GlobalCapital Bonds Awards : Le Maroc se distingue    Royal Air Maroc ouvre la ligne Dakhla-Paris    L'«Algérie nouvelle», une illusion d'optique à l'issue des législatives    Aïd al-Adha: 5,8 millions de têtes identifiés    Un 1er studio pour la production de contenus pédagogiques numériques voit le jour à Settat    L'ONMT fait le show à Marrakech    Maroc-Espagne : l'opposition creuse la tombe du gouvernement Sanchez    Hélène Le Gal : "L'ouverture d'un consulat au Sahara est liée au nombre de Français qui y vivent"    Inauguration en grande pompe du DS Store Massira Al khadra (VIDEO)    Développement durable, le Maroc trace sa voie    Finlande : le Maroc, tête de pont de la nouvelle stratégie africaine    15 aéroports marocains labellisés «Airport Health Accreditation»    Une consécration de l'épopée de la lutte nationale    Matteo Salvini : Le Maroc, pays le plus stable de toute la région méditerranéenne et nord-africaine    Jeune Afrique : « Paris dénonce la «captation de pouvoir» de Moscou en Centrafrique »    Nigeria : l'explosion d'un camion-citerne fait cinq morts et 13 blessés    Frontex déployée non loin des côtes marocaines ?    Ligue des Champions : Le WAC évoluera devant 5000 supporters    Premier contrat pro avec le PSG pour Kaïs Najeh    Football : La CAN aura bel et bien lieu au Cameroun en janvier 2022    Championnats du monde de bridge : Le Maroc qualifié    FOUZI LEKJAÂ ELU AU CONSEIL DE L'UAFA    Un malaise entre des Lions de l'Atlas et Halilhodzic ? Fort probable    Sonarges : le site, l'application mobile… un vent de renouveau souffle    Chelsea a trouvé un remplaçant pour Hakim Ziyech    HCR : Un nombre record de personnes déplacées de force en 2020    Avec l'arrivée des MRE, les hôtels baissent leurs prix    Evolution du coronavirus au Maroc : 481 nouveaux cas, 525.924 au total, vendredi 18 juin 2021 à 16 heures    Ressources humaines dans la santé : Le Maroc peut-il gagner la bataille ? [Dossier]    Dakhla: arrivée du premier vol direct en provenance de Paris    Vaccins: Israël va transférer aux Palestiniens un million de doses avant péremption    Santé privée : Akdital pose pied à El Jadida    Chambre des conseillers : séance plénière consacrée aux MRE le 22 juin    [Interview avec Nabil Ayouch] «Haut et fort», de Casablanca à Cannes    Rabat : La joie au coeur de l'exposition « Joy »    Bientôt un prix national des meilleures publications dans les encyclopédies digitales    «Le Feu qui forge» : Une exposition collective à L'Atelier 21    Six projets de loi d'aspect socio-économique adoptés    USA: Un mort et 12 blessés dans une série de fusillades en Arizona    Pollution: 86,3% des déchets marins au niveau national sont en plastique    La Douane met en service une nouvelle version de la plateforme digitale [email protected]    « Le cinéma arabe : Expériences, visions, enjeux », nouvel ouvrage de Mohamed Chouika    Concours national de langue russe    Marhaba 2021 : arrivée du premier navire au port Tanger Med [Vidéos]    Le réalisateur de télévision Chakib Benomar n'est plus    Tifinagh...et le football    Le Maroc, premier pays arabe et africain à devenir «Membre Associé»    Après Biden-Poutine, Moscou salue le « bon sens » américain sur le dialogue stratégique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La défaillance communale!
Publié dans Albayane le 26 - 08 - 2020

Décidément, la gestion des communes territoriales dans le grand Agadir paraît mordre de la poussière, avec cette série de dysfonctionnements qui alertent les inspections des instances publiques en charge de cette mission.
En fait, après la sentence fracassante de la localité d'Aït Melloul, sise à la province d'Inezgane Aït Melloul ayant mis à l'écart le président de la commune et pas moins de trois de ses adjoints, la commune d'Agadir vient de se faire ébranler par l'interpellation du département de tutelle pour, croît-on savoir des «anomalies procédurales» datant du début du mandat en cours. Le présent dossier concerne le maire de la commune, cinq vices-président et trois employés, mis en cause.
On parle aussi d'une troisième affaire qui pointe déjà à l'horizon, relative à l'«implication» du secrétaire du conseil de la commune d'Aït Melloul et chef de la commission de soutien des associations, dans une infraction inhérente au conflit d'intérêt. La traînée de poudre qui se propage sur l'étendue du grand Agadir, ne fait que semer un discrédit de gouvernance, au moment où il est question de solidifier les structures institutionnelles pour une gestion crédible et édifiante.
A cet effet, on s'attendra à d'autres surprises, selon certaines sources qui mettent en doute la justesse de nombre d'instances d'élus en ces moments d'appréhension virale. Sans avoir guère le sentiment de remuer le fer dans la plaie, encore moins d'agir dans l'interférence avec les institutions de contrôle, cette vague recrudescente de l'irrégularité de gestion communale, reste problématique à plusieurs titres.
De prime abord, elle remet en cause le choix des candidats au niveau des partis politique et l'insistance sur leurs vertus de moralité pudique envers les citoyens. Dans les exemples présentés ci-dessus, on se retrouvera pantois en face à cette inconséquence entre le propos et l'acte de la formation politique dont émanent les membres en mal d'intégrité morale. Ensuite, tout en louant la fermeté des Autorités locales et judiciaires de faire preuve loyauté, on s'interrogera sur la capacité compétente de transcender les astreintes administrative et budgétaire qui s'érigent en réelles entraves devant les actions de membres inexpérimentés et, dans bien des cas, «convoités» par les appétits des deniers publics.
Enfin, à voir cette multitude de défections qui prolifère dans nos communes en termes de gouvernance, on redoutera plutôt les retombées néfastes sur l'attitude des populations indignées face à cette nuée de défaillances, mais également incitées à produire la certitude de désaffection, de non confection et d'hostilité à l'égard du rôle de l'élu dans le développement local et régional. Par ce spécimen d'élu que les majorités écrasantes procrée sur le tas, sans opposition agissante, on se la coule douce et verse dans la facilité menant, à coup sûr, au dérapage.
Les réactions coercitives des instances de l'Etat sont certes, là pour réprimander le contrevenant aux règles et procédures de l'action communale. Mais, il faut dire que la thérapie réside dans les racines, à avoir les partis politiques qui se doivent de mandater des candidats probes et civiques!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.