(Vidéo) Patrouille de voltige. « La Marche Verte » a conquis les coeurs à Toulouse    Aziz Akhannouch est arrivé à Tokyo pour les funérailles de Shinzo Abe    Transport routier. Les inscriptions pour bénéficier du soutien exceptionnel supplémentaire lancées    Tanger Med. Une « expérience inédite » pour une délégation du Parlement panafricain    La Bourse de Casablanca débute la semaine en repli    Arrivée à Tokyo de Akhannouch pour représenter le Roi aux funérailles de l'ancien premier ministre Shinzo Abe    Averses orageuses et rafales de vent, lundi et mardi, dans plusieurs provinces du Maroc    Vidéo-photos. La patrouille de voltige «La Marche Verte» fait sensation à Toulouse    La version algérienne fallacieuse mise à nu à l'ONU    Les exportateurs qataris s'ouvrent au Maroc    Le street workout s'invite à Essaouira    Marathon international de Marrakech : Plus de 10.000 athlètes attendus    Matches préparatoires U23 : Les Marocains rechutent face à leurs homologues sénégalais    Benzerti : Le coach ''volant'' débarque à Alger !    Pour un mandat de 2 ans : La HACA aux commandes du Réseau des instances africaines de régulation de la communication    Réinsertion des femmes détenues Un don de 6 MDH octroyé par la Fondation Othman Benjelloun    Sidi Bennour : Violée quinze fois la même nuit    Larache : Démantèlement d'une bande de malfaiteurs    Qualité de vie numérique : Le Maroc gagne 13 places et se classe 71ème en 2022    Plongée dans l'univers transparent de Safaa Erruas à Casablanca    «Grands concerts de Rabat» : Une clôture en beauté    20ème édition du festival L'Boulevard : De jeunes talents de rap/hip hop ouvrent le bal    Une délégation du Parlement panafricain visite le complexe portuaire Tanger Med    Assemblée Générale des Nations Unies : Le Maroc continue d'engranger les victoires sur le front du Sahara    Maroc – Paraguay : L'heure et les chaînes pour suivre la rencontre    Focus : Le golf marocain se hisse au niveau des grands    Rassemblement à Paris de l'opposition algérienne : une militante molestée et violentée par la police    62ème Anniversaire de l'indépendance de la Côte d'Ivoire : Un partenariat d'exception entre le Maroc et le pays d'Akwaba    Séoul et Washington entament des exercices navals conjoints    Inde: Les services 5G devraient couvrir tout le pays en deux ans    Voici le temps qu'il fera au Maroc, ce lundi 26 septembre    Funérailles à Casablanca de la militante des droits de l'Homme Aïcha Ech-Channa    El Jadida: une jeune femme donne naissance à des quadruplés    L'humoriste Amine Radi convole en justes noces    Russie: plusieurs morts dans une fusillade    Législatives en Italie : victoire historique de l'extrême droite selon les sondages à la sortie des urnes    Made in Morocco : KITEA s'engage à porter son sourcing local à 38% !    Maroc : Collins Aerospace fête ses 10 ans d'implantation    Algérie: le patron de Ennahar condamné à 10 ans de prison ferme    Les Espagnols exigent des réparations après Maroc-Chili    Amical U23: nouvelle défaite du Maroc face au Sénégal (VIDEO)    Maroc-IFC : Sérgio Pimenta en visite ce lundi    Sahara    Clôture des Concerts de Rabat : Samira Said, Fnaire, Lartiste et Salif Keita enflamment la scène de l'OLM    L'égalité des genres, principe essentiel pour le progrès    Littérature itinérante. « D'une culture à l'autre »    Casablanca / L'Boulevard : Deux décennies d'existence festive    22ème FNF: « Zanka Contact » d'Ismaël El Iraki remporte le Grand prix    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quelle place pour le médecin de famille?
Publié dans Albayane le 19 - 12 - 2019


Rachid Choukri, médecin généraliste
Propos recueillis par Ouardirhi Abdelaziz
De par le monde, la responsabilité de la protection de la Santé Publique incombe en premier lieu à l'Etat. Au Maroc, le premier article de la loi 34-09 sur le système de santé et l'offre de soins annonce clairement que «le droit à la protection de la santé est une responsabilité de l'Etat et de la société». La constitution de 2011 a consacré ce droit dans de nombreux articles. Les transitions démographique, sanitaire et sociale que connait le Maroc ont engendré de nouveaux défis qui mettent à rude épreuve le système national de santé. C'est notamment le cas du financement de la santé, de la pénurie des ressources humaines, de la qualité des soins, de la médecine préventive ou curative, l'accès aux soins et aux médicaments… Des maux dont souffre notre système de santé depuis plusieurs années et qui s'accentuent avec la crise économique, qui frappe de plein fouet la plupart des pays du monde et qui n'épargne pas le Maroc. Face à cette situation, nous sommes en droit de nous poser plusieurs questions : quelle médecine voulons-nous ? Combien sommes-nous prêts à payer pour notre santé? Quelle place pour la médecine de famille dans notre pays ? Pour faire le point sur ces questions, nous avons rencontré le docteur Rachid Choukri, médecin généraliste engagé, qui défend depuis près de 25 ans, la médecine générale libérale.
Al Bayane: Quels sont d'après vous les maux dont souffre le système de santé national ?
