Les indicateurs hebdomadaires de BAM en 4 points clés    La prestation de Bounou , En-Nesyri contre la Real Sociedad    Le Bayern répond à Hansi Flick    Covid-19 : personnes porteuses de maladies chroniques, comment se faire vacciner    Santé : le Maroc va ouvrir ses portes aux médecins étrangers    Revalorisation : La grogne monte chez les agents de la protection civile en Algérie    Maroc : Réunion ce mardi 20 avril du Conseil de gouvernement    Arrivée à Beyrouth du 2ème lot des aides alimentaires marocaines au Liban    Nucléaire iranien : Des avancées malgré la difficulté des négociations    Saisie de 2,5 tonnes de chira, interpellation d'un individu pour trafic international de drogue    Sarah & Ismael: quand la passion guide!    Colombie : au moins 14 rebelles et un militaire tués lors de combats    Le profond malaise qui demeure entre la France et l'Algérie s'exaspère    The Legal 500 consacre plusieurs bureaux d'avocats marocains    Ramadan: Une véritable aubaine pour l'activité commerciale à Souk « Tlat » d'Al Hoceima    Vaccination: Le FMI salue les efforts du Maroc    AFC Ligue des Champions :Le but de Hamdallah contre Al Sadd    Dématérialisation: le BAD électronique, un progrès pour le fret aérien    AMIC : Les levées de fonds pourraient atteindre 2,9 MMDH en 2021    Industrie pharmaceutique : bientôt un institut dédié à la formation professionnelle    Tous les ingrédients sont là pour mener à bien le chantier de généralisation de la protection sociale (Economiste)    Humeur : Ambiance à la foi menaçante    Finale de la Coupe du Roi : Le Real félicite le Barça après son 31ème sacre    OCS-RCOZ (2-1) : Les Messfiouis maîtres chez eux !    Botola Pro D1 « Inwi » (12è journée): Classement    Casablanca: le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Culture : Le Programme des éliminatoires de la 2è édition de la Ligue Nationale d'Improvisation Théâtrale Nojoum    Maroc: L'indice de production des industries manufacturières en baisse de 6,3% en 2020    Maroc/Météo : Temps stable à passagèrement nuageux ce dimanche 18 avril    Hakim Ziyech : "Encore beaucoup à faire, mais je vais dans la bonne direction"    DHJ : Le comité directeur reste confiant et prône le maintien de la stabilité !    Tunisie : Durcissement des mesures sanitaires après la flambée des contaminations    Covid-19 : Le Canada recevra 8 millions de vaccins Pfizer supplémentaires mais moins de Moderna    Arrestation de cinq manifestants à Alger lors du 113e vendredi du Hirak    Au menu du Conseil de gouvernement prévu mardi prochain    La famille royale britannique rend un ultime hommage au prince Philip, époux de la reine Elizabeth II    Un énième préparatif pour le sommet Rabat-Madrid    Maroc: Secousse tellurique de 4,3 degrés dans la province de Driouch    Souad Jamaï "Le Serment du dernier messager" : Un conte du futur pour comprendre le présent    Culture : Lahcen Zinoun signe à Casablanca son autobiographie "Le rêve interdit"    Rencontre: Exploratrice, conteuse...    Ramadan: Driss Roukh critiqué à cause de Mouna Fettou et Dounia Boutazout (PHOTO)    Don Royal: Arrivée à Beyrouth du premier lot des aides alimentaires pour le Liban    Arrivée à Beyrouth du premier lot des aides alimentaires destinées aux forces armées et au peuple libanais    Affaire Omar Radi : les autorités marocaines déplorent que des ONG tentent d'influencer le cours de la justice    PDES, ONG Suisse : La généralisation de la protection sociale, une consécration de la dimension du développement humain    Indianapolis: l'auteur de la fusillade identifié    Les radios historiques de Fès et Tanger désormais en 24/24    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pologne: Où en est «Solidarnosc», 40 ans après sa création?
Publié dans Albayane le 02 - 09 - 2020

Si ce 31 Août 2020 marque le 40è anniversaire de la naissance du syndicat «Solidarnosc», à l'instigation d'un certain Lech Walesa, ouvrier électricien dans les chantiers navals de Gdansk, derrière lequel les polonais s'étaient rangés pour «vaincre le communisme», qu'en est-il aujourd'hui de celui-ci alors que le pays semble profondément divisé et que de grandes inquiétudes planent sur l'état de sa démocratie?
