Malgré des imperfections, les OPCI restent attractifs    Orage    CFCIM: Les enjeux d'une élection atypique    Brèves Internationales    Réforme des retraites en France: Le bras de fer continue    Algérie: Des élections sous haute tension    Généralisation du préscolaire: Comment éviter le scénario du simple «gardiennage» d'enfants?    Brèves    L'Espagne salue la position du Maroc dans la lutte contre le terrorisme    La prison Moul El Bergui fait une mise au point et dément les rumeurs de viols    Mohamed Amkraz appelle à une réglementation permettant d'encadrer les nouveaux modèles d'emploi    Energie électrique : La BAD accorde un financement de 245 M€ au Maroc    Mango revient en force au Maroc    La perception de la violence envers les femmes selon OXFAM Maroc    Paris accueille le 4e Forum parlementaire franco-marocain    Qui sont les cinq candidats à la présidentielle en Algérie ?    Les cours des produits alimentaires au plus haut depuis plus de deux ans    Rien ne va plus pour l'ovalie nationale    Energie: Le modèle marocain expliqué à Madrid    Assises de la régionalisation avancée les 20 et 21 décembre à Agadir    Un Guide pour aider les procureurs à mieux lutter contre la torture    Le Lesotho suspend toutes les décisions et déclarations antérieures relatives au Sahara et à la pseudo-RASD    Conférence internationale à El Jadida sur la famille et l'éducation dans le monde arabe    One Piece Stampede, le premier film de la Toei Animation à être diffusé au Maroc    Lever de rideau sur le Festival international «Cinéma et migrations» d'Agadir    Le rêve s'éveille par le pinceau d'Abdellah Elatrach    Journées théâtrales de Carthage : «Un autre ciel» en lice pour le Tanit d'Or    Une structure intégrée dédiée à la performance et à l'excellence    Camp payant de l'Espayonl Barcelone pour enfants au Maroc    OCK-WAC et Raja-MAT ce mercredi    Benmoussa dévoile sa méthodologie et son agenda    Notre photographe Ahmed Boussarhane de nouveau primé au Grand Prix National de la Presse    Agadir: Une cérémonie voluptueuse!    Des membres fédéraux quittent la Fédération royale marocaine de rugby    Euro-2020 : La Suisse et l'Allemagne en match préparatoire en mai    Finlande: Sanna Marin, 34 ans, nouvelle cheffe du gouvernement…    La Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement fait son bilan    Mise à jour de la Botola Pro D1 : Le MAT défend son fauteuil de leader face au Raja    Impeachment, quel impeachment? Trump retrouve des couleurs    Johnson brandit le risque de « paralysie » du Brexit en cas de défaite jeudi    Le Lesotho fait évoluer sa position sur le Sahara    Congrès international de l'arganier : De nouvelles orientations prometteuses pour l'arganier    Le ministre Bill Barr, bouclier de Trump et fer de lance conservateur    McLaren confirme le pilote marocain Michael Benyahia pour son programme de développement 2020    L'intégration financière, un impératif important pour l'Afrique    "Mains de lumière" fait escale à Tétouan    L'université et son importance dans l'épanouissement des personnes autistes    Un musée privé de musique voit le jour à Marrakech    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'hétéroclicité fortement dominée par la technocratie
Publié dans Albayane le 22 - 11 - 2019

L'actuelle coalition gouvernementale, composée du parti de justice et de développement (PJD), du Rassemblement national des indépendants (RNI), du Mouvement populaire (MP), de l'Union socialiste des forces populaires (USFP) et de l'Union constitutionnelle (UC), est on ne peut plus hétéroclite.
Et au niveau de la représentation des partis politiques au sein de la composition de l'Exécutif, force est de constater que la dimension technocratique est plus dominante que l'appartenance politique à proprement parler.
En effet, le bloc des technocrates est le plus dominant avec neuf ministres. Il s'agit de Abdelouafi Laftit: ministre de l'Intérieur, Nasser Bourita: ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'Etranger, Ahmed Toufiq: ministre des Habous et des Affaires islamiques, Mohammed Hajoui: Secrétaire général du gouvernement, Khalid Ait Taleb: ministre de la Santé, Abdellatif Loudiyi: ministre délégué auprès du Chef du Gouvernement, chargé de l'Administration de la Défense nationale, Noureddine Boutayeb: ministre délégué auprès du ministre de l'Intérieur, Mohcine Jazouli: ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'Etranger et Driss Ouaouicha: ministre délégué auprès du ministre de l'Education nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, chargé de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.
Dans cette nouvelle configuration, le PJD, qui chapeaute pourtant la majorité gouvernementale, n'est représenté que par six ministres, en plus du chef du gouvernement bien entendu. Mais il reste le parti le plus représenté politiquement au gouvernement. Car, le RNI, principal allié du PJD, n'a que quatre ministres, dont deux, (Mohamed Benchaaboun: ministre de l'Economie, des Finances et de la Réforme de l'Administration, et Mme Nadia Fettah Alaoui: ministre du Tourisme, de l'Artisanat, du Transport aérien et de l'Economie sociale), seraient de véritables technocrates qui n'assistent pas aux activités partisanes de la formation politique qu'ils représentent pourtant au gouvernement.
Le premier, rallié au bureau politique de la Colombe juste après sa nomination après le limogeage de Mohamed Bousaid, n'a jamais pris part aux réunions de l'instance exécutive du parti, alors que la seconde n'aurait jamais mis les pieds sur le terrain aux côtés des militantes du RNI. Cela cadre politiquement avec l'esprit de la création du RNI en 1978 en tant que rassemblement des sans appartenance politique au parlement de l'époque. Dans cette configuration, il en ressort que si les deux principales composantes de la coalition gouvernementales, le PJD et le RNI, totalisent dix ministres, soit seulement un de plus que le bloc technocratique, les trois autres partis politiques (l'USFP, l'UC et le MP) complètent le reste, soit quatre ministres, deux pour l'Epi, et un seul pour la Rose au même titre que le Cheval. Ainsi, dans la composition officielle du gouvernement, le bloc des technocrates arrive en tête avec neuf ministres, suivi du PJD (six), le RNI (quatre), le MP (deux), l'USFP (un seul) et l'UC (un seul).
Et si l'on prend en compte les critères de la culture de l'appartenance politique, le bloc des technocrates serait facilement majoritaire. En interrogeant cette structure telle qu'elle se présente, l'on pourrait se demander comment les électeurs agiraient lors du prochain rendez-vous électoral pour juger le bilan de cette coalition gouvernementale dans le but de la reconduire ou la sanctionner? Apparemment, en raison de cette ambigüité que des composantes de cette majorité se tirent dessus les unes et les autres à des fins purement électorales. Une attitude qui souille l'image de la politique, de l'action politique, de la représentation démocratique et creuse davantage le fossé entre la politique et les citoyennes et les citoyens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.