Fadel Sekkat tire sa révérence    Kenzi Hotels héberge le personnel médical    Liga : Achraf Hakimi retrouve le Real Madrid    Coronavirus : 122 nouveaux cas confirmés au Maroc, 883 au total, samedi à 18h    Le Roi félicite le président sénégalais à l'occasion de la fête de l'indépendance de son pays    Coronavirus : selon le prix Nobel d'économie 2019, il ne faut pas s'inquiéter de la facture de la crise sanitaire    Coronavirus : les autorités marocaines prennent en charge les Marocains bloqués en Turquie    Marrakech: Environ 1400 chambres d'hôtels mises à disposition du corps médical    Golf : Report de la 47è édition du Trophée Hassan II et de la 26è édition de la Coupe Lalla Meryem    Fonds Covid-19 : L'ANAM fait don de 10 MDH    Mali : le chef de l'opposition enlevé « va bien », les négociations pour sa libération sont en cours    Coronavirus : La Maison-Blanche conseille le port du masque    Commande publique : une réponse urgente à la pandémie Covid19    Coronavirus : un infirmier italien tue sa compagne pensant qu'elle l'avait contaminé    Covid19: Aucun cas en Corée du Nord ?    De la musique de chambre, depuis sa chambre    Coronavirus : Nezha El Ouafi décrypte sur MFM Radio les mesures prises au profit des MRE    Le PPS appelle à un large débat sur la crise et l'après-crise du Coronavirus    Le gouvernement britannique appelle les joueurs de foot à réduire leur salaire    L'administration publique entre à petits pas dans l'ère du numérique    Retour à la prudence sur les marchés mondiaux    Allégement du déficit du compte courant    Les soldats de l'ombre en rangs serrés contre le Covid-19    Athlétisme: Le programme antidopage mondial fortement affecté    4.835 personnes poursuivies pour violation de l'état d'urgence sanitaire    L'hôpital de campagne de Benslimane prêt à entrer en action    Mobilisation générale contre le coronavirus dans la région de Marrakech-Safi    Report des JO: Des coûts additionnels pour le Japon et la famille olympique    Clap de fin sur la série "Le Bureau des légendes"    Reprise belge du tube caritatif "We Are The World" pour remercier le personnel soignant    En pleine pandémie, une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    Algérie : l'ex-chef de la police écope de 15 ans de prison    Harit renonce à une partie de son salaire    Union européenne : la fermeture des frontières pourrait durer au-delà de Pâques    Chelsea, la Juve, le Bayern et le PSG lorgnent Hakimi    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    Coronavirus : Quand les créations artistiques et littéraires passent au numérique    Une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    «Masrah net»… des spectacles à suivre en direct depuis son salon    Crise du Venezuela: Le nouveau plan de Washington    Nouveau modèle de développement : La Commission spéciale et le ministère de l'éducation donnent la parole aux lycéens    Frontières maritimes : Entrée en vigueur et réserves espagnoles    Les agents d'autorité de la capitale s'estiment insultés par le Wali de Rabat-Salé Kénitra    Condition physique et mode alimentaire au profit des joueurs et joueuses : Le programme individuel spécial de la FRMF    Coronavirus : M'jid El Guerrab interpelle le ministre français de l'Education nationale    Le point avec Abdellah El Ouardi, préfet de police de Casablanca    Prochaine réunion à huis clos du Conseil de sécurité sur le Sahara    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Marcel Botbol    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le livre d'art n'a pas le vent en poupe!
Publié dans Albayane le 17 - 02 - 2020

Au Salon international de l'édition et du livre (SIEL), le livre d'art n'a pas assez de place qui lui est due parmi les autres genres dont les livres s'intéressant à la littérature, aux sciences humaines ou encore à la religion.
