Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron toujours en tête des intentions de vote au premier tour    Aéroport de Zagora : hausse de 180% du trafic passagers en 2021    Nouvelle-Zélande: la Première ministre reporte son mariage pour cause de Covid    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    Ukraine : Londres accuse Moscou de « chercher à installer un dirigeant prorusse à Kiev »    CAN 2021: Les entraînements des Lions de l'Atlas sans Hakimi, Bounou et Fajr    Vahid Halilhodzic commente le tirage au sort des barrages, Qatar 2022    CAN 2021: le sélectionneur du Ghana licencié    Halilhodzic: « Le tirage aurait pu être pire » (VIDEO)    Éliminatoires Mondial Costa Rica: le Maroc et le Sénégal font match nul    Après le discours de Felipe VI, Albares modère son optimisme quant à la reprise des relations avec le Maroc    Neuf individus dont deux policiers interpellés    Présidentielle: Macron en tête des intentions de vote au premier tour (Sondage)    CAN 2021: Les Comores sans gardien de buts face au Cameroun    Covid-19 au Maroc : 7 638 nouvelles infections et 31 décès ce samedi    Sahara marocain: Le SG de l'ONU appelle toutes les parties à reprendre le processus politique    Le bureau du Cercle d'Amitié Maroc-Israël reçu par la présidente de la commune de Casablanca    Maroc/Coronavirus-Bilan 24H: 31 décès et 5.750 guérisons    La Bourse de Casablanca indécise du 17 au 21 janvier    Appel au rapatriement des Marocains de la Syrie après une attaque d'ISIS    Marque Employeur.La SMT certifiée pour la deuxième année consécutive    Strasbourg : Des trophées pour les initiatives les plus distinguées de la société civile franco-marocaine    Assassinat du président haïtien: plusieurs enquêtes mais le flou perdure    Attijariwafa bank et l'AMCI accompagnent les étudiants et lauréats internationaux de la Coopération du Royaume du Maroc    Casablanca: La mise en oeuvre de la stratégie nationale de la jeunesse en débat    L'Espagne intensifie sa présence militaire autour des fermes piscicoles    L'humoriste Hamza Filali a célébré son mariage (VIDÉO)    Mali : l'Union européenne agite le chiffon rouge face à Bamako et Wagner    Réunion d'urgence de la Ligue arabe dimanche au sujet de l'attaque des Houthis contre les Emirats arabes unis    The Voice : Le rappeur maroco-néerlandais Ali B accusé d'agressions sexuelles    Abdelilah Benkirane endeuillé (PHOTO)    OMS :Un tiers de la population mondiale n'a pas accès à une cuisine propre    Pourquoi peut-on contracter la Covid-19 plusieurs fois ? Le point avec un immunologue    Les marocains en tête des bénéficiaires des visas pour la France en 2021    France : le Conseil constitutionnel donne son aval au "passe vaccinal"    Programme foot : les matchs à suivre ce week-end    CAN-2021: La délocalisation de deux matchs à venir démentie par la CAF    Matières premières : une stabilisation des cours prévue en 2022    La maladie n'est pas à priori à l'origine de la disparition des abeilles dans certaines régions (ONSSA)    Ryanair: prête pour rester au Maroc?    Dessalement de l'eau: pourquoi le Maroc peut le faire    Maroc/Météo: Chutes de neige et pluies annoncées ce samedi 22 janvier    Covid: le Brésil reporte les défilés de ses célébrissimes carnavals à avril    Biden et le Premier ministre du Japon promettent un front uni face à la Chine    Vin Diesel n'oublie pas le Maroc    Younes Megri : « Ce que dit mon neveu ne concerne que sa personne »    5 figures contemporaines du féminisme marocain    Reportage : Lancement du projet de préservation des mosaïques historiques de Volubilis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pour gérer la transition, le Soudan se dote d'un Conseil souverain…
Publié dans Albayane le 25 - 08 - 2019

Après la destitution, le 11 Avril dernier, du président Omar Al-Béchir par les forces armées soudanaises et l'exigence par la rue de la remise du pouvoir aux civils, le processus afférent au transfert de l'autorité à une instance civile a été mis en route ce mercredi 21 Août par la mise en place d'un Conseil souverain.
