L'Espagne salue la position du Maroc dans la lutte contre le terrorisme    Conseil des ministres : deux projets de loi adoptés    La prison Moul El Bergui fait une mise au point et dément les rumeurs de viols    Energie électrique : La BAD accorde un financement de 245 M€ au Maroc    Amkraz : Les mutations du marché de l'emploi demandent une nouvelle réglementation    La perception de la violence envers les femmes selon OXFAM Maroc    Paris accueille le 4e Forum parlementaire franco-marocain    Dakhla désignée ville euro-méditerranéenne du sport 2020    4C Maroc- CGLU Afrique: Que prévoit l'accord signé durant la COP25?    Lever de rideau sur le Festival international «Cinéma et migrations» d'Agadir    Le rêve s'éveille par le pinceau d'Abdellah Elatrach    Journées théâtrales de Carthage : «Un autre ciel» en lice pour le Tanit d'Or    Une structure intégrée dédiée à la performance et à l'excellence    PISA 2018: ça va mal pour le Maroc!    Camp payant de l'Espayonl Barcelone pour enfants au Maroc    OCK-WAC et Raja-MAT ce mercredi    Hyundai dévoile son concept SUV hybride Vision T    Notre photographe Ahmed Boussarhane de nouveau primé au Grand Prix National de la Presse    Agadir: Une cérémonie voluptueuse!    Lubrifiants: Shell conserve son leadership    La Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement fait son bilan    Le dépistage précoce pour une génération sans Sida    Mise à jour de la Botola Pro D1 : Le MAT défend son fauteuil de leader face au Raja    Des membres fédéraux quittent la Fédération royale marocaine de rugby    Euro-2020 : La Suisse et l'Allemagne en match préparatoire en mai    Chiffres record pour Audi en Novembre    Finlande: Sanna Marin, 34 ans, nouvelle cheffe du gouvernement…    Congrès international de l'arganier : De nouvelles orientations prometteuses pour l'arganier    Le ministre Bill Barr, bouclier de Trump et fer de lance conservateur    Impeachment, quel impeachment? Trump retrouve des couleurs    Johnson brandit le risque de « paralysie » du Brexit en cas de défaite jeudi    Facebook et les ONG défendent à l'unisson les messageries cryptées    Le Lesotho fait évoluer sa position sur le Sahara    Google rend ses produits plus accessibles pour les arabophones    Risques liés aux catastrophes naturelles : El Othmani promet une stratégie globale très prochainement    Rapport annuel Atlantic Currents, le Sud dans la tourmente    L'OMC paralysée par Trump    McLaren confirme le pilote marocain Michael Benyahia pour son programme de développement 2020    L'intégration financière, un impératif important pour l'Afrique    "Mains de lumière" fait escale à Tétouan    Mohamed Benabdelkader : La dématérialisation, un des principaux piliers de la transformation de l'administration judiciaire nationale    L'égalité genre, prélude à l'autonomisation de la femme    L'université et son importance dans l'épanouissement des personnes autistes    Le gouvernement français s'apprête à lever le voile sur sa réforme des retraites    Boris Johnson, le Brexit à portée de main    Une semaine décisive commence dans un Congrès divisé à propos de la destitution de Trump    Un musée privé de musique voit le jour à Marrakech    Upton Sinclair Un écrivain socialiste engagé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dora Maar: Une beauté qui en avait dans l'œil
Publié dans Albayane le 23 - 07 - 2019

Ce ne fut guère d'une évidence claire à l'époque. Les années trente du siècle dernier où les folies se sont déchaînées, après les cruautés insupportables d'une première guère qui a brûlé tous les espoirs en l'homme. Il fallait vivre, vite et en beauté.
De préférence dans la création. J'ai mesuré toute l'ampleur d'un tel constat en flânant, le regard subjugué, dans l'œuvre de Dora Maar, née Markovitch, croate du côté père, que Paris a rendu célèbre en lui offrant une âme d'artiste. Elle l'avait en s'y épanouissant, c'est certain, mais seule cette cité lumineuse pouvait le faire valoir. Car elle contenait tout ce qui comptait de grand, de talentueux, de révolutionnaire, en art et en écriture. Elle va tous les côtoyer, de près. C'est-à-dire en créant comme eux, avec eux, mais à part, même lorsqu'elle collaborait avec certains. La marque particulière est indélébile comme une montagne culminant au milieu d'un paysage.
J'en ai pris conscience lors de l'exposition que lui consacre le centre Beaubourg à Paris, ces jours-ci. J'avais dans la tête les péripéties de ses liaisons avec Picasso. Ce pluriel est employé à dessein. Pour lui, elle était modèle d'abord. Nul étonnement, elle était belle, mais d'une beauté énigmatique et suggestive. Poser donne de la dimension à l'œuvre. Entre deux séances photos.
