MOROCCO MALL: Les soldes d'hiver de retour    Allal Amraoui : «L'attitude schizophrène de l'Espagne envers le Maroc interroge à plusieurs égards»    C'est parti pour la campagne de vaccination    BAM: Le dirham se déprécie de 0,67% face à l'euro    Dialogue inter-libyen: Les parties s'approchent d'un accord sur les postes de souveraineté    Bientôt des zones de distribution et de commerce à Bir Gandouz et El Guerguarat    Le Crédit Agricole du Maroc affirme son soutien total à la filière céréalière    Origine du Covid-19: l'OMS estime qu'il est trop tôt pour tirer des conclusions    COVID-19 : La Grèce prolonge le confinement jusqu'au 1er février    CHAN2021 : le Maroc cherche un schéma offensif plus efficace    Coronavirus : le Maroc autorise le vaccin de Sinopharm    Vaccins Astrazeneca et SinoPharm au Maroc: ce que l'on sait    Suspension des cours : le ministère de l'Education nationale dément les « Fake news »    Message de condoléances et de compassion du Souverain à la famille de feu Moulay M'Hamed Iraki    Jean-Marie Heydt dévoile son livre « Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions »    Des experts internationaux plaident pour une approche coordonnée de la lutte contre la corruption    Vaccin AstraZeneca : les précisions de l'ambassade de l'Inde à Rabat    Quand l'Espagne nourrit l'ambiguïté envers le Maroc !    Attijariwafa bank, premier contributeur aux dispositifs d' accompagnement et de soutien aux TPME    La contribution du Maroc au désarmement mise en exergue à Genève    L'inexorable décrépitude de "La Comédie " La mémoire théâtrale de Fès compte ses jours !    Evolution du coronavirus au Maroc : 1138 nouveaux cas, 464.844 au total, vendredi 22 janvier 2021 à 18 heures    Bouznika abrite un nouveau round du dialogue inter-libyen    Pantins et commanditaires obnubilés par une guerre imaginaire    La RDC s ' en tire à bon compte face à la Libye    Les dirigeants algériens isolés de la dynamique de l'histoire    Fusion Danse Morocco, un nouveau rendez-vous artistique pluriculturel    Sonia Bennis expose ses récentes œuvres à Marrakech    LF 2021 : voici les principales mesures fiscales [Document]    Produits industriels : nouvelles normes d'application obligatoire pour le contrôle de conformité    Entraînement en mer: Deux stagiaires commandos de la Marine Royale portés disparus    Vaccins anti-Covid-19 : La fièvre des «vaxxies» va bientôt atteindre le Maroc    Restauration : comment les professionnels comptent se réinventer pour tirer leur épingle du jeu en 2021    Le Rallye Aïcha des Gazelles reporte sa 30eme édition    Défense aérienne : Le Maroc acquiert le fameux système de défense aérienne "Patriot"    Hassan Baraka, le premier marocain à nager 1.600 mètres dans une eau à moins de 5 degrés    Maroc-Rwanda à 17h : qualification et confirmation en ligne de mire    Groupe C : Maroc-Rwanda / La qualification au prochain tour en ligne de mire    L'homme aux chaussettes rouges quitte DFC    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    L'Inde donne son feu vert pour l'exportation du vaccin vers le Maroc    Le Maroc et Israël signent un accord pour des vols directs entre les deux pays    «Le secret de la lettre», nouveau roman de Mohammed Ennaji    Le Maroc plaide pour une stratégie africaine de l'éducation    Casablanca: mise en échec d'une tentative d'exportation illicite de pièces géologiques    «Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions»    A la découverte de l'univers fantastique de Yassine Balbzioui à Rabat    Mise au point : Les "attaques injustifiées" et les "assertions diffamatoires" de RSF ne passent pas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Algérie: trois ans de prison requis contre Karim Tabbou
Publié dans Albayane le 01 - 12 - 2020


Figure emblématique du Hirak
Le parquet algérien a requis lundi une lourde peine de trois ans d'emprisonnement à l'encontre de l'opposant politique Karim Tabbou, une figure centrale du mouvement de contestation né en février 2019, a annoncé un des ses avocats. Le verdict sera prononcé le 7 décembre.
Tabbou, 47 ans, était poursuivi pour «atteinte au moral de l'armée», à la suite de déclarations critiquant le régime et l'armée en mai 2019 au cours d'un rassemblement à Kherrata (nord-est), un fief du mouvement opposé au régime baptisé Hirak.
Arrêté le 26 septembre 2019, il a été emprisonné pendant neuf mois avant de bénéficier d'une libération conditionnelle le 2 juillet dernier.
Le procès de Karim Tabbou, qui a comparu libre, s'est déroulé lundi devant le tribunal de Kolea, près d'Alger. Il avait déjà été repoussé à de nombreuses reprises depuis le début avril en raison de l'épidémie provoquée par le coronavirus.
Le procureur a réclamé trois ans de prison ferme et une amende de 100.000 dinars (650 euros) à l'encontre de l'opposant, a précisé Me Zoubida Assoul sur sa page Facebook.
Dans une autre affaire, Karim Tabbou avait été condamné en appel le 24 mars à un an de prison ferme pour «atteinte à l'intégrité du territoire national», en raison d'une vidéo parue sur la page Facebook de son parti dans laquelle il critiquait l'intrusion de l'armée dans les affaires politiques.
Chef d'un petit parti d'opposition non agréé par les autorités, l'Union démocratique et sociale (UDS), Karim Tabbou est l'un des visages les plus connus du Hirak, sinon le plus populaire.
Son portrait était régulièrement brandi pendant les manifestations hebdomadaires contre le pouvoir en Algérie jusqu'à leur suspension en mars dernier en liaison avec la crise sanitaire.
M. Tabbou est récemment revenu sur le devant de la scène politique en reprochant avec virulence au président français Emmanuel Macron son soutien à son homologue algérien Abdelmadjid Tebboune, exprimé dans un entretien avec l'hebdomadaire Jeune Afrique qui a soulevé un tollé dans les rangs de l'opposition algérienne.
Dans une lettre publiée sur sa page Facebook, M. Tabbou a fustigé «la mauvaise foi» et «l'hypocrisie politique» de M. Macron, accusé de cautionner «un pouvoir arrogant qui emprisonne des journalistes, bafoue les libertés publiques et soumet la justice à son diktat».
En pleine crise sanitaire, les autorités multiplie les détentions et les poursuites à l'encontre de militants, de journalistes et de blogueurs afin, selon les opposants, d'empêcher une reprise du Hirak.
A Mostaganem (nord-ouest), une militante, Dalila Touat, la porte-parole des chômeurs de la ville, a été condamnée lundi à deux ans de prison ferme, sans mandat de dépôt.
Elle était accusée d'avoir incité ses concitoyens à s'abstenir de voter au référendum constitutionnel du 1er novembre et pour «outrage à fonctionnaire dans l'exercice de ses fonctions», selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), une association de solidarité avec les prisonniers d'opinion. La révision constitutionnelle a été approuvée avec le taux de participation électoral le plus bas (23,84%) de l'histoire de l'Algérie.
Quelque 90 personnes sont actuellement emprisonnées en Algérie en lien avec le Hirak et/ou les libertés individuelles. Des poursuites fondées, pour beaucoup, sur des publications sur Facebook critiquant les autorités, d'après le CNLD.
Né en février 2019 d'un immense ras-le-bol des Algériens, le Hirak réclame un profond changement du «système» en place depuis l'indépendance en 1962. Il a provoqué le départ du président Abdelaziz Bouteflika après 20 ans au pouvoir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.