Un autre pays africain ouvre son consulat à Laâyoune    PLF 2021: l'opposition déplore « un manque d'audace »    Banques participatives: 7,7 MMDH de financements accordés à fin juin 2020    Laâyoune : les Emirats arabes unis vont installer leur consulat    Coup de tonnerre au Barça: Bartomeu démissionne !    Forêt de Bouskoura: la vérité sur la vidéo qui circule sur les réseaux sociaux    Magazine : F.C. Séville et Atalanta Bergame, deux clubs qui donnent des leçons gratuites    Le chef de la cellule terroriste de Témara tue un employé à la prison de Tiflet    Ce que l'on sait sur l'assassinat d'un gardien de prison par «Moul triporteur»    Football : La Renaissance Sportive de Berkane sur le toit de l'Afrique    Les fondements psychologiques de l'incorrection de Trump lors des débats présidentiels    Hausse de l' encours global des avoirs conservés par Maroclear en 2019    Maroc Telecom, "Top Performer RSE" pour la 7ème fois consécutive    Le Maroc plaide à l'ONU pour un système multilatéral renouvelé et plus équitable    Le Conseil supérieur des oulémas dénonce toute forme d'atteinte à la sacralité des religions    S.M le Roi félicite la Renaissance de Berkane suite à sa consécration en Coupe de la CAF    Sektioui, brillante transition de la pelouse au banc    Bouchra Hajij élue présidente de la CAVB    Covid-19, le président de la FIFA testé positif    Habib El Malki reçoit son homologue libyen    Evolution du coronavirus au Maroc : 3988 nouveaux cas, 203.733 au total, mardi 27 octobre à 18 heures    Journée du patrimoine audiovisuel, une "fenêtre sur le monde " au temps de la Covid19    Les révélations inattendues de Lara Fabian    "Eclat d' amour et des amours confinées " , nouveau recueil de Bouchra Fadel    US Round Up du mardi 27 octobre – Elections américaines, Wall Street, La juge ACB, le Dakota du Sud    « Finding Agnes ». Le Maroc inspire les réalisateurs étrangers    Les signatures et approbation des marchés déléguées aux directeurs régionaux    Tanger: de nouvelles mesures restrictives en vigueur à l'approche de la fête du Mawlid    Dans un communiqué conjoint du PPS, PI et PAM    Tourisme : Nadia Fettah Alaoui fait de nouvelles promesses    Un 5ème Sela Park pour Aradei Capital    Port du masque : les autorités locales donnent des chiffres    Ce facteur augmenterait le risque de mourir du Covid-19    L'UEM annonce la tenue de son prochain congrès    Une haute délégation visite les laboratoires de recherche de la Fondation MAScIR    Chili: La troisième mort de Pinochet    Hier, l'avenir était meilleur !    La semaine mondiale de l'entrepreneuriat en sa 2è édition    Najlae Benmbarek: directrice de la diplomatie publique    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Khalid Ait Taleb : « Le taux d'occupation des lits dans les services de réanimation est passé de 5% au début de la pandémie à 31,3% aujourd'hui »    La vie est belle dans les yeux d'un homme qui aime le cinéma    Aquaculture Coopération maroco-espagnole pour lancer des projets au niveau du littoral nord    Conférence : L'Afrique dans la pensée de Feu SM Hassan II sous le feu des projecteurs    Casablanca : Deux balles de sommation tirées pour neutraliser deux récidivistes    Caricatures du prophète : Le « Conseil des sages musulmans » veut poursuivre Charlie Hebdo en justice    "La démondialisation", thème de la 9e édition des Dialogues Stratégiques    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mali: La junte militaire fait appel à un Premier ministre civil
Publié dans Albayane le 01 - 10 - 2020

Après l'éviction, le 18 Août dernier, du président malien Ibrahim Boubakar Keita, par une junte militaire, du fait de son incapacité à sortir le pays du «bourbier» où il était plongé mais, également, à cause des multiples scandales de corruption qui entachent sa gestion et qui ont trait, notamment, au train de vie ostentatoire de l'élite dirigeante, les putschistes s'étaient engagés à remettre le pouvoir, à des dirigeants civils élus, au terme d'une période de transition d'une durée maximale de 18 mois.
