Visite de Pompeo au Maroc: Le bilan    Représentativité politique des femmes: Partis et ONG interpellés    Opep: Membres et partenaires se retrouvent à Vienne    Taxe Gafa: Les hostilités relancées…    L'Otan adopte une déclaration finale    Informations    Enseignement: 2 écoliers sur 3 analphabètes!    Tilda Swinton, l'insaisissable icône du 7e art    Washington et Rabat déterminés à travailler de concert    La lutte contre la sextorsion requiert des mécanismes développés de surveillance et de traçage    Comment protéger vos données personnelles    "Microfracture" pour Hazard, forfait pour le clasico    Infantino va entrer au CIO en janvier    Le WAC vise une cinquième victoire face au Mamelodi Sundowns en Ligue des champions    Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21    Une nouvelle antenne de la BERD inaugurée à Agadir    La filière oléicole assure une entrée de devises équivalente à 1,8 milliard de DH par an au Maroc    Bertrand Tavernier : L'arrogance est l'ennemi déclaré du réalisateur    Jeremy Thomas : L'inventivité est primordiale même sans budget    Le cinéma australien brille de mille feux à Marrakech    Académie du Royaume du Maroc : Concert mémorable de l'orchestre de l'opéra national du Pays de Galles    Le PLF 2020 passe le cap des Conseillers    L'AMMC présente son guide de lutte contre le blanchiment d'argent    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    Arribat Center en feu !    Australie: Des incendies fusionnent en un « mégafeu » au nord de Sydney    OCP MS devient le 1er centre certificateur Mobius au Maroc    Deuxième plainte de Huawei contre l'administration Trump    Nouvel élan pour les relations entre le Maroc et les Etats-Unis    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    Coupes africaines : Wydad-Mamelodi Sundowns, deux géants qui se connaissent bien    JO 2022 : Les organisateurs cherchent 39.000 bénévoles    Tous à Londres, personne à Madrid!    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    18ème Festival international du film de Marrakech : Mouna Fettou dédie son hommage à son fils    «Jeshop.ma» : Un pop-up store mis en place au FIFM    Pyongyang s'inquiète d'une « rechute du gâtisme » de Trump    Hakimi en lice pour le titre des jeunes, Ziyech chez les grands    Lancement du plan national de lutte contre la mendicité des enfants    Salon de l'emploi : 1.000 postes à pourvoir pour une 1ère édition    Plusieurs partenariats ont été scellés lors du Forum économique Fès-Meknès : Des synergies innovantes se créent    «La mer est un personnage principal dans Lalla Aïcha»    Les Verts sont à Kinshasa. Coulisses d'un voyage    Le Congrès va entamer la rédaction de l'acte d'accusation de Trump    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les déficiences du football national!
Publié dans Albayane le 24 - 05 - 2019

Au moment où le football marocain est en passe de refaire surface à l'échelon africain, par les sursauts salutaires des clubs qui rivalisent avec les géants du continent, la gestion de la Botola pro fait cruellement défaut. Il est bien vrai que de gros efforts ont été déployés, ces dernières années, en termes demise à niveau, de refonte et de promotion.
De même, les entités sportives se débattent, tant bien que mal, pour recouvrer l'égalité des chances, à travers l'implication des autorités locales, des instances élues et des boîtes privées. C'est ainsi que des bourgades tels Berrechid, Oued Zem ou encore le nouveau promu Zmamra, prennent place parmi les ténors de l'élite nationale. La compétition supérieure ne sera plus l'apanage des grandes métropoles, quoiqu'on en déplore l'éclipse de certaines qui, à l'époque, mettaient du feu dans les aires de jeu, notamment Kénitra, Settat, Mohammedia, Meknès, Fès, Salé…
Cependant, cette dynamique qui replace aussi la sélection marocaine sur l'échiquier planétaire, avec la belle prestation du mondial de Russie, est toujours entachée de dysfonctionnements criards. En dépit de la dimension professionnelle que ne cessent de vanter les décideurs de la plus prisée des disciplines sportives, de bas signes d'amateurisme persistent encore aussi bien au niveau de mentalités que de procédés adoptés.
Dans le présent billet, on se limitera de dévoiler la débandade dans laquelle s'ébat la fameuse commission de la programmation. Alors que la plupart des championnats du globe ont déjà bouclé la saison sportive écoulée et s'apprêtent à entamer la suivante, le nôtre tâtonne et se noie dans une série de reports, au point de jeter l'épreuve dans un réel chaos qui ne dit pas son nom. Aucune gestion planifiée au préalable ni maîtrise du calendrier intercontinental, encore moins une fermeté susceptible de rappeler à l'ordre tout comportement abusif des acteurs.
Cette année encore, c'est le comble avec une compétition qui s'achève en mi-juin, à la veille de la CAN. Pis encore, on stoppe inopinément la cadence des confrontations durant pas moins d'une quinzaine de jours, au moment crucial tant au sommet que se disputent les postulants à une place au soleil africain qu'au bas de la marche où se meuvent les lanternes rouges pour éviter à la relégation. En fin de compte, on a affaire à un championnat bâclé, amorphe et apathique. Une fin en queue de poisson, due à l'approximation d'un service clé de la fédération auquel les enjeux échappent visiblement.
Notre football est donc sujet à la défection qui suscite la confusion et le désarroi au sein de la nuée des pratiquants dans le pays. Il devient la risée de tout le monde par ses conduites déficientes qui continuent à affecter le sport en général et salir son image de marque, en tant que nation de football ayant marqué, durant des décennies, l'histoire légendaire de la pratique de football.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.