Nécessité d'approfondir la connaissance du risque    La Proclamation américaine sur la marocanité du Sahara distribuée aux 193 Etats membres    Les autorités publiques «rejettent catégoriquement» le chapitre consacré au Maroc    En dépit de la Crise sanitaire, le Groupe Renault Maroc garde son leadership    E-paiement : une progression de 46% de l'activité en 2020    Transformation digitale : Marjane Holding passe à la vitesse supérieure    Nexans inaugure une nouvelle usine à Nouaceur    Lancement de la 3ème édition du programme «Morocco Future Leaders»    Les Etats-Unis ouvrent un nouveau chapitre    Le Premier ministre perd sa majorité absolue au Sénat    La pandémie a mis à nu les fragilités de l'OMS    Séville surclasse Alaves, En-Nesyri buteur et Bounou sauveur    Le Bayern face à Benatia ou Benoun en demi-finale    Mondial de handball: Le Maroc quitte la compétition    Il prend la tête du groupe C: Le Maroc débute par un petit succès sur le Togo    Angleterre: Leicester enfonce Chelsea, Lampard en danger    El Otmani : tout est fin prêt pour réussir la vaccination dès réception des doses    Le passeport de vaccination anti covid-19 fait débat en Europe    Découverte d'un nouveau mosasaure du Crétacé au Maroc    Asilah : Un quadragénaire tue sa belle-mère de 75 ans    Marrakech : 1ère exposition de l'événement culturel «EX. Art contemporain»    «L'Homme qui a Vendu sa Peau» et l'acteur Sami Bouajila primés    350 bénéficiaires de tablettes numériques : La Fondation Banque Populaire soutient les élèves des quartiers défavorisés    Le Maroc classé 53ème en 2021 dans le rapport sur les effectifs militaires    ONDA : Le trafic aérien en baisse de plus de 71% en 2020    CHAN : La Zambie et la Guinée vainqueurs de la Tanzanie et de la Namibie    Covid-19 : Le taux de reproduction du virus se stabilise à 0,88    Evolution du coronavirus au Maroc : 1246 nouveaux cas, 461.390 au total, mardi 19 janvier 2021 à 18 heures    Interdiction de fumer : Le niet gouvernemental !    BMCE Capital Research analyse les pistes de reprise : La relance économique tributaire de l'éradication de la Covid-19    Pedro Sanchez : Le Maroc revêt une «importance capitale» pour les intérêts de l'Espagne    Edito: Le maire doit partir    ONU : La Proclamation américaine sur la marocanité du Sahara distribuée aux 193 Etats membres    Mohamed Benabdelkader pose les conditions de modernisation du système judiciaire    Secousse tellurique de magnitude 3,4 dans la province d'Azilal    L'EN se contente du strict minimum pour des débuts mesurés    L'épouse d'El Ghomari se confie sur 2M    La promotion des provinces du Sud dans l'agenda du Réseau Maroco-Américain    Maroc-USA:Fischer rassure quant à la position de l'administration Biden sur le Sahara    Un Casque bleu marocain parmi les victimes en République centrafricaine    Paru chez l'édition La Croisée des Chemins : «Le Secret de la Lettre» : Mohamed Ennaji porte un regard sur l'école coranique d'hier    Stud'IFO : Concert virtuel entre Cheikh Brahmi et Snitra    Coronavirus : voici les variants les plus compliqués à maîtriser par le système immunitaire [Etude]    Meknès retrouve la culture à l'air libre    Déclaration de Houcine Ammouta : « La victoire face au Togo est d'une importance capitale dans la course au titre »    Maroc/Etats-Unis : L'envoyé américain pour la lutte contre l'antisémitisme salue la "vision de paix" du Roi Mohammed VI    Le Maroc et les Etats-Unis s'engagent contre le trafic illicite    Communication: rapprochement stratégique entre le marocain Brand & Image et l'israélien Kam Global Strategies    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La consommation excessive de viandes rouges et transformées, de sucre et d'alcool favorise certains types de cancers
Publié dans Albayane le 23 - 11 - 2020

Majdouline Khounigere, oncologue-radiothérapeute du Centre international d'oncologie de Casablanca.
Propos recueillis par Hajar El Faker – MAP)
La consommation excessive de viandes rouges et transformées (charcuterie, viandes séchées, etc.), de sucre et d'alcool favorise certains types de cancers, a affirmé l'oncologue-radiothérapeute, Majdouline Khounigere, du Centre international d'oncologie de Casablanca.
«A l'inverse, des repas équilibrés riches en fibres associés à l'exercice physique constituent un élément protecteur», a-t-elle souligné dans un entretien à la MAP, à l'occasion de la Journée nationale de lutte contre le cancer, célébrée le 22 novembre de chaque année, relevant que l'alimentation anti-cancer vise à intégrer tous les nutriments à action antioxydante pouvant limiter la croissance des cellules cancéreuses.
