Justice: Le plan de transformation numérique pour bientôt    Fès: El Hammouchi veille sur le déroulement des opérations de contrôle    El Othmani chez les députés jeudi prochain    Samir: La capacité de stockage louée à l'Onhym    L'APD se penche sur la résilience des entreprises post-Covid    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Abderrahmane El Youssoufi: Hommages et condoléances    Crime social    Evolution de la pandémie: Les modèles prédictifs risqués    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Appel à la réalisation de la justice sociale et territoriale    Les principaux secteurs de l'économie nationale accusent le coup de la pandémie    Benzema a très envie de revenir à la compétition    Le Crédit Agricole du Maroc améliore son PNB au premier trimestre    Propagation en baisse et guérisons en hausse    Les personnes vivant dans la précarité se comptent par millions    Mohamed Benabdelkader : Le plan de transformation digitale de la justice sera dévoilé dans les prochains jours    André Azoulay : Essaouira prête pour le jour d'après    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    La FNM lance un appel à concurrence pour l'acquisition d'œuvres d'artistes marocains    Casablanca-Settat: Ce qu'il faut retenir de la 1ère réunion du comité régional de vigilance économique    Coronavirus: 56 nouveaux cas mercredi à 18 heures, 6866 guérisons    Retour au bercail des étudiants    L'humoriste «Zerwal» n'est plus    Le roman de Saeida Rouass adapté à l'écran par un producteur hollywoodien    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Formatage néolibéral, débat et combat    Réflexions sur quel Maroc de l'après covid-19?    ONU: les ambassadeurs de Suisse et du Maroc à New York lancent le processus    Poutine aura bien sa réforme constitutionnelle…    Trois millions de personnes affiliées à la CNSS    Naples pense à Oussama Idrissi    Lions de l'Atlas: Feddal sur les traces de Naybet?    Madrid ne jouera plus à Bernabeu cette saison    Tourisme : les opérateurs se mobilisent pour la relance du secteur    Coronavirus : Le Roi ordonne une large campagne de dépistage auprès des employés du secteur privé    Les messages de condoléances affluent au siège de l'USFP    La CAF décidée à sauver la saison 2020 des compétitions interclubs    La Fifa en appelle au bon sens    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lectures d'été 2019
Publié dans Albayane le 21 - 07 - 2019

C'est la saison estivale. Certes, il faut profiter davantage de ses vacances, du soleil, de la mer, du repos ou encore du montage, mais une bonne lecture ne fera que du bien. Pour cet été, la maison d'édition Gallimard propose à ses lectrices et lecteurs, une sélection de livres à glisser dans leurs valises pendant cette période de l'année. Dans le florilège de publications de la prestigieuse maison d'édition figure «Les sept mariages d'Edgar et Ludmilla», un roman de Jean Christophe Rufin paru en 2019 dans la Collection Blanche. Le roman relate à cet effet l'histoire de deux personnages principaux : Edgar et Ludmilla.
C'est en fait «le mariage sans fin d'un aventurier charmeur, un brin escroc, et d'une exilée un peu «perchée», devenue une sublime cantatrice acclamée sur toutes les scènes d'opéra du monde. Pour eux, c'était en somme : «ni avec toi, ni sans toi». À cause de cette impossibilité, ils ont inventé une autre manière de s'aimer. Pour tenter de percer leur mystère, je les ai suivi partout, de Russie jusqu'en Amérique, du Maroc à l'Afrique du Sud. J'ai consulté les archives et reconstitué les étapes de leur vie pendant un demi-siècle palpitant, de l'après-guerre jusqu'aux années 2000. Surtout, je suis le seul à avoir recueilli leurs confidences, au point de savoir à peu près tout sur eux», souligne l'auteur qui a suivi les pas de ses personnages en quête de leur histoire.
«La photographe» de Diane Château Alaberdina. Dans ce premier roman de l'auteur, elle évoque dans une écriture romanesque discrète, un tas de questions relatives à l'exil, l'identité, la question du corps et de la chair, du couple… à travers ses personnages Lud et son frère, un père photoreporter de guerre travaillant en catimini, ainsi que Agafonova l'écrivaine russe du café de la diaspora slave à Paris, L'Archipel et Taisiya sa fille qui est devenue modèle pour Lud.
Une histoire dans l'histoire complexe d'une femme, des femmes à la quête d'une existence différente, parfois étrange. «Elle était grande. Elle donnait cette impression d'être étirée, son visage majestueusement ancré sur son cou. Elle me faisait penser à ces femmes russes que l'on trouve dans les magazines à deux euros dans les kiosques. Pendant un instant, j'ai eu envie de prendre sa place. De savoir ce que cela faisait d'être une autre femme, avec cette voix monotone et ces yeux d'une incomparable tristesse», explique l'auteur du roman. Parmi les nouveautés cet été figure le roman de Philippe Djian «Les Inéquitables» sorti dans la collection blanche.
En fait, c'est l'histoire de Diana qui se remet progressivement de la mort de son mari Patrick il y a tout juste un an qui a été mise en lumière dans ce roman. Ainsi, les personnages à savoir Marc, le frère de Patrick, vit chez elle pour veiller sur sa santé et sa sécurité. «Mais la découverte fortuite par Marc de trois paquets de drogue échoués sur la plage vient soudain bousculer ce lent retour à la vie. Décidé à revendre la marchandise, Marc s'adresse au frère aîné de Diana, avec qui elle entretient de très mauvaises relations. Et les ennuis s'enchaînent aussitôt. «Au fil des événements, les couples se trahissent, les amitiés se défont, l'amour flirte avec le meurtre, et, au milieu de ce vaste dérèglement, naissent bientôt de nouveaux sentiments. «schmock» est l'intitulé du nouveau roman du romancier Franz Olivier Giesbert paru mi-mai dernier dans la collection blanche.
«J'écris des romans pour raconter des histoires. Depuis longtemps, j'en avais une qui me courait dans la tête et qui se déroulait dans l'Allemagne nazie du siècle dernier, en Bavière. Une histoire d'amour, d'amitié», a-t-il révélé à son lecteur et les amoureux de son écriture. Dans son roman, Franz Olivier Giesbert braque les projecteurs sur l'époque où le nazisme «triomphait». Malgré toutes mes lectures sur la période hitlérienne, je n'ai jamais réussi à comprendre pourquoi tant d'Allemands «bien», respectables, avaient pris à la légère la montée du nazisme tandis que les Juifs tardaient étrangement à fuir. Par quelle aberration, à cause de quelles complaisances, quelles lâchetés, le nazisme fut-il possible? Qu'était-il arrivé à ce grand pays de musiciens, de philosophes et de poètes? Ces questions-là n'ont jamais cessé de me hanter», a-t-il souligné.
Pour rapprocher un peu le lecteur de cette époque, il plonge dans l'histoire des personnages Elie, Elsa, Lila, Karl et bien d'autres… à travers leurs yeux de chaque protagoniste.
«Après tout, il n'y a que les fous pour tenter de répondre à ce genre de questions, les fous ou les personnages de roman.», souligne l'auteur de «Le schmock».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.