Numérisation du système judiciaire : Signature d'une convention entre le barreau de Casablanca et la CDG    PAM. Crise autour du 4e congrès national    Côte d'Ivoire : Atlantique Assurances, filiale de la BCP, lance une offre dédiée aux agriculteurs de coton    Fiscalité. Les libéraux veulent reconstituer un front uni    RDC : Moïse Katumbi accueilli en héros national après son retour au bercail    La scène politique en deuil : Tayeb Bencheikh n'est plus    7ème édition de l'opération Iftar Saem : P&G Maroc distribue plus de 250.000 ftours depuis 2013    Bouskoura : Trois ouvriers meurent par asphyxie dans un canal des eaux usées    Etats-Unis : Quand un milliardaire diplômé rembourse les dettes étudiantes de toute sa promotion    L'enseignement supérieur passe au mode grève    Immobilier. Un faux départ en 2019    Chronique Humour et Ramadan : Qu'Imam me suive…    Education : Le ministère annonce une version actualisée de la méthode d'enseignement pour le primaire    Le Maroc à Genève pour la 72ème Assemblée mondiale de la santé    Christchurch : L'auteur de l'attaque inculpé pour terrorisme    La réponse de Huawei à Google    Les Etats-Unis donnent un sursis de 3 mois à Huawei    Radioscopie des besoins prévisionnels d'emplois au Maroc    Marrakech: La ville que les stars adorent!    Phoques, caviar et pétrole: la mer Caspienne menacée par la pollution    Donald Trump : Si Téhéran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran    Agentis construira et équipera des hôpitaux publics en Côte d'Ivoire    Plus de 2,3 millions de passagers ont transité par les aéroports marocains en avril    Les Marocains d'Italie dénoncent la situation tragique dans les camps de Tindouf    Insolite : Soyez "gentils" avec la police nigériane    M'hamed Loqmani : Les intellectuels qui ne créent pas le buzz ne sont pas toujours les bienvenus dans les médias    Attention aux jeans trop serrés et à l'épilation intégrale !    Pendant le Ramadan, Essaouira retrouve toutes ses sensations    Les inégalités augmentent dans l'UE, mais moins qu'ailleurs    Baisse du résultat net du CIH    Ces tournages qui ont tourné au drame : Troie    Cinquantenaire du FNAP de Marrakech    En larmes, le monstre sacré du 7ème art Alain Delon honoré à Cannes    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    Madison Cox lauréat du prix de la Rosa d'Oro    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    Policy Center for the New South. De nouveaux locaux et une nouvelle dynamique    Abderrassoul Lehdari : «Si Aziz nous a appris la méthode, la rigueur, la maîtrise du sujet et l'esprit critique»    Egypte : Le Comité d'organisation lance une billetterie en ligne    Louzani et Blinda au Mondial mais pas en CAN    Abdelhak Zerouali, le maître du monodrame    Vente illégale de boissons alcoolisées et immigration clandestine : Une ressortissante subsaharienne arrêtée à Rabat    ''Avengers" se fait doubler par ''John Wick'' sur le box-office américain    Vidéo – Coupe de la CAF : Le RSB marque un magnifique but dans le temps additionelace au Zamalek    La sélection marocaine féminine de boxe remporte le tournoi international du Gabon    Divers    Le "biz-Hoeness model" gagnant du Bayern    La Chambre d'agriculture de Draâ-Tafilatet primée en Tunisie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trump menace les militaires qui soutiennent Maduro…
Publié dans Albayane le 21 - 02 - 2019

«Vous ne trouverez aucun refuge sûr, aucune sortie facile et aucune issue. Vous perdrez tout!». C'est en ces termes que, ce lundi, Donald Trump, le président des Etats-Unis d'Amérique, accompagné de son épouse, s'est adressé, dans un discours enflammé prononcé à Miami devant la communauté vénézuélienne de Floride, aux militaires de l'armée de Caracas qui soutiennent encore leur chef d'Etat Nicolas Maduro et ne se sont toujours pas rallié à Juan Guaido, le président autoproclamé.
