Budget 2021 : le détail des investissements dans les régions    Moyens de paiement : Le cash règne en maître sur l'économie marocaine    Retraite : une réforme qui piétine    Noureddine Akkouri : « Quel que soit le contenu du manuel scolaire, si l'enseignant est compétent, il réussira à transmettre l'information »    Casablanca-Settat : les entreprises encouragées à privilégier le télétravail    Le Maroc et la République centrafricaine, déterminés à consolider leurs relations bilatérales    PCNS : La démondialisation en débat    La classe moyenne agressée!    Agroalimentaire: Secouée par la crise, Danone se réorganise    Le blasphème dans le monde : droit ou délit ?    Beyrouth: L'hôpital marocain de campagne a atteint les objectifs fixés    Comité Exécutif du PI : l'Istiqlal condamne l'escalade de l'islamophobie en France    Liga: Le Real Madrid et Ramos dominent le Barça    Le WAC quitte la compétition la tête baissée    Raja de Casablanca-Zamalek reporté au 1er novembre    Confessions dominicales : De la défense des droits de l'homme à l'exploitation sexuelle    En Méditerranée, l'action du Maroc est guidée par une Vision Royale volontariste    Restreindre oui mais expliquer et contrôler    La Place Jamaâ El Fna renoue avec le spectacle    Patrimoine : Un canon volé à la Kasbah des Oudayas sauvé de justesse    L'AMMC décrypte son activité de 2019    L'idéal islamique marocain débattu à Pretoria    El Guergarate: Bourita fustige les brigands polisariens à la solde de l'Algérie    «Le modèle de développement souhaité devrait intégrer les valeurs de la solidarité, de l'éthique et du vivre-ensemble»    Pop philo, quand tu nous tiens!    Fouzia Nejjar ou le double défi    Adel Taarab va rester au Benfica    La Zambie inaugure son ambassade à à Rabat    L'ONMT booste le déploiement de Ryanair sur le Maroc    Ligue 1 : le match Lens-Nantes reporté à cause du Covid-19    Débuts difficiles pour Ziyech avec Chelsea (vidéo)    Vaccin anti-covid au Maroc: Dr Ibrahimi donne son point de vue    Samsung annonce le décès de son président, Lee Kun-hee    Covid-19: Mohamed Melihi admis en soins intensifs    Turquie-France. Erdogan pète les plombs    Israël-Soudan. Le troisième accord de paix est dans la boîte    Fermeture des salles de sport à Rabat    Inauguration à Rabat de l'ambassade de la République de Zambie au Maroc    Evolution du Coronavirus au Maroc : 4045 nouveaux cas, 194.461 au total, samedi 24 octobre à 18 heures    Accès aux prépas: le ministère a fait une annonce    Algérie: le président Tebboune entre en confinement volontaire    Tanger: trois jeunes devront répondre de leurs actes    Beyrouth : Mission accomplie pour l'Hôpital de campagne marocain (vidéo)    Les figurants du film "L7asla" réclament «leur dû», Sonia Terrab répond    Destination Maroc: Le deal ONMT et Ryanair    La FNM enrichit son capital culturel    Les grosses écuries au rendez-vous de la première journée    Ligue des Champions : Le match Raja de Casablanca-Zamalek reporté au 1er novembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La nécessité de la Politique !
Publié dans Albayane le 24 - 09 - 2020

De tous les temps de l'histoire, ce sont les grandes politiques sincères qui ont fait les grandes révolutions humaines. Elles sont, en fait l'âme de toute action consacrée au bien-être des populations, comme disait Aristote, l'illustre philosophe grec dans le Lycée: «La politique a pour fin, non pas la connaissance, mais l'action». Si on pense qu'on peut faire sans politique, on ne fait que fourrer le doigt dans l'œil. Pis encore, si on croit faire de la vraie politique avec le premier venu, on se fait des illusions.
Le Maroc a mal à la politique, depuis qu'il a jugé bon de faire sans politique naturelle. Des décennies durant, son appareil de la haute sphère s'est ingéré dans les affaires de la politique pour en défigurer l'essence et les sens. Il en résulte que le parcours de la politique dans notre pays est parsemé d'extravagances. A l'aube de la refonte du passage du «petit combat» au «grand combat», tel que le brandissait feu le Roi Mohamed V, on s'amusait à se jouer de la politique, en la confiant bassement à des notabilités ignares qui s'en desservaient à outrance. Chemin faisant, on s'est trouvé avec une politique marocaine bizarroïde, sans âme ni sésame pour une nation en émergence.
En parallèle de la procréation partisane soumise et amorphe, l'épée de Damoclès fendait les têtes des opposants de cette imposture, depuis ce que l'on a toujours appelé «les années de plomb». La vie politique saine s'effritait, au fil du temps, au bonheur des opportunistes qui accédaient très aisément aux centres de décisions pour y semer de la médiocratie et engraisser leurs ascenseurs oligarques.
Aujourd'hui, on ne fait que payer les pots cassés de cette approche excessivement «sécuritaire» des gouvernants. Après s'être permis de faire croire aux grandes masses que l'action politique était un «spectre» périlleux à éviter, on se lance au «grand ménage» dans les rangs de ceux qui voyaient la politique autrement. Le comble dans ce vilain calcul, c'est que les citoyens n'ont plus confiance en la politique ni le politique, qu'ils en sont fort allergiques et désaffectés.
Encore pire, cette «supercherie» asphyxie le principe de la médiation sensé encadrer les foules, approfondit la fracture sociale du pays et ternit l'image d'une nation résolument tournée vers les idéaux de la démocratie, le progrès et la justice sociale. Plus que jamais, notre pays est amené à réhabiliter la politique, à la préserver et contre les fossoyeurs, à en faire une arène édifiante d'émulation noble, à la fidéliser auprès du peuple désavoué, à en fortifier les réels acteurs, sans immixtion ni dénaturation, l'orienter carrément au profit de l'humain sans exclusion...
Le disciple de Platon de la cité idéale grecque disait également dans ce sens : «La fin de la politique sera le bien proprement humain !». C'est dire que la politique demeure notre maillon faible prétendre au développement véridique, celui du bonheur de l'humain avant tout ! C'est le chantier d'extrême acuité auquel devrait s'atteler notre pays, de la plus haute marche à la plus basse.
Ce serait sans nul doute, une source de stabilité pérenne aussi bien de la monarchie que du peuple, une clé de confrontation des idées fécondes qui couperait court aux intentions malveillantes et une véritable force de transcendance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.