Loi de finances rectificative: séance commune du Parlement ce mercredi    Adoption en Conseil de gouvernement du projet de loi de finances rectificative    Vacances d'été: les horaires à éviter sur les autoroutes du Maroc    La mosquée Hassan II cherche un exploitant pour ses hammams    Stress test: Les banques marocaines toujours résilientes    4 terroristes présumés arrêtés à Nador    Covid-19: Inquiétude chez les élus américains    Covid19: 186 nouveaux cas ce mardi à 10h00    Plus de 45.000 MRE regagnent leur pays de résidence    Abderrahmane El Youssoufi raconté par son compagnon de route    Le monde arabe en 2033 [Analyse]    Si Abderrahmane et Marie-Hélène El Youssoufi ont fêté avec le TAS un sacre attendu depuis 80 ans    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : Une vie et un destin hors du commun    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : Les principaux chantiers et réformes économiques à l'actif du gouvernement El Youssoufi    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : La culture, une source d'intérêt majeure pour El Youssoufi    Renard: «j'ai conseillé à Achraf d'accepter le transfert à l'Inter»    Futsal: Hicham Dguig prolonge jusqu'en 2024    Tensions sino-américaines en mer de Chine    Hausse du SMIG : Voici ce que vous devez savoir    Les villes-hôtes candidates se mettent au travail    Biennale de Danse en Afrique du 22 au 27 mars 2021    51e FNAP: la ville ocre vibre aux rythmes des arts Populaires    Maroc/Covid-19: les fonctionnaires de trois prisons reconfinés    BDS – Défendre une cause c'est bien, respecter les avis des autres c'est mieux    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : Le père fondateur de la presse ittihadie    Milouda: Une leçon de vie écrite aux couleurs de l'espoir    La Fondation du Forum d'Assilah annonce son programme d'activités culturelles et artistiques d'été    Le président brésilien annonce sa contamination au Covid-19    Le prince Moulay El Hassan décroche son bac    Le Wydad entame sa préparation collective à Agadir    Les mosquées ouvriront leurs portes    La Chambre des conseillers: adoption en commission d'un projet de loi édictant des mesures spécifiques à l'état d'urgence sanitaire    Coronavirus : quel impact sur les congés    Officiel: la date de réouverture des mosquées au Maroc    Qui est Driss Isbayene, le nouvel ambassadeur du Maroc au Mali ?    Le Marocain Aziz Krir remporte le titre    Côte d'Ivoire : Drogba brigue le poste de président de la FIF    Hamza Mehimdate, un photographe émotionnel    Les températures resteront élevées pendant plusieurs jours : La canicule s'installe !    Mauritanie : l'ex-président convoqué devant une commission d'enquête    L'Égypte, la France, l'Allemagne et la Jordanie avertissent Israël contre ses projets d'expansion    CGEM/PPS : rencontre autour du développement économique et social    COVID-19. Pour qui roule l'OMS?    Immigration clandestine: baisse des arrivées sur les côtes espagnoles    Les États-Unis n'accorderont pas de visas aux étudiants étrangers si les cours sont en ligne    Adil Bouaouad en quête de « rédemption »    « Derb Mila » à Casablanca embelli par des fresques murales    1.107 cas de triche au bac détectés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»
Publié dans Albayane le 05 - 06 - 2020

Entretien avec Abdelkader Retnani, Vice-Président de la FICC
Propos recueillis par Mohamed Nait Youssef
Les professionnels du secteur des industries culturelles, créatives (ICC) courent contre la montre pour sauver leur secteur touché par la crise sanitaire. Dans cette optique, la Fédération des industries culturelles et créatives (FICC) de la CGEM propose des mesures d'urgence pour sauver les 100.000 emplois menacés par la crise due au Covid-19. Par ailleurs, la FICC a estimé l'impact économique de cette crise sur le secteur à 2 milliards de dirhams. «Tous les secteurs sont touchés. C'est une véritable catastrophe nationale comme c'est le cas pour d'autres domaines d'activité », nous confie Abdelkader Retnani, Vice-Président de la FICC, dans cette interview accordée à Al Bayane. Ainsi, la FICC n'a pas laissé cette crise passer inaperçue en appelant à accélérer la réforme du secteur des industries culturelles, créatives (ICC).
Al Bayane : La FICC de la CGEM a estimé l'impact économique de la crise du COVID-19 sur le secteur à 2 milliards de dirhams. Sur la base de quels critères avez-vous déduit un tel chiffre?
Abdelkader Retnani : Depuis le mois de mars et l'instauration de l'état d'urgence, la FICC a contacté l'ensemble des filières du secteur afin de leur demander d'estimer l'impact de la crise sur leurs activités. Nous avons compilé ces données et avons obtenu ce chiffre de 2 milliards de dirhams.
Quels sont les secteurs artistiques et culturels les plus touchés par la pandémie?
