Mauvaise gestion du patrimoine architectural de Casablanca: Le gouverneur limogé    Rabat: Laftit se réunit avec les partis non représentés au Parlement    Ouverture partielle des frontières: Les agences de voyages exclues    Coronavirus : une nouvelle tranche d'aides au profit des ménages de l'informel    Présidentielle en Pologne: Le conservateur Andrzej Duda rempile    Maroc/Covid-19: la répartition des 191 nouveaux cas par région    Rush sans précédent sur les vols de RAM    Coronavirus au Maroc: les derniers chiffres inquiètent le département d'Aït Taleb    Mahi Binebine n'ira pas à Perpignan    L'approvisionnement en eau potable pose problème à Meknès et Fquih Ben Saleh    Une première médicale à Dakhla    Reconfinement local suspendu en Espagne, nouveau couvre-feu en Afrique du Sud    Jim Ratcliffe, le milliardaire britannique qui veut s'offrir l'usine Daimler de Moselle    Spike Lee appelle à déboulonner les statues à l'effigie des "héros" des Etats esclavagistes    Reprise économique et préservation de l'emploi, deux priorités pressantes du PLFR    Le Laboratoire de l'info : Spécial paix au Proche-Orient (Vidéo)    En-Nesyri buteur sur une passe de Bounou    Feddal débarque au Sporting Lisbonne    Pour Mendy, le pic de forme arrive à point nommé    La reprise de la demande intérieure pourrait faire rebondir l'économie marocaine en 20214    Pourquoi Christopher Nolan ne veut pas de chaise sur ses tournages ?    Le CCM dévoile les projets de films admis à l'avance sur recettes    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Abdeladim Chennaoui    Victime de ses clusters : Tanger en portes closes    Le Bureau politique regrette que la majorité n'ait pas été associée à la préparation de la loi de Finances rectificative    Mauvaises langues    Le frère de Serge Aurier tué dans une fusillade    UFC : le nigérian Kamaru Usman conserve son titre!    Vers un reconfinement de Casablanca ?    Fermeture de l'Aéroport Ibn Battouta : Aucune décision prise pour le moment    Le détournement des aides humanitaires destinées aux camps de Tindouf se poursuit    Aïd Al-Adha: plus de 7,2 millions de têtes identifiées    Liga: Lionel Messi égale Thierry Henry !    «L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières»    Des restaurants fermés pour non-respect des mesures de distanciation    Coronavirus: l'urgence d'une relance économique plus verte    Bulgarie: Le président réclame la démission du gouvernement «mafieux»    La relance du tourisme au menu du Conseil de gouvernement    Le roi Mohammed VI a écrit au président du Monténégro    Essaouira reprend son souffle    Manchester City: le TAS annule la sanction de l'UEFA    Les Frères Naciri réalisent et produisent «Malheur Malheur» de Maître Gims    Lekjaâ veut un contrat programme entre la FRMF et la DTN    La RAM est-elle moins stratégique que Air France-KLM?    Un artiste charismatique s'en va    Données personnelles : Trois programmes Data-Tika lancés par la CNDP    Retour béni    Turquie: l'ancienne basilique Sainte-Sophie redevient mosquée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand l'Algérie maquille ses velléités belliqueuses contre le Maroc
Publié dans Albayane le 03 - 06 - 2020

«Le message subliminal destiné au Maroc», titraient les milices électroniques du régime algérien au lendemain d'un exercice tactique à balles réelles mené, début mai dernier, sous la supervision du général-major Saïd Changriha.
Ce claquement de brodequins aux portes du Maroc, intervenu en plein Ramadan et dans le contexte du Covid-19, a été placé sous le slogan ô combien révélateur «fidélité au serment» c'est-à-dire rien de nouveau sous le soleil malgré le changement d'un président. A y voir de plus près, il s'agit d'une manifestation de fébrilité intense et de l'expression on ne peut plus claire des velléités belliqueuses du régime vert-kaki qui a fait la démonstration depuis plusieurs décennies qu'il ne peut pas vivre sans être en rivalité extrême avec le Maroc.
