Le taux de remplissage des barrages au Maroc atteint 50 %    Maroc : Les barrages remplis à 50%    RSB-FAR (1-2) : Les Militaires confirment leur ascension !    LDC Afrique: Le WAC bat Horoya Conakry et prend la tête de son groupe    Watford : Vers un rôle plus offensif pour Adam Masina    Botola Pro D1: L'AS.FAR décroche une belle victoire face à la RSB    Météo: encore de la pluie prévue ce dimanche 7 mars au Maroc    Les éboueurs manifestent à Mohammédia (VIDEO)    Les barrages du Royaume remplis à 50%    SpaceX : Nouvel échec pour la fusée    Concours d'accès au COPE : 543 candidats passeront l'épreuve orale par visioconférence    1ère Chambre: les députés absentéistes risqueront désormais la révocation    Maroc/Covid-19: le bilan de ce samedi 6 mars    L'ouverture du consulat jordanien à Laâyoune continue de faire réagir    Le pape célèbre à Bagdad sa première messe publique en Irak    Election à la présidence de la CAF : Anouma se retire, Motsepe seul candidat    Les réserves de barrages accumulent 8,04 milliards de mètres cubes    Employabilité: le recrutement face à des défis structurels    Une influenceuse marocaine attaquée sur la Toile à cause de Saad Lamjarred (VIDEO)    L'étape actuelle exige une implication de tous dans les efforts d'élection des institutions représentatives    DGSN: un individu placé sous surveillance médicale se suicide    Le Real Madrid hausse le ton avec Sergio Ramos    De grands groupes polonais prêts à investir au Maroc    Ibrahimovic de retour en équipe nationale de Suède ?    Des femmes qui comptent : Ghyzlaine Alami    Des femmes qui comptent : Siham Alami    Agences de voyages: un premier trimestre 2021 «catastrophique»    Chambre des représentants: Adoption à la majorité d'un projet de loi organique relatif au processus électoral    BAM: l'activité industrielle s'est améliorée en janvier 2021    Juventus: Cristiano Ronaldo sur le départ    Evolution du coronavirus au Maroc : 420 nouveaux cas, 485.567 au total, vendredi 5 mars 2021 à 18 heures    Le roi Mohammed VI a écrit au président du Ghana    Huit personnes interpellées pour organisation d'une fête de mariage    La députée du PAM Faraj Touriya débarquée d'un vol «Raynair»    Hervé Renard: ses maîtres chanteurs condamnés à de la prison ferme    Londres: le prince Philip transféré dans un autre hôpital    Partenariat maroco-israélien : un mariage stratégique    Débats féconds en commission sur les projets de loi organiques relatifs aux deux Chambres du Parlement    Le Conseil National de la Presse rend hommage à la femme    Armée américaine et insurgés du Capitole    Hirak : des centaines de milliers d'Algériens réclament le changement radical du système    La victoire du peuple algérien, " confisquée par un coup de force pour sauver le système "    Sidi Slimane    Naima Bouhmala rassure ses fans sur son état de santé (VIDEO)    Nouveau projet «Yemoley et Yemoh école de la diversité»    «Moukarabat» enchaîne les publications    Algérie : un médecin fustige le régime en place et s'indigne contre les défaillances du secteur de la santé    Salima Louafa, la romancière qui recèle la magie des mots sous l'étreinte de ses doigts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Equateur est débordé par la pandémie…
Publié dans Albayane le 16 - 04 - 2020

Après le Brésil, l'Equateur qui compte 17,5 millions d'habitants est le deuxième pays d'Amérique du Sud le plus touché par le Covid-19 et Guayaquil, sa capitale économique qui borde l'Océan Pacifique et qui est la plus peuplée du pays avec plus de 2,5 millions d'habitants, occupe la première place en termes de victimes de la pandémie puisqu'elle renfermerait 73% des 7.500 cas officiels.
Dès le début du mois de mars, le port de Guayaquil est apparu comme étant un point vulnérable. C'est là, en effet, qu'avait été détectée, chez une vieille femme revenue d'Espagne, la première infection au Covid-19 en Equateur. Pour rappel, quelques 500.000 équatoriens vivent et travaillent en Italie et en Espagne, les deux pays européens les plus touchés par la pandémie.
Or, bien que le flux des échanges entre Guayaquil, l'Europe et les Etats-Unis soit très intense dans la période février-mars qui est celle des vacances scolaires, les autorités équatoriennes n'ont pas réagi immédiatement aux dangers de contaminations venus de l'extérieur si bien que les conséquences ont été « dévastatrices » comme le soulignera un épidémiologiste de l'Université technologique équinoxiale de Quito.
«Nous voyons tomber nos morts en silence chaque jour (…) Ici ce n'est pas seulement le système sanitaire qui s'est effondré mais aussi les services funéraires et les morgues» s'exclame Cynthia Viteri la maire de Guayaquil ; cette ville qui, à elle seule, représente tout le spectre de ce que pourrait produire la diffusion de ce nouveau coronavirus dans les pays en voie de développement si l'épidémie n'est pas rapidement circonscrite.
Aussi, pour récupérer le nombre incalculable de dépouilles – 800 selon des chiffres officieux – qui gisaient parfois depuis trois semaines et sans même que soient précisées les causes de leur décès, après avoir été abandonnées dans leurs maisons ou dans la rue enveloppées dans du plastique noir dans l'attente de leur inhumation, la police et l'armée ont été appelées en renfort.
Un couvre-feu de quinze heures par jour, allant de 14 h à 5 h du matin, a été instauré dans l'ensemble du pays.
Après que les autorités de Quayaquil aient reconnu avoir délivré en mars 1.500 certificats de décès de plus qu'en février, le président Lenin Moreno qui a appelé, à la télévision, à un durcissement des mesures prises pour faire respecter le confinement et le couvre-feu a présenté une carte numérique faisant apparaître les secteurs traversées, selon lui, par des personnes contaminées et ordonné «l'utilisation de cet outil et la mise en place de mesures et de contrôles qui empêchent la libre circulation des porteurs du virus».
De son côté, le vice-président Otto Sonnenholzner qui a présenté ses excuses à la population, a reconnu que les images des corps gisant dans la rue ont nui à l'image du pays et annoncé qu'une unité spéciale a été crée afin de simplifier les procédures administratives et de permettre d'organiser des funérailles dignes au profit des personnes disparues même si cela ne peut se faire que dans des caisses en carton – les seuls disponibles pour le moment – en l'absence de cercueils en bois.
Autant dire que s'il ne fait pas bon mourir à Guayaquil, il ne fait pas bon y vivre non plus dès lors que le confinement a jeté dans la misère la plus noire les 70% de la population de la ville qui gagnaient, au jour le jour, de quoi nourrir leurs familles.
Enfin, si le 1er Avril, l'Etat avait commencé à verser des «bons de protection familiale» de 60 dollars mensuels à 400.000 foyers et qu'il vient d'étendre cette aide à 550.000 familles, celle-ci ne couvre, ni de près ni de loin, les besoins des intéressés, ne compense, en aucun cas, le manque à gagner dû au confinement et ne concerne pas, enfin, les 500.000 vénézuéliens qui vivent dans la rue sans aucune protection sociale. Jusqu'à quand durera ce calvaire ? Attendons pour voir….


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.