PLF 2021 : les cinq piliers recommandés par la CGEM    Compteur coronavirus : 2.423 nouveaux cas et 42 décès en 24H    De nouvelles mesures restrictives à Nouaceur    Abdellah El Mouadden, DG d'Africa Motors : « avec DFSK, nous sommes en train d'écrire une très belle histoire de la marque au Maroc »    Holmarcom dévoile les ambitions de sa nouvelle compagnie d'assurance    Relance industrielle : le ministère de l'Industrie prépare une banque de projets d'investissement [Documents]    Benabdellah: « La crise du Covid-19 a démontré l'exclusion d'une large catégorie de la société »    Sahara marocain: ce qu'a dit Pedro Sanchez devant l'AG de l'ONU    Vaccins anti-Covid19: des responsables chinois font une annonce    Humayun ' s Tomb, le temple de l' amour qui a inspiré le Taj Mahal    Le Liban peut ouvrir une voie nouvelle    Barça : Messi tire sur le staff technique du club catalan    A mourir d'ennui Le derby des nuls    Supercoupe d'Europe : Le Bayern reste insubmersible pour le retour du public    Le Zamalek et le Ahly forment un front commun    L'Atlético a refusé l'offre de City pour Giménez    Habib El Malki s'entretient avec Nikolaj Harris    Enquête. Les femmes journalistes victimes de violence en ligne    A l'ONU, le président du Zimbabwe demande la levée des sanctions occidentales    Manifestation à Marseille contre les mesures sanitaires    Le changement de saison n ' affecterait pas l'humeur    Haj Lamssadek jdidi entre authenticité et modernisme    Pierre Troisgros, chef visionnaire et figure d' une prestigieuse dynastie    L'écrivain Gabriel Matzneff définitivement privé d'aide publique    Les Spice Girls refont parler d' elles    Attentats contre des ambassades des Etats-Unis en Afrique : le Soudan se prépare à verser des indemnités    Côte d'Ivoire : à l'approche de la présidentielle, la crainte de troubles publics    Atlanta: hausse de 5,6% du résultat net à 213 MDH    Médicaments contre le Covid-19 : 91% des pharmaciens ont constaté des perturbations d'approvisionnement    Affaire Omar Radi : «Certaines ONG défendent sans cesse l'ouverture d'enquêtes pour viol, excepté quand les victimes sont marocaines» dit le SNPM    Coronavirus : Un vent d'optimisme souffle sur Tanger    Algérie : le régime interdit une réunion du conseil national d'un parti de l'opposition    Algérie: les médias francophones publics réclament la libération de Khaled Drareni    Inondations au Sahel : au moins 112 morts et plus de 700.000 personnes affectées    Une nouvelle vidéo de Saad Lamjarred fait le bonheur de ses fans    Céline Dion : pourquoi est-elle si maigre ?    Achat d'armes américaines : le Maroc, pays dominant de la région MENA    Paris: attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo    Liga : Jawad El Yamiq s'engage avec Real Valladolid    Derby Wydad-Raja (0-0) : Un nul sans spectacle !    Enzo Zidane au WAC: c'est pour bientôt !    Rabat: l'ambassadeur US reçu par Abdellatif Hammouchi    Maroc: emprunt obligataire d'un milliard d'euros, ce que l'on sait    Agadir: les professionnels du tourisme se retroussent les manches    Covid-19 : 807 professeurs et 413 élèves contaminés depuis le début de l'année scolaire    Le Musée Mohammed VI rend hommage à Gharbaoui    Le monde de l'écriture et les champs de la création maghnifique    Youssef Mhakkak interpelle notre conscience dans «je suis une conscience»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quid de la responsabilité des citoyens?
Publié dans Albayane le 09 - 08 - 2020


Recrudescence des nouveaux cas de covid
Ouardirhi Abdelaziz
L'épidémie du Sars-CoV-2, virus responsable de la Covid-19, que connaît le Maroc à l'instar des autres pays de la planète, enregistre pour l'heure, une recrudescence marquée des nouveaux cas qui dépassent les 1.000 par jour. Les autorités sanitaires rappellent aux citoyens que le virus circule de façon plus active et mettent en garde contre une possible aggravation de la situation, à la lumière d'indicateurs en hausse particulièrement au niveau de quatre régions du Pays, et rappellent l'intérêt des mesures de distanciation et des mesures barrières.
