Kénitra: des motards utilisent leurs armes de service pour arrêter un récidiviste    Création d'un centre d'accueil pour les MRE à Tanger    Installation des agents d'autorité nouvellement nommés    Tanger : Un centre d'accueil pour la diaspora marocaine    Remaniement: Divisions de la majorité et compétences rares    Le Japon affiche de nouvelles ambitions africaines    Fête de la Jeunesse: Fini les cérémonies officielles…    Un Conseil de gouvernement jeudi prochain    Insolite : Mystérieux bienfaiteur    La Bourse de Casablanca clôture juillet en bonne mine    Le taux moyen de remplissage des barrages avoisine les 57% au niveau de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Création d'entreprises : 50.135 nouvelles entités au premier semestre    Grève de 48 heures des médecins du secteur public    Equipements télécoms : Le processus d'agrément dématérialisé    Télédéclarations: la CNSS s'associe aux banques participatives    Exploration pétrolière: Jeu de chaises musicales sur le permis Anoual    En Libye, la peur de finir à la rue après avoir fui les combats    Réfugiés: Le ras-le-bol des pays voisins de la Syrie, après 8 ans de guerre    Le commerce mondial des marchandises pique du nez au troisième trimestre    Commerce: Trump vante la perspective d'un accord « fantastique » avec Londres après le Brexit    Gibraltar autorise le pétrolier iranien à partir malgré la tentative américaine de blocage    Hong Kong, passerelle entre Pékin et le monde, malgré l'essor économique chinois    Les utilisateurs d'Instagram pourront bientôt signaler les « Fake News »    Taux négatifs    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT décidé à franchir le tour préliminaire    Fouzi Lekjaa Objectif : Qualifier l'EN au Mondial et au dernier carré de la CAN    Coupe du Trône : Tirage au sort fatal pour au moins sept clubs de la D1    Championnat de Portugal : Adel Taarabt renoue avec Benfica jusqu'en 2022    Kitesurf : Dakhla à l'heure de la 5ème édition de «Dakhla Downwind Challenge»    Athlétisme : Des records du monde en danger    Neymar convoqué pour les prochains matches amicaux du Brésil    Vahid Halilhodzic prend officiellement les commandes de la sélection nationale    De nouveaux ambassadeurs du Qatar et de la Finlande à Rabat    Myrtilles : Cet aliment miracle réduit le risque d'Alzheimer et d'infarctus    Augmentation du nombre de bénéficiaires de l'Entraide nationale    Divers    Fès: L'UEMF s'allie à l'Ecole polytechnique    La Marine Royale saisit 4 tonnes de chira au large d'Assilah    Vol de médicaments de l'hôpital multidisciplinaire d'Azrou : Un récidiviste interpellé    Tanger : Deux arrestations dans une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort d'une personne    Réhabilitation du cimetière juif d'El Jadida    Le film culte "Apocalypse Now" ressort dans une nouvelle version    Depuis sa cellule, MHD rend un hommage déchirant à Dj Arafat    Une MasterClass pour former les musiciens en herbe    Casablanca: Où sont les autorités et la Cour des comptes?    «Le festival Bab Souss» du 23 au 25 août    Pour présenter ses vœux de l'Aïd Al Adha : Karima Skalli lance «Alhawa rachiki»    Fast and furious : Hobbs et Shaw assurent l'intérim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le ver dans le fruit !
Publié dans Albayane le 21 - 03 - 2019

Le marasme de l'enseignement plane sur le quotidien des citoyens, mis au creux de la vague. En dépit de l'offre en vrac de l'exécutif pour désamorcer les tensions houleuses, le spectre de l'année blanche préoccupe, plus que jamais, les parents d'élèves, en état de profond désarroi. Il est bien clair que les émeutes massives de l'Algérie ont, sans doute, précipité la panoplie de mesures prises en «faveur» des désormais «cadres des académies régionales» et non plus «contractuels»! En fait, ce sont plus de 70 000 postulants qui sont amenés à jouir de tous les droits possibles de leurs homologues de la fonction publiques, hormis la retraite, ajournée à plus tard, en attendant de procéder à l'unification des systèmes des caisses en service.
En fait, comment en est-on arrivé là ? Le boulet ardu de ce secteur névralgique que le pays traine, depuis des lustres, ne date pas d'aujourd'hui. C'est un long processus de déchéances dont on ne s'est jamais résolument traité les noyaux des déficits, à plus d'un registre. Au lieu de s'y mettre pour de bon, avec audace et lucidité, en dehors des surenchères politiciennes creuses, on s'est lancé dans des approches approximatives, tels la charte nationale, le plan d'urgence, l'embauche des occasionnels, des éventuels de l'éducation informelle, des contractuels, sans aucune formation ni recyclage. Malgré les efforts colossaux consentis, les budgets faramineux injectés et les temps de générations dispensés pour la réforme, on se retrouve, des années plus tard, avec une école publique précaire qui foudroie l'égalité des chances et rudoie la qualité des prestances.
A présent, on se mord encore les doigts d'avoir recouru à l'approche fallacieuse de la contractualisation directe à propos de laquelle les initiateurs centraux ont littéralement gaffé et que les signataires ont froidement reniée. A chaque fois, on improvise dans un domaine décisif pour la vie d'une nation, tout en mettant en otage sa progéniture et hypothéquant son avenir. Aujourd'hui encore, on continue à rabâcher l'histoire des langues, alors que l'équation est bien évidente : la langue nationale n'a jamais été une entrave puisqu'elle a donné la preuve d'être un outil identitaire sans conteste, mais également un support véhiculaire avéré des connaissances, depuis l'époque d'Ibn Sina, Ibn Rochd… De par son ouverture et son universalité, notre pays est donc condamné à s'abreuver dans l'océan des langues du monde.
On risque de perturber la stabilité de la nation par cette bourde perpétrée des contractuels. Ces faux-problèmes, sont-il réellement les soucis majeurs des problématiques de l'enseignement au Maroc ? Il est bien certain que les panacées radicales et pérennes du secteur sont bien ailleurs ! Mais, pour remettre sur rail ces vrais remèdes, il va falloir se doter d'un gouvernement fort, autonome et imbu de charges politiques. Est-ce le cas de la mouture actuelle ? Mon œil !!!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.