ONU : Plus de 60 jeunes marocains participent à New York à l'initiative "Future we Want"    Compteur Coronavirus : 121 nouveaux cas positif, un seul décès en 24H    Premier League : Haaland ouvre son compteur pour City, United déjà dans le dur    Météo Maroc: les températures en baisse ce lundi    Renault met le paquet sur l'électrique en France, quid du Maroc ? (VIDEO)    Baignade dans les fontaines à Fès: ce qu'a décidé le conseil communal    À Rabat, un mouvement de contestation contre les «défaillances» du CCME le 11 août    Ammouta de retour au Wydad?    Marocains, il est temps d'économiser l'eau !    Visas Schengen: les Marocains dépités    Motsepe se félicite de la belle réussite de la WAFCON    Date limite de consommation: les autorités sanitaires redoublent de vigilance    Oualidia : pourquoi c'est une destination incontournable pour les vacances    Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara signe un décret accordant la grâce présidentielle à Laurent Gbagbo    Mer de Chine : Pékin annonce des manoeuvres près des Corées    El Jadida : Coup d'envoi du Moussem Moulay Abdellah Amghar    Rabat : La 1ère édition du « Rab'Africa Summer Festival » continue jusqu'au 14 août    Halte aux actes de vandalisme!    Amallah vois double    Mondiaux juniors: Le Marocain Benyazide remporte le bronze du 3000 m steeple    Réunion constitutive du Congrès scientifique universitaire sur les droits de l'Homme    Ukraine. Amnesty international épinglée en Ukraine    Maroc : Partis et ONG dénoncent l'agression israélienne à Gaza    Tunisie : Mise en échec de trois tentatives de migration clandestine    Covid-19 au Maroc : 121 nouvelles infections et 1 décès ce dimanche    Cyberattaque : le site web de la FSDM piraté par un hacker algérien    Festival Al Fida National de théâtre, un souffle de renouveau pour le théâtre    Hommage appuyé à cinq grandes figures du 7ème art marocain    Ligue 1 / Clermont vs PSG (0-5) : Achraf Hakimi buteur    Des plages de poésie à la Cité des Alizés...    Le Maroc suit avec une vive inquiétude la grave détérioration de la situation dans la bande de Gaza    Gaza: le bilan passe à 31 morts dont six enfants    Lasaad Dridi, nouvel entraîneur de l'Olympique Khouribga    Ain Leuh: Ouverture du 21è Festival national d'Ahidous    Vidéo. Eliminatoires CAN beach-soccer (Maroc-Côte d'Ivoire): La sélection ivoirienne se retire    Températures prévues pour le lundi 08 août 2022    Rabat: Le nouveau parking souterrain Bab Chellah ouvre ses portes au public    Regain de tension entre Israël et le Jihad islamique à Gaza : le Maroc préoccupé    Le chanteur français Daniel Lévi n'est plus    L'Humeur : Deux feux, deux mesures    Eté : Le bronzage, une obsession mauvaise pour la santé    Le Sénégal accuse la police canadienne d'avoir «sauvagement tabassé» une de ses diplomates    12C de l'OMC : Quels intérêts économiques pour le Maroc et l'Afrique ?    Céréales: cinq nouveaux cargos quitteront l'Ukraine dimanche    Magazine : Les Frères Jackfruit, Atlas attitude et Souss system    Gaza : Le Maroc suit avec une vive inquiétude la grave détérioration de la situation et appelle à éviter davantage d'escalade    Elon Musk accuse Twitter de "fraude"    La revue de presse du samedi 6 août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Entrée par effraction du «polisario» à Yokohama
Publié dans Albayane le 30 - 08 - 2019


Le ridicule déshonore plus que le déshonneur
ES: Khalid Imouni (MAP)
François De La Rochefoucauld disait que "le ridicule déshonore plus que le déshonneur". L'illustration parfaite de cette maxime, sont les revers successifs et l'humiliation continue subies par le Polisario à Yokohama (Japon), où il se pose en "invité" aussi lourd qu'indésirable à la 7ème conférence de la TICAD.
Alors que le Japon refuse catégoriquement de l'inviter, le Polisario s'incruste au forum en se plaçant dans l'interstice d'ancienne décision de l'Union Africaine qui appelle à la participation de "tous les membres de l'organisation" aux réunions de l'UA. Une décision qui est d'ailleurs en cours de révision au sein des instances de l'Union et qui devrait disparaitre à brève échéance.
En attendant, la majorité des pays africains, qui ne reconnait d'ailleurs pas le Polisario et souhaite encore moins sa présence, on choisit de la tolérer, tout en l'ignorant. Le Polisario, entend-on avec sarcasme dans les coulisses de la TICAD, est venu dans les bagages de l'UA tel un meuble abimé par le temps et promis à la poubelle de l'histoire.
Le Japon, lui, n'a pas attendu. S'il s'est résout à ne pas contrarier une résolution de l'UA – aussi en désuétude soit-elle, Tokyo a mis un point d'honneur à ne pas se laisser manipuler par le Polisario. Et ses positions ont été aussi fortes que claires, malgré l'ignominie du Polisario.
Une ignominie machiavélique et assumée ! En octobre 2018, et voyant bien que l'hôte japonais n'en veut pas, le Polisario affirmait de manière éhontée qu'il n'aurait aucun scrupule à venir sans invitation. Et, il est venu. Le Japon a refusé de lui adresser une invitation, mais le Polisario s'est incrusté dans les bagages de l'UA.