Plus de 1.000 nouveaux cas par jour
Face à la réalité que nous vivons au jour le jour concernant l'épidémie de coronavirus (covid 19 ), face aux nombreux changements intervenus qui touchent notre mode de vie, nos lieux de travail, nos déplacements, nos liens familiaux, on ne peut s'empêcher de réfléchir, d'analyser ce qui se passe dans notre pays qui enregistre une augmentation importante des nouveaux cas de patients atteints de la Covid-19 .
Il y a une recrudescence de la circulation du virus particulièrement au niveau de quatre régions (TangerTétouan – Al Houceima, CasablancaSettat, MarrakechSafi, Meknès – Fès…). Les statistiques journalières présentées par le département de la santé lors des points de presse se passent de tout commentaire, puisque la barre des 1.000 nouveaux cas par jour est dépassée.
Ignorance, inconscience et arrogance
Depuis le début de cette crise sanitaire, le Maroc a su gérer la situation. Nous avons anticipé, des décisions pertinentes ont été prises et mises en application sur le terrain. Ce qui nous a permis d'éviter les drames vécus par d'autres pays.
Le confinement a été très salutaire, les autorités ont assuré et assumé pleinement leurs rôles sans concession concernant les gestes barrières…
Avec le deconfinement, nous avons tous constaté un relâchement.
Ce qui devait arriver, arriva. Des clusters, des cas de covid-19 qui se comptent par centaines, par milliers. L'ignorance, l'irresponsabilité, l'inconscience de certaines et certains ont permis au virus d'étendre son emprise, de s'alimenter et de se gaver de cette inconscience dont font preuve les jeunes, qui ne veulent pas se plier aux consignes des autorités et qui par ce comportement font preuve d'arrogance et d'une attitude désinvolte. Ils refusent de prendre au sérieux une telle épidémie.
Prise de conscience collective
Ce qui inquiète énormément, c'est de voir ces jeunes agir avec une insouciance inouïe, de se croire invulnérables, de se sentir plus fort que tout le monde. Plus pire encore, c'est de les entendre dire que ce virus, que cette épidémie n'est pas plus méchante qu'une simple grippe et que dans très peu de temps, nous allons nous en sortir sans avoir à faire d'efforts particuliers. Alors là, franchement, on découvre qu'il y a un vide en termes de pédagogie concernant l'épidémie.
Personnellement, je suis sidéré quand je vois dans la rue, que de très nombreux citoyens circulent sans le masque. On ne doit nullement s'étonner face aux nombreux cas qui sont enregistrés chaque jour.
Quand je regarde le nombre de cas en Suisse, qui restent limités entre 50 et 70 cas, avec 1 décès par jour, je comprends où se trouve la différence.
Des citoyens conscients, responsables, éduqués, soucieux de la sécurité et du bien-être des autres. Chez nous, il y a malheureusement des comportements contraires où se mêlent l'incivisme, l'irresponsabilité, l'inconscience, l'irrespect, et dans un tel contexte où nous sommes confrontés a l'épidémie de coronavirus, c'est le pire qui puisse arriver.
Notre avenir est entre nos mains
C'est encore plus vrai quand des malades hospitalisés , qui ont bénéficié d'une prise en charge totale gratuite , ( tests – médicaments – hébergement – alimentation ...) , une fois parfaitement guéris et au moment de quitter l'hôpital procèdent au vol crapuleux de draps , couvertures , couvres lits , oreilles , robinets, ampoules, et le matériel médical.
Que peut-on ressentir face à cette réalité?
Une réalité choquante et très pénalisante, inacceptable. Mais ça démontre bien où nous en sommes. Il y a du travail en profondeur à faire. Oui , c'est certains que tout n'est pas parfait, que certaines réactions et agissements témoignent de frustrations longtemps en hibernation et qui soudainement éclatent.
Mais, c'est là, un débat que certains veulent mettre au devant de la scène.
Ce qui est légitime, nous devons bien entendu conserver notre esprit critique, notre capacité de débat, comme cela a toujours été le cas.
Mais en toute objectivité, un tel débat nécessite une période plus propice.
Pour le moment, il n'y a aucune discussion à avoir, nous sommes dans une période où nous devons fonctionner de manière unitaire, car pour lutter efficacement contre ce virus, pour vaincre ou atténuer cette épidémie, nous n'avons d'autres choix que de nous unir, d'agir ensemble. Tous les espoirs et la victoire sont en grande partie entre les mains des citoyens.
Nous ne devons rien faire qui fasse perdre du temps ou qui complique la vie, qui entrave l'action de ceux qui luttent contre ce fléau.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.