Le roi Mohammed VI a félicité Antonio Guterres    Russie: Une Américaine disparue mardi a été retrouvée morte, un suspect arrêté    Météo Maroc: les prévisions pour le dimanche 20 juin 2021    Le Maroc change de fusil d'épaule...    Clôture de l'exercice combiné maroco-américain « African Lion 2021 » au Cap Draâ [Vidéo]    Ligue des Champions : Le WAC s'incline à domicile face à Kaizer Chiefs    Les remises exceptionnelles dans les hôtels étendues à tous les Marocains    Covid-19: les Etats-Unis offrent 2,5 millions de doses de vaccins à Taïwan    Le rapport médical de Soulaimane Raissouni révèle qu'il se porte bien    Euro 2020 : La France tenue en échec par la Hongrie    Hillary Clinton ressort sa photo en caftan (PHOTO)    Raja: Chebbi dévoile le prix de Rahimi    Le Paris Saint-Germain fait une nouvelle proposition pour Hakimi    La terre a tremblé ce samedi dans cette province du Maroc    Fès: les exportations d'artisanat ont baissé en 2020    Officiel : Le huis clos pour les deux demi-finales africaines du Wydad et du Raja    Covid-19 au Maroc : 439 cas et 4 décès enregistrés en 24 heures    Le Maroc reçoit un million de doses du vaccin Sinopharm    Covid-19: le nombre de décès à la baisse en France    Amal Saqr fait des confidences sur sa vie privée (VIDEO)    Handball / Avant-dernière journée : La Rabita bat le KACM à Marrakech    Fin de la deuxième épidémie d'Ebola en Guinée    Casablanca: la gare Oulad Ziane rouvrira bientôt ses portes    Chine/Covid-19: l'aéroport de Shenzhen annule des vols après un cas positif    Le roi Mohammed VI, personnalité de la semaine selon le quotidien hollandais NRC Handelsblad    Commissions paritaires/ Ministère de la Jeunesse et Sports : L'UGTM remporte largement les élections dans les provinces du sud    Bourse de Casablanca: l'essentiel du résumé hebdomadaire    Aïd al-Adha 1442 (2021) : 5,8 millions de têtes d'ovins et caprins identifiées    Encore 3 000 migrants à Sebta, un mois après la marrée inédite    La titrisation est un formidable moyen pour libérer des capacités de financement    Copa America : L'Argentine bat l'Uruguay et se hisse en tête    Union Africaine: une pléiade d'experts africains appellent à exclure le polisario    Salé: un policier contraint d'utiliser son arme de service pour interpeller un multirécidiviste dangereux    Clôture au Cap Draâ des manœuvres militaires maroco-américaines    L'Agadir d'Aït Kine à Tata : un grenier collectif symbolisant le riche patrimoine architectural de la région    Antonio Guterres officiellement reconduit pour un second mandat de Secrétaire général de l'ONU    Inde: mort du « Flying Sikh » Milkha Singh, l'un des sportifs les plus célèbres du pays    BBC News: Le ministre des Finances du Qatar arrêté dans le cadre d'une enquête pour corruption    Pérou: 27 morts dans un accident d'autocar    En Colombie, le blocage des routes ne sera plus considéré comme manifestation pacifique    Je suis venu travailler au Qatar pour poursuivre mes rêves, mais ma vie est un cauchemar    Etat civil : la nouvelle loi finalisée    Voici pourquoi un bon nombre de stars de la chanson française sont à Marrakech    [Interview avec Nabil Ayouch] «Haut et fort», de Casablanca à Cannes    Rabat : La joie au coeur de l'exposition « Joy »    Bientôt un prix national des meilleures publications dans les encyclopédies digitales    «Le Feu qui forge» : Une exposition collective à L'Atelier 21    Le réalisateur de télévision Chakib Benomar n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Equateur est débordé par la pandémie…
Publié dans Albayane le 16 - 04 - 2020

Après le Brésil, l'Equateur qui compte 17,5 millions d'habitants est le deuxième pays d'Amérique du Sud le plus touché par le Covid-19 et Guayaquil, sa capitale économique qui borde l'Océan Pacifique et qui est la plus peuplée du pays avec plus de 2,5 millions d'habitants, occupe la première place en termes de victimes de la pandémie puisqu'elle renfermerait 73% des 7.500 cas officiels.
