De la nécessité d'investir dans la jeunesse    Jeux africains : l'Egypte domine le classement, le Maroc 4ème    Fouzi Lekjaa démissionne de la présidence de la RSB    L'orchestre philharmonique Symphonyat attendu à l'hippodrome de Casablanca    Kelaât Sraghna : Elle rend l'âme lors d'une soirée arrosée    Festival «Oued Eddahab » : Le coup d'envoi ce vendredi    Festival Tifawin : Les arts du rural en fête    Le KACM signe un contrat de haut niveau    Vers la création d'un centre sino-marocain de médecine traditionnelle    Retour en Europe : Ce passage est à éviter ce weekend    Transfert: Le PSG « intransigeant » sur le cas Neymar, selon la presse    Les ministres de tutelle veulent professionnaliser le sport dans le continent    Le cinéma sans frontières fait escale à Berkane    Des migrants privés de terre ferme, d'autres de secours    Italie: Deuxième jour de consultations pour sortir de la crise    Boris Johnson reçu par Macron, tenant de la fermeté sur le Brexit    Crise de Hong Kong: Craignant un Tian an men 2, Pékin tergiverse…    Le «grand jihad», lancé à l'aube de l'Indépendance, se poursuit    Marché immobilier : Les ventes toujours en repli    Finance climatique. Une délégation marocaine en Corée    Ces jeunes artistes marocains qui brillent de mille feux    Arrestation à Sidi Slimane d'un individu soupçonné d'assener des coups mortels à sa femme    Service militaire : Démarrage de l'incorporation des appelés    Casablanca : des têtes d'ânes découvertes à Hay Mohammadi    Maroc–Iles Fidji : Vers un partenariat mutuellement bénéfique    20 ans de règne : Un billet commémoratif de 20 DH émis par BAM    Grâce à la recharge *5 : Inwi démocratise l'achat d'applications sur Google Play Store    Fête de la Jeunesse : 443 personnes graciées    La relance sur fond de responsabilité    Edito : Révolution    Service militaire obligatoire : 900 candidats accueillis à Oujda    Accidents de la route : 30 morts et 1.615 blessés en périmètre urbain    Discours du roi. Un modèle de développement aux spécificités marocaines    La détérioration de la qualité de l'eau entrave la croissance économique    La fragile économie du lac Malawi victime du climat et de la surpêche    La propriété intellectuelle, pilier de la croissance en Afrique    Giuseppe Conte, "le Monsieur Nobody", passé de l'ombre à la lumière    Les femmes seraient diagnostiquées plus tardivement que les hommes    Ces stars qui ont vu leur carrière basculer    Le discret mais lucratif trafic de fossiles à Erfoud    Insolite : Trump ne construira pas de gratte-ciel au Groenland    Manchester United condamne des injures racistes reçues par Paul Pogba    Ligue des champions : L'Ajax accroché et Mezraoui expulsé    Ronaldo: 2018 a été l'année la plus difficile sur le plan personnel    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Tanger    Première édition du Festival international Cinéma & Littérature à Safi    L'écrivain Yann Moix provoque la polémique en se décrivant en enfant battu    Coups de feu sur le tournage du clip du rappeur Booba    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dora Maar: Une beauté qui en avait dans l'œil
Publié dans Albayane le 23 - 07 - 2019

Ce ne fut guère d'une évidence claire à l'époque. Les années trente du siècle dernier où les folies se sont déchaînées, après les cruautés insupportables d'une première guère qui a brûlé tous les espoirs en l'homme. Il fallait vivre, vite et en beauté.
De préférence dans la création. J'ai mesuré toute l'ampleur d'un tel constat en flânant, le regard subjugué, dans l'œuvre de Dora Maar, née Markovitch, croate du côté père, que Paris a rendu célèbre en lui offrant une âme d'artiste. Elle l'avait en s'y épanouissant, c'est certain, mais seule cette cité lumineuse pouvait le faire valoir. Car elle contenait tout ce qui comptait de grand, de talentueux, de révolutionnaire, en art et en écriture. Elle va tous les côtoyer, de près. C'est-à-dire en créant comme eux, avec eux, mais à part, même lorsqu'elle collaborait avec certains. La marque particulière est indélébile comme une montagne culminant au milieu d'un paysage.
J'en ai pris conscience lors de l'exposition que lui consacre le centre Beaubourg à Paris, ces jours-ci. J'avais dans la tête les péripéties de ses liaisons avec Picasso. Ce pluriel est employé à dessein. Pour lui, elle était modèle d'abord. Nul étonnement, elle était belle, mais d'une beauté énigmatique et suggestive. Poser donne de la dimension à l'œuvre. Entre deux séances photos.
