Jeux africains : Le prince Moulay Rachid donne le coup d'envoi    Répit pour Huawei en plein flou sur les négociations commerciales avec Pékin    Ce que veut dire la Révolution du Roi et du Peuple    Marocains résidant à l'étranger : Cartographie des Marocains d'Europe    Point de vue : Faites la Jeunesse avant qu'elle ne soit vieillesse…    Le village de la 12e édition des Jeux africains ouvre ses portes à Rabat    Philippe Coutinho s'engage avec le Bayern Munich    Karim Alami perd tragiquement son fils    Le Festival Atlas Electronic sensibilise à la mobilité des artistes    La Bourse de Casablanca réalise une bonne performance hebdomadaire    Managem annonce un chiffre d'affaires en baisse    El Andaloussi quitte Safran Electronics & Defense Morocco    Télécoms: L'ANRT dématérialise les agréments    Développement durable: La Commission nationale bientôt opérationnelle    L'expertise marocaine brille lors d'une formation internationale sur le sauvetage sportif en Centrafrique    Aïd Al Adha 1440 : Bon déroulement de l'opération d'abattage    Service militaire : La sélection démarre cette semaine    Moussaoui Ajlaoui : Créer un nouvel Etat en Afrique du Nord serait suicidaire pour la région. La position de Washington va dans ce sens    La France se prépare à accueillir le G7    L'administration américaine s'oppose à la création d'une entité fantoche    Macron reçoit Poutine avant le sommet du G7    Macron recevra jeudi Boris Johnson puis Kyriakos Mitsotakis    Syrie: les forces gouvernementales entrent dans la ville de Khan Cheikhoun    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Casablanca    Le fauteuil    La prise de conscience!    Doukkal s'entretient avec son homologue chinois sur la coopération dans le domaine de la santé    Le Royaume prend très au sérieux l'avenir et le présent de ses jeunes : Pour un Maroc fait par et pour sa jeunesse    La liste élargie de Hallilodzic    Jeux Africains : Le Maroc gagne par forfait l'Afrique du Sud    Démarrage de la nouvelle saison    Vidéo. Ce que pensent les Casablancais de la nomination d'Halilhodzic    Facebook, Google, Apple... : Attention, les Gafam vous pistent!    Visite de travail à Copenhague du président du Conseil exécutif de l'UNICEF, Omar Hilale    L'incendie qui ravage Grande Canarie hors de contrôle, nouvelles évacuations    Un incendie ravage une forêt de pins sur les hauteurs de Béni Mellal    Les usagers d'Instagram pourront désormais dénoncer la désinformation    Météo: les prévisions de ce lundi    Parcs zoologiques. Vers la fin de la capture et la vente des éléphants d'Afrique    Le Maroc: marché international de commerce de fossiles    Un centre sino-marocain de médecine traditionnelle bientôt à Casablanca    L'œuvre d'Oum Kaltoum ouvre le bal de la Biennale de Rabat    Les tambourinaires amazighs du Moyen- Atlas    Azelarabe Alaoui préside le jury du Festival Cèdre du court métrage    Nouvelle édition du Festival "Voix de femmes" à Tétouan    The Mask : Un reboot au féminin en préparation    La Star Afrofunk Bantunani à Casablanca    11è édition des Voix de Femmes à Tétouan du 19 au 24 août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lectures d'été 2019
Publié dans Albayane le 21 - 07 - 2019

C'est la saison estivale. Certes, il faut profiter davantage de ses vacances, du soleil, de la mer, du repos ou encore du montage, mais une bonne lecture ne fera que du bien. Pour cet été, la maison d'édition Gallimard propose à ses lectrices et lecteurs, une sélection de livres à glisser dans leurs valises pendant cette période de l'année. Dans le florilège de publications de la prestigieuse maison d'édition figure «Les sept mariages d'Edgar et Ludmilla», un roman de Jean Christophe Rufin paru en 2019 dans la Collection Blanche. Le roman relate à cet effet l'histoire de deux personnages principaux : Edgar et Ludmilla.
