La CAF prévoit deux pauses fraîcheur entre les mi-temps    Meknès. Arrestation d'une bande criminelle arrêtée pour cambriolages    Exposition sur Eugène Delacroix à Rabat, une première dans le monde arabe et en Afrique    Musiques sacrées. Le festival bat son plein    L'Iran dit avoir abattu un drone américain et parle de « ligne rouge »    Objectif Downing Street : Place aux deux finalistes    TE Connectivity inaugure sa deuxième usine de production au Maroc    Jeux Africains de Plage : le Maroc bat l'Algérie au beach-soccer    Arts martiaux : Marrakech abritera le Championnat du monde professionnel de muay thai    Saut d'obstacles : Concours officiel de la Garde royale du 28 au 30 juin à Rabat    Organisé par AOB Group et l'AMEE : La performance énergétique dans l'hôtellerie en débat    Kenzi Tower Hôtel: Restaurant Sens, une carte joliment revisitée    Une nouvelle stratégie de financement de la santé s'impose    Accueil en fanfare pour le président chinois en Corée du Nord    L'OPM célèbre la fête de la musique aux rythmes de compositions dansantes    Jazzablanca : 80% des festivaliers ont un accès gratuit    L'exposition «Mains de lumière» éblouit des étudiants et chercheurs    Le temps est ainsi fait    Sécurité et développement en Afrique. Comment le continent peut se prendre en main    Le coût social aggrave le déficit budgétaire en 2019    Sahara marocain à l'ONU: L'initiative marocaine fortement soutenue    Rabat. EBM lance ses programmes préparatoires pour les tests d'admissions    Les Lions de l'Atlas en Egypte pour un deuxième exploit    Déconcentration administrative : La Commission interministérielle fait le point    Marquage fiscal .L'ADII lance un appel d'offres    Journée mondiale des réfugiés    Inscriptions au doctorat. L'UM5R annonce une baisse des frais pour les fonctionnaires    Le peuple marocain célèbre ce jeudi le 49ème anniversaire de SAR le Prince Moulay Rachid    Benslimane : 4 personnes périssent dans un accident de la route    Le Centre international Hassan II de formation à l'environnement voit le jour à Salé    Les stocks de sardinelles et de chinchards surexploités    Médecine : Drôles de carabins !    L'escalade des tensions dans le Golfe inquiète    Le marché mondial du luxe poursuit sa progression, tiré par la Chine    L'agriculture peut aussi rafraîchir la planète    L'équipe ghanéenne espère renouer avec le sacre africain    Dormir devant la télévision fait grossir    Bulletin de la CAN    Hausse attendue de la production dans l'industrie au deuxième trimestre    Bouillon de culture    Le bureau de la Chambre des représentants tient sa réunion hebdomadaire    Habib El Malki en visite à Dublin    Moussem de Tan-Tan Les tentes marocaines et mauritaniennes reflètent la richesse du patrimoine culturel commun    Saïdia accueille le 11ème Salon régional du livre    Canticum Novum transporte le public fassi aux confins des musiques anciennes    Meurtre de Khashoggi. Le chef de l'ONU lance une enquête internationale    Amazon détrône Google comme marque la plus puissante    Démantèlement à Tétouan d'une cellule terroriste    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Washington dans le bourbier vénézuélien…
Publié dans Albayane le 19 - 05 - 2019

Dans un éditorial consacré à la situation au Venezuela, le «Monde» estime que les calculs faits par les Etats-Unis et plus précisément par John Bolton, le conseiller à la sécurité nationale du Président Donald Trump, se sont révélés faux après avoir «lamentablement sous-estimé la résistance du président Nicolas Maduro» si bien qu'à l'heure actuelle, la Maison Blanche ne sait plus sur quel pied danser.
Doit-elle intervenir militairement pour «déloger» celui qui, à ses yeux, est bien «l'ennemi du peuple» et prendre, ainsi, le risque de «réveiller en sursaut» l'ours russe qui, tapi dans son coin, ne dort que d'un œil guettant le moment propice pour contre-attaquer ou serait-il plus judicieux d'attendre que la situation «pourrisse» davantage?
D'ailleurs, au soir du 30 Avril et alors qu'ils croyaient leur protégé capable de lancer l'assaut final contre Maduro après les entretiens qu'il avait eu la veille «avec quelques figures-clés du régime», les Etats-Unis se sont trouvés confrontés à la dure réalité des choses et à leurs erreurs de jugement ; à savoir que les rapports de force entre Nicolas Maduro et son opposition sont encore du côté du chef de l'Etat à qui l'armée est restée loyale et non pas, comme ils avaient bien pu le croire un moment, entre les mains du jeune chef de l'Assemblée Nationale qui s'était auto-proclamé président.
D'ailleurs au lendemain du fiasco rencontré par cette «offensive finale » de Juan Guaido qui, aux yeux de près d'une cinquantaine de pays, devait indubitablement se solder par une victoire de l'opposition vénézuélienne, c'est Nicolas Maduro qui, en étant sorti grandi, paradait dans les rues de Caracas bien protégé par son armée. Cette image ayant déclenché l'ire de John Bolton, ce dernier a immédiatement révélé, dans un tweet, les noms de tous les officiers qui, la veille, avaient promis à Juan Guaido de le soutenir. Mais cette «dénonciation» n'a point été du goût d'un Donald Trump qui, après avoir été mal informé du «poids réel» de l'équipe Maduro» hésite à intervenir «militairement».
Ainsi, à en croire Abdel Bari Atwan, journaliste palestinien qui dirige le quotidien «Al Qods Al Arabi» à Londres, le président américain ne va pas jeter son pays dans «une guerre d'usure comparable à celle du Vietnam» d'abord parce que, pendant sa campagne électorale, il avait promis d'éviter au pays tout aventurisme militaire puis parce que le Président Maduro a le soutien de la Russie, la Chine, l'Inde, la Turquie et l'Iran.
En outre, après s'être profondément impliqués dans le dossier vénézuélien, il est difficile, aujourd'hui, pour les Etats-Unis, de faire marche arrière et de croiser les bras alors que, sur le terrain, la situation se dégrade, au fil des jours, et jette sur les routes de l'exil une population qui manque de tout.
Ainsi, à l'heure qu'il est, la seule petite lueur d'espoir qui brille dans ce bourbier vénézuélien et qui pourrait aider Washington à en sortir sans trop de dommages reste l'éventualité d'une reprise du dialogue entre l'opposition et le pouvoir avec en ligne de mire de nouvelles élections présidentielles grâce à une médiation norvégienne. Alors, attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.