Bourita se rend au Mali sur Hautes instructions royales    PLF 2021: Benchaâboun défend son plan de relance    Plus de 98.000 entreprises créées en 2018    Compact II: 34 écoles équipées dans le Nord    Bilan quotidien: 1.024 nouvelles contaminations à Casa-Settat    Lutte contre le cancer: Les engagements d'El Othmani    Province de Jerada/Covid-19 : Les mesures restrictives prolongées d'une semaine    Khalid Ait Taleb : «Nous sommes encore dans la première vague»    Chama Zaz : L'étoile de l'Aita Al Jabalia s'en est allée !    Programme de soutien destiné au domaine artistique : 459 projets subventionnés    Pédocriminalité : Après le drame de Adnane à Tanger, le supplice de Naïma à Zagoura    De l'enseignement supérieur dans le monde arabe    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Fès se dote d'une nouvelle zone industrielle    Automobile: la DGI lance un nouveau téléservice    USA : séparation des pouvoirs, dites-vous ?    La FIFA et la CAF entament leurs auditions    Boujemâa Achefri médite en couleurs    Les condoléances du roi Mohammed VI à la famille de Chama Zaz    «Nous souhaitons transmettre le flambeau à des militants capables de le porter»    Le FC Séville s'intéresse à Oussama Idrissi    L'art de l'écriture et le monde de la beauté universelle    Brexit: les tractations reprennent    Angleterre: Liverpool arrête Arsenal    Coronavirus: Lions de l'Atlas    Le Raja lance un nouveau jeu-concours (VIDEO)    Rachida Dati candidate aux présidentielles de 2022    Imminent retour des Marocains bloqués à Mellilia, Sebta temporise    Une situation invivable mais l'espoir demeure    L'artiste marocaine Amina livre ses « Confidences »    Youssef Amrani réaffirme l'identité africaine du Maroc    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Arbitrage : Hicham Tiazi de retour !    Le bilan gouvernemental: en déphasage des réalités du pays!    Pétition pour la vie: son initiateur réagit au rejet d'El Othmani    Hôpital militaire marocain à Beyrouth : plus de 39.000 prestations médicales    Vives tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan    Chama Zaz: la dame de la «Taktouka Al Jabalia» n'est plus    La députée Fatima Zahra Barassat interpelle le Chef du Gouvernement    Khansa Batma : "Il a fallu puiser dans mon vécu !"    Procès à distance : Plus de 7.000 audiences tenues en cinq mois    Ahmed Tawfik Moulnakhla, DG de Guichet.com : « Au Maroc, c'est la pérennité du secteur qui est aujourd'hui en jeu »    Le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, attendu ce vendredi au Maroc    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    Togo : Victoire Tomegah Dogbé, première femme à la tête de l'exécutif    Mohammedia: un Subsaharien interpellé dans une banque    Le Maroc se distingue au Salon d'Istanbul de l'innovation avec 2 Médailles d'or et 2 Médailles d'argent    France. Les généraux se révoltent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une transaction sur 50 est frauduleuse
Publié dans Albayane le 04 - 08 - 2020


E-commerce et banque en ligne
L'année dernière, deux pour cent des transactions dans le domaine de la banque en ligne et du commerce de détail en ligne ont été effectuées par des fraudeurs. Selon l'analyse des événements identifiés par Kaspersky Fraud Prevention, 16 % des transactions étaient suspectes et ont nécessité des enquêtes approfondies. L'activité malveillante la plus souvent constatée était l'utilisation de logiciels malveillants ou d'outils d'accès à distance. Dans l'e-commerce en particulier, les fraudeurs ont souvent utilisé des outils qui exécutent automatiquement des actions programmées.
Les services financiers numériques et le e-commerce simplifient la vie des gens, leur permettant de commander des biens ou de gérer leurs finances depuis n'importe où. De plus, avec les mesures de confinement dues au coronavirus, l'importance des services en ligne s'est encore accrue. Dans la mesure ou tant de personnes comptent, et dépendent des services en ligne, le rapport Kaspersky Fraud Prevention révèle à quel point il est critique de protéger ces activités des fraudeurs.
Selon les statistiques anonymes des événements détectés par la solution anti-fraude de Kaspersky de janvier à décembre 2019, le cas de fraude le plus fréquent (63%) correspondait à des tentatives d'accès à des comptes personnels via l'utilisation de logiciels malveillants ou de logiciels de contrôle à distance légitimes. Ces outils, tels que AnyDesk, TeamViewer, AirDroid et AhMyth, sont destinés au travail à distance et au dépannage. Les cybercriminels peuvent se faire passer pour un membre de l'équipe d'assistance d'un service bancaire et demander à la victime visée d'installer les applications susmentionnées. Ils obtiennent ainsi l'accès aux appareils des victimes, ce qui leur permet de révéler le code d'accès de l'utilisateur, le mot de passe, de retirer de l'argent ou même de soumettre des demandes de prêt.
Après l'utilisation abusive d'un logiciel de contrôle à distance, Kaspersky a constaté des cas où les fraudeurs s'emparent du compte de leur victime, ou encore des incidents où les attaquants utilisent les identifiants compromis d'un utilisateur légitime pour voler de l'argent ou des primes de programmes de fidélité. Cette méthode a été utilisée dans 34 % des incidents détectés.
Cependant, la fraude ne touche pas seulement le secteur financier, mais aussi le e-commerce. En ce qui concerne fraudes détectées dans le e-commerce, 44 % des cas impliquaient la création de faux comptes. En s'inscrivant à plusieurs reprises à des programmes de fidélisation, les criminels reçoivent des points bonus de bienvenue, qu'ils vendent ensuite avec une remise. Comme la création manuelle d'un grand nombre de comptes peut être fastidieuse, les fraudeurs utilisent souvent des robots ou des outils spéciaux programmés pour effectuer automatiquement les actions requises.
« Il peut être difficile de détecter les fraudeurs, car ils utilisent souvent des outils légitimes et savent imiter le comportement des utilisateurs authentiques. Par exemple, les outils d'accès à distance ne sont pas toujours malveillants et ne seront donc pas détectés par une solution anti-virus. Il n'y a rien de mal non plus à enregistrer un nouveau compte dans un programme de fidélité, mais il est suspect lorsqu'un grand nombre d'utilisateurs proviennent d'une seule adresse IP ou ont des tracés de souris similaires. C'est pourquoi nous examinons en permanence l'évolution des systèmes frauduleux afin d'optimiser notre solution », commente Claire Hatcher, responsable du développement commercial de Kaspersky Fraud Prevention.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.