Coronavirus : Kia Maroc se mobilise pour sa clientèle    Othman Ferdaous nommé ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports    Les universités diffusent des cours à la radio    Un appel à projets R&D national contre le Covid-19    Decathlon: La vente des masques Easybreath bloquée au Maroc aussi    Covid19: Tétouan passe aux services en ligne    S.M le ROI reçoit Amzazi et El Firdaouss    Lorie donne de surprenants conseils pour supporter le confinement en couple    Rejouer ou pas, le foot italien se déchire    Le Crédit Agricole du Maroc accompagne les Ramedistes pour faire aboutir le dispositif de soutien aux populations vulnérables    SM le Roi exonère des droits de bail les locataires des locaux des Habous    Amrani appelle à une solidarité africaine renouvelée    Lévinas, le visage, l'humanité    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    S.M le Roi reçoit Saaid Amzazi et Othman El Firdaous    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    La croissance nationale devrait enregistrer une régression de 1,8% au deuxième trimestre    La SERMP se réorganise pour la fabrication de respirateurs 100% marocains    Baisse de la croissance et de 11,6 points du taux de couverture    L'enseignement à distance à l'ère du coronavirus    Vibrant hommage aux professionnels de santé    Les marchés calent, inquiets face au coronavirus et à son impact économique    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    Dr Souad Jamaï: «ce que le confinement a changé dans ma vie?»    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    5 millions de masques produits par jour dès mardi prochain    Entreprises en difficulté : Le report des cotisations CNSS du 1er mars au 30 juin activé    Les Marocains bloqués à l'étranger sollicitent l'intervention du Roi    La culture, un réconfort en crise en période d'anxiété    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Le Wisconsin vote en pleine pandémie    Aicha Lablak: «La priorité aux questions en liaison avec l'état d'urgence sanitaire»    Coronavirus : Le Maroc prélève 3 milliards de dollars de sa Ligne de précaution auprès du FMI    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Mobilité, logements et restauration assurés : Une chaîne de solidarité au profit du corps médical de Marrakech    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    L'engouement culturel à l'ère du confinement    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Football : Les clubs marocains dans le flou total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amazighe, bientôt langue officielle ?
Publié dans Le Soir Echos le 06 - 06 - 2011

Suite à la vague d'arabisation qui a fouetté le pays, les défenseurs de la langue amazighe se comptent à la pelle. Ils profitent du vent de réformes pour défendre leur amazighité et espèrent qu'elle sera désignée comme seconde langue officielle dans la nouvelle Constitution.
Lorsqu'une réforme est annoncée, l'idée trotte dans toutes les têtes : c'est le moment de faire entendre sa voix. Parmi celles qui s'élèvent depuis l'annonce, le 9 mars, de la réforme constitutionnelle, figure celle des défenseurs de la langue, de la culture et de l'identité amazighe. Jeudi dernier à Rabat, la température des débats est montée d'un cran lors d'une conférence-débat organisée à l'occasion des « Jeudis de MSI (Management systems international) » à la bibliothèque nationale (BNRM).
28 % d'amazighophones
Au coeur des discussions animées par le militant serein et parfaitement trilingue, Ahmed Aassid, membre fondateur du mouvement amazighe des droits et des libertés, figurait le thème des « langues et identité de la nouvelle Constitution ».
« Nous voulons que ce qui a été dit en 2001 soit mis en pratique », lance-t-il à une salle absorbée par ses paroles. Par 2001, il sous-entend le discours royal d'octobre de cette année, au cours duquel le roi avait évoqué la nécessité de promouvoir l'amazighe dans l'espace socio-culturel, éducatif et médiatique.
Les faits qui ont suivi son discours ont causé une grande déception chez les amazighophones, qui estiment que malgré les efforts fournis, les résultats restent mitigés. La diversité de la population marocaine continue selon eux d'être étouffée, l'Etat ayant voulu, au lendemain de l'indépendance, uniformiser pour unifier (cf trois questions). Or, « la reconnaissance de la diversité est ce qui renforce l'unité d'un pays » défend Ahmed Aassid. En somme, malgré le discours, la protection de l'amazighité ne peut être garantie sans une protection juridique. A titre d'exemple, les prénoms amazighes ne sont pas encore tolérés, ce qui pousse certains à parler de « discrimination ».
Plusieurs intervenants présents à la rencontre de jeudi dernier, ont souligné leur désir de voir l'amazighe visible dans les tribunaux, les hôpitaux et l'ensemble des lieux publics. « Même aux Pays-Bas, les Marocains originaires du Rif peuvent parler leur langue pour se défendre dans les tribunaux. Un interprète est là pour traduire leur défense », souligne un des participants. Mais l'une des revendications phares des défenseurs de l'amazighité, et la meilleure preuve de sa reconnaissance, est que la langue amazighe soit élevée au rang de langue officielle, au côté de la langue arabe. Ils comptent sur la nouvelle Constitution pour lui accorder ce statut.
Au Maroc, 28 % de la population parle uniquement en amazighe. « Si on y ajoute toutes les familles dans les grandes villes qui sont amazighophones et qui maîtrisent également d'autres langues, on peut dire qu'ils représentent plus de 50 % de la population », lance Ahmed Aassid. Et ce, après cinquante ans d'arabisation ! Une langue enracinée, qui refuse de se laisser ignorée.
En quoi l'amazighité est-elle dévalorisée ?
L'amazighe comme langue, identité et culture, a toujours été dévalorisée à cause de la politique publique qui néglige la diversité et ne reconnaît pas le pluralisme. Depuis l'indépendance, le Maroc a adopté le modèle jacobin de l'Etat-Nation centralisateur. Le résultat a été l'exclusion de la diversité. La politique officielle a imposé une seule langue, une seule culture, une seule identité, ce qui a sacrifié l'amazighité du Maroc.
Ce qui vous pousse même à parler de « discrimination »…
Bien sûr. C'est une discrimination dans les tribunaux, dans l'administration, à la télévision… Il était interdit de produire des émissions télévisées en amazighe jusqu'à novembre 2006 ! Les émissions pouvaient aborder le thème de l'amazighité, mais en utilisant des langues comme l'arabe ou le français. L'amazighe n'a été introduite dans l'école publique qu'en 2003. Avec l'officialisation actuelle de l'amazighe, le problème va, je l'espère, être résolu.
Qu'attendez-vous de la réforme constitutionnelle ?
On espère une reconnaissance de la langue amazighe comme langue officielle à l'instar de l'arabe, et une officialisation de l'identité amazighe. Ceci va permettre de reconstituer le concept de nationalisme marocain. Avant, on définissait le nationalisme marocain comme étant l'identité arabo-islamique. Avec la reconnaissance de l'identité et de la langue amazighes, on va retrouver notre identité globale et réaliser une réconciliation nationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.