Report des promotions: Les enseignants dénoncent!    UE: 1 nouveau naturalisé sur 10 est Marocain    Pape Diouf, ancien président de l'OM, meurt du coronavirus    Nador : arrestation d'un individu en flagrant délit de possession de 3,8 kg d'héroïne    Coronavirus : 15 nouveaux cas confirmés, 617 au total, ce mardi 31 mars à 21h    Covid-19 : les composantes parlementaires mobilisées pour répondre aux exigences de la situation actuelle    La CNDP prolonge le moratoire sur la reconnaissance faciale    Covid-19: nouvelles mesures au profit des établissements et entreprises publics    Le dirham se déprécie face à l'euro et le dollar    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    Décès du docteur et militant Ahmed Bourra    Les commissions de contrôle des prix sur le qui-vive    Du rêve au report : La course d'obstacles de Tokyo-2020    Les Jeux olympiques de 2020 auront lieu le 23 juillet 2021    Les Mondiaux d'athlétisme repoussés à 2022    L'activité des ports de Mohammedia, Agadir et Jorf Lasfar n'est pas affectée par la pandémie    Les marchands non financiers pronostiquent une stabilité de leur activité au premier trimestre    Détermination du gouvernement à protéger les citoyens contre le coronavirus    Ouverture de la deuxième session législative le 10 avril prochain    Les éboueurs en première ligne à Fès    DGAPR : Soukaina Glamour et Ibtissam Batma ne bénéficient d'aucun traitement préférentiel    Communiqué du Bureau politique du PPS    La musique au temps du coronavirus, un refuge qui apaise les esprits    Les éditeurs multiplient les initiatives pour garder le contact avec les lecteurs    Le CCM met en ligne une série de longs métrages marocains    Liga: Real Madrid va finalement baisser les salaires de ses stars    Covid-19: la Bundesliga ne reprendra pas avant cette date    WAC-EST: Le TAS fixe une nouvelle date    Hicham Hajji : «La culture restera toujours présente. Elle est indispensable»    «Zhar El Batoul» : Une série historique attendue pendant le mois de Ramadan    Confinement : Le CCM met en ligne une série de longs métrages marocains    Ligue des champions: le Wydad et le Raja disent «niet» à la CAF    L'ensemble des indicateurs au vert à fin 2019 : Cosumar en bonne santé financière    Covid-19 : 20 millions de dirhams mobilisés par le conseil régional de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    La culture à portée de clic!    Port d'Agadir : Hausse de 7% de l'activité    Banque Populaire : nouvelles mesures en faveur des entreprises    Covid-19: le Consulat rassure les Marocains d'Italie    Coronavirus : le Maroc peut en sortir plus fort    Issam-Eddine Tbeur: «la peste soit sur le Coronavirus !»    Les pjdistes mangent à tous les râteliers, dont la maladie, pour se placer en pole position du triple échiquier électoral de 2021    Fonds anti-Coronavirus: Abdelilah Benkirane -t-il fait don de sa pension exceptionnelle ?    Le protocole d'enterrement des victimes du Covid-19    Contaminé par le coronavirus, voici les dernières nouvelles du prince Charles    La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises    Coronavirus: Cuba exporte ses médecins…    Le virus de la discorde met à mal l'unité de l'UE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe
Publié dans Albayane le 17 - 11 - 2019

Une rencontre autour de l'œuvre de l'artiste peintre Hamid Douieb a eu lieu le mercredi 13 novembre à la villa des arts de Rabat. En effet, et après avoir passé une longue période en Belgique, le peintre est retourné dans sa ville natale, Casablanca, pour exposer pour la première fois la rétrospective de son œuvre.
Par ailleurs, la rencontre animée par le critique d'art et écrivain, Youssef Wahboun était une occasion idoine pour le grand public. Elle lui a permis de découvrir la démarche et la vision artistique du peintre. «On ne voit que les mains dans certains tableaux de Hamid Douieb, organe qui est très difficile à peindre.
Les mains permettent de raconter le temps», a souligné Wahboun dans son mot de présentation. Et d'ajouter : «Ce qui est fascinant dans le travail de Hamid, c'est cette patience, un peintre qui travaille d'une manière rigoureuse ». Pour Wahboun, l'artiste peintre prend beaucoup de temps à réaliser ses dessins dans différents formats.
Autodidacte, modeste, discret, Hamid Douieb a développé une passion pour la peinture depuis son jeune âge. «Hamid est un artiste qui n'intellectualise pas son travail, par modestie ! Il a parlé de son expérience artistique après la traversée du désert et sa focalisation sur la main et sur le corps», a fait savoir Wahboun.
Aussi, selon ce dernier, il y a une représentation dans le travail du peintre ; ce que nous appellerons dans le jargon artistique le méta-art. C'est-à-dire, l'art sur l'art (l'art qui montre l'art).
Par ailleurs, les débuts de l'artiste remontent aux années 70. «Le premier tableau commence en 1976 avant l'arrivée d'autres tableaux. Surtout dans les années 80. Mais durant l'année 1985, la traversée du désert était entamée», explique l'artiste lors de cette rencontre. C'est à ce moment en effet que le peintre commençait à travailler sur le langage des mains.
Loin de la conceptualisation et des discours intellectuels, l'artiste peintre opte pour la démocratisation de l'art, de son art. «Je veux que tout le monde puisse avoir accès à l'art, surtout à ma peinture», ajoute Douieb. Au-delà de la peinture et du langage pictural, l'artiste a des choses à dire et une existence à affirmer.
«J'essaye désespérément de frôler la frontière indéfinissable où les mots n'existent plus, où même les images ne sont qu'un prétexte pour se donner l'illusion d'exister…», précise le peintre dans le beau-livre publié à l'occasion de la rétrospective de son œuvre dédicacé en marge de cette rencontre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.