Des entreprises portugaises en mission d'affaires au Maroc    Arabie saoudite: Femmes et hommes peuvent entrer de la même porte dorénavant    Jeux olympiques: La Russie exclue pendant 4 ans    Dopage: Les sanctions de l'AMA témoignent d'une « hystérie antirusse », estime le Premier ministre russe    Lutte contre la corruption. Le plan d'action de 2020 finalisé    Fès: Arrestation d'un élève pour fausse alerte à la bombe    Mariages des enfants : L'appel à mobilisation de l'UNICEF    18ème Festival international du film de Marrakech : L'Etoile d'or est colombienne        Kamal Hachkar: Il n'y a pas de fatalité à la grande Histoire    FIFM : Les membres du jury semblent attachés l'un à l'autre    FIFM : Les Ateliers de l'Atlas dotent des films de 640.000 dirhams    CAN de futsal 2020 : Le Maroc dans le groupe A    Oued Chbika: Samih Sawiris fait de nouveau son show…    PPS: Emouvante cérémonie commémorative à la mémoire de Kacem El Ghazoui    Le bébé retrouvé en bonne santé : Deux personnes arrêtées suite à l'enlèvement d'un nourrisson à Casablanca    FIFM : 250 bénéficiaires de l'opération «Cataracte»    Feu Badreddine Senoussi : Le Maroc perd un grand commis de l'Etat    ONEE. Un deal de 55,5 millions d'euros avec la Kfw    Promos de fin d'année : La Dacia Sandero vendue en quelques clics sur Jumia    Ligue des Champions de la CAF : Le Wydad rate le coche à domicile, le Raja se ressaisit à Kinshasa    Italie : La Juventus tombe, la Serie A relancée    La Miss Univers 2019 est africaine    Oum pose le drapeau marocain par terre... La polémique explose (vidéo)    Le PPS mobilise des structures et appelle ses militants à une forte implication    Mohsin Attaf décroche la médaille d'or du "Borneo open judo championship"    COP 25 : Le Maroc actualise sa Contribution déterminée au niveau national    Téléphonie: Realme 5, nouveau champion de l'entrée de gamme    Aourir, une commune mutilée!    La Commission Benmoussa, unique et bénévole !    Lalla Hasnaa préside la cérémonie du 30ème anniversaire de l'Association Al-Ihssane    Rabat: Gnawa diffusion se produiront à guichet fermé !    COP25: En RDC, le charbon de bois vital pour les foyers, mortel pour les forêts    Incendie à Arribat Center : Aucun dégât n'est à signaler    La famille de Joe Biden ne fera pas d'affaires à l'étranger s'il est élu président    Les jeunes de Morocco l'Ghedd : M'hebba !    Le RNI fustige le comportement inexpliqué et ambigu du groupe du PJD à la deuxième Chambre    Dialogues méditerranéens : Mohcine Jazouli plaide pour des partenariats durables au Mena    Edito : La chance de choisir    Dernière ligne droite avant des élections britanniques décisives pour le Brexit    Destitution de Trump: Une semaine décisive commence dans un Congrès divisé    Commissions parlementaires. Les députés en mode soldats de l'ombre    Rabat : Un incendie s'est déclenché à Arribat Center    Alerte rouge à Mayotte avant le passage du cyclone Belna    Participation du Maroc à la conférence ministérielle des pays voisins de la Libye    Ligue des champions : Le WAC se contente du nul et le Raja rectifie le tir    Rapports du GIEC : contrubution active du Maroc    Ligue des Champions : le Wac sort avec un nul face à Mamelodi Sundowns    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'autre facette de l'Homme des temps modernes
Publié dans Albayane le 13 - 11 - 2019

«(…) L'œil est précoce à se plisser. La souffrance connaît peu de mots. Préfère te coucher sans fardeau: tu rêveras du lendemain et ton lit te sera léger », René Char, j'habite une douleur.
Les cimaises de l'Institut français de Rabat accueillent actuellement les œuvres de l'artiste peintre, poète et écrivain, Youssef Wahboun. En effet, de l'écriture à la peinture, l'artiste, à travers son exposition «Le monde va tellement bien», l'auteur explore de nouvelles pistes de réflexion sur le monde et l'essence humaine.
La peinture de l'artiste évoque la souffrance et l'errance, celle d'un être humain mal dans sa peau habitant un monde en porte-à-faux et vénérant de plus en plus la violence.
Incontestablement, cette réalité violente, indifférente, insensible est incarnée dans les œuvres de Wahboun. Ses personnages nous interpellent, nous parlent et nous invitent à redécouvrir l'immanence et l'image de l'Homme des temps modernes et sa réalité métamorphosée.
A vrai dire, cette noirceur au fond de la toile pousse l'œil à aller au-delà du langage pictural afin de submerger dans le néant, dans l'abîme… Le monde et ses choses factices sont représentés dans les toiles : un clavier, un téléphone, un ciseau, un micro pour faire entendre la voix de ceux qui n'ont pas de voix.
Dans ses travaux, l'artiste ne se limite pas uniquement à une simple représentation picturale du corps humain, car il est plus qu'un objet pensé et représenté. Il est question d'un sujet réfléchi. «Le corps est une grande raison», pour reprendre les termes de Nietzsche.
D'où cette sensation étrange qui secoue les tripes à chaque fois que l'œil se colle à l'œuvre, aux figures, aux déformations, aux regards pleins d'incertitude, de crainte, d'étonnement… des personnages dans un espace/ des espaces parfois dépouillés.
L'homme est délaissé à son sort dans certaines toiles …Que cherche-t-il alors, avec sa loupe, dans un fond noir et désespérant ? Une traversée, un chemin qui ne mène nulle part ? En désespoir de cause, l'artiste peignit plutôt le cri de l'être humain. «J'ai voulu peindre le cri plutôt que l'horreur», disait Francis Bacon. De face, de profil, dans les masques mortuaires, les toiles montrent le rapport de l'artiste avec son monde… un monde qui «va tellement mal». Son expressionnisme est révélateur. Et le travail sur la matière, le collage nous dévoilent l'autre facette métamorphosée du vécu, ici et maintenant.
Or, la laideur et les plaies du monde sont poétisées, pansées dans les peintures de Wahboun à travers une palette de couleurs chaudes aux tonalités glacées : le blanc, le bleu, et le jaune et l'orange. Ce qui est marquant dans les travaux de l'artiste, c'est le papillon. Un élément problématique meublant les toiles, le temps et l'espace.
C'est aussi cette espèce de transformation à venir de l'humain et sa vanité. Un certain clin d'œil à Philippe Pasqua qui avait ce don d'assembler un crâne métallique avec des papillons colorés. «Le monde va tellement bien», une exposition à voir!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.