En outre, rares sont les éditeurs qui prennent d'abord le risque de publier des beaux livres qui coûtent cher ou encore qui pensent à réserver des stands consacrés au livre d'art et beau livre. «Dans l'association de la «la Pensée Plastique», on a édité environ 21 livres qui parlent et qui s'intéressent à l'art. Malheureusement, le livre d'art ne se diffuse pas comme il se doit parce que peu de librairies le commandent et une petite minorité de lecteurs l'achètent», nous indique Mohammed Mansouri Idrissi, président fondateur de l'Association «la Pensée Plastique» à Rabat.
Selon lui, l'association distribue le livre d'art gratuitement au Maroc et dans le monde arabe pour que le grand public ait une idée sur l'art et les artistes marocains.
Par ailleurs, ce type de livre n'a pas eu encore sa place dans le paysage culturel et artistique national. «Le livre d'art est moins diffusé et rayonné. Ainsi, le plus grand nombre de monographies a été édité dans le mandat de l'ex-ministre Amine Sbihi. Hélas, se genre de livres reste toujours enfermé sur les étagères des bibliothèques privées», a-t-il affirmé.
D'après lui toujours, il y a un véritable problème de diffusion de ces livres, parce que les librairies n'acceptent que deux ou trois exemplaires. «À Rabat, par exemple, deux librairies qui acceptent le beau livre, les autres refusent de le prendre vu son prix très élevé», a souligné Mohammed Mansouri Idrissi, qui est également président du Syndicat marocain des artistes plasticiens professionnels.
En revanche, pour donner plus de visibilité au livre d'art, quelques artistes et critiques d'art ont appelé à la création d'un stand où seront présentées les publications, les monographies des artistes, les études et les beaux livres.
«Sur la liste de nos recommandations, lors des Assises sur les états des lieux et perspectives des arts plastiques au Maroc, figurait la création d'un stand au SIEL afin de faire découvrir le livre d'art ainsi que les autres publications pour le grand public ; chose qui n'a pas été faite avec la nouvelle direction sachant que j'ai contacté des grands noms de la peinture et des arts marocains, ainsi que des institutions qui ont confirmé la participation avec de différentes publications. », a-t-il fait savoir.
Selon lui, au final, ce projet est tombé à l'eau. «Sur ce sujet, et avec l'arrivée d'un nouveau ministre, nous sommes toujours obligés de retourner au point zéro sachant que le beau livre et le livre d'art constituent une composante importante de l'industrie culturelle et artistique», poursuit-il.
Toutefois, le bon nombre d'institutions, de galeristes ou d'artistes partent ailleurs à la recherche d'imprimeries moins cher pour publient leurs beaux livres et monographie notamment en Espagne, Turquie, Italie et bien d'autres pays.
«Aujourd'hui, la plupart cherchent de la qualité. Mieux encore, ces pays encouragent ce genre d'impression de livres parce que le papier utilisé dans le beau livre est exonéré d'impôt», a indiqué Mansouri Idrissi. Et d'ajouter : «L'impression du beau livre, chez eux, est à moindre coût avec une grande qualité, parce que il y a des sociétés spécialisées dans l'édition du beau livre. Or, au Maroc, il n'y a pas une société spécialisée dans l'édition du beau livre», conclut-il.
Pour l'écrivain et critique d'art, Ibrahim Lhicen, le livre d'art ou encore les livres sur les arts et les artistes sont moins représentés dans les stands du SIEL.
«Il faut encourager les chercheurs, les historiens de l'art pour enrichir la bibliothèque artistique avec de nouvelles publications. A vrai dire, on oublie souvent le travail de la documentation et celui de la publication notamment des collectifs dans les domaines des arts plastiques parce que les idées lancées dans les conférences restent entre les murs du béton des salles», a-t-il souligné.
L'artiste peintre et écrivain Noureddine Fathy appelle quant à lui à réserver des stands dédiés au livre d'art sous toutes ses formes et facettes. Au SIEL, a-t-il dit, on constate un manque de stands pour ce type de livres dont la qualité esthétique et intellectuelle est considérable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.