L'appel de Johnny Depp rejetée dans l' affaire "The Sun "    Vernissage à Salé d' une exposition collective d' art contemporain autour du patrimoine marocain    Imilchil se pare d'un manteau blanc (PHOTOS)    Consulat marocain à Valence: la société civile espagnole soutient le Maroc    Message de condoléances du roi Mohammed VI au président du Niger    Ils usurpent l'identité de Mehdi Qotbi pour acquérir des objets d'art antique    CAF : Ahmad Ahmad se scandalise et accuse la FIFA !    Arbitrage de la finale de Ligue des Champions : L'Algérien Rharbal au centre, le Marocain Jayed à la VAR    Le Fonds Mohammed VI pour l'Investissement, c'est pour bientôt !    Respect du protocole sanitaire dans les établissements scolaires : Gare aux défaillants    Contribution sociale. La vision du patronat.    Nizar Baraka : «la politique doit reposer sur les idées»    Tennis : À l'A.C.S.A... sympathique et conviviale    Evolution du coronavirus au Maroc : 4178 nouveaux cas, 340.684 au total, jeudi 26 novembre à 18 heures    Le Mexique veut en finir avec le " machisme qui tue "    Le Bahreïn décide d'ouvrir un Consulat Général à Laâyoune    Au-delà des bonnes intentions, Biden confronté à des défis internationaux complexes    « Fonds Mohammed VI pour l'Investissement »: Le Conseil de gouvernement adopte le projet de loi    Royal Air Maroc renforce son programme de vols internationaux sur Tanger    Conseil de gouvernement : voici les nominations à de hautes fonctions    Le Parlement européen vote une résolution d'urgence sur la détérioration des libertés en Algérie    Mahmoud El Idrissi a succombé à la Covid-19: Le chanteur de «Saâ Saida» n'est plus    Violence à l'encontre des femmes. Un coût énorme pour la société    Covid-19, le vaccin est là !    Belle opération de la Marine royale à Nador    UM6P : Lancement d'une grande école d'ingénieurs dans le numérique    Plusieurs eurodéputés soutiennent du Maroc    Maradona. Les buts que l'Angleterre n'a jamais gobés !    Surfacturation covid, trois cliniques privées sanctionnées    Nikol Pachinian, un héros devenu traître    France: le gouvernement détaille sa stratégie d'allègement progressif du confinement    Affaire «Hamza mon bb»: Dounia Batma réagit à la condamnation de Madimi (PHOTO)    9è Festival maghrébin du film d'Oujda sous format digital    «La septième porte»: un certain regard sur l'histoire du cinéma au Maroc de 1907à 1986    La beauté intérieure et l'essence de l'existence    Le CIO disqualifie trois haltérophiles roumains, dont deux médaillés    NBA: Indianapolis renonce au All-Star Game 2021    SM le Roi se recueille sur la tombe de Feu SM le Roi Hassan II    Le Maroc appelle à l'Union africaine au respect de la légalité et l'impératif du développement de l'Afrique    Nomination : Eric Fulcheri prend les commandes d'Arval Maroc    Guergarate : Le Maroc dit tout au Conseil de sécurité    Alerte météo : Pluie, neige et grand froid    Al-Ahly – Zamalek, une finale 100% endiablée    Agriculture : Crédit Agricole du Maroc au chevet des fédérations interprofessionnelles    Un nouveau shooting de Samira Saïd enflamme la Toile (PHOTO)    Ahmed Noureddine : «L'offensive de Guerguerat représente un tournant diplomatique de taille dans ce long combat que mène le Maroc»    L'actrice Manal Seddiki endeuillée (PHOTO)    L'ONU salue la poursuite du dialogue inter-libyen au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Picasso s'invite à Rabat
Publié dans Les ECO le 21 - 03 - 2017

Du 19 avril au 31 juillet, le Musée Mohammed VI d'art moderne et d'art contemporain de Rabat Maroc présente «Face à Picasso», la toute première exposition marocaine consacrée au maître du XXe siècle.
