ONU : La Proclamation américaine sur la marocanité du Sahara distribuée aux 193 Etats membres    Mise au point : « L'approche conspiratrice » adoptée par HRW fausse tout    Secousse tellurique de magnitude 3,4 dans la province d'Azilal    Le Maroc classé 53ème en 2021 dans le rapport sur les effectifs militaires    Badr Hari refait surface sur Instagram    Evolution du coronavirus au Maroc : 1246 nouveaux cas, 461.390 au total, mardi 19 janvier 2021 à 18 heures    Arrestation d' un pharmacien pour trafic de psychotropes    L'ambassadrice de l'UE loue la stratégie marocaine en matière de lutte contre la violence à l'égard des femmes    Vaste mouvement parmi les directeurs provinciaux de l'éducation nationale    Tragédie humaine : 14 douars sans collège (vidéo)    L'épouse d'El Ghomari se confie sur 2M    La promotion des provinces du Sud dans l'agenda du Réseau Maroco-Américain    Visas: Le plaidoyer du député franco-marocain M'jid El Guerrab pour l'Afrique    Pays-Bas: Démission du gouvernement de Mark Rutte    Dakhla : «Région de Rêve 2021»    Le Maroc réussit son entrée vers la défense de son titre    Ammouta : Victoire d'une importance capitale    Le Maroc éliminé après 3 défaites successives    Quels sont les défis à relever pour garantir le succès de la ZLECAf ?    Stratégie : Kia Maroc dévoile ses nouvelles ambitions pour 2021    Nexans : nouvelle usine à Nouaceur    Un MoU pour renforcer les relations économiques et commerciales    Président à part, sera-t-il aussi un ex-président à part ?    Coronavirus : le gouvernement prolonge les mesures de restriction en vigueur de 2 semaines    Maroc-USA:Fischer rassure quant à la position de l'administration Biden sur le Sahara    Un Casque bleu marocain parmi les victimes en République centrafricaine    Paru chez l'édition La Croisée des Chemins : «Le Secret de la Lettre» : Mohamed Ennaji porte un regard sur l'école coranique d'hier    Stud'IFO : Concert virtuel entre Cheikh Brahmi et Snitra    «En 2020, l'offshoring marocain a montré sa capacité exceptionnelle à résister»    La reconnaissance de la marocanité du Sahara est un «développement naturel» de la position des administrations US    Profitant du nul entre la Libye et le Niger : La RDC prend seule la tête du groupe B    Coronavirus : voici les variants les plus compliqués à maîtriser par le système immunitaire [Etude]    Le sélectionneur du Zimbabwe accuse le Cameroun de sorcellerie !    L'envoyé US pour la lutte contre l'antisémitisme salue la «vision de paix» de SM le Roi    Ben Abdelkader pose les conditions de modernisation du système judiciaire    Situé à Casa Anfa : Un Institut «nouvelle génération» sur le digital verra bientôt le jour    Meknès retrouve la culture à l'air libre    Une nouvelle émission rendant hommage à la diversité culturelle    «Le discours de la folie dans le patrimoine arabe et occidental»    Médias-Pr. Rachid Lazrak : «Il faut être soit aveugle, soit de mauvaise foi, pour ne pas comprendre comment le Conseil de sécurité voudrait résoudre le problème du Sahara»    Virus Covid mutant: Le Maroc se ferme à l'Australie, le Brésil, l'Irlande et la Nouvelle Zelande    Eliminatoires Afrobasket (Tunisie, 17-21 février 2021) : Stage de l'équipe nationale seniors    La BAD compte sur le Maroc pour développer son indice    RNI Academy, une nouvelle structure pour la formation des élus de demain    Euromed : Quel avenir ?    CHAN / Ouganda-Rwanda (0-0) : Un nul en faveur du Maroc    Le Maroc et les Etats-Unis s'engagent contre le trafic illicite    Communication: rapprochement stratégique entre le marocain Brand & Image et l'israélien Kam Global Strategies    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le GPPS propose un durcissement des sanctions
Publié dans Albayane le 08 - 10 - 2020

Violences et agressions sexuelles contre les enfants
Le groupement parlementaire du progrès et du socialisme (GPPS : PPS) à la chambre des représentants a présenté une proposition de loi visant à la protection des enfants des crimes d'agressions sexuelles comportant une série de nouveautés et d'amendements pour combler les insuffisances et rendre plus sévères les peines à infliger aux auteurs de tels crimes, à la hauteur de la gravité de tels actes.
En cas de circonstances aggravantes, les auteurs de tels crimes odieux doivent être condamnés à des peines d'emprisonnement à perpétuité assorties de lourdes amendes, selon le texte proposé.
C'est ainsi que le GPPS propose en matière d'agressions sexuelles (chapitres 483-496), Section 6 d'amender l'article 484 du Code pénal dans le but de condamner « quiconque agresse sexuellement ou tente d'agresser sexuellement un mineur de moins de 18 ans, un incapable, un handicapé ou une personne connue par la faiblesse de sa capacité intellectuelle, mâle ou femelle », à une peine allant de «10 à 20 ans d'emprisonnement et à une amende allant de 50.000 à 100.000 DH».
Le texte précise la définition de l'agression sexuelle comme étant tous les comportements à caractère sexuel qui s'exercent sur les mineurs de moins de 18 ans ou toute personne connue par sa faible capacité mentale, mâle ou femelle».
Il propose dans l'article 486 la définition du viol comme étant «toute agression sexuelle sur une victime, abstraction faite de son sexe ou du moyen utilisé pour la commettre, la méthode ou le lieu où elle a été commise ou de son auteur, ou encore de la relation qui lie ce dernier à cette agression, s'agissant aussi bien de l'agression par le recours à la force ou la menace de l'utiliser ou par l'exploitation de l'incapacité de la victime à résister, soit à cause de la peur, de la maladie, de la violence, de la contrainte ou de l'utilisation de l'autorité».
Un tel viol doit être sanctionné par un emprisonnement de 5 à 10 ans.
Mais si la victime a mois de 18 ans et est incapable ou souffrant d'un handicap ou encore connue par la faiblesse de sa capacité mentale ou est enceinte, l'auteur d'un tel crime est à condamner à une peine d'emprisonnement de 20 à 30 ans assortie d'une amende allant de 100.000 à 500.000 DH, précise le texte.
Et si l'auteur fait partie de la famille de la victime ou détient une quelconque autorité sur elle, est tuteur ou domestique, un employé religieux ou chef religieux ou autre personne ayant bénéficié de l'aide d'une autre personne ou de plusieurs autres personnes, la peine d'emprisonnement variera entre 20 et 30 ans, assortie d'une amende de 100.000 à 500.000 DH dans l'article 484.
La peine variera entre 10 et 20 ans d'emprisonnement dans le cas cité dans le premier paragraphe de l'article 485.
Dans le cas indiqué dans le deuxième paragraphe de l'article 485, l'auteur doit être condamné à la peine d'emprisonnement à perpétuité, assortie d'une amende allant de 100.000 à 500.000 DH.
Le texte proposé prévoit aussi plusieurs autres dispositions dans le but de renforcer la protection de l'enfance marocaine contre un tel fléau qui menace la société marocaine dans son ensemble et s'attaque à son maillon le plus faible que sont les enfants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.