Car Dora est une artiste photographe, car elle l'a beaucoup capté en images, portraits et poses sur la plage, dans un climat bon enfant, et aussi dans l'atelier. On en sort imprégné par ce temps vif, bruni, collant, communiqué par la durée conférée à un petit album photos en miniature ou presque. Ce sont-là des marques passion/travail, et Picasso ne s'embarrassera pas, dans un deuxième temps, pour la solliciter afin qu'elle lui apprenne des procédés photo à fonctionnaliser sur une toile. Pour la solliciter pour se documenter pour son œuvre majeure qu'est Guernica.
Lui, il l'a peinte dans ce tableau célèbre qui porte son nom : un portrait composé tout en géométrie fort coloré, un chapeau à fleurs sur la tête. Elle fera de même, le peint à son tour, en couleur, rond et façonné par le sentiment plus que par le pinceau. N'est-ce pas là un dialogue par œuvres interposées. On sent l'art de la transgression de l'instant d'amour et ses tracas possibles, son bonheur éphémère, relégué pour l'éternité via l'œuvre immortelle que j'ai admiré.
Or Dora, en suivant mon périple, l'œil accroché aux murs chargés de ses créations, me paraît d'une indépendance extraordinaire. Photographe de mode pour les magazines des années trente, elle «volait» les sourires aux visages, mais aussi aux corps de femmes. Femme devant des femmes, le résultat est d'une neutralité certes quelque peu dérangeante, habitués que nous sommes à ne voir ses femmes qu'à travers le zoom masculin, mais nous enseignant que saisir la beauté féminine c'est saisir tout simplement la beauté. À condition d'avoir assez de sensibilité dans le regard et dans la main.
Et Dora la possédait, lui était attachée, une seconde nature, oserais-je dire. Pour preuves, la première, les photos qui immortalisent Paul Eluard, Nunsh Eluard, André Breton, Giacometti… c'est-a-dire les poètes, et surtout les poètes surréalistes. Elle sera de l'aventure des explorateurs des rêves, de l'inconscient, de la mémoire. Elle apportera ses innovations techniques dans le domaine de la photo qui n'a jamais était un produit statique, mais porte ouverte vers justement tout ce qui suscite l'énigmatique en l'homme et en son existence. Des photos composées, un travail de prospection à la matière captée, perte volontaire de logique, de géométrie, de perspective, voilà son atout et qui a fait le bonheur des surréalistes.
Mais Dora n'appartient à personne ni à aucun courant. La voilà, dans une autre salle, qui fait du reportage militant, toujours en ces années d'avant la guerre. À Barcelone et à Londres. Elle donne à voir la misère d'un monde qui va péricliter, des photos/vérités où l'humain l'emporte sur la simple dénonciation d'une réalité, tant l'exécution des photos obéit au désir de saisir ce qui est digne dans les postures, même les plus tristes.
Artiste photographe elle était, elle ne restera pas longtemps confiné entre la chambre noire et les prises un partout, ailleurs comme en elle-même.. Alors, elle va peindre. Dimension autre d'un talent multiple. Normal à force d'être au milieu des peintres et des poètes. Ses carnets de croquis exposés le montrent bien : le trait noir sûr, l'échafaudage des tableaux à venir. Paysages tout d'abord, d'une sobriété saisissante, dans les tons automnaux. Puis des natures mortes : son intimité proche. Le lit de sa chambre à coucher, un verre, un bocal, affaires de toilettes, l'objet personnel subjectivisé.
Donner à l'inertie de ce qui là, à la portée de la main, une existence. Puis, il y a tous ces tableaux abstraits où les couleurs plutôt ombrées sont célébrées à l'intérieur d'une géométrie de formes qui dénote une fougue révélatrice d'un don digne des grands artistes. Et elle était grande par l'émotion que dégage son travail, qu'on sent comme des mouvements de communion avec le monde. Ce monde qu'elle va abandonner dans son côté de lieu de création pour se consacrer à la vie minimum: vivre tout simplement, pendant de longues années, loin du tumulte du temps.
Néanmoins elle va continuer à créer en secret, comme pour elle-même, sans souci d'autrui, comme si la gloire est derrière elle. Pourtant, elle a entamé un travail de grande innovation : travailler à même la matière photo, la rendre matière d'investigation plastique. Elle en avait marre d'être considérée comme photographe du surréalisme.
Elle était une artiste. Au même pied d'égalité que les autres artistes qui l'ont côtoyée, elle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.