Maroc/Maroc: Temps stable et clair ce mardi 11 mai    Tensions à Jérusalem: Washington appelle à la « désescalade »    Fès ne connaîtra pas des restrictions exceptionnelles de déplacement (autorités)    Le Maroc reçoit deux millions doses supplémentaires de vaccin de la Chine    Journée Internationale de l'Arganier : le Maroc et l'ONU célèbrent ce patrimoine immatériel(Reportage)    El Othmani a-t-il vraiment menacé de démissionner du gouvernement?    Manifestations à Rabat et Casablanca en solidarité avec la Palestine    Covid: le variant B.1.617 découvert en Inde classé comme "préoccupant" par l'OMS    Nasser Bourita s'est entretenu avec son homologue burundais    Italie: pas de Serie A pour la Juve si elle reste dans la Super Ligue    Mutandis SCA: Châabi Capital Investissement réduit ses parts (AMMC)    CAF : Le Tirage au sort des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des Nations Féminine "Total, Maroc 2022"    Aid Al Fitr : l'attestation de vaccination ou un PCR sont nécessaires pour aller à Fès    Vaccination : réception de 2 millions de doses supplémentaires du vaccin Sinopharm    La croissance du PIB réel au Maroc prévue à 4,8% en 2021    Le PSG s'éloigne du titre    Manchester United fait attendre City en gagnant à Aston Villa    Le Maroc dénonce les violences israéliennes à Al-Qods    De nouvelles dispositions ravivent les espoirs des « petits » partis    Le Maroc réélu au comité exécutif    Campagne de solidarité en faveur des artistes    Bras de fer entre les professionnels du cinéma et le CCM !    L'Opinion: Délais de paiement, la croix des TPE    Botola Pro: la phase aller en chiffres    La Fondation Mohammed VI insiste sur la sauvegarde et le développement de l'arganier    L'association Arts et Cultures se mobilise en faveur de l'inclusion sociale et du développement humain    Arts plastiques: Ces maîtres «singuliers»    Artisanat : le Maroc triple ses exportations vers l'Australie    Akhannouch à El Mundo : Le Maroc a besoin de positions qui rétablissent la confiance dans les relations avec Madrid    Les marches du Hirak doivent être «déclarées»... «L'Algérie Nouvelle s'installe dans la dictature», selon la LADDH    Sahara : la RDC réaffirme le caractère sérieux et crédible de l'Initiative marocaine d'autonomie    Patrick Buisson, ancien conseiller politique de Nicolas Sarkozy : «J'ai tendance à considérer que les musulmans sont des êtres supérieurs»    Liga / Zidane : « On va se battre jusqu'au bout ! »    Le Maroc lance un programme de bourses d'excellence destinés aux étudiants de pays subsahariens    Nouvelle tribune de militaires : le monde de la défense en France n'en peut plus du délitement du pays    Les raisons de la brouille entre le Maroc et l'Allemagne    Hakimi au sommet de la Botte    Maroc/Campagne céréalière: Des mesures incitatives à la commercialisation de la production nationale    Mohamed Laroussi: «méditations et médisances»    Mosquée Al-Aqsa: des dizaines de Palestiniens blessés dans des attaques de l'armée d'occupation    L'ORSEM et AtlantaSanad Assurance publient un guide RSE sur les conditions du travail au Maroc    Croissance, finances publiques, marché des taux…CDG Capital expose ses prévisions pour 2021 et 2022    Abdelmadjid Tebboune ordonne la résiliation des contrats noués avec les sociétés marocaines    Canada : le Maroc contourne l'embargo pour équiper ses drones turcs    Géostratégie : Le renforcement régional du Maroc vu d'Espagne    Interview avec Abderrahmane Chabib : «les institutions nationales manquent de Public-Diplomacy»    Zlatan Ibrahimovic blessé à 5 semaines de l'Euro    Marrakech : La société civile mobilisée pour préserver le cachet de la Place de Jemaa El Fna (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rehausser la restauration!