Dès le début du mois de mars, le port de Guayaquil est apparu comme étant un point vulnérable. C'est là, en effet, qu'avait été détectée, chez une vieille femme revenue d'Espagne, la première infection au Covid-19 en Equateur. Pour rappel, quelques 500.000 équatoriens vivent et travaillent en Italie et en Espagne, les deux pays européens les plus touchés par la pandémie.
Or, bien que le flux des échanges entre Guayaquil, l'Europe et les Etats-Unis soit très intense dans la période février-mars qui est celle des vacances scolaires, les autorités équatoriennes n'ont pas réagi immédiatement aux dangers de contaminations venus de l'extérieur si bien que les conséquences ont été « dévastatrices » comme le soulignera un épidémiologiste de l'Université technologique équinoxiale de Quito.
«Nous voyons tomber nos morts en silence chaque jour (…) Ici ce n'est pas seulement le système sanitaire qui s'est effondré mais aussi les services funéraires et les morgues» s'exclame Cynthia Viteri la maire de Guayaquil ; cette ville qui, à elle seule, représente tout le spectre de ce que pourrait produire la diffusion de ce nouveau coronavirus dans les pays en voie de développement si l'épidémie n'est pas rapidement circonscrite.
Aussi, pour récupérer le nombre incalculable de dépouilles – 800 selon des chiffres officieux – qui gisaient parfois depuis trois semaines et sans même que soient précisées les causes de leur décès, après avoir été abandonnées dans leurs maisons ou dans la rue enveloppées dans du plastique noir dans l'attente de leur inhumation, la police et l'armée ont été appelées en renfort.
Un couvre-feu de quinze heures par jour, allant de 14 h à 5 h du matin, a été instauré dans l'ensemble du pays.
Après que les autorités de Quayaquil aient reconnu avoir délivré en mars 1.500 certificats de décès de plus qu'en février, le président Lenin Moreno qui a appelé, à la télévision, à un durcissement des mesures prises pour faire respecter le confinement et le couvre-feu a présenté une carte numérique faisant apparaître les secteurs traversées, selon lui, par des personnes contaminées et ordonné «l'utilisation de cet outil et la mise en place de mesures et de contrôles qui empêchent la libre circulation des porteurs du virus».
De son côté, le vice-président Otto Sonnenholzner qui a présenté ses excuses à la population, a reconnu que les images des corps gisant dans la rue ont nui à l'image du pays et annoncé qu'une unité spéciale a été crée afin de simplifier les procédures administratives et de permettre d'organiser des funérailles dignes au profit des personnes disparues même si cela ne peut se faire que dans des caisses en carton – les seuls disponibles pour le moment – en l'absence de cercueils en bois.
Autant dire que s'il ne fait pas bon mourir à Guayaquil, il ne fait pas bon y vivre non plus dès lors que le confinement a jeté dans la misère la plus noire les 70% de la population de la ville qui gagnaient, au jour le jour, de quoi nourrir leurs familles.
Enfin, si le 1er Avril, l'Etat avait commencé à verser des «bons de protection familiale» de 60 dollars mensuels à 400.000 foyers et qu'il vient d'étendre cette aide à 550.000 familles, celle-ci ne couvre, ni de près ni de loin, les besoins des intéressés, ne compense, en aucun cas, le manque à gagner dû au confinement et ne concerne pas, enfin, les 500.000 vénézuéliens qui vivent dans la rue sans aucune protection sociale. Jusqu'à quand durera ce calvaire ? Attendons pour voir….


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.