«Save the children» : Le t-shirt ange-gardien des enfants contre les violeurs (vidéo)    Article 1067789    SCR: Deux nouveaux administrateurs désignés    L'EMSI primée à Istanbul    Lutte contre le cancer: Les engagements d'El Othmani    Marocains bloqués à Mellilia: reprise de l'opération de rapatriement    Province de Jerada/Covid-19 : Les mesures restrictives prolongées d'une semaine    Khalid Ait Taleb : «Nous sommes encore dans la première vague»    Chama Zaz : L'étoile de l'Aita Al Jabalia s'en est allée !    Programme de soutien destiné au domaine artistique : 459 projets subventionnés    Pédocriminalité : Après le drame de Adnane à Tanger, le supplice de Naïma à Zagoura    OCP : La solidité financière au rendez-vous    TPME, ces chiffres qui font peur !    Laâyoune : enquête judiciaire suite aux divagations de certains séparatistes    Bilan bimensuel de la Covid-19 : Une hausse de 10% des cas d'infection depuis début septembre    De l'enseignement supérieur dans le monde arabe    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Mali: Le président de transition Bah N'daw remercie le Roi Mohammed VI en recevant Nasser Bourita    Automobile: la DGI lance un nouveau téléservice    La FIFA et la CAF entament leurs auditions    USA : séparation des pouvoirs, dites-vous ?    Boujemâa Achefri médite en couleurs    Les condoléances du roi Mohammed VI à la famille de Chama Zaz    Le FC Séville s'intéresse à Oussama Idrissi    L'art de l'écriture et le monde de la beauté universelle    Le Raja lance un nouveau jeu-concours (VIDEO)    Imminent retour des Marocains bloqués à Mellilia, Sebta temporise    Brexit: les tractations reprennent    Rachida Dati candidate aux présidentielles de 2022    Angleterre: Liverpool arrête Arsenal    Coronavirus: Lions de l'Atlas    L'artiste marocaine Amina livre ses « Confidences »    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Arbitrage : Hicham Tiazi de retour !    Pétition pour la vie: son initiateur réagit au rejet d'El Othmani    Youssef Amrani réaffirme l'identité africaine du Maroc    Hôpital militaire marocain à Beyrouth : plus de 39.000 prestations médicales    Vives tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan    Le bilan gouvernemental: en déphasage des réalités du pays!    Chama Zaz: la dame de la «Taktouka Al Jabalia» n'est plus    La députée Fatima Zahra Barassat interpelle le Chef du Gouvernement    Khansa Batma : "Il a fallu puiser dans mon vécu !"    Ahmed Tawfik Moulnakhla, DG de Guichet.com : « Au Maroc, c'est la pérennité du secteur qui est aujourd'hui en jeu »    Procès à distance : Plus de 7.000 audiences tenues en cinq mois    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    Togo : Victoire Tomegah Dogbé, première femme à la tête de l'exécutif    Mohammedia: un Subsaharien interpellé dans une banque    France. Les généraux se révoltent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc a rude épreuve!
Publié dans Albayane le 13 - 08 - 2020

Notre pays traverse une épreuve assez délicate, en ces moments de pandémie. Le dilemme auquel il fait face, relatif au maintien du principe de la priorité à la vie des citoyens, d'une part et la remise en train de son économie accusant le coup d'autre part, demeure, en fait, sa préoccupation majeure.
Cet effroyable imbroglio est d'autant plus astreignant qu'il met en branle toute une panoplie de mesures palliatives pour esquiver les ornières. La montée en flèche des cas de contamination et l'escalade déplorable des taux de létalité, prêtent à panique dans les ménages marocains. Or, le plan d'allégement décrété par les pouvoirs publics, en cette période estivale, paraît irréversible compte tenu de la ruade des populations vers les plages et les forêts.
Il serait présomptueux de les exhorter à se reconfiner, alors qu'ils prennent goût à la «vie libre», après une bien longue «incarcération» à domicile. La novation d'autres moyens d'endiguement virale semble, de plus en plus, conseillée, de peur de brusquer les foules déchaînées.
Il importe de rappeler, dans ce sens, la feuille de route déclinée par le Roi, lors du discours du trône. Une déclinaison sans appel qui met en trombe toute une armure de mécanismes d'aplomb et de refonte en termes de santé et de relance simultanées.
Dans un souci de contenir l'épidémie, il est question de reproduire les tests de dépistage à grande échelle, d'autoriser des laboratoires spécialisés à en effectuer et permettre les soins chez soi. D'autre part, en vue de réformer et performer les établissements étatiques, il se sera agi de mettre en place une formule juridique d'abandon de certains offices publics dont l'apport s'avère vétuste et inapproprié.
L'adoption de la démarche fut récemment annoncée par l'argentier du royaume, au sein de la commission d'économie de la chambre des députés, au cours de la présentation du projet de loi afférent au plan Royal. Histoire de rationaliser et de réguler ces entreprises défaillantes, de nature à impulser la machine économique de la nation!
Cette mission sera confiée, suivant le vœu du monarque, à l'agence nationale dont la prérogative s'étendra à la mise à niveau de la stratégie des participations de l'Etat.
A cet égard, il conviendra de rapporter le constat interpellant du Haut Commissariat au Plan (HCP), selon lequel, un peu moins de 600 000 emplois relèvent désormais de l'inexistant, pendant le second trimestre de l'année en cours. Ceci étant, il faut bien dire que la recrudescence de l'épidémie ne concerne pas exclusivement notre pays, mais aussi nombre de contrées du monde. L'appel à la vigilance et surtout au calme, sans aucun signe d'affolement, est donc de mise, sachant que les effets aggravants de l'endémie de cette transition de l'été, marquée de forte affluence, ne paraîtront qu'au début de la période automnale.
En attendant, il va sans dire que les foyers marocains, visiblement assommés par les affres du cantonnement à la maison, se ruent dans les structures hôtelières les plus onéreuses. Exemple de la capitale du Souss où les quatre hôtels luxueux de la station balnéaire sont à 85% de taux de remplissage. Décidément, l'argent circule bien hors du circuit bancaire, comme disait Abdeltif Jouahri, Wali du Bank Al Maghrib (BAM): «L'argent des Marocains est chez eux!».
Plusieurs secteurs d'économie reprennent prudemment mais sûrement, ce qui augure d'une relance résolue, en dépit de la conjoncture virale croissante. Tel que donnant la preuve d'entité forte et aguerrie, l'Etat marocain s'en sortira, car il a toujours tenu sa force exceptionnelle de sa monarchie visionnaire et pondérée, de ses composantes dévouées et agissantes et de sa stabilité séculaire exemplaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.