Accord de Paris: Bon point pour le Maroc    JO: Paris-2024 choisit Tahiti pour les épreuves de surf    Quelles sont les causes de violence conjugale au Maroc?    L'AMMC publie un recueil des textes législatifs et réglementaires    Agadir, sur un plat chaud!    Le roi appelle à l'amélioration de la qualité de vie dans les pays musulmans    Elizabeth II ne compte pas quand il s'agit des cadeaux de Noël    La relation Maroc-Jamaïque passe au niveau supérieur    La Fédération de rugby minée par une crise sans précédent    Ligue des champions : Liverpool au rendez-vous des 8èmes, l'Ajax de Ziyach à la trappe    L'Observatoire Africain pour les migrations se fait attendre    Revitaliser un arbre emblématique    Al Hoceïma : Peine de mort pour le duo qui a commis un double meurtre    Marrakech : La guerre contre les malfaiteurs ne s'essouffle pas    «Bayane Al Youme» primé dans la catégorie «Presse écrite»    Le rappeur 7liwa chante à la prison d'Oukacha    En Algérie, les bureaux de vote ouvrent leurs portes    Sommet Russie-Ukraine : un résultat mitigé…    Manifestation multidimensionnelle au rayonnement international : Le «Village du Maroc» ferme ses portes à Abidjan    La fête de plaisir des sens et de vitalité d'esprit    L'UE octroie 101,7 millions d'euros au Maroc    Ses membres, son livrable, sa méthodologie, ses priorités, son mode de fonctionnement… La commission Benmoussa en 10 questions    Régime de change : BAM étudie l'impact sur l'économie    BMCE Bank Of Africa lance "Dynamic Currency Conversion"    Irréconciliables, républicains et démocrates débattent de la destitution de Trump    Fumées toxiques en Australie: Le Premier ministre australien sort du silence    YouTube et la publicité, je t'aime moi non plus    PLF-2020 : Le projet adopté en deuxième lecture par la chambre des représentants    Recrutement: La DGSN adopte la procédure de présélection    Le déficit budgétaire revient à 39,57 milliards DH    Complexe Mohammed VI. Visite guidée    Othmani Benjelloun et Dr Leila Mezian Benjelloun assistent à la remise des Prix Nobel    L'amazighité sans hypocrisie    La perception de la violence envers les femmes selon OXFAM Maroc    Inédite et rejetée    Assises de la régionalisation avancée les 20 et 21 décembre à Agadir    Un Guide pour aider les procureurs à mieux lutter contre la torture    Les cours des produits alimentaires au plus haut depuis plus de deux ans    Conférence internationale à El Jadida sur la famille et l'éducation dans le monde arabe    One Piece Stampede, le premier film de la Toei Animation à être diffusé au Maroc    Lever de rideau sur le Festival international «Cinéma et migrations» d'Agadir    Une structure intégrée dédiée à la performance et à l'excellence    Notre photographe Ahmed Boussarhane de nouveau primé au Grand Prix National de la Presse    Mise à jour de la Botola Pro D1 : Le MAT défend son fauteuil de leader face au Raja    La Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement fait son bilan    Des membres fédéraux quittent la Fédération royale marocaine de rugby    McLaren confirme le pilote marocain Michael Benyahia pour son programme de développement 2020    "Mains de lumière" fait escale à Tétouan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chili. 30 ans après, la Constitution de Pinochet va être révisée
Publié dans Les ECO le 15 - 11 - 2019

L'actuelle Constitution avait été approuvée par le régime militaire le 11 septembre 1980, pour que les secteurs conservateurs de la société puissent se maintenir au pouvoir, y compris après la fin de la dictature. La ratification de la nouvelle Constitution s'effectuera au suffrage universel, avec vote obligatoire pour l'occasion.
"La Constitution de la dictature meurt et une démocratie naît".
Le Chili fait face à des manifestations qui ont fait 22 morts et plus de 2.000 blessés en un mois. Ces contestations ont été déclenchées suite à la hausse du prix du ticket de métro à Santiago, et ont pris une ampleur sans précédent. Des milliers de chiliens se sont rendus dans les rues pour crier leur désespoir.
Pour répondre aux revendications prônées par le peuple, les partis politiques sont parvenus vendredi à trouver un accord historique au Parlement, pour organiser un référendum en avril 2020 afin de réviser la Constitution héritée de la dictature d'Augusto Pinochet.
"C'est une réponse de la politique au sens le plus noble du terme, la politique qui pense au Chili, qui prend son destin en main et qui assume ses responsabilités", a affirmé lors d'une conférence de presse le président du Sénat Jaime Quintana. Membre du Parti pour la démocratie, il s'exprimait aux côtés d'autres responsables de partis excepté le Parti communiste.
Après plusieurs heures de négociations au Parlement, la coalition gouvernementale de droite du président Sebastian Piñera et les principaux partis d'opposition ont signé un "Accord pour la paix et la nouvelle Constitution" prévoyant un référendum en avril 2020.
Celui-ci comportera deux questions: l'une sur la révision ou non de la Constitution et l'autre, le cas échéant, sur la méthode pour la rédiger, selon Quintana.
Cette seconde question devra déterminer l'organe qui sera chargé de rédiger la future Constitution, soit un congrès mixte, une idée soutenue par la coalition gouvernementale -- composé à parts égales de membres élus à cette fin et de parlementaires en exercice, soit une assemblée constituante intégralement composée de membres élus à cette fin, une idée soutenue par l'opposition.
Si le projet de révision est validé par référendum, l'élection des membres de l'une ou l'autre de ces instances se fera en octobre 2020, au suffrage universel en même temps que les élections municipales et régionales.
L'accord est intervenu au sein d'un Congrès où aucun bloc ne dispose d'une majorité des deux tiers nécessaire pour une révision constitutionnelle.
"Nous sommes heureux d'avoir pu conclure un accord qui marque une victoire contre la violence", a déclaré Jacqueline van Rysselberghe, présidente de l'Union Democratique indépendante, pilier de la coalition soutenant le président Piñera.
"Les gens ont été capables de faire bouger les barrières de la politique", a observé Catalina Perez, présidente de Revolución Democrática (gauche radicale). "Oui, nous pouvons rêver d'une Assemblée constituante".
"Cet accord constitue un premier pas, mais c'est un premier pas historique et fondamental pour commencer à construire notre nouveau pacte social dans lequel la citoyenneté va tenir un rôle prépondérant", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Gonzalo Blumel.
La révision de la Constitution héritée de la dictature d'Augusto Pinochet (1973-1990), toujours en place dans sa majeure partie malgré le retour à la démocratie il y a trente ans, figure en bonne place dans les revendications des manifestants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.