La Bourse de Casablanca dans le rouge du 22 au 26 février    Les indices s'enfoncent malgré un léger reflux des taux    Un acquis important pour relever les défis    Quand l'opposition dénonce la «propagande médiatique» du pouvoir algérien contre le «Hirak»    Algérie : «L'autoritarisme et la politique du fait accompli ne mèneront que vers l'impasse»    «Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Un retournement de tendance en Bourse?»    Classe prolétaire    Développement durable : Cette mobilité durable qui fait du sur-place    Il y a 45 ans, le dernier soldat étranger quitta les provinces du Sud    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    La sélection nationale participe au Championnat d'Afrique en Egypte    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Le patron de l'OMS veut des mesures concrètes    Alerte météo: Chutes de neige et fortes averses orageuses du dimanche au mardi    Delta Holding: Un CA en baisse de 15% en 2020    Le premier radiotélescope du Royaume installé à Marrakech    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Botola Pro D1 « Inwi » (8è journée): Classement    Maroc-Tunisie: Aboub critique l'arbitrage (CAN U20)    La CAF autorise la programmation des matchs internationaux en Libye    Plusieurs eurodéputés interpellent Josep Borrell sur la répression et la coercition politiques en Algérie    Transavia, filiale low-cost d'Air France va ouvrir une nouvelle ligne vers le Maroc    Anniversaire : SAR la Princesse Lalla Khadija souffle sa 14ème bougie    Hirak, saison 2: Le Figaro fait le point sur la situation en Algérie    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Températures (par villes) prévues pour le dimanche 28 février 2021    Tendances déco 2021 : Les couleurs à adopter    Le groupe sanguin O, est-ce un rempart contre le Covid-19 ?    Manuels et cahiers scolaires : les imprimeurs gagnent leur bataille pour la préférence nationale    Mustapha Ramid opéré au lendemain de sa démission    Sahara : la neutralité passive de l'Europe dessert la stabilité et l'intégration régionales, selon un média italien    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    Nigeria : 42 personnes relâchées, dont 27 élèves, après un enlèvement dans un pensionnat    CAN U20 : Les tirs de la chance privent le Maroc de la demi-finale !    AS FAR-SCCM (1-1) : Les Militaires rejoints sur la ligne d'arrivée !    Deuxième anniversaire du Hirak : retour sur les faits saillants qui ont marqué les manifestations du 22 février    Joaillerie : Hicham Lahlou lance sa collection « Magic Alice »    Premier Colloque international de linguistique à Marrakech    "Biggie " , le géant éphémère du rap par ceux qui l' ont connu    Un immense tour d'une ville en pleine mutation : Dakhla change de visage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'entente tacite entre Moscou et Ankara
Publié dans Albayane le 05 - 10 - 2020

S'il est vrai que le conflit qui perdure entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie au sujet de l'enclave séparatiste du Haut-Karabakh, ce territoire azéri majoritairement peuplé d'arméniens qui s'était autoproclamé indépendant après le démantèlement de l'ex-URSS, était bénéfique au Kremlin et ce double-titre qu'il bénéficiait au complexe militaro-industriel russe en lui permettant de vendre des armes aux deux anciennes républiques soviétiques mais, également, à la diplomatie de Moscou en lui permettant de se positionner en tant qu'arbitre et de maintenir un équilibre des forces dans la région, force est de reconnaître que la donne est bien différente, aujourd'hui, avec l'entrée «officielle» de la Turquie aux côtés de l'Azerbaïdjan.
En effet, après avoir, pendant longtemps, multiplié les déclarations en soutien à Bakou contre ses ennemis-jurés arméniens, Ankara est fortement soupçonnée, aujourd'hui, de l'aider concrètement, sur le plan militaire, en envoyant les miliciens syriens supplétifs de son armée assister les forces azerbaïdjanaises. En outre, la guerre de tranchées à laquelle se livraient les deux pays a, également, changé de nature avec l'entrée, dans le conflit, de ces drones kamikazes TB2, de fabrication turque, qui ont conféré une indéniable supériorité aérienne aux forces de Bakou.
Aussi, cette situation risquerait-elle, à terme, de contraindre Moscou à intervenir militairement alors que Poutine avait toujours répugné à le faire ; d'abord, pour ne pas perdre du terrain en Azerbaïdjan en se rangeant du côté de l'Arménie avec laquelle il est lié par un accord de défense – même si celui-ci ne concerne pas l'enclave séparatiste du Haut-Karabakh – puis pour ne point conforter l'influence turque dans son arrière-cour politique du moment que tout silence, de la part de Moscou, pourrait être interprété, par Ankara, comme étant un aveu de faiblesse.
D'ailleurs, après six journées d'intenses combats pour le contrôle du Haut-Karabakh, Stepanakert, la principale ville de cette enclave montagneuse séparatiste revendiquée par l'Azerbaïdjan mais majoritairement peuplée d'arméniens a été la cible de bombardements par les forces de Bakou qui, selon le ministère arménien de la Défense, auraient fait « de nombreux blessés parmi la population civile » ainsi que d'importants dégâts matériels.
Aussi, après la réponse favorable de l'Arménie à l'appel à un cessez-le-feu immédiat lancé par le Groupe de Minsk comprenant la France, la Russie et les Etats-Unis et son entière acceptation de toute médiation initiée par ce groupe, l'Azerbaïdjan a indiqué, par la voix de Hikmet Hajiyev, le conseiller de la présidence, que la fin de cette escalade reste, néanmoins, subordonnée à la fin de « l'occupation » du Haut-Karabakh par l'Arménie.
Mais si tout ceci est l'apparent et que l'apparent est inessentiel quand l'essentiel nous est caché, une autre lecture des évènements peut nous laisser entrevoir le fait que même si Poutine pourrait, d'un simple coup de fil, arrêter les combats des deux côtés, il n'en fera rien ; d'abord, pour ne pas voler au secours du Premier ministre arménien Nikol Pachinian, ce héros de la «révolution de velours» arménienne qui, après avoir essayé d'ouvrir son pays à l'Occident pour « diversifier ses sources d'importation et d'influence » est devenu, aux yeux de Moscou, celui qui, par soif de «vengeance personnelle [aura] sacrifié, à ses ambitions, le rêve d'une Arménie démocratique» – cette Arménie qui, quoiqu'il lui en coûte, devra rester dans la sphère russe – puis pour régler, définitivement, le problème du Haut-Karabakh en le laissant se dépouiller de sa population arménienne.
La position de Moscou convient aisément au président turc Recep Tayyip Erdogan qui en mettant en avant l'incapacité de la communauté internationale à trouver une solution à ce conflit qui dure depuis trois décennies, a rejeté, ce jeudi, les appels à un cessez-le feu lancés par le Groupe de Minsk en rappelant que «les occupants [arméniens] doivent partir de ces terres pour qu'il y ait une solution».
Pourrait-on supposer, enfin, que la tournure prise par le conflit du Haut-Karabakh résulterait d'une entente tacite entre Poutine et Erdogan dont paiera le prix le peuple arménien ? Rien ne l'interdit, pour l'heure, mais attendons pour voir...
Nabil El Bousaadi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.