C'est en fait «le mariage sans fin d'un aventurier charmeur, un brin escroc, et d'une exilée un peu «perchée», devenue une sublime cantatrice acclamée sur toutes les scènes d'opéra du monde. Pour eux, c'était en somme : «ni avec toi, ni sans toi». À cause de cette impossibilité, ils ont inventé une autre manière de s'aimer. Pour tenter de percer leur mystère, je les ai suivi partout, de Russie jusqu'en Amérique, du Maroc à l'Afrique du Sud. J'ai consulté les archives et reconstitué les étapes de leur vie pendant un demi-siècle palpitant, de l'après-guerre jusqu'aux années 2000. Surtout, je suis le seul à avoir recueilli leurs confidences, au point de savoir à peu près tout sur eux», souligne l'auteur qui a suivi les pas de ses personnages en quête de leur histoire.
«La photographe» de Diane Château Alaberdina. Dans ce premier roman de l'auteur, elle évoque dans une écriture romanesque discrète, un tas de questions relatives à l'exil, l'identité, la question du corps et de la chair, du couple… à travers ses personnages Lud et son frère, un père photoreporter de guerre travaillant en catimini, ainsi que Agafonova l'écrivaine russe du café de la diaspora slave à Paris, L'Archipel et Taisiya sa fille qui est devenue modèle pour Lud.
Une histoire dans l'histoire complexe d'une femme, des femmes à la quête d'une existence différente, parfois étrange. «Elle était grande. Elle donnait cette impression d'être étirée, son visage majestueusement ancré sur son cou. Elle me faisait penser à ces femmes russes que l'on trouve dans les magazines à deux euros dans les kiosques. Pendant un instant, j'ai eu envie de prendre sa place. De savoir ce que cela faisait d'être une autre femme, avec cette voix monotone et ces yeux d'une incomparable tristesse», explique l'auteur du roman. Parmi les nouveautés cet été figure le roman de Philippe Djian «Les Inéquitables» sorti dans la collection blanche.
En fait, c'est l'histoire de Diana qui se remet progressivement de la mort de son mari Patrick il y a tout juste un an qui a été mise en lumière dans ce roman. Ainsi, les personnages à savoir Marc, le frère de Patrick, vit chez elle pour veiller sur sa santé et sa sécurité. «Mais la découverte fortuite par Marc de trois paquets de drogue échoués sur la plage vient soudain bousculer ce lent retour à la vie. Décidé à revendre la marchandise, Marc s'adresse au frère aîné de Diana, avec qui elle entretient de très mauvaises relations. Et les ennuis s'enchaînent aussitôt. «Au fil des événements, les couples se trahissent, les amitiés se défont, l'amour flirte avec le meurtre, et, au milieu de ce vaste dérèglement, naissent bientôt de nouveaux sentiments. «schmock» est l'intitulé du nouveau roman du romancier Franz Olivier Giesbert paru mi-mai dernier dans la collection blanche.
«J'écris des romans pour raconter des histoires. Depuis longtemps, j'en avais une qui me courait dans la tête et qui se déroulait dans l'Allemagne nazie du siècle dernier, en Bavière. Une histoire d'amour, d'amitié», a-t-il révélé à son lecteur et les amoureux de son écriture. Dans son roman, Franz Olivier Giesbert braque les projecteurs sur l'époque où le nazisme «triomphait». Malgré toutes mes lectures sur la période hitlérienne, je n'ai jamais réussi à comprendre pourquoi tant d'Allemands «bien», respectables, avaient pris à la légère la montée du nazisme tandis que les Juifs tardaient étrangement à fuir. Par quelle aberration, à cause de quelles complaisances, quelles lâchetés, le nazisme fut-il possible? Qu'était-il arrivé à ce grand pays de musiciens, de philosophes et de poètes? Ces questions-là n'ont jamais cessé de me hanter», a-t-il souligné.
Pour rapprocher un peu le lecteur de cette époque, il plonge dans l'histoire des personnages Elie, Elsa, Lila, Karl et bien d'autres… à travers leurs yeux de chaque protagoniste.
«Après tout, il n'y a que les fous pour tenter de répondre à ce genre de questions, les fous ou les personnages de roman.», souligne l'auteur de «Le schmock».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.