Le taux de croissance pourrait atteindre 4,8% en 2021    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Bilan bimensuel de la Covid-19 : Une hausse de 10% des cas d'infection depuis début septembre    Bourita: « Le Covid-19 a rappelé au monde la communauté de notre destin »    Entreprises: plus de 5500 radiations en 2018    La FIFA et la CAF entament leurs auditions    USA : séparation des pouvoirs, dites-vous ?    Boujemâa Achefri médite en couleurs    Lance par l'UPEM : Une initiative pour soutenir les éditeurs, auteurs et libraires    Fonds pour le cancer. La bataille n'est pas terminée    Les condoléances du roi Mohammed VI à la famille de Chama Zaz    «Nous souhaitons transmettre le flambeau à des militants capables de le porter»    Le FC Séville s'intéresse à Oussama Idrissi    L'art de l'écriture et le monde de la beauté universelle    Imminent retour des Marocains bloqués à Mellilia, Sebta temporise    Angleterre: Liverpool arrête Arsenal    Coronavirus: Lions de l'Atlas    Le Raja lance un nouveau jeu-concours (VIDEO)    Une situation invivable mais l'espoir demeure    Brexit: les tractations reprennent    Covid-19: prolongement des mesures restrictives dans cette province du Maroc    La Covid, la grève, les problèmes de connexion et le reste    Rachida Dati candidate aux présidentielles de 2022    Artisaanat : Une Start-up court-circuite les intermédiaires (vidéo)    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mardi 29 septembre    L'artiste marocaine Amina livre ses « Confidences »    Le bilan gouvernemental: en déphasage des réalités du pays!    Pétition pour la vie: son initiateur réagit au rejet d'El Othmani    Youssef Amrani réaffirme l'identité africaine du Maroc    «Transform Tomorrow Together», nouveau plan de transformation 2021-2023    2.574 contrats de travail et 2.228 déclarations à la CNSS    Hôpital militaire marocain à Beyrouth : plus de 39.000 prestations médicales    Vives tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Arbitrage : Hicham Tiazi de retour !    Chama Zaz: la dame de la «Taktouka Al Jabalia» n'est plus    La députée Fatima Zahra Barassat interpelle le Chef du Gouvernement    Secteur de l'édition et du livre : 1735 projets soutenus pour près de 9,4 millions de dirhams    Khansa Batma : "Il a fallu puiser dans mon vécu !"    Ahmed Tawfik Moulnakhla, DG de Guichet.com : « Au Maroc, c'est la pérennité du secteur qui est aujourd'hui en jeu »    Procès à distance : Plus de 7.000 audiences tenues en cinq mois    Le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, attendu ce vendredi au Maroc    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    Mohammedia: un Subsaharien interpellé dans une banque    Togo : Victoire Tomegah Dogbé, première femme à la tête de l'exécutif    Le Maroc se distingue au Salon d'Istanbul de l'innovation avec 2 Médailles d'or et 2 Médailles d'argent    France. Les généraux se révoltent    Covid-19: la pandémie franchit la barre du million de morts dans le monde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!
Publié dans Albayane le 09 - 08 - 2020


À la veille de la Journée Nationale des MRE
4e et dernière partie
Par Abdelkrim Belguendouz*
Adopter une culture des bonnes pratiques et savoir raison garder
Au total, le Maroc appartient à toutes ses citoyennes et à tous ses citoyens, y compris les chercheur(e)s marocain(e)s en migration, sans exclusive. Le refus d'impliquer institutionnellement certains d'entre eux dans la réflexion pour l'action en matière migratoire, n'a pas sa place, ne saurait être justifié d'aucune manière et ne peut être accepté, quels que soient les «arguments» invoqués, voir même «assumés» (!!!) par d'aucuns. Pour toutes les raisons développées dans cette contribution au débat public pour l'action, on ne peut que dénoncer cette pratique irrecevable et malsaine.
Rompant avec l'approche d'ouverture et d'inclusion de l'ancien ministre chargé des MRE et des Affaires de la Migration, M. Abdelkrim Benatiq, la démarche suivie au ministère délégué par la Direction de la coopération, des études et de la coordination intersectorielle , équivaut à la pratique de l'exclusion et de la mise à l'écart de certains chercheurs, dont le seul tort est de s'être investi totalement dans le domaine de la recherche en migration depuis bien des années , de le faire avec un esprit critique constructif qui n'est nullement admis par certains gestionnaires , et de pratiquer l'engagement citoyen responsable, refusant notamment la politique du mensonge et de l'imposture pratiqués par certains gestionnaires du dossier migratoire.
Le débat démocratique responsable et pluraliste doit être admis, accepté par tous les preneurs de décisions et les gestionnaires du dossier migratoire. De même, la liberté de pensée et d'expression doit être respectée, sans procéder à des mises à l'écart arbitraires et à des exclusions de chercheurs sur lesquels l'anathème est jeté . On ne doit pas pratiquer à l'égard de ces derniers un «droit de veto» relatif à la participation aux institutions publiques relatives au champ migratoire, lorsque les critères objectifs de cette implication sont réunies, comme ceci s'est réalisé lors de la création toute récente du Comité National Marocain du Réseau Académique Nord-Africain sur la Migration (NAMAN).