Dr Rachid Choukri: Aucun système de santé au monde n'est parfait, et aucun pays au monde n'a réussi l'extension de sa couverture sanitaire à 100%; c'est-à-dire le déploiement des ressources humaines médicales sur la totalité de l'ensemble du territoire national, et un budget suffisant pour assurer une couverture médicale à tous ses citoyens. Il existe toujours des «déserts médicaux» dans les pays les plus développés de la planète, et de grandes franges de la population restent non couvertes par une assurance maladie dans des pays des plus riches de la planète. Toutefois, il est important de tenter d'étendre au maximum cette couverture sanitaire, afin d'assurer le bien-être physique, psychique et social aux populations.
Est-ce en raison du manque de moyens financiers et l'insuffisance de budget alloué au secteur de la santé par l'Etat, que de nombreuses régions nationales restent mal desservies sur le plan sanitaire?
Le problème pour le Maroc, qui est aujourd'hui confronté à de grands défis en matière de santé (transitions démographiques et épidémiologiques, émergence de pathologies nouvelles, prédominance des maladies chroniques, extension de la couverture sanitaire, etc.), réside d'abord dans le choix d'une «vision» concernant son système de santé.
Système de santé hospitalo-centré ?
Système de santé centré sur la «deuxième ligne» (médecine spécialisée) ?
Système de santé centré sur la première ligne ou soins de santé primaires?
Le Maroc adhère aux recommandations de la Conférence D'Alma Ata, organisée en 1978 par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), sur les soins de santé primaires (SSP), et qui a identifié les soins de santé primaires comme étant « la clé de la réduction des inégalités en matière de santé entre les pays et en leur sein».
Malheureusement, avec «l'éclosion» des spécialités vers le début des années 80, l'absence de parcours de soins coordonnés, véritable ossature de tout système de santé qui se respecte, la médecine de première ligne s'est vue reléguée au rang de «spectatrice». Cette situation est plus particulièrement marquée dans le secteur libéral, qui pourtant joue un rôle de premier plan dans la dispensation des soins, depuis que l'hôpital public n'arrive plus à assurer son rôle d'antan.
Et il aura fallu, une fois de plus, que le Chef de l'Etat vienne rappeler en personne, dans son message adressé aux participants à la célébration de la Journée Mondiale de la Santé, l'importance des soins de santé primaires pour lutter contre les inégalités et prendre soin de la santé des populations dans ses aspects physique, psychique et social, pour que l'on reconsidère ces recommandations d'Alma Ata !
«L'enjeu est de prendre soin de leur santé, dans ses aspects physique, psychique et social, de manière globale et interdépendante, en termes de conseil, de prévention, de soins et de réhabilitation».
La Médecine Générale, présente pourtant actuellement dans les 2 secteurs de la santé, joue-t-elle pleinement le rôle qui lui est dévolu?
Non, car la formation initiale des médecins généralistes ne les prépare pas à jouer le rôle que l'on attend d'eux, à savoir la pratique d'une médecine humaine, une médecine de proximité, de disponibilité, qui privilégie la prévention et la sensibilisation, la résolution de la plupart des problèmes par l'écoute attentive, le bon sens clinique et l'insertion dans la communauté, voire la famille.
Comment réaliser alors cette mue de la profession?
Il va falloir dans un premier temps, reconnaitre la Médecine Générale comme spécialité à part entière, en créant des départements de Médecine Générale /Médecine de Famille dans les Facultés de Médecine; et parallèlement mettre en place un programme de formation complémentaire à l'attention des Médecins Généralistes qui exercent sur le terrain depuis des décennies, afin d'assurer leur «migration» vers la Médecine de Famille.
Une fois cette «mise à niveau» pour renforcer les Soins de Santé Primaires réalisée, il faudra alors passer à une autre étape non moins importante, et qui est la mise en place du parcours de soins coordonnés (PSC).
Cette mise en place du parcours de soins coordonnés consiste à mettre au cœur du dispositif (système) de santé un Médecin Traitant, professionnel de la santé capable de résoudre la plupart des problèmes de santé de l'individu et de le suivre tout au long de sa vie, aidé par un dossier médical régulièrement tenu à jour.
L'OMS définit les Soins de Santé Primaires comme «des prestations de santé accessibles et intégrées assurées par des médecins qui ont la responsabilité de satisfaire la grande majorité des besoins individuels de santé, d'entretenir une relation prolongée avec leurs patients et d'exercer dans le cadre de la famille et de la communauté».
Quel est le profil de ces «Médecins de Famille» et quelles sont leurs Taches?
Le Médecin de Famille doit pouvoir assurer au cours d'une seule consultation : l'écoute du malade, l'analyse de la situation, le diagnostic, le traitement et la prise en charge, à moindre frais, des multiples et différents problèmes de santé de l'individu (plus de 80% selon l'OMS), tout au long de sa vie. Il doit aussi référer les malades au bon spécialiste et recevoir son avis ; suivre l'évolution de l'état de santé du malade et gérer son dossier médical. Le médecin de famille intervient également en matière de prévention et éducation sanitaire. Le recours au Médecin de Famille est facilité par : sa proximité dans l'environnement des patients, sa grande disponibilité et son accessibilité économique.
Un dernier mot?
La «migration» de la Médecine Générale vers la Médecine de Famille (spécialisation) est incontournable, pour assurer le renforcement des Soins de Santé de Base de notre système de santé.
Elle doit être entamée concomitamment avec la mise en place du Parcours de Soins Coordonnés (PSC).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.