Lutte contre la criminalité: La DGSN démonte les fake news    Suivez en direct le derby milanais: Ac Milan vs Inter    Tanjazz racheté par Jazzblanca    Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    Khalid Safir: "La fiscalité locale marocaine aux mêmes standards que dans d'autres pays"    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Divers    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Samir: Les salariés appellent de nouveau à sauver la Samir
Publié dans Albayane le 05 - 08 - 2019

Il y a quatre ans, presque jour pour jour, la Samir a cessé ses activités de raffinage, plombée par des dettes à cause d'une gestion douteuse. Et rien ne semble, au moins pour le moment, aller dans le bon chemin surtout lorsque l'on sait que ce dossier si épineux a épuisé tous les degrés de juridiction.
Cependant, il faut dire que les salariés ne lâchent point prise. Ils sont venus par dizaines, ce samedi 3 août, pour prendre part au sit-in initié par la Confédération démocratique du travail (CDT) et ce en présence de plusieurs formations politiques et des militants représentant le front national et local. C'est dire que les discours pessimistes véhiculés par certains milieux visant à étouffer tout scénario de reprise des activités de l'entreprise ne va pas les désarmer.
Certains parmi eux ont été accompagnés par leurs femmes, d'autres ont ramenés leurs petits enfants pour transmettre un message clair aux responsables en leur disant qu'ils ont des familles à subvenir à leurs besoins. Autrement dit, que la fermeture de l'entreprise aura des conséquences catastrophiques et occasionnera des dégâts sociaux irrémédiables.
Après le sit-in, place à la manifestation, pour parcourir des centaines de mètres sur la route côtière liant Mohammedia à Casablanca, en levant des pancartes où peut-on lire des slogans dénonçant le black-out du gouvernement, incapable de réagir positivement à l'égard de ce dossier.
«Je veux travailler, je veux vivre», «Non à l'enterrement de la Samir», «Libérez la Samir», ont également scandé à vive voix les manifestants qui sont restés jusqu'à une heure tardive de la nuit.
Pour eux, une intervention de l'Etat serait d'une urgence cruciale sinon le dossier va franchir le point de non-retour.
En fait, la Samir quand elle tournait à plein régime avait besoin annuellement de 200 millions de DH en tant que frais de maintenance. Cela étant, tout retard ne va que compliquer davantage la situation car actuellement pour procéder au démarrage de l'entreprise, il faut mobiliser une enveloppe budgétaire s'élevant au moins à un 1 milliard de DH.
Un gouvernement dépassé!
Houcine El Yamani, secrétaire général du Syndicat national des industries du pétrole et du gaz (SNIUPG) a souligné dans une déclaration à Al Bayane que la reprise des activités du raffinage est une condition sine qua non pour mettre un terme à l'anarchie régissant le marché des hydrocarbures. Il a également appelé les véritables décideurs à apporter des réponses claires à ce sujet, en considérant que le gouvernement fait preuve d'un mutisme incompréhensible et le jugeant incapable à assumer ses responsabilités.
«Les membres du gouvernement évitent de s'assoir à table avec nous, préférant renvoyer la balle à la justice en vue de se défaire de leur responsabilité», déclare-t-il avec insistance, avant de mettre l'accent sur le fait que tous les degrés de juridiction ont été épuisés.
«Certes, la justice a ordonné la cession de l'entreprise aux tiers, mais cette dernière ne dispose pas de mécanismes efficaces, lui permettant de faire aboutir ce dossier», précise-t-il.
Autrement dit, la solution consiste en la mise en place d'une coopération entre les pouvoirs judiciaire et exécutif, notamment avec le tribunal de commerce et d'adopter une nouvelle approche pragmatique, conséquente avec les engagements du gouvernement en matière d'investissement. C'est ainsi que l'on pourra, par conséquent, sauver la Samir, clarifie-t-il.
N'en déplaise à dieu, une éventuelle fermeture de la société va faire perdre environ 20 milliards de DH à l'Etat. A bon entendeur!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.