Même si les noms des chercheurs ont été fournis par un collègue universitaire expert en migration, missionné par l'ICMPD sur la base de contacts établis (avec certains seulement) et devenu entre temps président du conseil scientifique de ce Comité National Marocain, la responsabilité finale des noms retenus à ce comité national (et de ceux exclus ou «oubliés»), incombe au ministère délégué, chargé des MRE, qui est le chef de file du projet. Contrairement à ce qui a pu être avancé par d'aucun pour se dédouaner, ce n'est pas l'UE (comment pourrait-elle le faire ?), mais c'est le directeur de la coopération , des études et de la coordination intersectorielle , qui a désigné et mandaté un universitaire pour établir une liste de chercheurs à impliquer dans le projet qui a comme chef de file le ministère délégué chargé des MRE.
On peut penser qu'ils se sont mis pleinement d'accord sur les critères, les priorités et d'autres «considérations» pour la «sélection» des chercheurs. Le directeur de la coopération au ministère délégué l'a t-il fait de lui même dans le cadre de sa marge de manoeuvre, de ses propres critères subjectifs, ou bien sinon avec les directives de la hiérarchie (à quel niveau depuis le dernier remaniement ministériel avec les attributions et prérogatives très limitées de la ministre déléguée chargée des MRE?), du moins avec l'aval de cette même hiérarchie!? Ou bien l'a t-il fait en profitant de la période de transition au département qui connaît un sérieux problème de gouvernance, ne sachant pas qui fait quoi, qui dépend de qui, qui prend les décisions et sous quel contrôle!?
Ce département délégué a normalement la liste de tous les chercheurs en migration pour avoir organisé, durant le dernier mandat ministériel, de nombreuses rencontres de réflexion et d'échanges avec les chercheurs et pris en charge également leur participation à la semaine mondiale de Marrakech sur les migrations, sous les auspices de l'ONU du 4 au 10 décembre 2018.
Dès lors, on ne peut que protester vivement contre les agissements intolérables précités, qui constituent une très mauvaise pratique, mus par des considérations et motivations qui laissent à désirer, en prenant l'opinion publique à témoin et en attirant l'attention de la hiérarchie des responsables au niveau du ministère délégué chargé des MRE et du département dont celui-ci dépend, à savoir le ministère des affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger.
Savoir raison garder
Espérons donc que la clarté sur ces dérives soit faite dans le cadre d'une véritable reddition des comptes, que les preneurs de décision concernés sachent raison garder, rompent radicalement avec des comportements nuisibles en vigueur et qu'ils tirent les enseignements dans la perspective d'instaurer une culture de bonnes pratiques en matière de gestion du dossier migratoire, à l'heure où, dans le cadre de l'Union Africaine, le Maroc assure au plus haut niveau de l'Etat, le rôle de Leader dans le domaine migratoire et appelle les Etats africains à pratiquer une politique d'ouverture et d'inclusion.
Relevons à ce propos le paragraphe 57 de l ‘Agenda Africain sur la Migration, qui constitue un apport majeur du Royaume du Maroc à l'UA: «les stratégies nationales africaines sur la Migration doivent répondre à une approche pangouvernementale et pan-sociétale, qui associe l'ensemble du gouvernement et de la société, en impliquant non seulement la participation de tous les ministères concernés, les collectivités locales, mais également de la société civile et du secteur privé, des diaspora, des institutions nationales des droits de l'Homme, des milieux universitaires et des autres acteurs agissant dans le domaine de la migration».
Faisons en sorte qu'avec la préparation et le lancement (en cachette) de ce Comité National NAMAN , qui implique notamment des départements ministériels et des institutions nationales, cette démarche d'exclusions soit vite corrigée afin d'impliquer dans l'intérêt national et celui des migrant(es) au Maroc et de la «Jaliya», tous les départements et institutions concernés , toutes les compétences académiques du domaine existant au Maroc et parmi la communauté des citoyens marocains établis à l'étranger, sans ostracisme ni discrimination.
Par ailleurs et ceci nous paraît en tant que chercheur une condition incontournable à cette participation, le financement extérieur de la recherche, est à orienter exclusivement en réponse aux besoins nationaux du Maroc, en dehors de tout agenda sécuritaire, même si au départ, avec la première thématique «light» retenue au Maroc, celle de la diaspora et plus particulièrement des «compétences marocaines à l'étranger», ceci n'apparaît pas.
C'est à l'honneur de certains chercheurs universitaires en migration de s'être retirés du projet ou bien d'avoir refusé d'y participer dès le départ , en liaison soit avec l'ambiguïté sécuritaire du projet à l'échelle régionale, soit au même moment pour d'aucuns , en raison de l'ostracisme pratiqué à l'égard d'autres chercheurs. Encore une fois et encore, l'éloignement absolu de l'agenda sécuritaire et l'implication de TOUTES les chercheuses et TOUS les chercheurs de longue date en migration, toutes disciplines confondues (avec bien entendu la nécessaire ouverture sur les jeunes chercheurs et chercheuses), constituent pour nous des exigences fondamentales. Elles sont incontournables et ne se négocient pas.
Ce partenariat scientifique avec les institutions chargées du dossier migratoire au Maroc, réclamé par les uns et les autres depuis bien longtemps, est à assurer dès le départ sur des bases objectives et inclusives, claires, transparentes, exclusivement académiques et scientifiques et ouvertes sur l'avenir.
*(Universitaire à Rabat, chercheur en migration)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.