…    Un vibrant hommage rendu à Husseïn Chaâbi par la ville de Laâyoune    Akhannouch promet de solliciter le portefeuille de la santé en 2021    La course à Downing Street s'achève, Boris Johnson ultra-favori    Décès directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique Yukiya Amano    Accord de pêche. La flotte espagnole est de retour    Dakhla devient une référence nationale    Les prix des produits alimentaires en légère hausse, tirés par les légumes    BCIJ : Arrestation à Meknès d'un terroriste franco-marocain    Corée du Nord. Un taux de participation aux votes de 99.98%    Tanger. 20 blessés à cause de l'écroulement d'un manège    La traite humaine nargue la loi 27-14    Mobilisation exceptionnelle pour lutter contre un vaste incendie au Portugal    Béni Tadjit et la parade des prétendants !    Les atouts touristiques de la région de Dakhla-Oued Eddahab mis en avant à Prague    Bounedjah Le réveil magique de la machine à buts des Fennecs    Les tops et les flops de l'édition égyptienne    Une approche qui n'est pas du goût de tous    C'est parti pour la 6ème édition du Festival Al Haouz    Show haut en couleur de Hamid Bouchnak et Hatim Ammor au Festival international du raï    Débat à Essaouira sur le rôle des jeunes dans la préservation du patrimoine gnaoui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le «Bachelor» accessible dès 2020 dans les universités publiques
Publié dans Albayane le 28 - 02 - 2019

Appliquant le système Licence Master Doctorat (LMD) depuis plusieurs années, le Maroc devrait s'ouvrir officiellement dès 2020 sur le système anglo-saxon de formations Bachelor. C'est l'annonce qu'a faite le ministère de l'éducation nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, lundi dernier dans un communiqué.
Les inscriptions à ce système seront ouvertes à partir de juillet 2020. Sa date d'entrée en vigueur a été fixée lors de la Conférence des présidents d'universités tenue récemment à Mohammedia. D'ailleurs, le ministre de l'Education nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Saïd Amzazi, avait indiqué lors du Forum mondial de l'éducation tenu en janvier dernier au Royaume Uni, que l'école marocaine avait pour ambition de s'ouvrir sur le modèle anglais dans la perspective de diversifier l'offre nationale en matière d'éducation. Selon Amzazi, il s'agit d'un clivage vers une nouvelle orientation du système marocain, et non pas d'un changement du modèle francophone vers le modèle anglo-saxon.
Dans la perspective de l'entrée en vigueur du Bachelor dès l'année prochaine, un planning pour garantir une large participation et un engagement efficace dans la conception du nouveau système a été fixé lors de ce conclave, présidé par le ministre de tutelle, en présence du secrétaire d'Etat chargé de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Khalid Samadi.
Ainsi, une rencontre nationale est prévue pour le 23 avril prochain afin d'examiner et d'approuver les documents liés au système de formation Bachelor. Le dépôt des documents devant la commission nationale de coordination de l'enseignement supérieur aura lieu pour sa part le 26 avril de l'année courante et le lancement d'appels d'offres relatifs aux formations Bachelor, le 29 avril. L'élaboration de nouvelles filières du Bachelor par les universités se fera en mai et décembre et les tests de classement linguistique destinés aux étudiants en mai, juin et juillet 2019.
Une plateforme d'information et d'orientation sera lancée en outre en octobre 2019, avec l'évaluation de l'Agence nationale d'évaluation et d'assurance qualité de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique (ANEAQ) pour les projets de licence (janvier-mars 2020).
Bachelor versus Licence
Dans les pays de tradition universitaire anglo-saxonne, le Bachelor est le grade sanctionnant le premier cycle universitaire après trois ou quatre années d'études. Il s'agit d'un diplôme de niveau bac+3 d'après le système Licence Master Doctorat (LMD). Il se distingue de la licence universitaire par une approche plus orientée vers l'international ainsi que par son programme pédagogique dominé par le concret et les matières transversales tournées de manière à servir la professionnalisation. Les longs mois de stage, l'alternance et les immersions professionnelles fréquentes viennent par ailleurs appuyer cette orientation. S'il permet également de poursuivre des études vers un Master 1, le Bachelor est avant tout pensé pour favoriser la prise de fonction des étudiants dès la sortie de l'école dans des secteurs aussi variés que le commerce, la communication, l'informatique ou les métiers de l'art, de la mode, du tourisme et autres.
Les entreprises, souvent en quête de profils immédiatement opérationnels, s'intéressent plus aux profils ayant effectué leurs études en un système Bachelor. Ce dernier permet une intégration plus facile dans le monde professionnel, alors que le diplôme de Licence est destiné plutôt aux étudiants souhaitant préparer une carrière académique. Les périodes de stage en entreprise et les séjours à l'étranger proposés dans le cadre d'un cursus Bachelor sont une réelle opportunité pour définir un projet de carrière adapté à ses ambitions et se forger une solide expérience avant même d'entrer dans la vie active.
L'adoption du système Bachelor au Maroc, s'il est appliqué comme dans les pays anglo-saxons, permettra ainsi de résoudre le défi de l'inadéquation entre les formations, les profils diplômés et les besoins des employeurs, tant décriée par les entreprises marocaines. Un rapport récent de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) publié en novembre dernier faisait état d'un grand nombre de profils professionnels non pourvus, en raison du manque de candidats adéquats. Ce même rapport du patronat regrettait d'ailleurs que sur 400 000 jeunes Marocains qui débarquent annuellement sur le marché du travail, seulement 100 000 arrivent à s'insérer; 300 000 sont pour leur part disqualifiés.
En plus de rendre les étudiants opérationnels, ce système bénéficiera aux étudiants marocains désirant poursuivre leurs études dans des écoles britanniques. Il permettra certainement d'encourager les échanges universitaires entre le Maroc et le Royaume-Uni. Les deux pays ont d'ailleurs élaboré plusieurs projets dans le domaine éducatif lors du dernier forum de l'éducation, dont une visite des présidents d'universités marocaines au Royaume-Uni pour s'imprégner du système éducatif du pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.