Publié dans Albayane le 11 - 08 - 2020

Encore amoindris par la pandémie qui continue à sévir de plus belle, dans le pays, les propriétaires de restaurants et de cafés sont priés de verser les taxes de débit de boisson aux communes pour le compte de la deuxième tranche de 2020.
Cette décision a suscité une grogne sèche au sein de cette frange de commerçants qui ne parviennent encore à se remettre de la crise virale, paralysant les activités durant plus de trois mois d'affilée. Face à ce pourparler enflammé, le ministère de l'Intérieur a jugé bon d'y mettre un terme, en transmettant une note aux Walis et Gouverneurs, leur signifiant de faire permettre l'exonération de taxes par les maires, à ce propos, y compris celle du débit de boisson. Néanmoins, les professionnels sont tenus de se faire argumenter par les documents requis auprès des services de fiscalité.
On ne cesse de convenir qu'Agadir est incontestablement l'un des fleurons du tourisme national. Une vérité qui se confirme par la floraison des complexes hôteliers dont regorge cette station balnéaire. Très tôt, on s'est résolument lancé dans l'implantation de géants buildings sur d'immenses superficies, à perte de vue.
C'est une approche judicieuse que de multiplier des structures d'accueil de haut standing aussi vastes que luxueuses et variées. Toutes sortes de techniques de novation touristique et hôtelière les plus avancées sont prévues dans cet effort déployé par l'ensemble des intervenants du secteur : Etat, investisseurs nationaux et étrangers, opérateurs, professionnels, collectivités, Tours opérators...
C'est une bonne chose si l'on sait que le plus gros handicap du véritable décollage de volet économique névralgique demeure, sans doute, cette éclosion à ce niveau, avec tout ce que cela exige de métier. Ceci dit, on déplorera que la restauration n'ait pas joui de suffisamment d'intérêt pour aller de pair avec l'hôtellerie.
On ne fait que dévaloriser la place de choix qu'occupe l'art culinaire spécifique, par la mainmise hôtelière d'une part et la kyrielle de taxe qui s'abat sur le secteur d'une manière abusive et étouffante, d'autre part. Comment cela?
Eh bien ! On continue à favoriser impunément la pension complète dans les hôtels. Résultat, le touriste reste «assiégé» nourri et logé jusqu'à son retour. Il n'aura pas dégusté les délices, préparés par les spécialistes qui n'ont qu'un seul et unique souci, celui de servir des plats amoureusement présentés, avec le cérémonial et la convivialité qui s'imposent, loin de «l'embrouillement» de l'hôtel.
On s'entête à tourner le dos à une filière touristique si importante et vitale, celle de la restauration qui prend de l'entrain, grâce à l'émergence des experts en la matière, au niveau de la gastronomie. Effectivement, avec l'élan de l'hôtellerie, un investissement considérable s'est, en parallèle tourné vers le montage et la conception d'infrastructures de la restauration.
C'est un effort non négligeable qui a nécessité d'énormes sacrifices financiers, en particulier, au centre ville, mais à quelques mètres de la chaîne hôtelière, pied dans l'eau.
Cependant, bien des points d'interrogations sur l'avenir de la restauration. Les restaurateurs se plaignent du registre qui leur est assigné dans la vision globale du tourisme. Il y a de quoi, car c'est aberrant que de monter des chefs-d'œuvre en matière de restauration, avec cœur et savoir-faire et de se confronter à une compétitivité injuste et déloyale. Un hôtel, c'est surtout l'hébergement.
Un restaurant, c'est surtout le menu, à chacun son boulot, les chèvres seront bien gardées. Surtout qu'Agadir est entrée par la grande porte de l'émulation internationale au niveau du tourisme sous ses diverses formes. Place alors à la spécification sectorielle et à la mise à niveau de plus en plus impérative.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.