ONU: le Maroc et Israël organisent une conférence de haut niveau    Sahara Marocain : Réactions aux consultations semestrielles du Conseil de Sécurité (vidéo)    Produits alimentaires : 552 infractions constatées durant les huit premiers jours du Ramadan    Maroc Telecom compte plus de 73 millions de clients au T1-2021    «Génération digitale» : L'ADD et Cisco concluent un partenariat    Reportage/Tourisme : L'ONMT dévoile son nouveau plan pour la promotion de la destination Maroc    Benchaaboun s'entretient avec le nouveau DG de la Société financière internationale    La terre a tremblé ce vendredi au large d'Essaouira    Sahel : de no man's land à no man's power    2020, année la plus chaude jamais enregistrée en Europe    Mohammédia : Interpellation de deux Subsahariens pour faux et usage de faux    Direction de l'éducation d'Ain Chock : Convention pour promouvoir l'apprentissage du français et de l'anglais    Covid-19: la Tunisie franchit la barre des 10.000 décès    Maroc Telecom améliore sa résilience dans ce contexte de crise    "Nsewlou Tabib": Cinq choses à savoir sur l'hygiène bucco-dentaire pendant le Ramadan    Maroc/Immobilier: Hausse des crédits bancaires à 284 MMDH à fin février    Maroc/Météo: Temps nuageux ce vendredi 23 avril    Votre e-magazine Challenge du vendredi 23 avril 2021    Evolution du coronavirus au Maroc : 600 nouveaux cas, 507.938 au total, jeudi 22 avril 2021 à 16 heures    Interview avec Safaa Baraka, réalisatrice    La Liga présente son dictionnaire espagnol-arabe de football    Laila Aziz, la styliste marocaine qui habille les stars hollywoodiennes (Forbes)    Sommet sur le climat : le chef de l'ONU appelle à l'action (Vidéo)    Laftit présente les contours du projet de loi sur les usages licites du cannabis    Sahara : El Pais met en exergue la victoire diplomatique du Maroc en Amérique Latine    L'examen du BTS du 17 au 21 mai    Le Wydad décroche son billet pour les quarts de finale    La RSB éliminée, le Raja en douceur    Des appels à changer « véritablement » l'Amérique    En-Nesyri relance FC Séville dans la lutte pour le titre    «Les femmes du pavillon J» élu meilleur long-métrage    Une exposition célèbre la calligraphie arabe    Le Maroc perd l'une de ses plus belles plumes    La question sociale est irrémédiablement au cœur du projet sociétal de l'USFP    Super Ligue. Pour le patron de l'UEFA, les demies de C1 ne sont pas menacées    Consultations au Conseil de sécurité sans enjeux sur la question du Sahara marocain    Kate Winslet se confie sur les débuts de sa fille Mia Threapleton en tant qu'actrice    Etat islamique : prison à vie pour l'auteur d'un attentat manqué à Manhattan    Le champ miné du Sahel    Après avoir participé au 45ème congrès de la FIFA, le président de la CAF arrive au Maroc    Urgent : Brahim Ghali, président de la rasd, hospitalisé en Espagne    Foot européen : Nasser Al-Khelaïfi élu président de l'Association européenne des clubs    Fouzi Lekjaa : "Prochain défi, la qualification pour la Coupe du monde"    Infosoir/ Entretien avec Soumaya Akaâboune, actrice émérite et star du feuilleton "Bab Lbhar" (vidéo)    Anniversaire de la disparition de Feu SM Mohammed V: le héros de la lutte pour l'indépendance    Brexit : le Parlement européen se prononcera le 27 avril sur l'accord commercial UE-Royaume-Uni    Poutine appelle ses rivaux étrangers à ne pas "franchir de ligne rouge "    Plus de 220 textes en souffrance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand l'Algérie maquille ses velléités belliqueuses contre le Maroc
Publié dans Albayane le 03 - 06 - 2020

«Le message subliminal destiné au Maroc», titraient les milices électroniques du régime algérien au lendemain d'un exercice tactique à balles réelles mené, début mai dernier, sous la supervision du général-major Saïd Changriha.