Le Japon a refusé d'admettre les "passeports rasd", mais les membres du Polisario sont venus au Japon avec des passeports algériens. Le Japon les a exclus de toutes les activités officielles qu'il a organisées, mais ils sont restés. Humiliation suprême : le Japon les a déclarés indésirables à la réception de thé offerte par l'Empereur. Les représentants du « polisario » sont les seuls à être restés dans leur chambre. Consignés ! C'est par cette courtoisie stridente qu'on leur a fait comprendre, au pays du sérieux, que les choses sérieuses sont réservées aux gens sérieux.
Quelle indignité ! C'est cela le sens profond de la maxime de La Rochefoucauld (le ridicule déshonore plus que le déshonneur) : c'est lorsque la présence devient l'expression continue et permanente du déshonneur.
S'il fallait une preuve, une autre, que le Polisario ne représente en rien la fière population du Sahara marocain, c'est bien celle-là. La preuve ultime. Comment représenter une population connue pour son sens de l'honneur et de la dignité, en faisant preuve d'autant d'infamie !
Et avec cela, le fantasmagorique ministre de la non moins fantomatique "république" tweete sa photo à la réunion de Yokohama. Mais il oublie de dire qu'au même moment, le Ministre – un vrai ministre – japonais lui assène le coup de grâce, on lui lançant au visage, au moment même où la réunion ministérielle de la TICAD s'ouvrait à Yokohama, ce mardi 27 août, que le Japon n'a pas reconnu, ne reconnait pas et ne reconnaitra pas un "Etat" rasd au Sahara marocain.
Ce matin même, mercredi 28 août, le ministre nippon des Affaires étrangères a, au début des travaux du Sommet, rappelé qu'en "ce qui concerne la question de la participation à la TICAD, y compris à la réunion au Sommet, j'ai clairement affirmé la position de mon gouvernement hier".
Il fallait bien le redire en face, au Polisario et ses parrains, pour la énième fois. Bien obligés sont les japonais de se répéter. Parce que, visiblement, la direction du Polisario et ses vieux parrains ont le plus grand mal à entendre. Le poids de l'âge assurément, depuis le temps qu'ils se sont autoproclamés "dirigeants".
En l'espace d'un mois, en effet, les japonais l'ont dit par la voix de leur Ambassadeur à Rabat; ils l'ont redit par la voix du Directeur Général assistant du ministre des Affaires étrangères, ce samedi 24 août. Cette dernière déclaration publique du MAE japonais a, d'ailleurs, été d'une violence inouïe pour le Polisario. Car, elle ne s'est pas contentée de couper court à toutes les manipulations du Polisario, mais elle a aussi loué, dans des termes forts, toute l'importance du Maroc dans la région, la richesse de la coopération avec le Royaume et son rôle de premier ordre à l'échelle de la TICAD et du continent africain.
Alors qu'il glanait des miettes d'intérêt et un semblant de reconnaissance, le Polisario se retrouve, par sa seule entrée par effraction à Yokohama, à confirmer par ses propres soins qu'aucune des grandes puissances de ce monde ne le reconnait. En déclarant avec force sa position aujourd'hui, le Japon rejoint les Etats-Unis, l'Union Européenne et plusieurs de ses Etats membres.
Ces développements sonnent comme un rappel d'une réalité devenue transparente avec le temps: à savoir que l'écrasante majorité de la Communauté internationale refuse de reconnaitre la fantomatique "rasd": en Europe, en Amérique du Nord, de plus en plus en Amérique latine, en Asie et, surtout en Afrique où plus des deux tiers des Etats refusent la supercherie polisarienne. Et ce n'est pas terminé!
Car les pays africains voient et sentent, plus que tous les autres, que les manipulations sournoises et anachroniques du Polisario, coûtent cher aux efforts de développement, de stabilisation et d'intégration en Afrique – efforts où le Maroc est un acteur clé.
Ainsi, un regard lucide permet de voir que malgré une communication « frauduleuse », et une campagne médiatique réduite aux supports internes et ceux des soutiens traditionnels du gang séparatiste autour de sa présence à Yokohama, le Chef de la diplomatie du « pays du soleil levant », M. Taro Kono, a tenu à préciser la position officielle de son pays, lors de son allocution introductive, témoin de l'importance qu'accorde le Japon à la légitimité de ses partenaires. Cette position est – sans surprise – celle d'une non-reconnaissance solennelle et absolue de la pseudo "rasd".
"Je voudrais réaffirmer que la présence dans la TICAD VII de toute entité que le Japon ne reconnait pas comme Etat n'affecte en rien la position du pays par rapport au statut de cette entité", a-t-il réitéré.
Devant un auditoire de qualité, la déclaration du ministre japonais des Affaires étrangères a réduit en cendre la rapacité de ceux qui ont fait « ce déplacement inutile », à mille lieux de là où ils pillent les aides internationales et bafouent les droits de l'Homme, pour se voir humiliés et dépourvus de toute qualité représentative.ette présence est témoin d'un entêtement désespéré du « polisario ». Au mieux, elle justifierait un voyage touristique des affabulateurs polisariens, au pire, elle les confronte à la réalité de leur non-existence aux yeux de tous.
Essuyant les des défaites successives, à tous les niveaux, à tous les égards, et surtout, partout, le « polisario », pitoyable, se donne en pitre spectacle. S'il fallait le rappeler, le gouvernement japonais, autant que les co-organisateurs de la TICAD, les Nations unies, le Programme des Nations unies pour le développement, et la Banque mondiale, se tenant du côté de la légalité, ne reconnaissent pas, cette entité, ne lui octroient aucune légitimité, aucune légalité…
Si le ridicule tuait, le Polisrio serait, aujourd'hui, en état de décomposition avancée ! En fait, il l'est déjà!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.