Près de 38% des entreprises ont réduit leurs effectifs employés au S2-2020    Lancement de «Tatwir croissance verte» pour l'appui à la décarbonation des TPME industrielles    Le textile marocain en quête d'un fil d'Ariane    10 M€ pour soutenir l'activité de microcrédit    Commerce extérieur : nouveau partenariat pour BMCE Group    L'UNESCO met à la disposition du Maroc 7 équipements d'alerte précoce    Les milices privées reniables d'Erdoğan déstabilisent le Moyen-Orient    Décès de Mohieddine Chekrouni    Terrorisme : la DGST a fourni des renseignements précis au FBI    Cause nationale : Biden confirme la proclamation US sur la marocanité du Sahara    USA-Israël : Etroite collaboration sur les questions de sécurité régionale    De Larbi Ben Mbarek à Youssef En-Nesyri: Les Lions de l'Atlas continuent de rugir dans l'arène de la Liga    Formation dans le numérique au profit de de 50.000 étudiants    Moncef Slaoui : fier du succès du vaccin, l'ancien responsable scientifique de Warp Speed parle de politique, de présidents et de futures pandémies    Notre diversité culturelle est une source inépuisable d'enrichissement    Les galeries d'art improvisent pour ne pas disparaître    La FNM lance un concours pour la création graphiques de son Logo    Marrakech. Quand l'Art s'invite au Palmeraie Rotana Resort    Exposition. Spirit of the letter de Larbi Cherkaoui    Dakhla : un rallye classique et sportif pour célébrer la marocanité du Sahara    «La passion de la lecture et l'amour de l'écriture»    Le gouvernement s'écroule, place aux consultations tous azimuts    Bouayach : «une source d'inspiration pour un modèle non-institutionnel de dialogue interculturel»    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Mobilisation des moyens appropriés pour réussir la campagne de vaccination    Vaccins anti-Covid: doit-on craindre des effets indésirables ?    Etats-Unis : Un soldat américain pro Daech arrêté grâce à la DGST marocaine    Cyber-sécurité : le dispositif de Maroc Telecom    AfricaPay ambitionne de devenir la première néo-banque du continent    Le Maroc, un modèle en matière de préservation des traditions, notamment juives    Le Maroc réitère son appel pour la création d'une Plateforme d'experts africains pour la lutte contre les épidémies    Vaccins au Maroc: ce qu'il faut savoir (photos)    Une nouvelle émission dédiée le 3 février à la culture juive sur Medi1TV    Marrakech : Une Allemande se jette du 5ème étage d'un immeuble    Marocains, faites attention au pain que vous consommez    Hommage aux personnalités sportives qui se sont illustrées en 2020 : Malgré la pandémie, la SNRT perpétue la tradition    Législation : Un bilan maigre se profile    Partage de connaissances : HEM lance la 24ème édition de l'Université Citoyenne 2021    Pétitions : Enième tentative de réanimation    Maroc-Ouganda, un match couperet    Warning du Centre antipoison / «M'khinza» : Attention danger!    Fkih Ben Saleh : Un escroc mis hors d'état de nuire    CHAN : Bien que décimée par la Covid-19, la RDC bat le Niger (2-1)    RDC. L'ancien chef du renseignement poursuivi pour tortures    CHAN / Covid-19 : Baâdi testé positif, il sera remplacé par Nemssaoui    CHAN / Groupe « C » : Ce soir, Maroc-Ouganda, pour rectifier et se qualifier !    Le rock maghrébin en concert à Meknès    La Ligue arabe salue les accords auxquels les parties libyennes sont parvenues à Bouznika    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Haut Karabakh: Paris réclame un «droit de regard»
Publié dans Albayane le 25 - 11 - 2020

Bien que les affrontements entre Arméniens et Azerbaïdjanais, qui avaient capté pendant près de six semaines l'attention du monde entier, se soient apaisés et que les armes se soient tues après l'accord de cessez-le-feu conclu le 9 Novembre dernier sous l'égide de la Russie, force est de reconnaître que, sur le plan diplomatique, rien n'est réglé et que plusieurs questions demeurent en suspens.
Qu'en est-il, en effet, du statut du Haut-Karabakh ou du devenir des 120.000 arméniens qui, devant l'ampleur des combats, avaient été contraints de quitter leurs foyers? Quel sort sera réservé aux 2.000 mercenaires syriens qui avaient été acheminés par la Turquie? Qu'en sera-t-il, enfin, de la souveraineté arménienne sur le couloir routier prévu entre l'Azerbaïdjan et la région autonome du Nakhitchevan si cet accord qui, pour l'Azerbaïdjan, a consacré d'importants gains de territoires, s'est également traduit par le déploiement d'une «force de paix» russe comprenant quelques 2.000 hommes appelée à se mouvoir dans l'enclave du Haut-Karabakh et autour du corridor de Latchin, désormais, seul axe de communication entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan?
Autant de questions qui inquiètent les chancelleries occidentales et, au plus haut point, la France qui, en dépit de sa qualité de coprésidente du groupe de Minsk avec les Etats-Unis et la Russie et nonobstant ses appels téléphoniques à tous les protagonistes depuis le 27 septembre dernier – à savoir, Vladimir Poutine, le président azerbaïdjanais Ilham Aliev et le Premier ministre arménien Nikol Pachinyan – s'était trouvée ravalée au rang de spectatrice.
Ce n'est que le 16 novembre que le président français qui tente, tant bien que mal, de reprendre pied dans le Haut-Karabakh après que son pays ait été mis sur la touche pendant plusieurs semaines, a pu s'entretenir, durant près d'une heure, avec son homologue russe. Au cours de cette communication téléphonique, Vladimir Poutine aurait signifié à Emmanuel Macron que c'est parce qu'elle avait été contrainte de parer au plus pressé vu l'avancée rapide des troupes de Bakou soutenues par les mercenaires syriens déployés par Ankara que Moscou n'avait pas fait appel à ses partenaires du groupe de Minsk.
Mais, en craignant que, dans le conflit qui oppose l'Azerbaïdjan à l'Arménie, la Russie et la Turquie – allié clé de l'Azerbaïdjan, détracteur du Groupe de Minsk et accusé, par la France, d'alimenter la crise dans le Caucase – ne puissent conclure un accord permettant à Ankara de déployer des troupes dans la région et excluant Paris et Washington des futurs pourparlers de paix alors même que la population française compte entre 400.000 et 600.000 personnes d'origine arménienne, Emmanuel Macron réclame, avec insistance, une «supervision internationale» à même de finaliser le statut du Haut Karabakh et d'organiser le retour des réfugiés arméniens et le départ des combattants étrangers, notamment les milices syriennes.
«Nous voulons que le Groupe de Minsk joue son rôle dans la définition de la surveillance du cessez-le-feu (...) Nous comprenons que les russes discutent avec les Turcs d'une formule possible, dont nous ne voulons pas, qui reproduirait le processus d'Astana pour diviser leurs rôles dans cette région sensible (...) Nous ne pouvons pas avoir d'un côté Minsk et de l'autre Astana. A un moment donné, les Russes doivent faire un choix» a déclaré, à la presse, un responsable de l'Elysée.
Enfin, si le processus d'Astana avait permis à la Russie et à la Turquie de mener des discussions bilatérales portant sur la meilleure manière de gérer le conflit syrien tout en écartant les puissances occidentales, le conflit du Haut-Karabakh a-t-il encore de très fortes chances de se muer en chasse gardée des deux pays? Attendons pour voir...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.