De tels propos auraient pu être compris et s'insérer dans un cadre «logique» si les deux pays concernés; à savoir, la plus grande puissance mondiale, d'un côté, et un pays d'Amérique latine, de l'autre, étaient en guerre. Or, il n'en est rien puisque les armées de l'un et de l'autre sont dans leurs casernes. Mais qu'en est-il alors de la souveraineté des Etats ? Un simple slogan creux quand l'équilibre des forces fait défaut? Incontestablement… car qu'on veuille bien l'admettre ou pas, quand le chef d'un Etat oblige celui d'un autre Etat à quitter le pouvoir – sous peine d'invasion militaire – nous nous trouvons en présence d'une flagrante ingérence dans les affaires internes d'un Etat souverain.
Qualifiant le président vénézuélien de «marionnette cubaine» que Washington ne veut plus voir au pouvoir, le président américain, livrant une «diatribe enflammée» contre le socialisme et estimant que «les jours du communisme étaient comptés au Venezuela mais aussi au Nicaragua et à Cuba» a rappelé, dans son discours, sa préférence pour «une transition pacifique», non sans omettre de signaler, toutefois, que «toutes les options» étaient sur la table; la carotte et le bâton, bien sûr.
Le président américain somme donc Maduro de quitter le pouvoir «de gré ou de force». Se drapant du costume du bienfaiteur, Donald Trump entend ainsi faire croire qu'il va voler au secours d'une population vivant dans un pays secoué par une profonde crise économique afin de mettre fin à ses souffrances. L'image est très belle et l'Oncle Sam en sortirait grandi. Mais la vérité est ailleurs car en y regardant d'assez près, l'on s'aperçoit que cette crise économique – au demeurant, très profonde – n'est pas née d'une «mauvaise gestion» mais plutôt de ces «sanctions américaines» qui auraient fait perdre à l'économie du Venezuela quelques 30 milliards de dollars.
En outre, en mai dernier, Maduro avait été réélu par 68% des électeurs après que trois candidats de l'opposition et seize partis aient fait campagne. Bien qu'ayant été boycotté par trois partis d'opposition, le scrutin avait quand même drainé suffisamment d'électeurs puisque le taux de participation avait atteint 46%; ce qui reste, tout de même, appréciable dans un pays d'Amérique latine où le vote n'est pas obligatoire. Or – comme il fallait s'y attendre – dès le lendemain, ces résultats avaient été qualifiés de «farce» par Washington et rejetés par le Groupe de Lima.
Ainsi, la Maison Blanche n'a pas commencé à s'intéresser à ce pays au moment où deux présidents ont commencé à s'y disputer le pouvoir afin de proposer son arbitrage mais bien avant. D'ailleurs, dans un article paru fin Janvier dans le Wall Street Journal, il est dit que ce sont ces illustres hommes de main du président américain qui ont pour noms Rubio, Bolton, Abrams, Pompeo et Pence qui, avec l'aide de la cheffe de la diplomatie canadienne et de son équipe, auraient mis en avant le jeune Juan Guaido et l'auraient «aidé» à prendre la tête de l'Assemblée Nationale dans l'attente du «coup d'Etat» qui va lui permettre d'accéder à la magistrature suprême.
Ce «coup d'Etat» a été facilité lorsque le 4 Janvier 2019, le Groupe de Lima comprenant principalement des pays amis de Washington a fait une «déclaration de non-reconnaissance de la légitimité du nouveau mandat du régime vénézuélien» sur la base de laquelle dès le lendemain, le Parlement vénézuélien, acquis à l'opposition, avait procédé à un vote contre l'investiture de Nicolas Maduro. C'est donc en s'appuyant sur ce vote venu «confirmer» l'illégitimité du second mandat du président Nicolas Maduro, que Juan Guaido s'est autoproclamé «président de la république».
Aussi, après le discours du Président américain, il n'est nul besoin de chercher ailleurs qu'à la Maison Blanche les raisons de ce qui se passe aujourd'hui dans ce pays d'Amérique latine renfermant d'énormes ressources minières et, de surcroît, «socialiste».
Mais si, à l'heure qu'il est, une invasion militaire du Venezuela par l'armée américaine n'est pas à écarter, il n'est pas dit, non plus, que ces deux importants membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations-Unies et grands partenaires économiques de Caracas que sont la Chine et la Russie – qui soutiennent encore le Président Nicolas Maduro – vont rester les bras croisés et laisser Washington agir à sa guise. Osons l'espérer et attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.