Chargée de superviser la formation du gouvernement et du Parlement de transition, cette nouvelle instance appelée à «gérer» le pays durant la période transitoire nécessaire pour tourner la page des trois décennies du règne du Général Omar Al-Béchir, comprend cinq militaires et six civils. Sa composition a été approuvée mardi soir par le Conseil Militaire de Transition. L'une des deux seules femmes qui siègent au sein de cette instance est issue de la minorité chrétienne du pays.
Le président de ce nouveau Conseil, le Général Abdelfattah Al-Burhan qui présidait jusqu'alors le CMT et qui, en application des termes de l'accord signé le 17 Août entre l'instance militaire de transition et les Forces pour la Liberté et le Changement représentant le mouvement de protestation, restera aux commandes du Conseil souverain pendant 21 mois avant de laisser sa place à une personnalité civile pour une période de dix-huit mois, a prêté serment ce mercredi devant la plus haute autorité judiciaire du pays. Pour sa prestation de serment, avec une main sur le Coran et un bâton de maréchal sous le bras, Abdelfattah Al-Burhan était vêtu de son uniforme militaire et coiffé de son habituel béret vert.
Les autres membres de cette nouvelle instance ont également prêté serment, le jour-même devant leur président. Parmi eux figure Abdallah Hamdok, économiste et ancien collaborateur de l'ONU qui, en prêtant serment en sa qualité de Premier ministre de consensus, a été invité à former son gouvernement avant le 28 Août pour que la première réunion entre le Conseil souverain et le gouvernement puisse se tenir le 1er Septembre. Force est de reconnaître, toutefois, que non seulement le délai imparti au nouveau Premier ministre pour la constitution de son gouvernement est relativement court mais que Abdallah Hamdok aura fort à faire puisqu'il est tenu de redresser une économie exsangue et de pacifier un pays fortement ébranlé par plusieurs conflits internes dont notamment celui du Darfour.
Mais, l'euphorie générée par la signature samedi dernier de l'accord de transition n'a été que de courte durée dans la mesure où un certain malaise reste, tout de même, perceptible du fait de la présence, au sein de ce Conseil, de Mohamed Hamdan Daglo, patron d'une unité paramilitaire fortement impliquée dans la répression de la contestation et, également, ancien numéro deux du défunt CMT qui avait pris la succession du président Omar Al-Béchir.
Fortement engagées et présentes en premières lignes lors des manifestations ayant conduit à la chute de l'ancien président soudanais, les femmes ont, pour leur part, exprimé leur profonde déception face à leur faible représentativité au sein de cette nouvelle autorité.
Ce lundi, a eu lieu, par ailleurs, une chose inimaginable il y a quelques temps à peine dans un pays dont les deux tiers de la population n'ont connu que le puissant Général Al-Béchir aux commandes de l'Etat pendant trois décennies; à savoir la diffusion sur les écrans de télévision des images de la comparution de l'ancien homme fort du pays devant un tribunal pour répondre d'accusations de corruption.
Aussi, Amnesty International a saisi cette occasion pour signaler que le procès pour corruption actuellement en cours contre Omar Al-Béchir ne devrait pas faire oublier que de très lourdes accusations pèsent encore contre l'ancien homme fort du Soudan puisque ce dernier doit également répondre de crimes de guerre, de crimes contre l'humanité et de génocide pour son rôle présumé dans le conflit du Darfour qui avait éclaté en 2003. Or, pour cela, il va falloir que le Soudan ratifie le Statut de Rome de la Cour Pénale Internationale.
Cette ratification va-t-elle avoir lieu et les tombeurs du Général vont-ils consentir à remettre à une juridiction internationale leur vieux compagnon de route ? Attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.