Coronavirus : le Maroc dépasse la barre des 100.000 contaminations    Le docteur et académicien Mohamed Talal tire sa révérence    Abu Wael al-Rifi : Le contraste saisissant entre les grands patriotes et les petits maitres des entourloupettes    Lanceur d'alerte : Révélations en série d'un officier des services secrets du Polisario    Liberté économique : le Maroc 78ème mondial    La BVC dans le rouge du 14 au 18 septembre    Algérie: Un milliard de dollars de pertes financières    Mamounia, Royal Mansour, Fours Seasons...ils vont rouvrir leurs portes à Marrakech    La nouvelle Clio et le nouveau Captur disponibles au Maroc    Mercato: Gareth Bale de retour à Tottenham!    Bundesliga: Le Bayern détruit Schalke!    Liverpool officialise l'arrivée de Thiago Alcantara    Le Maroc remarquablement élu au Comité des Droits de l'Homme de l'ONU    Coronavirus: en France, la Haute Autorité de santé tranche sur la fiabilité des tests salivaires    Tanger: la douane découvre une usine clandestine    Marrakech adoptera l'enseignement en alternance    Mohamed Rouicha : sauveur de mémoire    Un parcours culturel très riche et très séduisant    Des artistes marocains appellent à la réouverture des théâtres et des salles de cinéma!    Entretien avec Othman Ktiri, l'entrepreneur marocain qui a réussi en Espagne    Washington reconduit unilatéralement les sanctions de l'ONU contre l'Iran    En Grèce, 9 000 demandeurs d'asile ont déjà rejoint le nouveau camp de Lesbos    Mexico : création d'un groupe d'amitié avec le Maroc pour promouvoir la coopération bilatérale    "Africa Innovation Week 2020": l'EMSI rafle la mise    Contrats spéciaux de formation: des mesures annoncées en faveur des entreprises marocaines    Climat des investissements au Maroc : le Département d'Etat US distribue bons et mauvais points [document]    Formation: mesures exceptionnelles en faveur des entreprises marocaines    «Enquête exclusive» : les dérives du régime algérien mises en lumière    Une photo de Leila Hadioui avec Saad Lamjarred surprend ses fans    Arabie saoudite: cinq personnes blessées par un projectile tiré par les Houthis    Nadal tombe à Rome (VIDEO)    Le régime algérien veut empêcher le Hirak de reprendre ses manifestations    Tanger : après l'affaire Adnane, nouvelle arrestation pour « attentat à la pudeur »    Météo : le temps se rafraîchit ce dimanche au Maroc (températures)    Mika « Loves Beirut » et d'autres stars mondiales aussi    L'image de la semaine    «Zanka contact», un ovni dans le 7e art national    Culture en vrac    Botola Pro: l'OCK tombe à domicile face à Berkane (VIDEO)    Real Madrid: Gareth Bale prêté à Tottenham    Cellule terroriste démantelée le 10 septembre: Ce que révèle l'expertise de la police scientifique    La presse britannique évoque les « sculptures » de Mehdia    Le secrétariat général des Finances de nouveau vacant    El Fizazi n'exclut pas un retour de Benkirane à la politique    Turquie : Ankara condamne un journal grec qui avait invité Erdogan à « aller se faire foutre »    Rude épreuve doukkalie pour le Raja et le Wydad    Etat-Unis : Les applications chinoises TikTok et WeChat interdites    Le forum de la jeunesse du cinéma hassani démarre ce soir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De la magie des portraits de Hanane Bouanani
Publié dans Albayane le 05 - 06 - 2018

Pour peindre, il faut, de prime abord, beaucoup voyager, s'inspirer, vivre, aimer, s'aimer, s'envoler vers d'autres univers plus beaux, plus énigmatiques, plus fastueux et peuplés de joies, de maux de la vie et de l'existence. Dans les tableaux de l'artiste peintre Hanane Bouanani, c'est toute une expérience humaine intérieure et profonde qui se révèle.
Ses personnages sont à la fois fragiles, étonnants, surprenants, tendres et puissants… Il faut le rappeler, l'émotion est le maître-mot de sa démarche. Celle-ci traverse ses toiles, avec des visages ivres, chargés de sensations, d'angoisses, de quête de soi, poétise ses couleurs et donne sens à ses formes.
L'ensemble de son travail nous dévoile une vision du monde colorée mais aussi méditative. Tout demeure en effet dans le regard, dans ces yeux bien ouverts, dirigés vers d'autres horizons, des regards errants… et des cœurs vagabonds à la recherche de l'humain en nous, d'une part manquante, d'une terre promise où le beau prime.
La touche artistique expressionniste de Hanane donne la parole à ses personnages. L'artiste les suit, les accompagne jusqu'au bout. Du coup, le couteau ou le pinceau et la couleur apaisent la vacuité de l'artiste et celle des personnages aux yeux cernés, éveillés tirant la verve du regardant. La singularité du travail de l'artiste consiste à rendre ses personnages plus vifs en usant des couleurs à la fois chaudes, vives, froides et expressives.
Une affaire de style ! L'artiste peint des portraits aux regards tourmentés, affligé d'un strabisme impressionnant, des silhouettes et des figures qui ne laissent guère indifférent celui qui les médite. Hanane Bouanani voit l'humain et sa condition via un œil artistique, vigilant, mais pointu. Derrière l'iris et la cornée de chaque personnage, reposent des histoires humaines et un vécu difficile.
On ne peut regarder les toiles de l'artiste sans penser aux grands maîtres de la peinture, entre autres Egon Schiele, son maître spirituel, ou encore Gustav Klimt. Sur le vif, la main de l'artiste se confond avec son instrument de peinture, son outil pictural pour dire ce que ses mots sont incapables d'extérioriser. Peindre, pour elle, est une manière de voir le monde, de le sentir, de comprendre autrement l'humain qui l'habite. C'est aussi un jardin d'aveux ! L'acte de peindre est une confirmation de soi dans la vie, une manière de sortir de soi-même pour aller vers l'autre où la rencontre se fait dans le royaume des couleurs, des formes et des sens cachés.
Née à Liège en 1980, Hanane Bouanani a fait ses études à l'académie Royale des beaux-arts de Liège.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.