Ayant mal accueilli ce coup d'Etat bien qu'il ait eu lieu sans effusion de sang, la Communauté Economique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), craignant une emprise durable des militaires sur le processus avait décidé d'appliquer un embargo sur les flux commerciaux et financiers avec le Mali et subordonné leur levée à la nomination d'un Premier ministre civil.
Elle avait, également, exigé que le vice-président, chargé des questions de défense et de sécurité, ne puisse, en aucun cas, remplacer le président, la dissolution de la junte et la libération des personnalités arrêtés depuis le 18 Août dont l'ancien Premier ministre Boubou Cissé.
Aussi, en faisant suite à l'investiture vendredi dernier, de Bah Ndaw, un colonel à la retraite et ancien ministre de la défense, en tant que président de «transition» et du chef des putschistes, le colonel Assimi Goïta, au poste de vice-président de transition, ce fut au tour de Moctar Ouane de se voir confier, à compter de ce dimanche, la fonction de Premier ministre.
Lors de sa prestation de serment devant la Cour Suprême, le président de transition a assuré la CEDEAO de «la détermination des maliens à conduire une transition stable, apaisée et réussie dans les conditions et les délais convenus». Il ajoutera que la Charte de la Transition – ce document élaboré lors des trois journées de concertation nationale qui s'étaient tenues entre le 9 et le 12 septembre dernier – sera son «bréviaire» même si son contenu n'a toujours pas été divulgué.
A l'issue de la cérémonie d'investiture du président de transition et de son vice-président, Wafi Ougadeye Cissé, le président de la Cour Suprême, leur rappellera qu'ils prennent « les rênes du pays à un des moments cruciaux de son histoire », que leur «tâche sera ardue car les attentes du peuple sont immenses et toutes plus urgentes les unes que les autres» et, enfin, que «le peuple a soif de paix, de sécurité, de stabilité, d'unité nationale, de concorde, de cohésin sociale et de justice».
Mais qui est donc le nouveau Premier ministre du Mali?
Diplomate de carrière, âgé de 64 ans, Moctar Ouane, qui a été «nommé Premier ministre» selon le bref communiqué lu, ce dimanche après-midi, lors d'un flash spécial de la télévision publique ORTM par Sékou Traoré, le Secrétaire adjoint de la présidence, n'est pas un novice dans la conduite des affaires de l'Etat puisqu'il avait déjà conseiller diplomatique de l'ancien président Moussa Traoré entre 1990 et 1991, puis ambassadeur du Mali auprès des Nations-Unies de 1995 à 2002, avant d'accéder au rang de ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale dans les gouvernements d'Ousmane Issoufi Maïga et Modibo Sidibé, entre 2004 et 2011, sous la présidence d'Amadou Toumani Touré, le prédécesseur d'Ibrahim Boubacar Keita.
Conseiller diplomatique auprès de la Commission de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa), Moctar Ouane exerce, depuis 2016, la fonction de délégué général à la paix et à la sécurité auprès de ladite Commission.
Enfin, à la lecture de sa carte de visite, le journaliste et analyste politique Alexi Kalambri dira de lui qu'il est «l'homme de la situation», un diplomate apte à jouer le parfait équilibriste et à diriger un gouvernement comprenant «un Président plus ou moins militaire et un vice-président militaire».
Avec la nomination de Moctar Ouane à la Primature, la junte militaire aurait-elle misé sur le bon cheval, sur celui qui va mener le Mali à bon port ? Au vu de son expérience, rien ne permet d'en douter mais attendons pour voir...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.