Amnesty International dénonce les méthodes répressives qui ciblent les militants du Hirak depuis deux ans    Une Université des jeunes à Al-Hoceima pour soutenir les initiatives de participation citoyenne    Le Hirak algérien exprime l'exaspération d'une population qui étouffe dans un système politique opaque aux institutions démocratiques factices    Biden et Trudeau vantent "l'extraordinaire amitié" américano-canadienne pour clore l'ère Trump    Des responsables palestiniens louent le soutien Royal aux établissements éducatifs de Palestine    Mort de Maradona: La justice convoque des experts pour déterminer d'éventuelles responsabilités    Invaincu 527 minutes,Yassine Bounou bat un record historique à Séville    Woods victime de fractures ouvertes à une jambe dans un accident de la route    Argentine et Mexique réclament un accès mondial aux vaccins contre la Covid-19    En Espagne, les arrivées du Royaume-Uni, du Brésil et d'Afrique du Sud restreintes jusqu 'à mi-mars    «Lettres du Maghreb»: Des discussions de haute facture    "Pelé" sur Netflix, redécouverte du footballeur, fenêtre sur l'homme    Gérard Depardieu, entre ombre et lumière    Le dirham s'apprécie face au dollar    Ligue des champions: Le Bayern atomise La Lazio et Chelsea s'offre l'Atlético    Le Maroc et la Serbie, deux marchés prometteurs au potentiel énorme    Le prix du poisson et des huiles en hausse à fin janvier    Abdellatif Maâzouz : « Le retrait du Maroc de la liste grise de l'UE devrait renforcer l'intérêt des investisseurs »    Le Maroc reçoit 1 million de doses du vaccin Astrazeneca    Météo: les villes où il va pleuvoir au Maroc à partir de jeudi    Face aux accusations du syndicat des avocats, la DGAPR répond    Insertion des jeunes par le sport : TIBU Maroc partage son expérience    Perturbations et lenteur: Maroc Telecom s'explique    Nouveau Hyundai Creta : encore plus audacieux    Economie : la longue marche vers le rétablissement    Il y a fort à faire pour une justice électorale et pour le renforcement du pluralisme politique    Exposition : Une rétrospective « Saladi » au Musée de Bank Al-Maghrib    Selon une nouvelle note secrète de la CIA, une guerre des clans mine le régime algérien et conduira à son effondrement    CAN U20 Mauritanie : Un derby maroco-tunisien en quart de finale    Des responsables palestiniens saluent le soutien constant de SM le Roi aux établissements éducatifs en Palestine    L'économie nationale renoue avec la croissance en 2021    RCI Finance Maroc: baisse de 23,6% de la production en 2020    Amnesty International dénonce une «stratégie délibérée» pour «écraser la dissidence»    Le fiduciarisme face au sécularisme    La classe politique évoque « un non-événement »    Le football féminin et africain au menu de la visite de Gianni Infantino au Maroc    Mission réussie pour le Wydad, Al Ahly tombe    Invaincu 527 minutes, Bounou rentre dans la légende du FC Séville    Algérie : Le Hirak exprime l'exaspération d'une population qui étouffe, selon le Monde    Un pari réussi en temps de pandémie !    L'Institut français de Tanger-Tétouan reprend ses activités    L'Europe doit se défaire de la logique du professeur et de l'élève dans sa relation avec le voisinage sud, déclare Nasser Bourita    Centrale Danone : une vingtaine de nouveaux produits "fortifiés"    Vaccination : le Maroc approuvera-t-il la dose unique ?    Nasser Bourita s'entretient avec Arancha Gonzalez Laya    Les Etats-Unis persistent et signent    Multilinguisme entre défis et opportunités    Béni Mellal-Khénifra : Naissance d'un nouveau club du dialogue et de la coexistence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Monnaie hélicoptère: remède miracle face à la crise?
Publié dans Albayane le 02 - 11 - 2020

Un hélicoptère larguant des billets dans les rues, autour duquel une foule s'amasse pour ramasser de l'argent. A en croire une mise en scène tout droit sortie d'une production hollywoodienne, mais qui pourtant décrit la métaphore qu'avait utilisée l'économiste Milton Friedman, en 1969, pour illustrer la théorie de la "monnaie hélicoptère", un concept digne des idées les plus farfelues, visant à inciter à la consommation et déclencher le stimulus nécessaire à la relance de l'économie, particulièrement en temps de crise.
Dans sa définition classique, la monnaie hélicoptère est une expression utilisée par les économistes pour désigner le cas où les autorités monétaires imprimeraient des billets bancaires et les distribueraient directement et sans contrepartie aux plus vulnérables. L'objectif étant d'encourager les ménages à dépenser de nouveau et les entreprises à investir plus, dans l'ultime but de stimuler plus rapidement la demande et redresser l'activité économique.