Elle a, aussi, indiqué qu'il n'existe pas aujourd'hui une alimentation préventive anti-cancer proprement dite, appelant à l'adoption de bonnes habitudes et d'un mode de vie sain et à trouver un certain équilibre nutritionnel, tout en pratiquant une activité physique régulière.
Dr Khounigere a, par ailleurs, précisé que la célébration de la Journée nationale se veut l'occasion de sensibiliser quant à l'importance du dépistage précoce et de mettre l'accent sur les nouvelles avancées thérapeutiques, ainsi que de véhiculer un message d'espoir aux personnes touchées par cette maladie.
Evoquant les avancées réalisées par le Maroc pendant ces dernières années, elle a indiqué que le Royaume a connu une évolution fulgurante dans la prise en charge du cancer que se soit en terme de molécules de chimiothérapie, de chimiothérapie intrapéritonéale vaporisée ou hyperthermique intrapéritonéale, de thérapies ciblées, d'immunothérapie, de techniques chirurgicales et de radiothérapie stéréotaxique permettant ainsi d'augmenter le taux de survie.
«Nous disposons d'ailleurs au Centre international d'oncologie de Casablanca du +Novalis Truebeam STX+ qui permet de réaliser une radiothérapie ciblée de très haute précision», a-t-elle martelé, ajoutant que le Maroc s'est inscrit dans une démarche de lutte contre le cancer notamment avec le Plan national de prévention et de contrôle du cancer (PNPCC) qui a permis la construction et le réaménagement de plusieurs centres régionaux d'oncologie facilitant ainsi l'accès aux soins.
Mettant l'accent sur l'importance du diagnostic précoce dans le traitement de tous les types de cancer, la spécialiste a fait savoir que celui-ci améliore le pronostic et les chances de guérison, notant que les tumeurs de meilleur pronostic, c'est-à-dire les moins agressifs, sont le cancer du testicule et le cancer de la prostate avec un taux de survie dépassant les 80%.
«Au Maroc, les cancers les plus fréquents sont le cancer du sein chez la femme et le cancer du poumon chez l'homme avec 48.000 nouveaux cas de cancer tous types confondus recensés annuellement», a-t-elle ajouté.
S'agissant de l'impact de la pandémie de la Covid-19 sur les patients cancéreux, le docteure a fait savoir que des dispositifs ont été mis en place dans les différents centres d'oncologie afin de protéger les patients et le personnel soignant et de pouvoir poursuivre un rythme normal de consultation de prise en charge et de suivi, plaidant en faveur du dépistage précoce qui permet de sauver des vies.
L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) avait lancé, récemment, une stratégie visant à éliminer le cancer du col de l'utérus, a-t-elle rappelé, estimant que grâce à l'accès généralisé à la vaccination, au dépistage et au traitement, 5 millions de vies seraient sauvées d'ici 2050.
«L'élimination d'un cancer aurait auparavant semblé un rêve impossible, mais nous disposons aujourd'hui d'outils efficaces et peu coûteux, s'appuyant sur des données probantes, pour faire de ce rêve une réalité», avait déclaré le directeur général de l'Organisation, Tedros Adhanom Ghebreyesus.
La stratégie de l'OMS vise à ce que 90% des filles soient vaccinées contre le papillomavirus humain (responsable du cancer du col de l'utérus) à l'âge de 15 ans. Elle prévoit également que 70% des femmes bénéficient d'un dépistage à l'âge de 35 ans et 45 ans, et que 90% des femmes chez qui une maladie du col de l'utérus a été diagnostiquée soient traitées.
Si ces mesures sont mises en œuvre avec succès d'ici 2030, les nouveaux cas de la maladie pourraient être réduits de plus de 40% et le nombre des décès liés à la maladie de 5 millions d'ici 2050. En outre, selon une étude publiée, récemment, par la revue médicale britannique BMJ, le fait de retarder le traitement d'un cancer d'un mois peut accroître de 6 à 13% le risque de mortalité. Cette enquête renforce les conclusions d'autres recherches alertant sur l'effet délétère de la pandémie de la Covid-19 pour les autres maladies.
Des chercheurs britanniques et canadiens ont analysé les conséquences de retards de traitements (chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie…) pour sept types de cancers, à partir de 34 études publiées ces vingt dernières années.
Hors pandémie, «les retards de traitement sont l'exception mais peuvent malgré tout toucher 10% à 15% des patients», a expliqué l'oncologue Ajay Aggarwal, l'un des auteurs de l'étude.
Et plus le retard est long, plus ce risque augmente, estiment les auteurs de l'étude, notant que le fait de décaler de 12 semaines l'opération de toutes les femmes atteintes d'un cancer du sein nécessitant une chirurgie, comme lors des confinements liés à la Covid-19 par exemple, se traduirait par 6.100 décès supplémentaires en une année aux Etats-Unis et 1.400 au Royaume-Uni.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.