Confinement: les Etats africains ont perdu plus de 100 milliards de dollars de recettes fiscales    Cyclisme: Prudence et sécurité, maîtres mots de la reprise    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    Exclu-Al Bayane: Boutaib en discussion avancée avec un club de la Botola    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Coronavirus : 81 nouveaux cas, 8003 au total, jeudi 4 juin à 18h    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Parlement: Les conseillers préparent leur déconfinement    Spoliation: un juriste harcelé en France!    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Casa-Settat: Le wali Ahmidouch anticipe l'après-confinement    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Covid19: 81 nouveaux cas ce jeudi à 18H00    Article 1062894    Yassine Boujouama signe son premier contrat pro avec Bordeaux    Débat sur la place de la culture dans le Maroc d'après-pandémie    Le tourisme et le transport seront essentiels à la reprise de l'économie nationale après la crise    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Retour d'expérience et stratégies de déconfinement    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    La ministre de la Solidarité détaille son action devant la commission parlementaire des secteurs sociaux    La stratégie de développement durable remise sur le chantier    Les éclaircissements de la Chabiba ittihadia    Opération exceptionnelle d'établissement des CNIE pour les MRE    Covid-19 aidant, SAMIR met à disposition ses bacs de stockage    «Dire non ne suffit plus»    Des placements privés pour les filiales d'Akwa    Italie: le foot avec des spectateurs au stade, déjà?    Covid-19: Débat sur la place de la culture dans «le Maroc d'après»    Venezuela: La pandémie comme vecteur de rapprochement…    Des journaux nord-macédoniens soulignent la reconnaissance internationale croissante de la marocanité du Sahara    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Enseignement français au Maroc: les parents d'élèves obtiennent des avancées    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    L'humoriste «Zerwal» n'est plus    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Formatage néolibéral, débat et combat    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Elections présidentielles en Afghanistan
Publié dans Albayane le 25 - 12 - 2019


Des résultats contestés par Abdullah Abdullah
Si l'on en croit les résultats préliminaires annoncés ce dimanche, par la Commission électorale indépendante (IEC), Ashraf Ghani aurait rempilé, dès le premier tour du scrutin présidentielle du 28 septembre dernier, pour un second mandat à la tête de l'Afghanistan en recueillant 50,64 % des voix, soit la majorité absolue ; ce qui a fait dire à ce dernier, les bras levés : «Aujourd'hui, nous célébrons la victoire de la Nation (…) Un gouvernement digne sera formé».
Mais si ce résultat, bien que prévisible et attendu depuis des mois, a été accueilli dans une relative indifférence populaire, il a, également, été immédiatement contesté par le principal adversaire du président sortant et chef de l'exécutif Afghan, Abdullah Abdullah qui, en ne recueillant, officiellement, que 39,52% des suffrages exprimés a déclaré, dans un communiqué, qu'il s'opposerait à la réélection du président sortant afin de «faire comprendre une fois de plus à notre peuple, à nos partisans, à la commission électorale et à nos alliés internationaux que notre équipe n'acceptera pas le résultat de ce vote frauduleux si nos demandes légitimes ne sont pas prises en compte».
A noter que bien qu'avant la tenue du scrutin, tous les candidats s'étaient engagés à respecter un «code de conduite» électoral les obligeant à en accepter les résultats ou, le cas échéant, à enregistrer leurs plaintes auprès des autorités ad hoc, en revendiquant la victoire trois jours après le vote, Abdullah Abdullah avait provoqué une vive tension politique.
En contestant les résultats d'un scrutin qui, selon de nombreux observateurs, s'est déroulé dans une totale transparence, le «candidat malheureux» à cette élection présidentielle, fait craindre aussi bien à ses concitoyens qu'à la communauté internationale une répétition du scénario de 2014 qui, en donnant lieu à une «crise constitutionnelle » à l'issue d'élections entachées d'irrégularités, avait poussé Washington à « arrondir les angles» en lui attribuant le poste de «chef de l'exécutif».
Or, cette fois-ci, dans une conférence de presse, Hawa Alam Nuristani, la présidente de la Commission électorale indépendante (IEC) s'est défendue en déclarant que l'instance qu'elle dirige a accompli son devoir «avec honnêteté, loyauté, responsabilité et fidélité».
Aussi, tout en saluant l'annonce faite par la Commission électorale indépendante, Tadamichi Yamamoto, le chef de la MANUA (Mission de l'ONU en Afghanistan) a appelé les candidats contestataires à « faire part de leurs préoccupations (…) conformément au cadre légal et aux procédures » et ce, tout en démontrant «leur engagement à sauvegarder et à mener à bien l'élection et à protéger l'intégrité de la dernière étape du processus» alors que John Bass, l'ambassadeur américain à Kaboul, a tenu, de son côté, à rappeler que les résultats contestés «sont préliminaires».
Il y a lieu de signaler, également, que pour assurer le bon déroulement du scrutin dans cette jeune démocratie afghane et veiller à ce qu'aucun électeur ne puisse voter plus d'une fois, une entreprise allemande avait fourni, aux autorités de Kaboul à la veille des élections, les machines biométriques nécessaires.
Mais si, de l'avis de nombreux observateurs, cette élection présidentielle s'est déroulée dans des conditions de transparence incontestables contrairement au scrutin de 2014, celle-ci a, néanmoins, connu le plus faible taux de participation de toutes les élections qui se sont déroulées en Afghanistan car après que près d'un million d'électeurs furent écartés pour «irrégularités» seuls ont été pris en compte les vote concernant 1,8 millions de personnes sur un total de 9,6 millions d'électeurs inscrits.
Enfin, au vu de la «détermination» affichée par Abdullah Abdullah, il y a encore de très fortes chances pour que l'on aboutisse, de nouveau, à une «cohabitation forcée» mais attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.