Mercato : Le Hellas Vérone négocie avec l'AC Fiorentina pour Amrabat    Tholot : “Aït Bennasser a perdu son niveau”    Larache, capitale des fruits rouges    Le BTP termine l'année sur une bonne note    Ces routes migratoires et ceux qui les empruntent    Chikayates: 194.000 réclamations reçues    Projets de lois votés aujourd'hui par les conseillers    Comment sommes-nous devenus si cons?    Plus d'un milliard de DH pour la réhabilitation d'écoles en 2019    «Sourtna», quand de jeunes photographes prennent d'assaut le Fort Rottenbourg    Nasser Bourita : l'ouverture de consulats dans les provinces du Sud souligne la marocanité du Sahara    La corruption endémique fait florès    Le Souverain accorde une audience à l'archevêque de Rabat    Les députés russes approuvent les amendements constitutionnels de Poutine    S.M le Roi reçoit plusieurs ambassadeurs étrangers    Le Bahreïn réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Ziyech victime d'une déchirure musculaire au mollet    Yassin Ayoub signe au Panathinaïkos    Mohamed Wahab désigné meilleur officiel technique africain 2019 par la CAA    Ecologique pendant son utilisation, la trottinette électrique l'est un peu moins lors des phases de production et de recyclage    Le Conseil de la concurrence et l'IFC renforcent leur partenariat    La ménopause prématurée augmente le risque d'avoir des problèmes de santé à la soixantaine    mWellness Group prévoit d'investir 200 MDH au Maroc d'ici 2025    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    A Essaouira, le travail de mémoire commune des juifs et des musulmans    Parution de l'ouvrage "Renouveau pour le Maroc" de ses coauteurs Abdelaâli Benchekroun et Nour-Eddine Saoudi    IFC accorde un prêt de 100 millions de dollars à la Région Casablanca-Settat    Affaire « Hamza mon bb » : les derniers éléments du procès    La Tribune de Nas : Pas la guigne habituelle…    La tempête Gloria fait 10 morts et 4 disparus    Thomas Reilly : « le Maroc et le Royaume-Uni ont énormément à offrir au continent africain »    Nouveau virus : trois villes chinoises déclarées en quarantaine, les festivités du Nouvel An annulées à Pékin    La sélection nationale de handball approche de la qualification à la Coupe du monde    Arrestation d'un individu pour trafic de psychotropes à Fnideq    Programme national d'approvisionnement en eau potable et d'irrigation 2020-2027 : La communication se renforce autour du dispositif    Botola Pro D1 : Le Hassania d'Agadir renoue avec la victoire    Destitution Trump: l'accusation en appelle au courage des sénateurs républicains    BCE: Pleins feux sur la future stratégie et les risques    La République centrafricaine ouvre sa représentation diplomatique à Laâyoune    Exil médical: Une véritable hémorragie    Présidentielles boliviennes: Evo Morales désigne son candidat…    En Grèce, une femme élue pour la première fois à la présidence    Edito : Civisme    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    Arrestation d'un président de commune pour corruption    Au titre de l'année 2019 : 80 rencontres culturelles dans 35 cafés littéraires de par le Maroc    Improvisation sur «Des tranches de vie nées du néant»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De la magie des portraits de Hanane Bouanani
Publié dans Albayane le 05 - 06 - 2018

Pour peindre, il faut, de prime abord, beaucoup voyager, s'inspirer, vivre, aimer, s'aimer, s'envoler vers d'autres univers plus beaux, plus énigmatiques, plus fastueux et peuplés de joies, de maux de la vie et de l'existence. Dans les tableaux de l'artiste peintre Hanane Bouanani, c'est toute une expérience humaine intérieure et profonde qui se révèle.
Ses personnages sont à la fois fragiles, étonnants, surprenants, tendres et puissants… Il faut le rappeler, l'émotion est le maître-mot de sa démarche. Celle-ci traverse ses toiles, avec des visages ivres, chargés de sensations, d'angoisses, de quête de soi, poétise ses couleurs et donne sens à ses formes.
L'ensemble de son travail nous dévoile une vision du monde colorée mais aussi méditative. Tout demeure en effet dans le regard, dans ces yeux bien ouverts, dirigés vers d'autres horizons, des regards errants… et des cœurs vagabonds à la recherche de l'humain en nous, d'une part manquante, d'une terre promise où le beau prime.
La touche artistique expressionniste de Hanane donne la parole à ses personnages. L'artiste les suit, les accompagne jusqu'au bout. Du coup, le couteau ou le pinceau et la couleur apaisent la vacuité de l'artiste et celle des personnages aux yeux cernés, éveillés tirant la verve du regardant. La singularité du travail de l'artiste consiste à rendre ses personnages plus vifs en usant des couleurs à la fois chaudes, vives, froides et expressives.
Une affaire de style ! L'artiste peint des portraits aux regards tourmentés, affligé d'un strabisme impressionnant, des silhouettes et des figures qui ne laissent guère indifférent celui qui les médite. Hanane Bouanani voit l'humain et sa condition via un œil artistique, vigilant, mais pointu. Derrière l'iris et la cornée de chaque personnage, reposent des histoires humaines et un vécu difficile.
On ne peut regarder les toiles de l'artiste sans penser aux grands maîtres de la peinture, entre autres Egon Schiele, son maître spirituel, ou encore Gustav Klimt. Sur le vif, la main de l'artiste se confond avec son instrument de peinture, son outil pictural pour dire ce que ses mots sont incapables d'extérioriser. Peindre, pour elle, est une manière de voir le monde, de le sentir, de comprendre autrement l'humain qui l'habite. C'est aussi un jardin d'aveux ! L'acte de peindre est une confirmation de soi dans la vie, une manière de sortir de soi-même pour aller vers l'autre où la rencontre se fait dans le royaume des couleurs, des formes et des sens cachés.
Née à Liège en 1980, Hanane Bouanani a fait ses études à l'académie Royale des beaux-arts de Liège.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.