Ce bombage de torse militaire a été accompagné d'une exhibition emphatique au vitriol, orchestrée par la presse affidée souvent sous une posture victimaire.
Le dernier exercice tactique du genre est venu sous la signature du conseiller du ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Noureddine Khelassi relayé par l'agence de presse algérienne (APS).
Dans une longue verbigération, le porteur d'eau du gouvernement algérien théorise que le Maroc considère l'Algérie comme «une menace stratégique permanente» et «un rival historique».
Le delirium tremens dominical de ce journaliste, recyclé dans l'hagiographie des nouveaux seigneurs d'El Mouradia, s'appuie sur ce qu'il qualifie de «multiplication de déclarations marocaines hostiles envers l'Algérie».
Mieux encore, il considère que le Royaume est dans «une posture paranoïaque permanente qui découle de son rêve grandiose du Grand Maroc et des stratégies d'expansion des empires marocains».
Voilà une nouvelle lecture de l'histoire que nous livre ce hâbleur, qui oublie ou feint d'ignorer que la stratégie hégémonique ou l'ambition irrédentiste sont une création, voire une obsession algérienne. Un débouché sur l'atlantique avec un micro-état sous l'emprise algérienne était le rêve brisé de Houari Boumediene, artisan de «l'affaire du Sahara», devenue depuis lors un enjeu de politique intérieure de l'Algérie, d'autant que plusieurs membres de l'appareil politico-militaire y trouvent de grands profits.
Cette ambition démesurée de puissance est corroborée par les chiffres : L'Algérie est le premier pays africain importateur d'armes et le 7ème au monde.
Plus de 6% de son PIB sont consacrés aux dépenses militaires et il n'est un secret pour personne que ce surarmement s'inscrit dans une logique de rivalité régionale et de stratégie de tension que l'Algérie entretient dans sa relation avec son voisin, le Maroc. Pas besoin non plus de préciser qu'une partie de cet arsenal est offerte gracieusement aux mercenaires du polisario.
Voilà pour ce qui est de cette sortie officielle du gouvernement algérien dans sa posture bonnet blanc et blanc bonnet.
Mais qu'en est-il de la vraie guerre que mène l'Algérie contre le Maroc et quels sont ses outils et modes opératoires?
Outre le parasitage de couloirs que mène l'appareil diplomatique algérien pour perturber le processus de règlement onusien, la guerre menée contre le Maroc vise ses intérêts économiques. N'ayant pas obtenu gain de cause auprès des juridictions européennes, les instigateurs de cette entreprise de déstabilisation s'appuient sur un jeu de dissuasion orchestré par des ONG créées avec la bénédiction d'Alger, notamment en Norvège.
Parmi ces ONG, le Stottekomiteen for Veest-Sahara (SKVS), fondée à Oslo en 1993 par Erik Hagen, dont l'objectif principal est la détérioration de l'image du Maroc. Cette structure obscure est soutenue par des financements occultes, dont les pétrodollars algériens tout comme son pendant bruxellois Western Sahara Ressource Watch (WSRW) dirigée par Sara Eyckmans.
La parade est bien connue. Elle s'apparente plutôt à des effets de manche dans le but de dissuader les entreprises étrangères qui investissent au Sahara marocain mais le résultat est peu concluant, voire nul.
Ce sont là quelques échantillons des manœuvres de perturbation, des actes de provocation militaire et civile et de la guerre d'information que mènent les médias publics algériens contre le Maroc, qui ne sauraient dédouaner les propos vipérins du conseiller ministériel.
Quant à l'aphorisme utilisé par ce même conseiller pour qualifier les relations «anormales» entre les deux Etats et «exemplaires» entre les deux peuples, il renferme une part de vérité que les tenants de la thèse belliqueuse aiment toujours cacher : Le peuple algérien n'oubliera jamais qu'un jour les khawas marocains s'étaient sacrifiés corps et âmes pour l'indépendance de leur pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.