Trump blanchi par son ministre, avant la publication du rapport de l'enquête russe    Incendie de la Mosquée Al Aqsa : El Othmani salue le don royal    L'Académie célèbre les 30 ans d'existence de l'option internationale du bac    Celui qui milite pour la parité homme-femme en vêtement    Plan Maroc Vert. 813 nouveaux projets dans le cadre de l'acte II    La durabilité selon Tariq Sijilmassi    Pas besoin d'en savoir plus    Le Maroc et l'Allemagne s'engagent pour le projet DIAF    Michael Kiwanuka au Jazzablanca !    Orange Cyberdefense mise sur le Maroc    Challenge Azura de rugby : Casablanca abrite la 2ème édition    Intelligence artificielle : Peut-on faire confiance aux algorithmes ?    Suicide d'un détenu à la prison de Tétouan    «La digitalisation, un défi majeur pour les petits agriculteurs»    Réunion à Rabat du Comité central de pilotage    Grève des enseignants. Le CNDH relance sa médiation    Venezuela: Maduro juge « illégales » les sanctions américaines contre la Banque centrale    Profession infirmière: Les enjeux de la spécialisation    Culture: « Le Maroc à Abu Dhabi »    L'identité plurielle assumée    Haj 1440 : 750 encadrants pour les pèlerins marocains    Indonésie: L'islam au cœur de la campagne électorale…    Les enseignants des académies prolongent leur grève jusqu'au 25 avril    Dur des portugaises!    Rabat : Violentes échauffourées après le match FAR-RSB    La Fondation BMCE Bank inaugure des unités de préscolaire à Nador    Edito : Notre-Dame la Médina    Taxation des Gafa: Le combat continue    Les camps de Tindouf, à nu    Braquages en série : Les banques visées par des bandits en herbe et d'autres professionnels    Crise des opioïdes : La prescription en chirurgie pointée du doigt    La Nasa révèle une étude capitale pour de futurs voyages interplanétaires    Un Ajax seigneurial et un Barça impérial au dernier carré de la Ligue des champions    Rude épreuve soussie pour le Wydad    CAN U17 : L'EN acculée à franchir le cap camerounais    Nasser Bourita s'entretient à Moscou avec Serguei Lavrov    Stars de la même famille : Les Coppola    Le Festival des Alizés, un rendez-vous exceptionnel à Essaouira    Marrakech célèbre le Mois du patrimoine par une multitude d'activités culturelles et artistiques    Conseil de gouvernement. L'ordre du jour du jeudi    CAN (U17) en Tanzanie: Le Maroc rate la victoire face au Sénégal    Peugeot au tournoi de tennis de Monte-Carlo    La 2e Coupe arabe des clubs portera le nom du roi Mohammed VI    Loi-cadre de l'enseignement : Amzazi et Azziman annoncés chez les conseillers    Bourita : « Le Maroc veut une solution réaliste à la question du Sahara »    Moscou : Bourita rencontre Lavrov    Fayez al-Sarraj : Une guerre en Libye pousserait plus de 800.000 migrants en Europe    Message de soutien et de solidarité de S.M le Roi au Président français    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le ver dans le fruit !
Publié dans Albayane le 21 - 03 - 2019

Le marasme de l'enseignement plane sur le quotidien des citoyens, mis au creux de la vague. En dépit de l'offre en vrac de l'exécutif pour désamorcer les tensions houleuses, le spectre de l'année blanche préoccupe, plus que jamais, les parents d'élèves, en état de profond désarroi. Il est bien clair que les émeutes massives de l'Algérie ont, sans doute, précipité la panoplie de mesures prises en «faveur» des désormais «cadres des académies régionales» et non plus «contractuels»! En fait, ce sont plus de 70 000 postulants qui sont amenés à jouir de tous les droits possibles de leurs homologues de la fonction publiques, hormis la retraite, ajournée à plus tard, en attendant de procéder à l'unification des systèmes des caisses en service.
En fait, comment en est-on arrivé là ? Le boulet ardu de ce secteur névralgique que le pays traine, depuis des lustres, ne date pas d'aujourd'hui. C'est un long processus de déchéances dont on ne s'est jamais résolument traité les noyaux des déficits, à plus d'un registre. Au lieu de s'y mettre pour de bon, avec audace et lucidité, en dehors des surenchères politiciennes creuses, on s'est lancé dans des approches approximatives, tels la charte nationale, le plan d'urgence, l'embauche des occasionnels, des éventuels de l'éducation informelle, des contractuels, sans aucune formation ni recyclage. Malgré les efforts colossaux consentis, les budgets faramineux injectés et les temps de générations dispensés pour la réforme, on se retrouve, des années plus tard, avec une école publique précaire qui foudroie l'égalité des chances et rudoie la qualité des prestances.
A présent, on se mord encore les doigts d'avoir recouru à l'approche fallacieuse de la contractualisation directe à propos de laquelle les initiateurs centraux ont littéralement gaffé et que les signataires ont froidement reniée. A chaque fois, on improvise dans un domaine décisif pour la vie d'une nation, tout en mettant en otage sa progéniture et hypothéquant son avenir. Aujourd'hui encore, on continue à rabâcher l'histoire des langues, alors que l'équation est bien évidente : la langue nationale n'a jamais été une entrave puisqu'elle a donné la preuve d'être un outil identitaire sans conteste, mais également un support véhiculaire avéré des connaissances, depuis l'époque d'Ibn Sina, Ibn Rochd… De par son ouverture et son universalité, notre pays est donc condamné à s'abreuver dans l'océan des langues du monde.
On risque de perturber la stabilité de la nation par cette bourde perpétrée des contractuels. Ces faux-problèmes, sont-il réellement les soucis majeurs des problématiques de l'enseignement au Maroc ? Il est bien certain que les panacées radicales et pérennes du secteur sont bien ailleurs ! Mais, pour remettre sur rail ces vrais remèdes, il va falloir se doter d'un gouvernement fort, autonome et imbu de charges politiques. Est-ce le cas de la mouture actuelle ? Mon œil !!!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.