Pour l'Histoire, le 14 Août 1980, après deux mois d'agitation sociale en Pologne, 17.000 ouvriers des chantiers navals de Gdansk s'étaient mis en grève pour réclamer la réintégration d'Anna Walentynowicz, une ouvrière qui avait été licenciée.
Deux semaines plus tard, le 31 Août 1980, le monde entier découvrira le visage de cet électricien moustachu de 36 ans, charismatique, répondant au nom de Lech Walesa, au moment où il signera, à l'aide d'un stylo à l'effigie du pape Jean-Paul II, un accord historique avec le régime communiste alors au pouvoir en Pologne. Cette image, qui avait très rapidement fait le tour du monde, fut une grande victoire pour les travailleurs polonais et un coup très dur porté au régime en place.
Mais rien ne va plus une année et demie plus tard lorsque la loi martiale, décrétée par le général Jaruzelski, eut pour effet d'interdire le syndicat «Solidarnosc» alors à son apogée puisqu'il comptait quelque 10 millions d'adhérents et d'emprisonner son leader qui ne pourra pas se déplacer jusqu'à Oslo pour récupérer, en mains propres, le prix Nobel de la Paix qui lui avait été décerné.
Ayant retrouvé sa légalité en 1989, «Solidarnosc» remportera, le 4 Juin, les premières élections «semi-libres» du pays et, le 9 Novembre de la même année, le monde entier assistera à la chute historique du «mur de Berlin» qui symbolisera la fin du communisme. Un an plus tard, Lech Walesa sera élu président de la Pologne et le restera jusqu'en 1995.
La Pologne d'aujourd'hui est membre de l'Union Européenne et de l'Otan. Son économie, en forte croissance depuis 30 ans et qui n'a été interrompue que par la pandémie du nouveau coronavirus, lui confère la sixième place dans l'UE.
Mais si sa transformation économique est un réel succès, les résultats des dernières élections présidentielles montrent une Pologne plus divisée que jamais. En effet, au terme de ce scrutin, le président conservateur Andrzej Duda n'a dépassé son concurrent libéral Rafal Trzaskowski que d'une courte tête puisqu'il a été réélu avec seulement 51% des suffrages exprimés.
Mais bien qu'étant soutenu par une partie de l'électorat polonais, le projet centralisateur des conservateurs nationalistes du parti «Droit et Justice» (PiS), au pouvoir, suscite beaucoup d'appréhensions et de craintes au sein de la frange libérale de la société polonaise car depuis sa prise de pouvoir en 2015, ce parti qui est dirigé par Jaroslaw Kaczynski, un ancien allié de Lech Walesa, devenu son pire ennemi, a appliqué une série de réformes judiciaires controversées vues, aussi bien par l'opposition polonaise que par Bruxelles, comme constituant une menace contre l'indépendance de la justice et l'Etat de droit.
Et si les détracteurs du parti «Droit et Justice» (PiS) voient dans ces réformes, le moyen de renforcer son emprise sur le pays, ses partisans y voient, au contraire, celui de combattre «la corruption et les vestiges du communisme». C'est donc parce qu'ils restent persuadés qu'après 1989, la Pologne avait été «créée» sur la base d'un compromis bancal entre les communistes et une partie des libéraux de «Solidarnosc», que les conservateurs du PiS entendent réorganiser les structures de l'Etat.
Enfin, si aujourd'hui, le syndicat «Solidarnosc» existe toujours et qu'il revendique l'héritage du mouvement de 1980, ce dernier n'est plus qu'un syndicat comme un autre puisqu'il ne compte plus que quelques 500.000 adhérents. Certains en viennent même à critiquer sa proximité avec le pouvoir. C'est le cas de Jerzy Borowczak, un des meneurs des grèves de 1980, aujourd'hui député libéral, qui en regrettant l'atmosphère d'unité qui, à l'époque, régnait en son sein, déplore le fait que, désormais, «il suffit que ce syndicat présente ses revendications pour qu'il obtienne ce qu'il veut».
Autres temps, autre réalité mais les divisions sont bien là et les deux camps politiques qui revendiquent aujourd'hui l'héritage de «Solidarnosc» ont fêté séparément son 40ème anniversaire ; les uns le matin, les autres l'après-midi.
«Solidarnosc» retrouvera-t-il, un jour, la puissance de ses débuts ?
Attendons, pour voir...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.