A la différence de la planche à billets, le concept de la monnaie hélicoptère consiste en une création monétaire par les banques centrales ex-nihilo et sans contrepartie, contrairement à ce qui se pratique lorsque celles-ci utilisent la planche à billets pour financer le déficit public. Ce mécanisme se distingue également des subventions, qui sont purement budgétaires, et permettrait ainsi d'alimenter l'économie sans pour autant générer de dettes.
Longtemps considéré comme purement théorique et peu vraisemblable, le concept de la monnaie hélicoptère a ressurgi face à l'ampleur de la crise économique provoquée par la pandémie du nouveau coronavirus, qui pousse à la réflexion sur le recours à des mécanismes non conventionnelles pour la relance, dont notamment la monnaie hélicoptère, en vue d'amortir les dégâts de confinement sur l'économie, particulièrement chez les grandes puissances mondiales.
Pour les théoriciens, qui militent pour l'utilisation de cet instrument, l'objectif de l'insertion de liquidités directement aux ménages et entreprises, contribuerait à booster l'économie, particulièrement face à une forte récession et lorsque les taux d'inflation sont au plus bas, une situation qui prévaut dans plusieurs pays à l'heure actuelle.
Par ailleurs, l'ONG Positive Money Europe, a estimé dans sa publication intitulée "Helicopter money as a response to the Covid19 recession in the eurozone", que la distribution de 1.000 euros à tous les citoyens de la zone euro permettrait un stimulus immédiat de 1,2% du PIB, sans tenir compte de l'augmentation des recettes fiscales pour l'Etat.
Chez les plus dubitatifs, l'impact sur l'activité économique de ce mécanisme ne serait pas garanti, d'autant plus que le comportement des consommateurs qui en bénéficient est imprévisible. Son effet sur l'activité économique et la consommation serait donc marginal et insuffisant pour relancer la production et la croissance.
Les ménages pourraient choisir d'épargner ou de thésauriser la monnaie reçue, au lieu de la dépenser, estiment les économistes qui considèrent que le surcroît de consommation engendré par la monnaie hélicoptère pourrait, dans certains cas, profiter en grande partie aux produits importés.
En plus de ces risques omniprésents, l'inflation et la perte de la valeur de la monnaie alimentent les réticences des économistes, puisque la présence en grande quantité d'une monnaie sur un marché, induite par ce mécanisme, entraîne une hausse de l'offre par rapport à la demande et diminue son attrait pour les spéculateurs.
Dans son étude intitulée "La monnaie hélicoptère aurait-elle son mot à dire dans la crise de la Covid-19 ?", l'économiste chercheur Karim El Mokri, a indiqué que dans le contexte actuel où les retombées de la crise de la Covid-19 sont sans précédent, tous les instruments potentiels méritent d'être étudiés par les pays en voie de développement, relevant toutefois que le débat sur l'utilisation de la monnaie hélicoptère se fait rare au niveau des pays en voie de développement, contrairement aux pays avancés.
Selon l'auteur de cette étude publiée par le think-tank marocain Policy Center for the New South (PNCS), ce besoin se pose avec acuité pour un pays comme le Maroc où le taux d'endettement du trésor dépassait 65% du PIB en 2019, notant que ce niveau de dette, bien que soutenable, s'inscrira sans doute dans une tendance haussière durant la phase de sortie de crise.
Les craintes par rapport à un effet inflationniste incontrôlable qui pourrait résulter de l'utilisation de la monnaie hélicoptère, ne semblent pas très justifiées pour le cas du Maroc, a-t-il précisé, démontrant que le pays dispose d'un niveau d'inflation initial assez faible et d'importantes capacités de production non utilisées qui lui permettraient de soutenir la demande par la monnaie hélicoptère.
Ceci dit, la monnaie hélicoptère sous sa forme de transfert direct aux ménages ne serait pas non plus sans risque, a-t-il estimé, arguant que le Maroc devrait rester vigilant par rapport aux risques qu'elle peut présenter et ne pas hésiter à désactiver le mécanisme de la monnaie hélicoptère dès l'apparition de signaux perturbateurs.
Il s'agit du cas d'une forte et persistante dépréciation du dirham qui pourrait avoir lieu consécutivement au lancement des opérations de monnaie hélicoptère et qui pourrait être synonyme de fragilisation de la confiance dans la monnaie nationale suite à ce changement, a-t-il avancé.
Le deuxième signal pouvant justifier la désactivation précoce de la monnaie hélicoptère, d'après M. El Mokri, serait le cas d'une mauvaise réaction des marchés, bailleurs de fonds et agences de notation, suite à l'introduction de ce nouvel instrument, ce qui pourrait augmenter le coût d'emprunt du Maroc sur le marché international.
Malgré les avantages et les externalités positives que la théorie de la monnaie hélicoptère promet, les contre-arguments fusent à l'encontre de cet instrument alternatif, qui vient rompre avec les cadres conventionnels des politiques monétaires face à la crise sanitaire. Une crise qui nécessite pourtant un changement de paradigmes économiques, face à des perspectives économiques peu prometteuses, nécessitant davantage de mesures de sauvetage et de recours à la dette, à l'heure où de nombreux pays ont annoncé un retour au confinement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.