Tous les secteurs sont touchés. C'est une véritable catastrophe nationale comme c'est le cas pour d'autres domaines d'activité. Sauf que ces derniers (comme le tourisme, l'automobile, l'aviation) sont davantage pris en considération par le gouvernement, et autres secteurs. Cependant, les autres seront beaucoup plus pris en considération. C'est une habitude et je ne fais qu'énoncer un constat bien connu : malheureusement, la culture n'a jamais été une priorité dans notre pays.
Comment évaluez-vous la gestion de la chose culturelle et artistique par le Ministère de tutelle pendant la crise sanitaire?
Depuis l'avènement du nouveau ministre, les choses se déroulent mieux. Pour notre part, nous avons tenu trois réunions avec Monsieur le Ministre Othman El Ferdaous et ses collaborateurs ; et ce, en veillant aux respects des règles de distanciation physique et en portant des masques. Ces rencontres nous ont permis de lui communiquer un ensemble d'informations liées au secteur et d'échanger quant à la prochaine relance nécessaire. Nous sommes conscients que tout dépend de la situation sanitaire et de l'évolution de l'épidémie mais nous avons confiance dans cette nomination.
Il va sans dire que cette crise inédite a mis à nu l'ensemble du secteur des industries culturelles, créatives ICC dont le grand nombre des métiers et des activités souffrent de l'informel. D'après vous, est-il temps pour structurer le secteur?
C'est effectivement l'occasion propice pour revoir tout le secteur. Cela nous permettra de nous organiser afin de professionnaliser plusieurs activités. De plus, cette pause a été très instructive car elle nous a permis de mettre en lumière les fragilités dont nous avions peut-être conscience mais qui deviennent prioritaires en ce moment.
Comme vous le savez, le secteur artistique et culturel, qui vit depuis des années entre vents et marées, a été souvent proie d'un manque d'une vision claire, efficace et efficiente. Pensez-vous que le secteur des industries culturelles, créatives a besoin plus que jamais d'une volonté politique et d'une stratégie nationale?
Mettre en place cette stratégie nationale, tant attendue, peut se faire. Cela implique la fédération de l'ensemble des filières et des parties prenantes du secteur culturel. Avec de la volonté politique et un ministre à la vision moderne, nous pouvons mettre en œuvre de nouvelles idées et rebondir pour faire avancer le secteur dans le bon sens.
Vous dites dans votre communiqué de presse que «100 000 emplois ont été directement impactés par la pandémie et environ 1100 entreprises ont accusé 70% de baisse de leur chiffre d'affaires en moyenne». Quelles sont vos propositions pour booster les industries culturelles et créatives?
Les propositions sont clairement mentionnées dans la lettre envoyée au gouvernement et au ministre de la Culture.
Le secteur des ICC est un secteur transversal. Au Maroc, peut-on parler d'une vraie industrie culturelle?
Oui, il y a une vraie industrie culturelle. Elle pourrait être renforcée et mieux structurée grâce à ses hommes et à ses femmes qui sont animés par la passion et l'amour de la culture. Heureusement, nous en comptons beaucoup dans notre pays.
A votre avis, quel avenir pour le secteur culturel et artistique après la crise?
Avant tout, et comme déjà évoqué, il s'agit de restructurer le secteur. Puis, il est temps de créer un véritable socle basé sur du concret; notamment en capitalisant sur les recommandations des premières «Assises des Industries Culturelles et Créatives» qui se sont déroulées en octobre 2019 à Rabat sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI qui a, à plusieurs reprises, manifesté son intérêt pour ce secteur si vital pour nous.
****
La Fédération des industries culturelles et créatives (FICC) de la CGEM propose 34 mesures qu'elle a estimé d'urgence, transversales ou par filière, afin de préserver les emplois et assurer la relance du secteur des ICC, entre autres l'exonération des entreprises pendant 6 mois des charges liées à l'IR, la CNSS et l'AMO de juin à décembre 2020, pour préserver les revenus des salariés du secteur , la création d'un fonds spécial d'urgence et de rebond pour soutenir les professionnels du secteur et la création toutes filières confondues, l' incitation des régions et collectivités territoriales à engager rapidement les budgets dédiés aux activités culturelles et créatives de l'année 2020, l' accompagnement des porteurs de projets pour la reprogrammation des événements reportés ou annulés à cause de la crise du COVID-19 et mise en place d'un calendrier événementiel adapté aux conditions de déconfinement. A cela s'ajoute, l'accélération de la modernisation du secteur par : l'adoption des textes législatifs qui doivent voir le jour (contrat artiste, loi BMDA, extension de l'AMO aux professionnels…), l'amélioration des procès d'attribution des cartes d'artistes, le développement des plateformes digitalisées pour la diffusion des créations et productions culturelles ainsi que l'engagement d'un programme de formation professionnelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.