Coronavirus : 36 nouveaux cas confirmés au Maroc, 919 au total, samedi à 21h    Kenzi Hotels héberge le personnel médical    Liga : Achraf Hakimi retrouve le Real Madrid    Fadel Sekkat tire sa révérence    Le Roi félicite le président sénégalais à l'occasion de la fête de l'indépendance de son pays    Coronavirus : selon le prix Nobel d'économie 2019, il ne faut pas s'inquiéter de la facture de la crise sanitaire    Coronavirus : les autorités marocaines prennent en charge les Marocains bloqués en Turquie    Marrakech: Environ 1400 chambres d'hôtels mises à disposition du corps médical    Golf : Report de la 47è édition du Trophée Hassan II et de la 26è édition de la Coupe Lalla Meryem    Fonds Covid-19 : L'ANAM fait don de 10 MDH    Mali : le chef de l'opposition enlevé « va bien », les négociations pour sa libération sont en cours    Coronavirus : La Maison-Blanche conseille le port du masque    Commande publique : une réponse urgente à la pandémie Covid19    Coronavirus : un infirmier italien tue sa compagne pensant qu'elle l'avait contaminé    Covid19: Aucun cas en Corée du Nord ?    De la musique de chambre, depuis sa chambre    Coronavirus : Nezha El Ouafi décrypte sur MFM Radio les mesures prises au profit des MRE    Le PPS appelle à un large débat sur la crise et l'après-crise du Coronavirus    Le gouvernement britannique appelle les joueurs de foot à réduire leur salaire    L'administration publique entre à petits pas dans l'ère du numérique    Retour à la prudence sur les marchés mondiaux    Allégement du déficit du compte courant    Les soldats de l'ombre en rangs serrés contre le Covid-19    Athlétisme: Le programme antidopage mondial fortement affecté    4.835 personnes poursuivies pour violation de l'état d'urgence sanitaire    L'hôpital de campagne de Benslimane prêt à entrer en action    Mobilisation générale contre le coronavirus dans la région de Marrakech-Safi    Report des JO: Des coûts additionnels pour le Japon et la famille olympique    Clap de fin sur la série "Le Bureau des légendes"    Reprise belge du tube caritatif "We Are The World" pour remercier le personnel soignant    En pleine pandémie, une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    Algérie : l'ex-chef de la police écope de 15 ans de prison    Harit renonce à une partie de son salaire    Union européenne : la fermeture des frontières pourrait durer au-delà de Pâques    Chelsea, la Juve, le Bayern et le PSG lorgnent Hakimi    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    Coronavirus : Quand les créations artistiques et littéraires passent au numérique    Une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    «Masrah net»… des spectacles à suivre en direct depuis son salon    Crise du Venezuela: Le nouveau plan de Washington    Nouveau modèle de développement : La Commission spéciale et le ministère de l'éducation donnent la parole aux lycéens    Frontières maritimes : Entrée en vigueur et réserves espagnoles    Les agents d'autorité de la capitale s'estiment insultés par le Wali de Rabat-Salé Kénitra    Condition physique et mode alimentaire au profit des joueurs et joueuses : Le programme individuel spécial de la FRMF    Coronavirus : M'jid El Guerrab interpelle le ministre français de l'Education nationale    Le point avec Abdellah El Ouardi, préfet de police de Casablanca    Prochaine réunion à huis clos du Conseil de sécurité sur le Sahara    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Marcel Botbol    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La constitution chilienne au cœur de la contestation populaire…
Publié dans Albayane le 18 - 02 - 2020

Ce samedi 15 février, Santiago, la capitale chilienne a abrité deux manifestations totalement opposées.
La première, à la Plaza Italia devenue depuis le 18 octobre dernier l'épicentre des manifestations dirigées contre le pouvoir de Sebastian Pinera, a réuni des milliers de chiliens réclamant des réformes sociales et l'adoption d'une nouvelle constitution. La seconde qui s'est tenue devant l'Ecole Militaire de la ville comptait près d'un millier de défenseurs de la Constitution en vigueur, promulguée le 11 septembre 1980 sous la dictature d'Augusto Pinochet (1973/1990). Ceux-ci scandaient des slogans hostiles à la gauche tout en brandissant des drapeaux chiliens et des banderoles portant la mention «rejet».
Le Chili traverse une crise politico-sociale sans précédent depuis que, le 18 octobre dernier, le gouvernement avait décidé d'augmenter les prix des tickets de métro. Intervenue après une série d'augmentations dont la plus importante avait trait à la hausse de 10,5% ayant affecté les tarifs de l'électricité, l'augmentation du prix des transports publics a été la goutte qui avait fait déborder le vase ; un vase déjà plein du fait d'un régime de retraite qui en s'appuyant, depuis l'ère Pinochet, sur un système par capitalisation totalement individualisée pour les salariés obligeait ces derniers à verser 10% de leurs émoluments sur un compte individuel géré par des organismes financiers privés chargés de les faire fructifier.
Tous ces faits font que la rue chilienne est en ébullition depuis octobre dernier. Evoquant la «démesure» de la répression policière et militaire qui s'est abattue sur les manifestants, la délégation du Haut Commissariat de l'ONU pour les droits de l'homme envoyée sur place a dénoncé un « usage excessif de la force», des actes de «torture», des actes de «violence sexuelle» ainsi que des « arrestations arbitraires». En condamnant l'usage excessif, par les forces de l'ordre, de gaz lacrymogènes, de canons à eau et de balles en caoutchouc, la délégation onusienne a déploré la mort d'au moins 29 personnes ainsi que des milliers de blessés dont plus de 200 souffriraient de blessures oculaires graves et dont certains auraient même été « éborgnés ».
Aussi, pour faire taire la rue et donner suite aux revendications du mouvement de contestation portant notamment sur la mise en place de profondes réformes, le président Sebastian Pinera a promulgué, en décembre, une loi prévoyant la tenue, le 26 Avril prochain, d'un référendum sur le changement de la Constitution en vigueur promulguée sous Pinochet. Ce référendum portera sur deux questions; la première sera relative au remplacement ou non de la Constitution et la seconde aura trait à la méthode qui sera adoptée pour sa rédaction. Cette deuxième question déterminera l'organe qui sera chargé de la rédaction du texte constitutionnel, lequel pourrait être soit un «Congrès mixte» comme le souhaite la coalition gouvernementale, qui comprendrait, à égalité, des citoyens élus à cette fin et des parlementaires, soit une « Assemblée constituante» intégralement composée de personnes élues dans le seul but de rédiger le texte constitutionnel.
Si donc le 26 Avril prochain, le principe d'une nouvelle constitution est retenue, l'élection de l'organe qui sera chargé de la rédaction du texte constitutionnel – Congrès mixte ou Assemblée constituante – aura lieu en Octobre 2020 et ce dernier disposera, pour cela, d'un délai de neuf mois qui pourrait être prolongé de trois mois supplémentaires en cas de nécessité.
Enfin, si avec les premières manifestations de rues contre la hausse des prix des services publics, ce mouvement de révolte avait pris, en Octobre dernier, la forme d'une insurrection populaire contre le pouvoir chilien, force est de reconnaître qu'aujourd'hui l'intensité n'est plus la même. Qu'adviendra-t-il, alors, de ce mouvement de contestation dans l'attente de la tenue du référendum du 26 Avril prochain ? Attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.