Car Dora est une artiste photographe, car elle l'a beaucoup capté en images, portraits et poses sur la plage, dans un climat bon enfant, et aussi dans l'atelier. On en sort imprégné par ce temps vif, bruni, collant, communiqué par la durée conférée à un petit album photos en miniature ou presque. Ce sont-là des marques passion/travail, et Picasso ne s'embarrassera pas, dans un deuxième temps, pour la solliciter afin qu'elle lui apprenne des procédés photo à fonctionnaliser sur une toile. Pour la solliciter pour se documenter pour son œuvre majeure qu'est Guernica.
Lui, il l'a peinte dans ce tableau célèbre qui porte son nom : un portrait composé tout en géométrie fort coloré, un chapeau à fleurs sur la tête. Elle fera de même, le peint à son tour, en couleur, rond et façonné par le sentiment plus que par le pinceau. N'est-ce pas là un dialogue par œuvres interposées. On sent l'art de la transgression de l'instant d'amour et ses tracas possibles, son bonheur éphémère, relégué pour l'éternité via l'œuvre immortelle que j'ai admiré.
Or Dora, en suivant mon périple, l'œil accroché aux murs chargés de ses créations, me paraît d'une indépendance extraordinaire. Photographe de mode pour les magazines des années trente, elle «volait» les sourires aux visages, mais aussi aux corps de femmes. Femme devant des femmes, le résultat est d'une neutralité certes quelque peu dérangeante, habitués que nous sommes à ne voir ses femmes qu'à travers le zoom masculin, mais nous enseignant que saisir la beauté féminine c'est saisir tout simplement la beauté. À condition d'avoir assez de sensibilité dans le regard et dans la main.
Et Dora la possédait, lui était attachée, une seconde nature, oserais-je dire. Pour preuves, la première, les photos qui immortalisent Paul Eluard, Nunsh Eluard, André Breton, Giacometti… c'est-a-dire les poètes, et surtout les poètes surréalistes. Elle sera de l'aventure des explorateurs des rêves, de l'inconscient, de la mémoire. Elle apportera ses innovations techniques dans le domaine de la photo qui n'a jamais était un produit statique, mais porte ouverte vers justement tout ce qui suscite l'énigmatique en l'homme et en son existence. Des photos composées, un travail de prospection à la matière captée, perte volontaire de logique, de géométrie, de perspective, voilà son atout et qui a fait le bonheur des surréalistes.
Mais Dora n'appartient à personne ni à aucun courant. La voilà, dans une autre salle, qui fait du reportage militant, toujours en ces années d'avant la guerre. À Barcelone et à Londres. Elle donne à voir la misère d'un monde qui va péricliter, des photos/vérités où l'humain l'emporte sur la simple dénonciation d'une réalité, tant l'exécution des photos obéit au désir de saisir ce qui est digne dans les postures, même les plus tristes.
Artiste photographe elle était, elle ne restera pas longtemps confiné entre la chambre noire et les prises un partout, ailleurs comme en elle-même.. Alors, elle va peindre. Dimension autre d'un talent multiple. Normal à force d'être au milieu des peintres et des poètes. Ses carnets de croquis exposés le montrent bien : le trait noir sûr, l'échafaudage des tableaux à venir. Paysages tout d'abord, d'une sobriété saisissante, dans les tons automnaux. Puis des natures mortes : son intimité proche. Le lit de sa chambre à coucher, un verre, un bocal, affaires de toilettes, l'objet personnel subjectivisé.
Donner à l'inertie de ce qui là, à la portée de la main, une existence. Puis, il y a tous ces tableaux abstraits où les couleurs plutôt ombrées sont célébrées à l'intérieur d'une géométrie de formes qui dénote une fougue révélatrice d'un don digne des grands artistes. Et elle était grande par l'émotion que dégage son travail, qu'on sent comme des mouvements de communion avec le monde. Ce monde qu'elle va abandonner dans son côté de lieu de création pour se consacrer à la vie minimum: vivre tout simplement, pendant de longues années, loin du tumulte du temps.
Néanmoins elle va continuer à créer en secret, comme pour elle-même, sans souci d'autrui, comme si la gloire est derrière elle. Pourtant, elle a entamé un travail de grande innovation : travailler à même la matière photo, la rendre matière d'investigation plastique. Elle en avait marre d'être considérée comme photographe du surréalisme.
Elle était une artiste. Au même pied d'égalité que les autres artistes qui l'ont côtoyée, elle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.