Ce claquement de brodequins aux portes du Maroc, intervenu en plein Ramadan et dans le contexte du Covid-19, a été placé sous le slogan ô combien révélateur «fidélité au serment» c'est-à-dire rien de nouveau sous le soleil malgré le changement d'un président. A y voir de plus près, il s'agit d'une manifestation de fébrilité intense et de l'expression on ne peut plus claire des velléités belliqueuses du régime vert-kaki qui a fait la démonstration depuis plusieurs décennies qu'il ne peut pas vivre sans être en rivalité extrême avec le Maroc.
Ce bombage de torse militaire a été accompagné d'une exhibition emphatique au vitriol, orchestrée par la presse affidée souvent sous une posture victimaire.
Le dernier exercice tactique du genre est venu sous la signature du conseiller du ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Noureddine Khelassi relayé par l'agence de presse algérienne (APS).
Dans une longue verbigération, le porteur d'eau du gouvernement algérien théorise que le Maroc considère l'Algérie comme «une menace stratégique permanente» et «un rival historique».
Le delirium tremens dominical de ce journaliste, recyclé dans l'hagiographie des nouveaux seigneurs d'El Mouradia, s'appuie sur ce qu'il qualifie de «multiplication de déclarations marocaines hostiles envers l'Algérie».
Mieux encore, il considère que le Royaume est dans «une posture paranoïaque permanente qui découle de son rêve grandiose du Grand Maroc et des stratégies d'expansion des empires marocains».
Voilà une nouvelle lecture de l'histoire que nous livre ce hâbleur, qui oublie ou feint d'ignorer que la stratégie hégémonique ou l'ambition irrédentiste sont une création, voire une obsession algérienne. Un débouché sur l'atlantique avec un micro-état sous l'emprise algérienne était le rêve brisé de Houari Boumediene, artisan de «l'affaire du Sahara», devenue depuis lors un enjeu de politique intérieure de l'Algérie, d'autant que plusieurs membres de l'appareil politico-militaire y trouvent de grands profits.
Cette ambition démesurée de puissance est corroborée par les chiffres : L'Algérie est le premier pays africain importateur d'armes et le 7ème au monde.
Plus de 6% de son PIB sont consacrés aux dépenses militaires et il n'est un secret pour personne que ce surarmement s'inscrit dans une logique de rivalité régionale et de stratégie de tension que l'Algérie entretient dans sa relation avec son voisin, le Maroc. Pas besoin non plus de préciser qu'une partie de cet arsenal est offerte gracieusement aux mercenaires du polisario.
Voilà pour ce qui est de cette sortie officielle du gouvernement algérien dans sa posture bonnet blanc et blanc bonnet.
Mais qu'en est-il de la vraie guerre que mène l'Algérie contre le Maroc et quels sont ses outils et modes opératoires?
Outre le parasitage de couloirs que mène l'appareil diplomatique algérien pour perturber le processus de règlement onusien, la guerre menée contre le Maroc vise ses intérêts économiques. N'ayant pas obtenu gain de cause auprès des juridictions européennes, les instigateurs de cette entreprise de déstabilisation s'appuient sur un jeu de dissuasion orchestré par des ONG créées avec la bénédiction d'Alger, notamment en Norvège.
Parmi ces ONG, le Stottekomiteen for Veest-Sahara (SKVS), fondée à Oslo en 1993 par Erik Hagen, dont l'objectif principal est la détérioration de l'image du Maroc. Cette structure obscure est soutenue par des financements occultes, dont les pétrodollars algériens tout comme son pendant bruxellois Western Sahara Ressource Watch (WSRW) dirigée par Sara Eyckmans.
La parade est bien connue. Elle s'apparente plutôt à des effets de manche dans le but de dissuader les entreprises étrangères qui investissent au Sahara marocain mais le résultat est peu concluant, voire nul.
Ce sont là quelques échantillons des manœuvres de perturbation, des actes de provocation militaire et civile et de la guerre d'information que mènent les médias publics algériens contre le Maroc, qui ne sauraient dédouaner les propos vipérins du conseiller ministériel.
Quant à l'aphorisme utilisé par ce même conseiller pour qualifier les relations «anormales» entre les deux Etats et «exemplaires» entre les deux peuples, il renferme une part de vérité que les tenants de la thèse belliqueuse aiment toujours cacher : Le peuple algérien n'oubliera jamais qu'un jour les khawas marocains s'étaient sacrifiés corps et âmes pour l'indépendance de leur pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.