L'armée syrienne annonce la reconquête de Maaret al-Noomane    Le financement des TPME arrive    PAM : le congrès du renouveau pourrait être différé encore une fois    Procès en destitution: Les avocats de Trump demandent un acquittement rapide    5G: Londres accorde un feu vert partiel à Huawei, au grand dam de Washington    Ligue des Champions : Le WAC se prépare pour affronter Mamelodi    Achraf Hakimi, personnalité de l'année 2019 pour la MAP    «30 Melyoun» de Rabii Shajid dans les salles obscures à partir du 5 février    El Ghazoui: l'Etat doit garantir à tous les Marocains l'accès à l'eau    Trois questions à Driss Guerraoui, Président du Conseil de la Concurrence    Ronaldo recrute Ben Arfa    Bolivie: La course à la présidence est lancée…    Nouvelle attaque meurtrière dans le nord du Burkina Faso    Trump dévoile son plan pour le Moyen-Orient: Netanyahu jubile, colère des Palestiniens    Le logo de la NBA portera-t-il la silhouette de Kobe Bryant    Chine: l'épidémie dépasse l'ampleur du Sras, premières évacuations    Cour des Comptes : les principaux points du grand oral de Driss Jettou    Régime de retraite : Urgence d'une intervention décisive, selon la Cour des Comptes    Banques et Parlement veulent faire la paix    Le ministre français de l'économie en visite au Maroc ce vendredi    Coronavirus : aucun cas n'a été signalé en Afrique    Coronavirus : Le Souverain ordonne le rapatriement d'une centaine de Marocains bloqués à Wuhan    L'ADII célèbre la journée internationale de la Douane : Inauguration du nouvel Institut de formation douanière à Benslimane    Un quadragénaire, assassiné dans la région de Midelt    Saisie d'une grande quantité de psychotropes au niveau d'un barrage routier à Fès    Service 2.0 : de plus en plus d'applications scrutent le marché du covoiturage courte et longue distance    Un attaquant marocain débarque au Club Africain    Accès à l'information: Le CNDH prépare l'échéance de mars 2020    Festival international des nomades : la 17ème édition aura lieu du 19 au 21 mars à M'hamid El Ghizlane    Le port d'Essaouira en pleine restructuration    Insolite : Facturer la question idiote    A Tokyo, la préparation des JO passe aussi par celle des séismes    Le Groupe Addoha veut lancer des projets immobiliers au Ghana    Les officiels sur place à Laâyoune pour la CAN de futsal    Une étude controversée sur la viande suscite une dispute entre une université texane et Harvard    Divers    Lancement du dispositif territorial intégré de protection de l'enfance    Qualifications africaines aux JO de Tokyo    Divers sportifs    Billie Eilish, l'icône pop branchée qui réécrit les règles de la célébrité    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Abdellah Ouzitane : Il faut favoriser les recherches portant sur l'universalisme des valeurs et le pluralisme des cultures    Dans sa galerie à Rabat : La Banque populaire expose les «Parcours croisés» de Moa et Kim Bennani    La Mauritanie à l'honneur    Larache à l'heure du soixantenaire de l'Union Socialiste des Forces Populaires    Présentation du livre "La Déclaration universelle des droits de l'Homme: lectures et éclairages"    Bachir Dkhil : La marocanité du Sahara est irréversible    Scène culturelle: la guerre des communiqués…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bataille de chiffres entre Washington et Téhéran…
Publié dans Albayane le 10 - 12 - 2019

La République islamique iranienne vit au rythme des manifestations depuis que, le 15 novembre dernier, le gouvernement de Téhéran avait décidé d'augmenter les prix de l'essence.
Déjà durement touchés par la crise économique générée par l'application des sanctions américaines, les iraniens ont alors investi, en masse, toutes les places et artères des grandes villes du pays si bien que, pour les faire taire, le régime n'avait pas d'autre solution que de leur envoyer ses «gardiens de la révolution». Il n'en fallait pas plus pour faire jaser Washington par la voix de son émissaire Brian Hooks qui après avoir déclaré que l'Iran aurait «tué plus de 1.000 citoyens depuis le début de la contestation» et en aurait arrêté «au moins 7.000» a appelé le régime des mollahs à libérer ceux-ci «immédiatement».
Etant «extrêmement préoccupée» par leurs conditions de détention, le traitement physique qui leur est infligé et par les violations de leur droit à une procédure régulière ainsi que par la possibilité qu'un nombre important d'entre eux soient accusés d'infractions passibles de la peine de mort» la Haute Commissaire des Nations-Unis pour les droits de l'Homme, Michelle Bachelet a alors «exhorté les autorités (iraniennes) à libérer immédiatement tous les manifestants qui ont été arbitrairement privés de leur liberté».
Et même si Amnesty International qui évoque la mort de 208 personnes depuis le début des émeutes ainsi que d'autres organisations de défense des droits humains considèrent que les chiffres communiqués par Washington sont particulièrement exagérés dès lors qu'ils s'alignent sur ceux des Moujahidines du peuple, opposition iranienne en exil, qui font état de 1.029 morts, Donald Trump ne s'est pas empêché de déclarer que ce qui se passe en Iran est «terrible» car les gouvernants iraniens «tuent beaucoup de gens et arrêtent des milliers de leurs propres citoyens dans une répression brutale».
Aussi, en usant, comme à son accoutumée, d'une flagrante ingérence dans les affaires intérieures des Etats, l'administration américaine aurait demandé aux iraniens, par la voix du chef de sa diplomatie Mike Pompeo, de partager avec le gouvernement américain des vidéos et des photos qui témoignent de la répression perpétrée par le régime de Téhéran. Le département d'Etat américain en aurait alors reçu 32.000 d'après Brian Hooks. Une de ces vidéos aurait ainsi permis à l'administration de Washington de reconstituer avec force détails la répression de la manifestation qui avait eu lieu le 16 novembre à Mahshahr, au sud-ouest de l'Iran si bien qu'en se basant sur cet enregistrement, les Etats-Unis déclarent que les forces de l'ordre iraniennes auraient «ouvert le feu sans sommation sur les manifestants avant de traquer ceux qui avaient réussi à fuir».
Qui croire dans cette bataille des chiffres lorsque Téhéran, qui affirme que ceux qui ont été annoncés par des «groupes hostiles» au régime sont un «mensonge absolu», parle de cinq décès dont quatre membres des forces de l'ordre tués par des émeutiers et un civil alors que, de son côté, Washington évoque plus d'un millier de morts ? Qui, de Téhéran et Washington, dit vrai? Probablement ni le régime des mollahs ni l'administration américaine tant les chiffres des uns et des autres semblent maquillés pour la circonstance mais attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.