Loi de finances rectificative: séance commune du Parlement ce mercredi    Adoption en Conseil de gouvernement du projet de loi de finances rectificative    Vacances d'été: les horaires à éviter sur les autoroutes du Maroc    La mosquée Hassan II cherche un exploitant pour ses hammams    Stress test: Les banques marocaines toujours résilientes    4 terroristes présumés arrêtés à Nador    Covid-19: Inquiétude chez les élus américains    Covid19: 186 nouveaux cas ce mardi à 10h00    Plus de 45.000 MRE regagnent leur pays de résidence    Abderrahmane El Youssoufi raconté par son compagnon de route    Le monde arabe en 2033 [Analyse]    Si Abderrahmane et Marie-Hélène El Youssoufi ont fêté avec le TAS un sacre attendu depuis 80 ans    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : Une vie et un destin hors du commun    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : Les principaux chantiers et réformes économiques à l'actif du gouvernement El Youssoufi    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : La culture, une source d'intérêt majeure pour El Youssoufi    Renard: «j'ai conseillé à Achraf d'accepter le transfert à l'Inter»    Futsal: Hicham Dguig prolonge jusqu'en 2024    Tensions sino-américaines en mer de Chine    Hausse du SMIG : Voici ce que vous devez savoir    Les villes-hôtes candidates se mettent au travail    Biennale de Danse en Afrique du 22 au 27 mars 2021    51e FNAP: la ville ocre vibre aux rythmes des arts Populaires    Maroc/Covid-19: les fonctionnaires de trois prisons reconfinés    BDS – Défendre une cause c'est bien, respecter les avis des autres c'est mieux    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : Le père fondateur de la presse ittihadie    Milouda: Une leçon de vie écrite aux couleurs de l'espoir    La Fondation du Forum d'Assilah annonce son programme d'activités culturelles et artistiques d'été    Le président brésilien annonce sa contamination au Covid-19    Le prince Moulay El Hassan décroche son bac    Le Wydad entame sa préparation collective à Agadir    Les mosquées ouvriront leurs portes    La Chambre des conseillers: adoption en commission d'un projet de loi édictant des mesures spécifiques à l'état d'urgence sanitaire    Coronavirus : quel impact sur les congés    Officiel: la date de réouverture des mosquées au Maroc    Qui est Driss Isbayene, le nouvel ambassadeur du Maroc au Mali ?    Le Marocain Aziz Krir remporte le titre    Côte d'Ivoire : Drogba brigue le poste de président de la FIF    Hamza Mehimdate, un photographe émotionnel    Les températures resteront élevées pendant plusieurs jours : La canicule s'installe !    Mauritanie : l'ex-président convoqué devant une commission d'enquête    L'Égypte, la France, l'Allemagne et la Jordanie avertissent Israël contre ses projets d'expansion    CGEM/PPS : rencontre autour du développement économique et social    COVID-19. Pour qui roule l'OMS?    Immigration clandestine: baisse des arrivées sur les côtes espagnoles    Les États-Unis n'accorderont pas de visas aux étudiants étrangers si les cours sont en ligne    Adil Bouaouad en quête de « rédemption »    « Derb Mila » à Casablanca embelli par des fresques murales    1.107 cas de triche au bac détectés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Déconfiner dans la démocratie!
Publié dans Albayane le 29 - 05 - 2020

Ces derniers temps, le bilan de la situation pandémique du pays semble s'assagir d'un rythme ascendant. Le taux de rémission est en tendance haussière, alors que celui des décès et des atteints est en net penchant baissier.
Faut-il jubiler, à la lumière de cette embellie? Absolument pas! La vigilance et la prudence sont constamment de mise car des batailles ont été, certes, gagnées haut la main, mais pas la guerre contre un vilain virus.
Maintenant, l'heure est surtout à la seconde épreuve qui se montre beaucoup plus coriace, celle de la crise économique à laquelle il va falloir faire face sur tous les fronts. Un combat qui s'étendra, sans doute, sur plusieurs mois voire des années pour voir se redresser les segments de l'économie en étroite relation avec les retombées sociales en forte dégradation.
Pendant la période du confinement qui n'a pas encore totalement faussé compagnie, le Maroc a fait montre de solidarité et de volontarisme pour endiguer le mal. Il s'en est sorti sans trop de dégâts, compte tenu des gros dommages constatés ailleurs.
En fait, c'était toute la société, à travers ses diverses composantes, qui s'était démenée pour sortir du guêpier. En dépit des ratages et des lacunes qui ont émaillé cette ruade collective contre l'épidémie, on s'est gardé de perturber le processus d'état d'urgence, par des critiques ou encore des reproches.
Tout le monde s'était focalisé sur le bien- fondé des opérations mises en œuvre, sans verser dans le jeu des trouble-fêtes. Dans ce sens, on aura apprécié la dynamique qui accompagnait tout ce parcours, qui ornait toute la population marocaine de valeurs et de vertus. Une épopée confirmant la nation d'exception!
Cependant, si cette première phase est en train de s'achever sur une bonne note, tout est à redouter quant à la seconde étape, de par son âpreté acariâtre. Tout d'abord, il va sans dire que seul le comité de veille auquel on a «légué» toutes les missions, ne peut à lui seul, conduire la barque économique et sociale à bon port.
Ce n'est plus son seul et exclusif apanage, mais de toutes les forces vives de la nation, y compris l'élite politique, jusqu'ici marginalisée et ignorée pour des raisons insensées. L'inclusion du débat politique national et non carrément technocrate de la production décisionnelle, s'avère fondamentale dans cette optique de relance économique, axée sur les visées et les orientations à tracer.
De même, cette esquisse n'est plus, du ressort de l'exécutif qui a déjà fait preuve d'incohérence et d'invalidité de ses constituantes, à l'image de son chef de file dont les limites dans ce sens, ne sont plus un secret pour personne.
Il est donc grand temps de continuer cet élan populaire par des options politiques qui n'admettent d'erreurs d'amateurismes politiques. La situation sociale des citoyens, en particulier les larges franges démunies auxquelles on avait exigé un confinement de haute austérité, est actuellement au bas du gouffre, fort accablées par la privation totale.
De surcroît, l'état économique des différents réseaux de production et de service, est cruellement effondré…C'est dire combien notre pays a besoin, en ce moment crucial, de sérieux plan de relance dans les compartiments des unités de l'économie nationale dont certains indices ont été déjà révélées lors de la première phase de confinement. Toute la panoplie de redressement devra être tributaire, d'une manière indissociable, du piédestal démocratique dont la légitimité émane des assises constitutionnelles.
Tout dérapage qui empiète sur les institutions actuelles ne serait qu'une atteinte à ces dispositions de principe!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.