Le Musée Mohammed VI d'art moderne et d'art contemporain de Rabat l'avait déjà annoncé comme étant l'événement de l'année ! Et cela se confirme. Pour la première fois au Maroc, un musée accueille l'œuvre du génie du XXe siècle : Pablo Picasso. «Le mot «Picasso» est synonyme de créativité et d'intellect. Ce mot est associé au merveilleux dans la mémoire collective. Aujourd'hui, les Marocains ont cette possibilité : de découvrir ou redécouvrir Picasso, de dialoguer avec lui, d'être en face de lui, de toucher avec les yeux et avec le regard, Picasso. C'est un bonheur et une chance de pouvoir partager cela avec mes compatriotes», confie Mehdi Qotbi, président de la Fondation nationale des musées. Réunissant plus de cent œuvres, tableaux, sculptures, céramiques, photographies, dessins et estampes issues des collections du Musée national Picasso-Paris, l'exposition revient sur le thème de l'artiste et son modèle, véritable fil rouge de l'iconographie picassienne.
Le parcours, qui se déploie en onze sections chrono-thématiques est avant tout un panorama pluridisciplinaire de l'œuvre de Pablo Picasso ; l'ensemble des techniques et des styles qu'il s'approprie sont mis en lumière à travers la question du modèle que l'artiste n'a de cesse d'explorer tout au long de sa vie et qu'il plie à toutes les métamorphoses. Des années de jeunesse jusqu'aux derniers autoportraits, Face à Picasso est l'occasion d'une réflexion sur la notion, riche d'une histoire pluriséculaire, de «modèle».
Dans l'œuvre de Pablo Picasso, elle est parfois prétexte si les portraits de famille et d'amis proches peuplent les premières œuvres de l'artiste, les années de jeunesse témoignent déjà d'un vif intérêt pour le traitement de la figure humaine, qui demeure le véritable sujet de toutes ses expérimentations formelles. Le travail préparatoire aux Demoiselles d'Avignon (1907, New York, Museum of Modern Art), dont plusieurs études sont rassemblées dans l'exposition, tout comme l'élaboration de ce nouveau langage plastique qu'est le cubisme sont autant d'interrogations sur le corps et ses représentations.
À travers le thème de l'artiste et son modèle, Picasso regarde et réinvente des traditions iconographiques longues de plusieurs siècles. «Face à Picasso», les peintres du passé deviennent eux aussi des modèles, sources d'inspiration inépuisables comme en témoigne la série autour du Déjeuner sur l'herbe d'après Manet. Plus largement, le motif de la muse, entre le modèle et la femme aimée prend dans l'œuvre de Picasso, une ampleur inédite, comme en témoignent les séries essentielles que sont la Suite Vollard ou plus tard la Suite 347. Des ensembles comme les photographies de Dora Maar laissent entrevoir les vies qui se cachent derrière les portraits du maître et permettent de définir le modèle comme une personnalité active, au rôle essentiel dans la mise en œuvre des processus créatifs picassiens.
Enfin, à travers les face-à-face de l'artiste et du modèle peut être observé, en creux, le regard que Picasso porte sur sa propre activité. L'omniprésence du thème, que certains historiens de l'art ont même qualifié de «genre en soi» est en vérité l'écho de la première obsession de Pablo Picasso : le geste créateur, incarné tour à tour par le motif récurrent de l'atelier ou les autoportraits, avoués ou déguisés, qui peuplent les peintures et les dessins de l'artiste (Alors que sont dévoilées de nombreuses œuvres iconiques comme La Fillette aux pieds nus (1895), La Femme aux mains jointes (1907), La Lecture (1932), La Cuisine (1948), La Femme enceinte (1959 ou Le Jeune Peintre (1972), les aspects sériels et pluridisciplinaires de la production picassienne sont eux aussi questionnés. Les nombreuses femmes au fauteuil que l'on retrouve tout au long du parcours d'exposition en témoignent : des portraits peints et solennels aux longues séries de gravures et de dessins, les inventions de Picasso sont l'expression d'une liberté absolue ; cette exposition est organisée par la Fondation nationale des musées en collaboration avec le Musée national. Picasso-Paris


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.