«Le gouvernement responsable devant l'opinion publique»…    Penser le concret    La CAF envisage différents scénarios pour boucler les compétitions    McKennie, Sancho et Hakimi devant la commission de discipline    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, mardi 2 juin    Prolongation de l'exposition «Maroc: une identité moderne»    Un nouveau projet de trémie à Rabat pour 40 millions de DH    Une bouteille d'eau du temps de la pandémie corona    Assurer la continuité des services dans le respect des règles de sécurité    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Le PNB en hausse de 14% au T1-2020    Rabbah met l'accent sur le rôle des investissements pour assurer la sécurité énergétique    Non à un gouvernement de compétences ou de salut national    Aziz Akhannouch: Les exportations de produits agricoles totalisent 17,5 milliards de DH jusqu'à présent    Le Maroc accède au 2ème rang africain en tests de dépistage du Covid-19    Le Maroc, consommateur de fast-food en plein confinement    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.859 au total, mardi 2 juin à 10h    La CAF accélère le décaissement de l'aide financière destinée aux Associations membres    Achraf Hakimi de nouveau buteur    La capitale des alizés prépare sa relance post-confinement    La culture en détresse    Les différentes pistes du CMC pour relancer l'économie nationale    Le Bureau politique réitère son appel à tous les militants de rester unis autour de leur parti    Violents affrontements entre manifestants et miliciens du Polisario devant le bagne d'Errachid    Pr Abderrahmane Machraoui : Les mesures prises par les autorités marocaines ont été prudentes, sages et exemplaires    Arrestations pour violation de l'état d'urgence sanitaire à Essaouira    De la drogue saisie par les FAR près du mur de protection    Les humanitaires espagnols en effroi devant le détournement des aides destinées aux camps de Tindouf    Christo, l'artiste «emballeur» n'est plus    Hyperpuissance    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Les Etats-Unis s'embrasent    France: C'est l'heure de la reprise économique    Mendyl, direction Bordeaux?    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Les syndicats interpellent El Othmani    Trump met fin au partenariat des Etats-Unis avec l'OMS    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Taïa: «Le Covid-19 a créé une misère plus mortelle que le virus»    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    Ursula von der Leyen dit "Shukran" au Maroc    Epidémies... Ces romanciers qui ont tout vu !    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Danielle Skalli tire sa révérence    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Wisconsin vote en pleine pandémie
Publié dans Albayane le 08 - 04 - 2020


Longue attente pour des électeurs masqués
Masqués et en tentant de respecter les distances de sécurité, les électeurs du Wisconsin votaient mardi en pleine pandémie du coronavirus, pour des scrutins locaux et la primaire démocrate entre Joe Biden et Bernie Sanders, qui a dénoncé la tenue d'une élection risquant de se révéler «mortelle».
Après un intense bras de fer entre démocrates, qui voulaient repousser les scrutins, et républicains, les bureaux de vote accueillaient finalement, jusqu'à 20H00 (01H00 GMT), les électeurs dans cet Etat du Midwest américain de près de six millions d'habitants.
L'administration Trump a pourtant conseillé aux Américains de rester chez eux, et les a prévenu dimanche qu'ils allaient vivre l'une des «semaines les plus tristes de leur vie», digne d'un «moment comme Pearl Harbor», à cause de la pandémie qui a déjà fait plus de 12.000 morts aux Etats-Unis, dont près d'une centaine dans le Wisconsin.
Mais à Milwaukee, où seuls cinq bureaux de vote ont pu être ouverts pour près de 600.000 habitants, des électeurs, masqués ou le visage recouvert de foulards, ont dû attendre souvent plus d'une heure les uns derrière les autres pour voter.
D'autres ont pu éviter ces files d'attente en votant depuis leur voiture, devant un lycée de la ville.
A Kenosha, plus au sud, la directrice d'un bureau de vote avait revêtu une combinaison de protection totale, des lunettes et un masque pour accueillir les électeurs.
D'autres employés, plus simplement masqués, étaient protégés par des parois en plexiglas tandis que des membres de la Garde nationale du Wisconsin désinfectaient régulièrement les lieux.
Faute d'employés électoraux, certains étant malades et d'autres craignant la contagion, plus d'une centaine de municipalités n'ont pas pu ouvrir un bureau de vote.
L'enjeu derrière ces scènes inédites? La primaire démocrate mais surtout des élections locales cruciales pour l'équilibre des pouvoirs dans le Wisconsin.
Ce qui explique la bataille politique acharnée dans cet Etat, appelé à jouer un rôle clé dans la présidentielle du 3 novembre. Et que Donald Trump ait pris la peine de tweeter à plusieurs reprises pour soutenir un juge conservateur de la Cour suprême du Wisconsin, Daniel Kelly, en appelant les électeurs à le réélire.
Le gouverneur démocrate Tony Evers avait signé un décret lundi pour reporter le scrutin au 9 juin et étendre les délais du vote par correspondance, afin de «protéger» la population.
Les républicains, majoritaires à l'Assemblée et au Sénat du Wisconsin, avaient alors immédiatement saisi la Cour suprême de l'Etat, qui a ordonné, avec les voix de quatre magistrats conservateurs contre deux progressistes, la tenue du vote mardi. Daniel Kelly s'est abstenu.
Jugeant le vote par correspondance «horrible» car il permet des «fraudes dans de nombreux cas», Donald Trump a accusé les démocrates d'avoir voulu reporter l'élection uniquement parce qu'il avait soutenu Daniel Kelly face à son adversaire progressiste.
«Dès que je l'ai soutenu, ils sont devenus fous», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche. «Il y a deux semaines, il y a deux jours, ils ne voulaient pas reporter l'élection. Ca leur était égal parce qu'ils pensaient qu'ils allaient gagner».
Candidat à l'investiture démocrate pour la présidentielle, Bernie Sanders a lui jugé «scandaleux» que les républicains poussent à voter «pour leur bénéfice politique». Cette décision est «dangereuse» et «risque bien de se révéler mortelle».
Ultra-favori de la primaire démocrate, l'ancien vice-président Joe Biden, 77 ans, est donné vainqueur dans cet Etat par les sondages, mais une grande incertitude pèse sur ce scrutin.
A cause de la pandémie de coronavirus, aucune autre primaire démocrate n'a été organisée depuis le 17 mars. Déjà 15 Etats ainsi que le territoire de Porto Rico ont annoncé le report de leurs scrutins. Et le vote se fera uniquement par correspondance pour les autres votes prévus en avril (Alaska le 10, Wyoming le 17).
Cette quasi-suspension de la campagne renforce la pression sur Bernie Sanders, 78 ans, pour qu'il jette l'éponge. Son retard sur l'ex-bras droit de Barack Obama dans la course à l'investiture démocrate est très difficilement rattrapable.
Les résultats du Wisconsin pourraient ne pas être publiés officiellement avant le 13 avril, date limite pour recevoir les bulletins par correspondance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.